Palestine occupée

Sayyed Nasrallah : Nous devons surmonter les problèmes du passé


Dans la même rubrique:
< >

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hasan Nasrallah, s'est adressé aux Libanais lors d'un discours télévisé, dans la nuit du jeudi 14 août, pour marquer le 2ème anniversaire de la victoire de 2006 sur Israël.

Par Hasan Nasrallah


Dimanche 17 Août 2008

Sayyed Nasrallah : Nous devons surmonter les problèmes du passé
Avant de commencer, Sayyed Nasrallah a présenté ses sincères condoléances aux familles des martyrs tombés sous le bombardement de Tripoli la veille, et qui a fait 15 victimes, dont 10 soldats de l'armée libanaise. "Je présente mes condoléances aux martyrs de l'armée libanaise et aux citoyens tués dans le bombardement de Tripoli. Ce crime doit être, pour nous tous, une motivation pour sortir des tensions et coopérer à élever notre pays", a dit son Eminence.

"Il y a deux ans, l'importance de la guerre, l'étendue de l'agression, le danger, les capacités militaires et sécuritaires énormes utilisées par l'ennemi, l'étendue de la collusion régionale et internationale sont devenus plus clairs. D'un autre côté, la fermeté, le défi relevé par la résistance, le peuple et l'armée pour faire face à la guerre et à la collusion, ont confirmé jour après jour que ce qui s'est passé pendant la guerre de juillet a montré l'importance du potentiel d'énergie du Liban et de la nation. Il y a deux ans, il est apparu comme évident que ce qui est arrivé dans cette guerre fut un vrai miracle et une victoire divine."

Sayyed Nasrallah a souligné que les menaces faites par les dirigeants sionistes et la campagne d'intimidation d'Israël sur les armes de la résistance était un échec "et ne conduirait qu'à davantage d'échecs et de craintes pour les Israéliens eux-mêmes." Le chef du Hezbollah a dit également que ne pas révéler la puissance défensive de la résistance faisait partie de la bataille contre Israël, et que "vous et vos menaces, vous pouvez aller au diable."

"Il y a eu un tollé israélien sur le renforcement de la force du Hezbollah. Il y a eu des discours sur des armes sophistiquées et un système de défense aérien et des menaces si le Hezbollah utilisait cette sorte de système. Personne ne peut s'attendre à ce que je me lève et que je dise si nous possédons de nouvelles armes ou non. Cela fait partie de la manière de conduire la bataille de la libération et de la résistance contre l'ennemi."

"Par exemple, l'armée israélienne ne savait pas que la Résistance possédait des missiles sol-air, ni la puissance des ses missiles anti-chars", a-t-il ajouté.

Sayyed Nasrallah a affirmé que "les résultats de la guerre sont évidents, même aujourd'hui, tant dans les domaines militaire et politique en Israël". Il a dit qu'Israël est face à la pire crise gouvernementale de son histoire.

"Toute la première ligne des pontes de l'armée a démissionné à cause de la guerre. Gal Hirsch, qui a été vaincu au Liban, est allé en Géorgie et eux aussi ont perdu à cause de lui", a dit son Eminence.

Pendant les sept dernières années, les compagnies israéliennes ont aidé l'armée géorgienne à se préparer à une guerre contre la Russie par des accords d'armement, l'entraînement des unités d'infanterie et des conseils de sécurité.

Hirsch, brigadier-général de réserve, était commandant de la Division Galilée de l'armée israélienne pendant la guerre et a démissionné ensuite. Ces dernières années, il a conseillé l'armée géorgienne sur la formation d'unités d'élite et le réarmement, et a donné différents cours dans le domaine des tactiques de combat et des combats en agglomérations urbaines.

"En se fiant aux experts et aux armes israéliens, la Géorgie a appris pourquoi les généraux israéliens ont échoué. Ce qui s'est passé en Géorgie est un message à tous ceux qui acceptent que Washington les embarque dans des aventures, des guerres mal calculées et des confrontations sans fin. A la fin, l'administration US les abandonnera parce que son intérêt est primordial, exactement comme ils l'ont fait avec leurs alliés au Liban".

Sayyed Nasrallah a abordé les récents commentaires du Ministre de la Défense israélien Ehud Barak au sujet de "l'importance d'avoir une direction expérimentée".

"Ehud Barak admet que la raison de la perte de la guerre fut un manque d'expérience militaire. Alors, qui reste-t-il en Israël avec une expérience militaire sinon tous ces généraux qui ont échoué ?

Ceux qui se dressent contre nous aujourd'hui sont les mêmes perdants à qui nous avons déjà porté des coups auparavant. Est-ce Barak ou les Ashkénazes qui ont échoué devant la résistance, en tant que chef du commandement du nord ? Les journaux israéliens ont dit que Olmert était mort il y a deux ans au Liban, et que ses obsèques politiques auraient lieu dans deux mois", a dit le chef du Hezbollah.

"En ce mois de septembre, nous verrons la fin du gouvernement du Premier Ministre israélien Olmert. Je me souviens des discours de Barak lorsqu'il était le Premier Ministre de l'ennemi en 2000. Dois-je lui rappeler qu'il avait fixé la date du retrait [du Liban] en juillet, et que nous l'avons expulsé par la force en mai ?"

Sayyed Nasrallah a accusé Israël de chercher à assassiner les commandants du Hezbollah. "Je dis aux sionistes : nous n'avons pas peur de vous. Dites ce que vous voulez et faites ce que vous voulez. Nous savons que vous êtes en train de planifier de nouveaux assassinats de dirigeants de la résistance. Mais cela ne nous fera pas battre en retraite", a-t-il dit.

"Si vous, les sionistes, vous songez à attaquer le Liban... je vous promets de grosses surprises qui pourraient modifier le sort de la guerre et de la région, si Dieu le veut. Je vous dis ceci pour prévenir une guerre. Israël doit comprendre que toute guerre contre le Liban coûtera très cher."

Sayyed Nasrallah a souligné que l'un des bénéfices de la guerre de juillet est le renforcement de la culture de résistance, en contraste avec la culture de reddition au Liban et dans le monde arabe. "Cette nouvelle prise de conscience s'étend jusqu'à la Palestine et l'Irak", a-t-il dit.

"La guerre a également des répercussions continues au niveau régional, puisque le projet de Nouveau Moyen-Orient promu par les USA est en suspens et que la Secrétaire d'Etat US Condoleezza Rice ne soulève plus cette question. Ce projet aurait conduit à la division du Liban et du monde arabe.

"De plus, Israël est toujours confus dans ses façons de traiter avec les Palestiniens dans la Bande de Gaza, et est aussi en train de négocier avec la Syrie et cherche à désengager Damas d'Iran. Israël est terrorisé par la République Islamique d'Iran et hésite à l'attaquer.

"Au sujet des élections irakiennes, le pourcentage de votants n'annule pas le haut pourcentage des soutiens à la résistance parce que les Irakiens veulent sauver l'appareil militaire et la démocratie de leur pays", a souligné Sayyed Nasrallah.

"Au cours de ces deux dernières années", a ajouté son Eminence, "nous avons vécu avec le danger des conspirations israélienne et occidentale. Dans le même temps, la population a montré sa volonté de résistance."

"Les Etats-Unis et Israël ont essayé de diviser les Libanais selon des lignes confessionnelles et de décrire le Hezbollah comme un groupe terroriste pour l'affaiblir pendant la guerre de 33 jours. Ils voulaient que nous nous déchirions. Ils voulaient se servir de la guerre pour nous isoler, un pays après l'autre, un peuple après l'autre, un groupe religieux après l'autre et un parti après l'autre. Si nous nous étions divisés, ils auraient gagné et nous aurions été défaits. L'accusation la plus grave était la question confessionnelle. Ils ont dit aux Chrétiens que le combat était avec un groupe musulman, et que ça n'avait rien à voir avec vous. Ils ont dit aux Musulmans sunnites que le combat était avec un groupe shiite et qu'il visait le projet shiite dans la région", a-t-il expliqué.

Son Eminence a également expliqué que depuis la fin de la guerre, Israël avait mis en œuvre un plan pour la communauté internationale visant à faire pression sur les états fournissant des armes à la résistance, gelant les avoirs de ceux qui la soutenaient et influençant aussi le Conseil de Sécurité de l'ONU pour appliquer des pressions et désarmer le Hezbollah.

"Le désarmement de la résistance est un projet israélien avéré, ce n'est pas un secret. Je dis aux Israéliens que leurs pressions n'aboutiront à aucun résultat."

Dans ce contexte, Sayyed Nasrallah s'est adressé à quelques députés libanais qui avaient attaqué le Hezbollah, en particulier au parlement. "La résistance est un projet solide, basé sur des piliers solides. Ce ne sont pas quelques discours furieux qui changeront quoique ce soit à la scène, tout ce chaos est inutile, et la résistance est bien plus forte. Mettons de côté tout ce qui provoque la rue et, à la place, gérons de façon positive cette nouvelle phase. Si nous nous unissons, si nous coopérons et si nous respectons la déclaration ministérielle, Israël ne pourra rien faire contre le Liban."

Le chef du Hezbollah a aussi salué la visite en Syrie du Président du Liban, Michel Suleiman, la qualifiant de "nouvelle étape" dans les relations entre Beyrouth et Damas, "qui permettra, nous l'espérons, la création de nouveaux liens."

Sayyed Nasrallah a dit qu'il était plus déterminé que jamais à discuter d'une stratégie de défense nationale pour le Liban.

"Nous insistons, aujourd'hui plus qu'à tout autre période du passé, sur le besoin de discuter et de trouver une stratégie de défense pour le Liban, de manière à ce que nous sachions tous comment défendre notre pays."

"Trouver une stratégie national pour reconstruire l'Etat libanais – et ceci n'est pas une invitation à changer l'Agrément de Taif – ainsi qu'une stratégie pour régler les problèmes économiques et sociaux profondément enracinés sont deux questions cruciales qu'il faut discuter", a-t-il ajouté.

Nasrallah a dit qu'il avait informé les conseillers du Président Suleiman de la nécessité de débattre de ces questions lors de discussions autour d'une table.

Il a décrit la situation économique au Liban comme "un désastre total", soulignant que ne pas s'occuper de ce problème "conduirait à un effondrement total de l'économie libanaise."

Sur l'opération réussie Al-Redwan, Sayyed Nasrallah a dit qu'il tiendrait une conférence de presse dans un futur proche pour annoncer les résultats des tests ADN qui seront faits sur les dépouilles encore non identifiées des martyrs rendus par Israël. "Avec cette seconde commémoration, les Libanais détenus en Israël ont été libérés et sont maintenant de retour au Liban. Je tiendrai une conférence de presse pour commenter la question des détenus au Liban, dont les quatre généraux, les disparus au Liban et en Syrie et il y aura aussi des tests ADN pour identifier les corps des martyrs Dalal Mughrabi et Yehya Skaff et les autres."

Le chef du Hezbollah a dit que "certains demandent que nous saluions Beyrouth."

"Nous ne sommes pas étrangers à Beyrouth. Nous faisons partie intégrante de la capitale et nous souhaitons le meilleur pour Beyrouth et ses habitants. Nous saluons Beyrouth, le Mont Liban et le nord du Liban, qui saigne toujours. Nous saluons aussi la Bekka du sud liban et Dahiyeh. Nous saluons chaque village et chaque famille qui soutient la Résistance.

"Je m'incline devant tous les martyrs de la résistance, armée et populaire, en particulier le chef Hajj Imad Moghniyeh. Je salue aussi nos frères palestiniens, qui sont nos partenaires dans la lutte contre Israël.

"Cette seconde commémoration réaffirme la possibilité de poursuivre nos victoires. Nous devons surmonter les problèmes du passé," a conclu Sayyed Nasrallah.

Source : Al Manar
Traduction : MR pour ISM


Lundi 18 Août 2008


Commentaires

1.Posté par Hassan le 17/08/2008 13:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'espère que tous les résistants musulmans feront de même pur libérer la Palestine , l'Afghanistan , l'Irak ....

2.Posté par sam2000 le 17/08/2008 19:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour moi la phrase la plus intelligente de ce discours est sans conteste celle-ci (située au 1/3 du texte) :
Sayyed Nasrallah a souligné que l'un des bénéfices de la guerre de juillet est le renforcement de la culture de résistance, en contraste avec la culture de reddition au Liban et dans le monde arabe. "Cette nouvelle prise de conscience s'étend jusqu'à la Palestine et l'Irak", a-t-il dit.

Il est desormais clair que toutes les prochaines attaques de l'entité sioniste, provoqueront une reaction longue de la part des arabo-musulmans du fait de CETTE NOUVELLE CULTURE.
et l'entité sioniste ne peut supporter des guerres contre un adversaire qui sait qu'il peut gagner, et qui fera durer les combats.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires