Propagande médiatique, politique, idéologique

Selon les producteurs Le Wita et De Bayser, Alexandre Dumas aurait été un «Aryen» blond aux yeux bleus.



Claude Ribbe
Samedi 20 Février 2010

Selon les producteurs Le Wita et De Bayser, Alexandre Dumas aurait été un «Aryen» blond aux yeux bleus.
La réponse des producteurs du film L’Autre Dumas, complaisamment colportée par les médias qui espèrent relancer un navet ayant pris le bouillon dès le premier jour, confirme les préjugés ouvertement racistes qui ont fondé ce projet ignoble. Croyant se justifier, MM. Frank Le Wita et Marc De Bayser, poussés par l’amertume, trahissent le fond de leur pensée et se livrent à une curieuse analyse du «sang» d’Alexandre Dumas. Trois quarts de "sang" blanc, un "quart" de sang noir expliquent ces Vacher de Lapouge du cinéma. Donc plus de « sang » blanc que de « sang » noir. La preuve : Alexandre Dumas avait les yeux bleus. Donc Gégé Depardieu s’imposait, selon eux. Les producteurs veulent nous faire comprendre que Dumas était un «Aryen». Ce raisonnement trahit la pire mauvaise foi, car pour les racistes du XIXe siècle, un homme, même avec les yeux bleus, dont le phénotype trahissait qu’un de ses grands parents avait la peau sombre était voué au mépris et à l’exécration. C’était un «homme de couleur». Pas un Français à part entière. Aux colonies, le code noir s’appliquait. En France, c’étaient les insultes. Rien dans le physique de Gérard Depardieu ne trahit cette ascendance entraînant automatiquement la discrimination. Mais c’est surtout la terminologie utilisée par les producteurs qui est intéressante. Ça faisait longtemps, en effet, qu’on n’avait pas vu apparaître cette idée de «sang» associée à la couleur de peau. Comme si le sang n’était pas de la même couleur pour tous les hommes. Préfigurant l’idée de «race», l’idée du «sang» (implicitement associée à la «pureté» de ce sang) remonte très exactement à l’ancien régime esclavagiste. Le Wita et De Bayser, avec une sottise confondante, trahissent leurs références puantes en faisant d’Alexandre Dumas un «quarteron». Et ils semblent contents d’utiliser cette expression forgée par l’esclavagiste Moreau de Saint-Méry qui nous ramène aux pires moments de Saint-Domingue. Il s’agissait alors de traquer, chez les «gens de couleur», la goutte de "sang noir", évidemment impure, qui couvrait un individu de honte et d’infamie. La honte et l’infamie, aujourd’hui, est du côté des racistes qui osent encore utiliser ces mots d’un autre âge, qu’Alexandre Dumas aurait considéré comme des insultes exigeant réparation par les armes. Personne n’aurait jamais osé dire en face à Alexandre Dumas qu’il était un «quarteron». Mais, 130 ans après sa mort, Le Wita et De Bayser, eux ne s’en privent pas, et insultent ouvertement Alexandre Dumas dans un communiqué dégoulinant de préjugés. Ce qui est étrange, c’est que personne ne relève le caractère éminemment raciste dans lequel s’enfonce le débat. Pour les racistes noirs, Dumas est un « noir », avec un N majuscule (N comme Napoléon). Pour les racistes blancs, Dumas est un «blanc», toujours avec un B majuscule (B comme Bonaparte). En réalité, Alexandre Dumas n’était ni «blanc» ni «noir». Son phénotype trahissait des origines africaines, voilà tout. Le phénotype de Depardieu ne reflète nullement une pareille ascendance, qu'à l'évidence on a voulu gommer, ce que confirme le communiqué. Si l’on s’est abrité derrière le fait que Depardieu était connu et qu’aucun acteur français dont le phénotype pourrait correspondre à celui de Dumas ne l’était, l’échec du film balaie cet argument. Depardieu était peut-être «bankable», mais il a quand même fait perdre quelques millions d’euros à la production. Avec un inconnu talentueux au cachet modeste, le succès était garanti. Ce que les Français avaient envie de voir, c’était un Dumas tel qu’il était, en butte aux préjugés de son époque. Maquet ne les intéresse pas. Les Français en ont marre des racistes, des films racistes, des journalistes et des politiciens racistes. Ils n'iront plus voir vos films, ne liront plus les journaux où vous écrivez, ne voteront plus pour vous. Savez-vous pourquoi ? Parce que, contrairement à ce que vous semblez croire, Napoléon a fini seul comme un chien dans une île proche de l'Afrique, parce que Hitler n'a pas gagné la guerre, parce que le "sang" des Français n'est pas blanc, parce que les nègres, Alexandre Dumas compris, vous emmerdent et vous emmerderont de plus en plus.

http://www.claude-ribbe.com/ http://www.claude-ribbe.com/



Samedi 20 Février 2010


Commentaires

1.Posté par Gpoint le 20/02/2010 15:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lolo tu dois relire le texte, il y a dans ce texte plus de densité, plus de référence que tu pourrais jamais écrire. Relis l'histoire comme elle s'écrivait au 19 ème.
Toutefois, il est bien que tu exprimes tes sentiments, encore faut-il prendre le temps de les argumenter ;-)

2.Posté par Flam le 20/02/2010 16:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


"Pour les racistes noirs" ???

-Mr Ribbe cette abomination qu'est le racisme est une invention de l'homme blanc; c'est lui qui par son "génie" et son seul profit crée cette chose...
La hiérarchie des hommes en haut de laquelle trône off course la "race blanche" n'est ni le fait des Jaunes,des rouges,des noirs alors arrêter de distraire le monde.

"En réalité Alexandre Dumas n'est ni noir,ni blanc son phonétype trahissait ses origines Africaines voilà tout"

-Comprendra qui pourra!...
IL n'est ni noir,ni blanc mais ses origines sont Africaines...
Comme ces "ultras-marins" noir comme l'encre qui disent pourtant avoir des ancêtres nordiques; hum! là où va se nicher l'aliénation...
Le premier 'hommo sapiens-sapiens est venu d'Afrique et toutes les autres "races" descendent de lui juste une petite mise au point.

3.Posté par tarzan le 21/02/2010 23:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est comme dans les Western où ils ne prennent même pas la peine de prendre des Indiens pour les représenter.

4.Posté par dror le 22/02/2010 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

comme Jesus....(grand blond au yeux bleux, il parait)..profile typique en Palestine de l'époque....

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires