Géopolitique et stratégie

SOUDAN, vers une fragmentation annoncée…


Par le Dr Zouhair LAHNA, ancien vice-président d’Aide Médicale Internationale.


Zouhair LAHNA
Lundi 3 Mai 2010

SOUDAN, vers une fragmentation annoncée…

Les images du Président Soudanais dansant et brandissant sa fameuse canne, devant ses supporters à Khartoum, se suivent mais ne se ressemblent pas vraiment. Une fois, c’était une danse empreinte de nervosité suite au mandat d’arrêt de la CPI (Cours Pénale Internationale). Cette fois-ci c’est une danse de soulagement avec l’impression d’échapper à cette même cour  en restant à la tête du pays.  Il est plutôt rentré dans les rangs afin d’exécuter les désisteras des américains  dans son pays en proie à une ou plusieurs dislocations.

Entre un sort à la Saddam HUSSEIN qui brandissait son arme, tirant en l’air, en signe de résistance,  et celui d’un ‘’guide’’ KADHAFI qui a racheté sa survie en faisant des concessions. C’est la seconde voie qui a été choisie par le nouveau démocrate du Khartoum, quitte à sacrifier l’unité de son pays.

L’instinct de survie des dictateurs et l’amour infini de leur caste de se maintenir au pouvoir, les pousses à toutes les audaces. L’administration américaine s’est précipitée de bénir l’élection du nouveau président, devenu docile avec l’épée de Damoclès du mandat d’arrêt de la CPI, sur la tête. Si notre ancien dictateur-nouveau démocrate, pense qu’il échappera ainsi aux persécutions de ses détracteurs, c’est que lui et ses conseillers ne possèdent aucune culture politique internationale. C’est bien sa fragilité et son maintien au pouvoir qui sont recherchés, afin qu’il perde l’usage de toutes ses facultés et exécute les desseins qui se mettent en place pour ce vaste pays musulman.

Avec l’élection du ‘’leader du sud’’ à 90% dans son fief, c’est bien évidement, une sécession annoncée du sud qui aura lieu lors du referendum de janvier 2011. Ce chef de fil sud soudan, malléable, avait pris la succession du charismatique John GARANG mort dans accident d’hélicoptère, étrangement quelques mois après la signature du traité de paix en 2005, Traité qui donnait aux dirigeants du sud une part du pouvoir dont la vice-présidence et préparait un referendum d’autodétermination au bout des six ans (c’est-à-dire en 2011). Le pouvoir central s’étant embourbé dans le conflit du Darfour, n’a pu faire aucune avancée pour ses citoyens du sud, afin d’inverser la tendance qui va vers la sécession. Les habitants du sud, manipulés en partie, choisiront instinctivement la séparation d’un pouvoir hautain et méprisant, avec la promesse d’une vie meilleure, eu égard aux  ressources dont regorge le sol du sud soudan.

D’ailleurs, le nouveau ‘’démocrate’’ réélu pour cinq ans, sans concurrent valable en face (tous les autres candidats sérieux ont jeté l’éponge avant le scrutin), s’est précipité de déclarer, afin de rassurer les capitales occidentales qui veillent au grain, que le referendum aura bien lieu à la date prévue et qu’il respectera le résultat.

Le général Omar EL BACHIR est arrivé à la tête du pays suite au un coup d’état de 1989. Issu des frères musulmans, le régime a tenu tête aux diktats occidentaux, contre vents et marées ou plutôt contre harmattan et autres vents de sable. Mais l’obédience ostensiblement islamique a dérangé. Alors des stratagèmes se sont mis en place afin de miner le pays de l’intérieur, le faisant passer pour un sanctuaire aux ‘’terroristes islamistes’’ dont M. Oussama BEN LADEN qui a  pu y séjourné plusieurs années avant d’être invité, sous la pression des occidentaux, par ce même régime à quitter le pays en direction de l’Afghanistan des Talibans. Les desseins de ses détracteurs se mettent en marche dans un scénario bien huilé. Le but c’est de disloquer ce grand pays arabo-africain et musulman en trois morceaux, retirant à Khartoum, un sud et un ouest (Darfour) riches en ressources naturelles. Ce qui aurait donné des richesses et une force sans précédents pour un pays musulman en Afrique.

Si l’actuel régime soudanais a hérité d’un conflit au Sud, qui l’a mal gérer d’ailleurs, feignant oublier l’ingérence des missions chrétiennes et leurs soutiens. C’est bien le conflit du Darfour, exploité de main de maître par ses détracteurs, qui le mette actuellement en difficulté. Poussant un peu plus, cette caste dirigeante attachée au pouvoir, au détriment de la force et l’unité de leur nation vers de plus en plus de concessions.

Si les esprits et les mains malfaisants ne sont pas étrangères à ses deux conflits,  force est de constater que le régime s’est très mal comporté face à ses crises, agissant en militaire et oubliant la dimension musulmane de son essence.

Les soudanais méritent certainement mieux que cette mascarade ou ce simulacre d’élection à l’iraquienne. Un dictateur qui a sévit 21 ans et qui se maintient ‘’démocratiquement ‘’ pour cinq ans voir plus, tant qu’il sera malléable et peureux et exécutera les desiderata de ses nouveaux seigneurs.  Ignore-t- il étant un musulman convaincu, que le pouvoir est éphémère  même s’il perdure ? L’histoire ne retiendra d AL BACHIR que les mots : dictature, condamnation internationale et division du pays ; demain le sud, après demain le Darfour.

Quand l’amour des privilèges furtifs est supérieur à l’amour de la Nation, attendons-nous à voir au Soudan le sort de la dislocation de l’Andalousie musulmane. Il y a dans les successions des événements, des signes pour ceux qui sont doués d’intelligence !!


Lundi 3 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par joszik le 03/05/2010 23:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Zouhair LAHNA, je ne sais pas d'où tu sorts. mais certainement pas d'Afrique...pour raconter autant d'inepties.

2.Posté par Hubet le 07/05/2010 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Zouhair LAHNA sort du monde humanitaire, il avance des hypothèses vraisemblables. Il n' y a qu'à attendre le futur proche.

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires