Politique Nationale/Internationale

Sarkozy a rencontré le dalaï lama, la Chine se fâche



Lundi 8 Décembre 2008

Photo: oblomov.20minutes-blogs.fr
Photo: oblomov.20minutes-blogs.fr
Le Président français, Nicolas Sarkozy, a rencontré, pour la ‎première fois, le Chef bouddhiste tibétain. L'entretien a duré une trentaine ‎de minutes et il a eu lieu, à Gdansk, en Pologne.‎‏ ‏‎"Il convient de ne ‎dramatiser aucun rendez-vous.", a déclaré Nicolas Sarkozy, avant la ‎rencontre avec le dalaï lama. C'est en tant que Président du Conseil ‎européen et Chef de l'Etat français que le Président Sarkozy s'est ‎entretenu avec le dalaï lama. Cette rencontre a suscité la colère des ‎Chinois, qui menacent de boycotter les produits français. Face à la colère ‎chinoise, Nicolas Sarkozy a déclaré, à Gdansk, que le monde avait besoin ‎d'une Chine ouverte qui participe à la gouvernance mondiale. "La Chine a ‎besoin d'une Europe puissante ; nous avons le devoir de travailler ‎ensemble.", a-t-il ajouté. Pour Pékin, le Chef bouddhiste tibétain en exil ‎est un agitateur dangereux qui poursuit des objectifs politiques sous ‎couvert de rencontres religieuses à l'étranger. Le dalaï lama affirme ne ‎pas chercher l'indépendance du Tibet. Pékin a affirmé que les relations ‎commerciales sino-françaises pourraient en souffrir, tandis que les appels ‎à boycotter les produits français ont ressurgi. En décembre 2007, ‎pourtant, le Président Sarkozy s'était rendu, en Chine, visite, au cours de ‎laquelle, il avait signé plusieurs accords commerciaux d'une valeur totale ‎de 30 milliards de dollars. La Chine a, également, signé un contrat de 17 ‎milliards de dollars pour l'achat de 160 airbus, sans oublier un accord de ‎‎12 milliards de dollars, portant sur la construction de deux centrales ‎nucléaires, par la française "Areva", dans le sud de la Chine, sans oublier ‎qu'une centaine d'entreprises sont actives dans ce pays. Certains analystes ‎estiment que par rapport à ses pairs européens, le Président Sarkozy ‎s'aligne davantage sur la politique américaine, à l'égard de Pékin, ‎notamment en refusant, sous la pression de Washington, de lever les ‎sanctions sur la vente d'armes à la Chine, qui accuse la France de suivre ‎les pensées de l'époque de la guerre froide. A cela vient s'ajouter la ‎rencontre entre Nicolas Sarkozy et le dalaï lama. Toutes ces péripéties ‎n'aident pas à une amélioration des relations franco-chinoises, d'autant ‎plus que Pékin est, déjà, allé plus loin en annulant le Sommet U.E/Chine ‎prévu, à Lyon, en France, le 1er décembre, sous la Présidence française. ‎M. Sarkozy veut maintenir le dialogue avec la Chine, au niveau ‎économique et commercial, mais, actuellement, Pékin ne semble pas ‎vouloir l'entendre de cette oreille.‎

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Lundi 8 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par nomind le 08/12/2008 19:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Pour Pékin, le Chef bouddhiste tibétain en exil ‎est un agitateur dangereux "

Ha ha ha...et pourquoi pas un terroriste pendant qu'on y est...?
Sacré Pékinois...Toujours le mot pour rire...
C'est l'hopital qui se fout de la charité...

2.Posté par Bogdan le 11/12/2008 16:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les positions d'Alterinfo sur la chine m'ammenent à me poser vriament des questions sur alterinfo... vriament très peu de place pour des points de vues différents quand il s'agit du Tibet... étrange....

3.Posté par nomind le 11/12/2008 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne te le fais pas dire...

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires