EUROPE

Sans nouveau gouvernement, la Belgique risque la scission


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 24 Octobre 2016 - 17:02 Je Suis Wallonie !



En Belgique, les tensions politiques augmentent sans cesse tandis que presque six mois après les élections législatives, le pays n’a toujours pas de nouveau gouvernement.

Les partis régionaux cherchent à se servir de la crise comme levier pour leurs revendications politiques séparatistes, accroissant les attentes d’une scission éventuelle du pays à un moment donné. Certains commentateurs de presse disent ouvertement qu’un nouveau pays néerlandophone — la Flandre — est en cours de création.


Paul Bond
Jeudi 10 Janvier 2008

Par Paul Bond



Une contre-manifestation de 25 à 35 mille personnes a été organisée en novembre dernier pour réclamer le maintien de l’unité du pays. Une pétition dans ce sens, initiée par une fonctionnaire et soutenue par les syndicats a recueilli presque 150 000 signatures. La manifestation nationaliste relativement modeste était surtout francophone, même si presque un tiers des manifestants étaient des néerlandophones. De nombreux manifestants brandissaient des drapeaux nationaux. Ils se sont ensuite rassemblés devant l’Arc du Cinquantenaire, érigé pour célébrer l’indépendance de la Belgique d’avec les Pays-Bas en 1830, et ont entonné l’hymne national.

Les gros titres de la presse ont qualifié de « vaudevillesques » les tentatives pour former un gouvernement. Des pans de la classe dirigeante sont maintenant extrêmement inquiets de ce retard qui s’accumule. Un porte-parole de la Banque Nationale de Belgique a prévenu cette semaine que, si l’on ne parvenait pas à un accord les implications financières seraient très lourdes. Même si le gouvernement sortant de Guy Verhofstadt est resté aux affaires pour expédier les affaires courantes, il n’est pas habilité à prendre les décisions budgétaires. Guy Quaden (le président de la Banque nationale) a exprimé sa crainte que les excédents budgétaires escomptés de 2,5 milliards d’euros (3.7 milliards de dollars US) ne seraient peut-être pas atteints à cause de la crise. La Banque prévoyait un excédent de 0,2 pour cent du PNB pour l’année prochaine, qui devait servir à subvenir aux besoins des plus âgés

Dans la soirée du 3 décembre, le Roi Albert II est même allé jusqu’à confier au premier ministre sortant, Guy Verhofstadt la tâche de former un nouveau gouvernement en consultant tous les partis politiques.

La Belgique, avec une population de 10,5 millions d’habitants est déchirée par l’explosion des intérêts rivaux entre élites bourgeoises régionales et leurs parasites petit bourgeois.

Au nord du pays, la Flandre néerlandophone est plus riche que la Wallonie francophone au sud. Il existe également une population germanophone peu nombreuse dans l’est du pays. Bruxelles (ville francophone au sein d’une province néerlandophone) bénéficie d’un statut linguistique particulier.

Le scrutin est organisé par partis linguistiques, qui s’organisent ensuite en coalitions pour constituer un gouvernement national fédéral. Il n’existe pas de parti national, même si chaque parti politique a son équivalent dans l’autre région linguistique. Les élections législatives de juin dernier ont été remportées par une alliance du CD&V (chrétiens-démocrates flamands) d’Yves Leterme et du NVA (Nouvelle Alliance flamande – nationalistes flamands modérés). Leterme a été chargé de former un nouveau gouvernement.

Les négociations ont tout d’abord trébuché sur la question d’une plus grande extension de l’autonomie régionale de la Flandre. Dans tout le pays les chrétiens–démocrates et les libéraux ont obtenu 81 députés sur 150 – suffisamment pour former un nouveau gouvernement, mais pas assez pour faire passer la réforme de la Constitution, nécessaire à l’extension de cette autonomie.

La situation actuelle est le résultat final de la renégociation continue des pouvoirs fédéraux et de l’extension de l’autonomie régionale au cours des 45 dernières années.

Avant les années 60, la Flandre était encore principalement agricole. La richesse du pays était concentrée en Wallonie qui était à cette époque le centre de l’industrie lourde et de la classe ouvrière industrielle. Mais la Wallonie a été ruinée par l’effondrement de sa richesse industrielle alors que la Flandre devenait un centre pour les nouvelles technologies. Actuellement, la Flandre représente 60 pour cent de PNB, comparé aux 24 pour cent que représente la Wallonie. Le taux de chômage dans le Sud du pays avoisine le double de celui du Nord du pays.

Les séparatistes flamands, tels que le Vlaams Belang (extrémistes de droite – anciennement Vlaams Blok) veulent couper le pays le long de sa frontière linguistique afin de mettre fin aux subventions accordées au Sud du pays. La crise politique montante a vu les positions du Vlaams Belang faire partie intégrante du courant politique principal. Malgré leur opposition flagrante au VB, d’autres partis flamands ont adopté la politique séparatiste et anti-immigrés du VB.

Il y a deux semaines, Leterme (qui lui même avait fait campagne pour l’extension de l’économie régionale) a proposé une « convention » de deux ans pour discuter la délégation des pouvoirs du gouvernement fédéral aux autorités régionales. Il a proposé d’ébaucher des réformes constitutionnelles tout en permettant au gouvernement de faire voter d’autres lois. Cette proposition a été rejetée par son propre parti et par ses partenaires de coalition électorale. Le CD&V a insisté pour que le futur gouvernement s’engage par avance vis-à-vis des pouvoirs autonomes dans le domaine fiscal, dans le domaine de la santé et des transports et ceci afin d’empêcher un blocage de la convention.

Le NVA, enhardi par la crise, a déclaré que la convention se contenterait de retarder ou bien d’atténuer la délégation des pouvoirs et qu’ils ne pouvaient compter sur le soutien de ses militants pour celle ci. Ce qui les gênait c’est que la convention n’assurait aucun contrôle régional sur les mesures sociales et économiques comme la possibilité de baisser les taxes professionnelles où la mise en place d’un système de sécurité sociale pour la Flandre.

En Wallonie, la convention proposée a obtenu le franc soutien du parti frère du CD&V, le CDH (Centre des démocrates humanistes) (auparavant les chrétiens démocrates). La présidente du parti, Joëlle Milquet, qui a été attaquée dans la presse flamande pour son opposition aux propositions de Leterme, a déclaré qu’à sa grande satisfaction, la convention présentait « suffisamment de garanties pour renforcer la fédération (belge). »

En général, les politiciens wallons voient la fédération nationale d’un meilleur oeil que leurs pendants flamands. Ils craignent tout particulièrement que la division ait un effet dévastateur sur les rentrées d’argent en Wallonie. Actuellement, 15 pour cent du revenu régional wallon provient des taxes fédérales. Francis Delperee du CDH a déclaré à la télévision néerlandophone : « Nous avons toujours réclamé que la sécurité sociale demeure une responsabilité fédérale. »

Il semble que les négociations soient allées plus loin. Le CD&V a proposé que les pourparlers portent essentiellement sur les questions économiques et budgétaires, mais cette idée a été rejetée sur-le-champ.

C’est dans ce contexte qu’une fonctionnaire, demeurant à Liège, Marie Claire Houard, a lancé une pétition en ligne pour réclamer que cesse le gaspillage d’argent « pour des querelles qui n’intéressent qu’une infime minorité des belges » et demandant au gouvernement de « respecter notre nation et son unité ».

La manifestation du 18 novembre, initiée par cette pétition, et qui s’est tenue dans le centre de Bruxelles, a défilé sous le slogan « Pour l’unité de la Belgique. » Les organisateurs n’ont pas souhaité de récupération politique, même si plusieurs personnalités politiques de Wallonie tels que Joëlle Milquet, dirigeant du Parti socialiste, Elio Di Rupo et des représentants des Verts et des libéraux étaient présents ce jour là. Les politiciens flamands brillaient par leur absence. Des banderoles affichaient le soutien au Roi Albert II, monarque constitutionnel, dont le rôle dans la crise a été d’encourager Leterme dans la formation du nouveau gouvernement. Certaines banderoles comparaient Bart de Wever, le leader du NVA à Slobodan Milosevic.

La pétition avancée par les syndicats contrebalance l’unité nationale non seulement au séparatisme, mais aussi à la lutte des classes. Cette pétition affirme que « La solidarité entre les citoyens les plus riches et les citoyens les plus pauvres tout comme la solidarité entre les régions les plus riches et les régions les plus pauvres sont la base même de notre société belge. » Une perspective à tel point vouée à l’échec n’offre rien à la majorité des belges, qu’ils soient francophones, néerlandophones ou germanophones. D’après un récent sondage, un belge sur sept vit à la limite ou en dessous du seuil de pauvreté.

Il n’est pas possible de résoudre la crise en Belgique dans le système politique existant qui a lui-même donné naissance au nationalisme, au régionalisme et aux inégalités que nous rencontrons aujourd’hui.

Les divisions entre les travailleurs flamands et wallons a été en fait encouragée par les syndicats et leurs sympathisants des partis radicaux. Après leur trahison de la grève générale de 1961, une partie de la bureaucratie des syndicats francophones a prétendu que les travailleurs wallons (qui étaient à cette époque les plus avancés et les plus militants) étaient freinés par leurs collègues flamands.

Le syndicaliste de droite, André Renard, qui avait joué un rôle important dans le sabotage du mouvement de grève, avait canalisé les frustrations des travailleurs francophones dans le Mouvement populaire wallon. Ce dernier avait lutté pour un Etat fédéral et on peut actuellement en voir l’impact. En 1965, trois ans après la mort de Renard, un Parti ouvrier wallon était créé, isolant de façon efficace les travailleurs wallons de leurs camarades flamands.

Seul un programme socialiste peut réaliser l’unité des travailleurs belges, et ceci non seulement au-delà des barrières linguistiques en Belgique, mais également de par l’Europe toute entière afin de créer les Etats unis socialistes d’Europe.

(Article original anglais paru le 7 décembre 2007)

http://www.wsws.org/ http://www.wsws.org/



Jeudi 10 Janvier 2008


Commentaires

1.Posté par Dunkler Geist le 24/09/2008 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'accuse tous les dirigeant et medias belge ( flamand ) d'être de méche avec les Illuminatis , méfiez vous de Bart De Wever et de Leterme et des autres , car ils sément la discorde dans le pays ( pourquoi certains veulent du bien aux wallons et rejéttent les propositions des flamands ? )

Diviser pour mieux régner , voilà leurs devise !

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires