Politique Nationale/Internationale

Santé : « Le programme d’Hitler a été ressuscité par l’Administration Obama »



Vendredi 22 Mai 2009

Santé : « Le programme d’Hitler a été ressuscité par l’Administration Obama »
Que diriez-vous d’un article à prétention académique intitulé : « Combien peut-on potentiellement économiser en légalisant le suicide assisté par un médecin ? » A en juger par le titre, vous pourriez croire qu’il provient du grand-père de l’utilitarisme britannique, Jeremy Bentham ; ou bien peut-être du promoteur du LSD Aldous Huxley ; ou bien du docteur nazi Karl Brandt.

Bien tenté… mais c’est raté.

Le décret sur l’euthanasie de septembre 1939

En 1939, devant concentrer son effort budgétaire sur la machine de guerre allemande, Hitler ne pouvait se permettre de dépenser des millions de marks en pure perte et demanda à son ministre de la Santé de « faire certaines économies sur les dépenses hospitalières ».


Il finit par rédiger le décret du 1er septembre, intitulé « destruction des vies sans valeur » :
« Le Reichsleiter Bouhler et le docteur en médecine Brandt sont chargés de la responsabilité d’étendre les attributions de certains médecins désignés nominativement. Ceux-ci pourront accorder une mort miséricordieuse aux malades qui auront été jugés incurables selon le meilleur jugement humain disponible de leur état de santé. »



C’est en fait le titre d’un texte de 1998 co-écrit par Ezekiel Emanuel, conseiller de la Maison Blanche sur les politiques de santé, et membre du Conseil Fédéral de Coordination sur les Recherches en Efficacité Comparative. Ce Conseil est chargé par l’Administration Obama de préparer une liste de procédures médicales autorisées et non autorisées, afin de diminuer les dépenses de santé américaines de 2000 milliards de dollars — argent qui bénéficiera aux hedge funds et aux banques en faillite, qui sont les gestionnaires du système de santé privé HMO. [*]

Brandt, Goering, et Hitler lui-même, ne pourraient faire mieux. La co-auteur de cet article est Margaret Battin, une bioéthicienne prolifique (sans diplôme médicale), à en juger au nombre et à la teneur de ses publications : « La moins pire des morts : refus sélectif de traitements » ; « Sédation finale : tirer la couverture sur nos yeux » ; et « Suicide Assisté : que peut-on apprendre de l’Allemagne ? » Est-ce différent de la conception d’euthanasie défendue par le médecin d’Hitler, Karl Brandt, au procès de Nuremberg : « La mort peut être délivrance. La Mort, c’est la Vie – au même titre que la naissance. Elle n’est jamais meurtrière » ?


Face à cette volonté de faire des économies sur les dépenses de santé, rappelons-nous qu’à Nuremberg, la « fourniture inadéquate de soins médicaux et chirurgicaux » a été désignée parmi les causes « des meurtres et mauvais traitements sur les populations civiles » ; et c’est exactement ce que s’apprêtent à faire les conseillers d’Obama, avec à leur tête Larry Summers, Tim Geithner et le directeur du Budget, Peter Orszag.


Comme Lyndon LaRouche l’a déclaré sans équivoque : « Le programme d’Hitler a été ressuscité par l’Administration Obama. »


« Ce n’est ni une digression ; ni une interprétation. Leur politique de santé est la copie conforme de la philosophie nazie. Vous ne pouvez pas l’ignorer. Nous le savons depuis Hermann Goering dans les années 1920, et leurs liens internationaux, notamment avec Wall Street. Nous étions prévenus et nous devons agir en conséquence. Ceux qui tolèrent ce genre de politiques sont des criminels, soit parce qu’ils savaient, soit parce qu’ils auraient dû savoir ce qu’ils faisaient. »


LaRouche a ensuite mis en garde : « Soyez prudent : n’acceptez pas d’invitation à dormir à la Maison Blanche ! Vous pourriez dormir plus longtemps que prévu… ». Puis il a conseillé à chacun de tenir le langage suivant à chaque fois qu’ils entendront parler de cette réforme : « C’est la tradition du Führer qui est perpétuée. Vous devriez remercier votre Président éclairé de nous aider à rétablir cette tradition. Puis cela permettra de soulager certaines tensions internationales en éliminant le surplus de population… Tiens, tiens ! Je me demande où j’ai entendu cela auparavant ! »


LaRouche a réitéré son appel à éliminer le système des HMO : « Bannissons les HMO, un point c’est tout. A partir de là, le terrain sera déblayé pour des réformes vraiment nécessaires. C’est seulement après les avoir éliminées que nous pourrons rebâtir le système de santé des Etats-Unis. »


« N’acceptez aucune discussion sur la Sécurité sociale et d’autres sujets similaires, » a t-il conseillé. « Premièrement, nous devons réduire le coût de la mauvaise gestion des soins de santé par les compagnies d’assurances, en éliminant les HMO. Cela éliminera le gaspillage dans le système de santé.


« Les HMO ont remplacé le système Hill-Burton. [**] Pas de compromis ; soyez sans merci ! Les HMO sont des parasites ; c’est l’évidence même. C’est criminel et nous devons les traiter ainsi.


« Le problème c’est que les gens sont hésitants, et qu’ils disent : ‘Qu’est-ce qu’on fait entre-temps ?’ Entre-temps ? Il n’y pas d’entre-temps ! Ou bien nous mettons ces types au rancard maintenant, ou bien nous n’aurons aucune chance : l’hécatombe se produira, comme sous Hitler où certaines franges de la communauté juive se disaient : ‘Attendez, ne vous insurgez pas, cela ne durera pas.’ Et c’est le même problème aujourd’hui. »


Pour ce qui est des économistes comportementalistes, LaRouche a déclaré, « Ces gens-là doivent partir. Soit c’est eux, soit c’est le Président. Et le Président devrait y réfléchir. Parce que le peuple américain ne consentira pas à ces politiques meurtrières. La réponse du peuple américain au Président sera : ’Tu te débarrasses d’eux, ou on se débarrasse de toi’. »


A lire France : Qui veut euthanasier l’Hôpital public ?





Notes:

[*] Instauré en décembre 1973 sous l’administration Nixon, le système HMO (Health Maintenance Organization) visait à limiter les dépenses de santé tout en confiant la gestion, et donc le profit, aux assureurs privés. La rationalisation stricte des procédures médicales, visant à diminuer le nombre d’actes et donc les dépenses, a conduit à l’exclusion de millions d’américains du système d’assurance maladie. D’autre part, on estime qu’entre 30 et 50% du montant totale des dépenses de ce système sont dû aux frais d’administration privée (procédures administratives plus les salaires et les bonus des cadres exécutifs).


[**] Instaurée en 1946, la loi Hill-Burton était destinée à procurer les fonds nécessaires pour que chaque État atteigne 4.5 lits d’hôpitaux pour 1000 habitants. L’objectif fut finalement atteint en 1975, avant que le système dérégulé des HMO ne fasse le travail inverse, ramenant le nombre de lit à 3 pour mille aujourd’hui, avec 2000 hôpitaux de moins qu’en 1975.


http://www.solidariteetprogres.org http://www.solidariteetprogres.org



Vendredi 22 Mai 2009


Commentaires

1.Posté par dino le 22/05/2009 15:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils ont vendu les hopitaux, mais ils vendront aussi leur propre mère dès que cela sera indexé à wall street (il semblerait que les murs de la honte soient l'emblème religieux de ces idolatres du veau d'or)
combien vaut donc la mère de bush???

2.Posté par LOL le 22/05/2009 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

même pas une merde de mouche!!

3.Posté par papou le 22/05/2009 16:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis tout à fait d'accord avec ce type d'économie. Je dis même plus, commençons par éliminer les + de 75ans dont partie par exemple.... Cheney Dick, Bush le father, Kissinger, Soros, Rockfeller et une grosse partie des Bidelberg etc etc... après on y vera + clair...

4.Posté par PREDICATEUR le 23/05/2009 12:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ces 'choses ' cultivent des champs arrosés au sang des Palestiniens !

Ils récoltent sur des fosses communes de victimes des pogroms de 1948 et d'après !

A nos Bibles et à nos Corans : VADE RETRO SATANAS KANIBALS

.. a grands coups de crucifix en argent dans la face de ces monstres

5.Posté par Omar Mazri le 24/05/2009 00:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hitler est un accident de l'histoire du capitalisme et un produit des luttes impérialistes. L'amérique est le chef de file du capitalisme dans son visage le plus hideux. Le capitalisme est en crise et comme le serpent qui se mort la queue il tourne cherchant dans l'histoire de la pensée économique capitaliste des béquilles.

Le malthusianisme est une politique prônant la restriction démographique, inspirée par les travaux de l'économiste britannique Thomas Malthus (1766–1834). C'est une doctrine fondamentale dans le capitalisme car elle réconforte l'égoisme de classe des riches qui pour conserver leur richesse et leur bien être sont prêt à sacrifier les pauvres considérés comme responsables de leur misère et ne méritant ni aide ni solidarité sociale. Dans les crises cycliques du capitalisme on assiste soit la mise à mort de la natalité par les IGV pour avoir de la main d'oeuvre féminie bon marché, la réductions des dépenses sociales (santé, logement, éducation). Les dépenses de santé deviennent lourds vu le cout du plateau technologiqe médical et l'allongement de la durée de vie on va naturellement sans pitié sans compassion réduire les dépenses de santé, allonger le temps de travail et de cotisation sociale. Les américains à la pointe du "progrès" vont pratiquer l'euthanasie des personnes agées ou malades comme ils avaient par le passé pratiqué l'épuration ethnique des indiens et le massacre à grande échelle. L'amérique n'est pas Hitler mais la monstruosité de la conjugaison de la violence de son histoire de sa spoliation des terres + l'ultra libéralisme pur et dur + l'absence de culture le tout au main de personnes disposant d'une puissance technologique sans conscience.

Le Massish Adajal, l'anté christ borgne et puissant, est peut être l'Amérique. Comme par hasard Thomas Malthus est à l'origine un pasteur anglican. Nous sommes depuis longtemps dans le bain des néo conservateurs, des pessimistes évangélistes qui attendent l'apocalypse quitte à le provoquer eux mêmes car ils ont décidé à la place de Dieu qui mérité de vivre ou non. Ils ont comme l'ante Christ ce pouvoir de donner la vie et d'ôter la vie.

Quand vous avez en Europe la mise en jachères des terres pour maintenir le cours des matières alors qu'il est prouvé qu'une terre qui ne produit pas longtemps devient stérile sans tenir compte de la faim grandissante dans le monde c'est qu'il y a suivi de Malthus le Belzébuth de l'économie occidentale

6.Posté par Arthur Gohin le 25/05/2009 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il n'y a pas de solution miracle pour la santé publique. Le privé comme le public ont leurs inconvéniens respectifs, lesquels inconvéniens dépendent surtout de la mentalité du pays concerné: il y a des mentalités plus ou moins responsables, plus ou moins économes, et plus ou moins sensées.
A titre d'exemple, les français sont les champions du monde de l'abus médicamenteux, avec une mortalité conséquente qui dépasse peut-être bien les 20.000 morts par an.
Les pays occidentaux se nourissent en dépit du bon sens, les USA en tête.
Etc, etc...
Je pense que la sécurité sociale française a fait plus de mal que de bien en rendant les français très irresponsables.

Par ailleurs, et ceci est indépendant, je crois que l'on doit aider les malades à porter leur croix jusqu'au bout et non pas à l'abréger. Mais je suis contre l'acharnement thérapeutique, ce qui est un acte tout différent.

7.Posté par neoselen le 19/06/2012 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

omar mazri, prôner la réduction démographique n'a jamais eu pour synonyme le meurtre des pauvres. relis-toi.
à ton avis, pourquoi en afrique et en chine, il n'y a pas le même niveau de vie qu'en europe ?
pourtant là bas y'a de la ressource minière, peaux, de quoi faire... ok les pays riches ont tout piqué.

regarde juste la différence de natalité entre le nord et le sud.
regarde combien coûte un enfant à élever, et le mettre à l'école.
voilà.
5 fois plus d'enfants à nourrir, impossible de garder de l'argent, toi-même tu te doutes que une famille de plus de 5 enfants, à moins de posséder un solide compte en banque, et un salaire suffisant, il est impossible avec les salaires(au pro rata du cout de la vie) minimes de là-bas d'y faire des études.
les seuls étrangers que je connais qui ont pu faire des études d'après-bac sont ceux qui avaient entre 1 et 3 frères/soeurs. ceux-là étaient boursiers.
CQFD

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires