Sciences et croyances

Science: des champignons pour liquider la radioactivité (journal)



Lundi 5 Mai 2008

Les champignons pourraient permettre de neutraliser l'uranium appauvri utilisé dans les munitions et qui a été disséminé dans la nature suite aux guerres, lit-on dans un article publié dans le journal Current Biology.

Des scientifiques écossais ont établi que les champignons étaient en mesure de neutraliser l'uranium appauvri dans les combinaisons minérales, les empêchant de transiter dans la chaîne alimentaire et d'entrer dans les plantes, les animaux et l'eau.

"Il s'agit d'une nouvelle confirmation des extraordinaires propriétés de ces microorganismes", a déclaré un des auteurs de l'étude, Geoffrey M. Gadd, de l'université de la ville écossaise de Dundee.

Au cours des opérations militaires menées par l'OTAN contre l'ex-Yougoslavie en 1999, les troupes ont utilisé des munitions contenant de l'uranium appauvri, en particulier des obus, celui-ci renforçant leur force de pénétration grâce à sa forte densité (deux fois supérieure à celle du plomb). Des munitions de même type ont été utilisées par la suite lors de la campagne irakienne.

En explosant, les munitions à base d'uranium appauvri dégagent une poussière susceptible d'entrer dans l'organisme humain, l'eau et la nourriture.

Les autorités serbes et irakiennes ont fait savoir que l'utilisation de ce type d'armements avait fortement porté atteinte à l'écologie et provoqué une augmentation des cas de cancer.

Selon M. Gadd, l'uranium appauvri est moins radioactif que l'uranium naturel, même s'il est extrêmement toxique et présente une forte menace pour la santé.

L'étude affirme que les champignons sont capables de s'accrocher aux particules d'uranium et de les changer en molécules de phosphore et de phosphate.

"Les minéraux formés par les champignons peuvent retenir l'uranium pendant de longues périodes et prévenir son assimilation par les plantes, les animaux et les microbes ainsi que son infiltration dans la terre", soutient le scientifique.

Lors de la première étape de ce procédé, la surface de l'uranium est recouverte d'une pellicule d'oxyde. L'humidité accélère la corrosion de l'uranium, et crée les conditions nécessaires à la croissance des champignons. Ceux-ci dégagent de l'acide, ce qui intensifie encore la corrosion. L'uranium est ensuite transformé en molécules de phosphore.

"Ce phénomène ouvre de nouveaux horizons au développement des technologies de décontamination des sols radioactifs", a-t-il conclu.


Lundi 5 Mai 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires