Politique Nationale/Internationale

Sarkozy envoie le traité d'amitié aux calendes grecques !


J’en étais sûr !
En guise de malvenue à M Sarkozy, j’ai écrit un article que j’ai introduit avec un petit paquet de questions, supposant que je m’adressait à un homme « super intelligent ». C’est ce qu’on dit de lui, en tout cas ! J’écrivais donc, en m’adressant aussi, à ceux qui ne sont pas atteints de cécité mentale : « Est-il raisonnable de penser qu’un Juif peut pardonner à Hitler et à ses sbires ? Bien sûr que non, dirait M Sarkozy ! Et les crimes contre l’humanité tels que le génocide, l’esclavage et le racisme commis par la France coloniale ? Peut-on lier une vraie amitié avec celui ou celle qui a tué votre mère, votre père ou même votre compatriote ? Peut-on vraiment s’aimer et se regarder dans les yeux sans faire le deuil ? Naturellement, la réponse est NON. Mais M Sarkozy trouvera quand même une parade pour échapper à la réponse ».


ajaghvou@hotmail.fr
Mercredi 15 Novembre 2006

Sarkozy envoie le traité d'amitié aux calendes grecques !
Finalement, j’avais raison de prédire que le ministre de l’intérieur français trouverait la parade pour justifier l’injustifiable. Pour gagner de la sympathie et donc, des voix au sein des Harkis, des Pieds noirs et des Juifs, le candidat à la candidature tient le bâton par le milieu. « Il y a de la douleur et des souffrances des deux côtés », a-t-il déclaré à l'issue de sa visite au cimetière chrétien de Bologhine. Comme pour confirmer la thèse que sa visite en Algérie s’inscrit ans le cadre de sa campagne électorale, il en profite pour passer un message fort à un électorat instable : « Ce n'est pas une injure à la mémoires des morts que de dire qu'il y a un système colonial, un système injuste. Puis à côté, il y a des femmes et des hommes, quelle que soit leur origine, qui ont également été victimes de cette injustice.» Et d’ajouter, de crainte qu’il ne soit pas compris : « C’est important pour mes compatriotes et les pieds noirs ».

Pour expliciter son point de vue, au risque d’envoyer le traité d'amitié aux calendes grecques, ce qui l’est déjà, il a estimé que « c'est important de faire la part des choses de toutes ces souffrances, des deux côtés, et de la respecter de la même façon », mettant ainsi les bourreaux et les victimes sur un même pied d’égalité. Cécité mentale quand tu nous tiens, ce ministre français issue de l’immigration, feigne oublier que les Algériens tués pendant l’occupation, était chez eux et que les tueurs sont venus d’ailleurs, que les Français tués en Algérie étaient en situation de violation de domicile et que leurs tueurs ne faisaient que se défende ! Pour être plus clair, ces Français qui avaient laissé leur peau pendant la guerre de libération, les avaient-on invité à venir en Algérie pour y laisser leur vie ?

La France est donc responsables de toutes les victimes de cette guerre, sainte pour les Algériens et sale pour les Français. Alors, que Paris s’assume et annonce officiellement sa repentance, si elle veut vraiment se faire une amie de taille qui est l’Algérie. Quant à « trouver des solutions aux différents problèmes pour lesquels nous nous sommes retrouvés en face », pour reprendre les propos de M. Sarkozy, il ne faut pas moins que la reconnaissance des crimes par la France. Chose réfuté implicitement par le mauvais élève de Chirac qui s’obstine à mettre dans le même sac, le bourreau et la victime. « Il n'y a pas de la douleur que d'un seul côté, a-t-il répondu ». Ah bon ?

Donc selon M Sarkozy, il est désormais permis à tout Français de violer le domicile de n’importe quel Algérien, de tuer ses enfants, d’accaparer ses biens de jeter la mère des enfants dans la rue après l’avoir violée. L’Algérienne accouche d’un enfant qui grandit dans la douleur. Pour se défendre, il se met hors la loi française, constitue un groupe de combattants qui tueraient des occupants. Selon la théorie sarkosienne : « Il y a de la douleur des deux côtés, chacun d'entre nous, nous devons aller des deux côtes vers l'apaisement et vers l'avenir commun... » ! Toujours, selon lui : "On ne peut pas demander aux fils de s’excuser des fautes de leurs pères", a-t-il déclaré ce lundi à Alger. Pourtant, M Sarkozy blindé contre le ridicule, a bien demandé aux fils de Turks de s’excuser pour les fautes supposées commises par leurs pères contre les Arméniens !

On en prend note. C’est français et quand c’est français, il n’y a pas de doute, c’est juste !

Laïd DOUANE


Mercredi 15 Novembre 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires