Politique Nationale/Internationale

Rumsfeld en Irak


En séjour en Irak, le secrétaire américain à la Défense s'est entretenu avec les responsables irakiens surtout de la sécurité dont le plan sécuritaire de Bagdad. Il s'agit de la première visite à Bagdad du patron du Pentagone après la mise en place du nouveau gouvernement. Cette visite a eu lieu dans des circonstances où les démarches entreprises par les forces américaines en Irak ont été sévèrement dénoncées par les Irakiens.


IRIB
Jeudi 13 Juillet 2006




Les exactions des Marines à l'encontre du peule irakien comme celles commises à Haditha et à Mahmoudia ont suscité un tollé général en Irak.

De même le Parlement irakien a parlé du rôle des occupants dans l'insécurité et les violences qui déchirent le pays. Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki a demandé au Parlement d'annuler la loi de la capitulation dont jouissent les forces américaines afin que le gouvernement puisse poursuivre légalement les soldats coupables.

Rumsfeld qui est considéré comme responsable direct des forces américaines en Irak se trouve dans le collimateur en raison du bilan peu brillant de ses forces en Irak; ce qui a affaibli sa situation à l'intérieur même de l'Amérique.

D'autant plus que les critiques le considèrent comme responsable des défis et des difficultés américaines en Irak et qu'ils ont demandé à maintes reprises, sa démission. En réalité par sa visite en Irak, Rumsfeld cherche à minimiser le bilan du Pentagone et des forces américaines en Irak.

Mais une grande partie de ces critiques est liée aux plans sécuritaires américains en Irak. Un certain nombre des députés du Parlement irakien ont demandé qu'un remaniement soit porté au plan sécuritaire de Bagdad, plan planifié par les Américains. Néanmoins, malgré la mise en application du plan sécuritaire à Bagdad, les affrontements et les guerres urbaines se sont intensifiées.

Les critiques du plan sécuritaire de Bagdad sont d'avis que ce plan a fermé les mains au peuple et à celles des forces irakiennes pour faire face à l'insécurité et ils ont demandé par contre la mise en application d'un autre plan sécuritaire sans l'ingérence américaine.

Les appareils de renseignements américains et l'Ambassadeur américain en Irak en procédant à des provocations ethno-confessionnelles en Irak, cherchent à faire déclencher une guerre civile dans le pays.

Les résultats sans fin du plan sécuritaire de Bagdad ne sont pas exclus de telles provocations.

L'expérience a montré qu' à la suite de chaque visite d'un responsable américain de haut rang en Irak, un nouveau tour de violences et d'attentats se déclenche. Les déclarations de Rumsfeld confirmant les divergences de vue confessionnelles en Irak et la réaction froide de Bush au plan de réconciliation nationale de Maliki ont tous montré que le programme américain se concrétise dans la poursuite de la présence militaire des Etats-Unis en Irak.

De même Rumsfeld a déclaré à Bagdad qu'il n'existait plus un débat sur le calendrier du retrait des forces américaines de l'Irak.



Jeudi 13 Juillet 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires