Conflits et guerres actuelles

Rumsfeld, devant un dilemme (1ère et 2eme partie)


Malgré les tentatives de l'administration Bush, les Etats-Unis ne sont pas parvenus à leurs desseins en Irak et en Afghanistan. Les problèmes sur le nucléaire nord-coréen ne sont pas encore réglés, l'Iran s'emploie toujours à accéder au savoir nucléaire, les réformes au sein de l'ONU notamment le conseil des droits de l'homme, n'allaient pas au gré de Washington et le projet américain "le grand moyen Orient", pour évoluer le Moyen-Orient et garantir la sécurité du régime sioniste a échoué.


IRIB
Jeudi 5 Octobre 2006

 Rumsfeld, devant un dilemme  (1ère et 2eme partie)


Quotidien Jam-e-Jam



Les Etats-Unis n'ont pas pu maintenir leurs bases en Asie centrale et au Caucase, empêcher l'émergence des mouvements de la libération à travers le monde, notamment en Amérique latine et faire face aux nouvelles puissances, la Russie et la Chine, entre autres.

La société américaine connaît, pour l'heure, une situation difficile et la croissance de la pauvreté, de l'inflation et du chômage, la violation d'envergure des droits des citoyens et l'indifférence envers les affaires sociales sont des problèmes auxquels doit répondre le Président Bush.

En raison de telles crises, le locataire de la maison blanche et les faucons de la maison blanche se sont confrontés à de fortes critiques de la part du Sénat, du Congrès et de l'opinion publique. Entre-temps, le Secrétaire américain à la défense, Donald Rumsfeld, plus que quiconque, est en linge de mire.

Les décideurs de l'administration américaine, ont par ailleurs, durci le ton contre le Pentagone pour son revers dans la gestion

de la guerre de l'Irak.

Rumsfeld de 73 ans joue le rôle de pion brûlé dans le gouvernement américain.

Au seuil de la présidentielle en 2008

Alors que les protestations des Anti-wars ont pris de l'ampleur, d'autant plus qu'ils ont régulièrement entendu les réponses illogiques et audacieuses de Rumsfeld, les rumeurs sur sa démission ont été renforcés.

Rumsfled se sent de plus en plus pressé, s'efforçant, cependant, de tenir tête aux pressions pour maintenir sa place. Entre temps, le Président Bush lui est venu en aide.

Ainsi, une démarche symbolique pour présenter une image pure et innocente de Bush et d'autres Républicains aux électeurs, ce qui leur permettrait de remporter les élections législatives et la présidentielle en 2008.

Tous les critiques de Rumsfeld ne souhaitent pas sa démission, et cela au moins, avant les élections, car on peut l'instrumentaliser pour attirer de plus en plus l'électorat. En fait, les démocrates et les Républicains, en pointant du doigt Rumsfeld, tentent d'obtenir la majorité des voix populaires.

Selon les démocrates, il est l'auteur principal de la guerre en Irak et les Républicains dénonce sa gestion durant la guerre.

" C'est une bonne stratégie sans danger à laquelle peuvent recourir les Républicains, proprement dit, on peut trouver une réussite en Irak, sans qu'on s'intéresse à Rumsfled en personne. Les stratégistes démocrates croient qu'on peut considérer Rumsfeld comme principal auteur de la guerre en Irak et en profiter comme un des axes principaux de la campagne électorale.

De son côté, Howard Wilson, conseiller de Hillary Clinton, considère Rumsfeld comme un bonne instrument au service des candidats.

Entre temps, les Républicains connaissent davantage de problèmes, car la maison blanche a explicitement révélé le soutien explicite de Bush à Rumsfled.

Avant les événements du 11 septembre

Même avant les attentats du 11 septembre 2001, Rumsfeld avait été aux prises avec le Pentagone et le Congrès.

Ses collègues s'habituaient à ses attitudes brutales et son indifférence envers diverses questions.

Certains vétérans de l'US Army croyaient que les méthodes arbitraires qu'imposait Rumsfeld, n'étaient pas supportables.

En ce qui concerne, Jean Baptiste, le Général en retraite de l'armée US et commandant du Pentagone qui menait entre 2004 et 2005 l'unit d'infanterie de l'armée américaine en Irak, indique:" Nous souhaitons un dirigeant qui respecte l'armée, comme nous nous attendons à ce que cette dernière nous respecte."

Et de lancer:" Je parle au nom de ceux qui souhaitent, comme moi, la démission du Secrétaire à la défense."

Rumsfeld, devant un dilemme (2ème partie)

Rumsfeld, devant un dilemme (2ème partie)

L'une des plus grandes erreurs, commises, par le Secrétaire à la défense, Donald Rumsfeld était d'ordonner l'attaque contre l'Irak. Il était parmi les sinistrés, après la collusion de l'avion du vol n° 77 contre le Pentagone. Pour redorer son blason, il a ordonné à ses conseillers de planifier une attaque contre l'Irak.

L'intéressant, c'est qu'il n'avait du pensait à ce qu'il y, vraiment, un quelconque rapport entre l'attaque contre les Etats-Unis et le régime dictatorial de Saddam Hussein.

Les documents existants montraient que les attentats terroristes du 11 septembre 2001 ont été planifiés et exécutés par le réseau Al-Quaïda. Mais, le Secrétaire à la Défense américain, Donald Rumsfeld a ordonné l'attaque contre l'Irak.

En mars, 2003, les Etats-Unis ont lancé une offensive contre l'Irak sous prétexte de l'existence d'armée de destruction massive en Irak ainsi que des liens du régime irakien avec le réseau Al-Quaïda. Mais, aujourd'hui, plus de 3 ans après l'occupation américaine de l'Irak, on n'a trouvé aucune trace prouvant l'existence des armes de destruction massive, sur le sol irakien.

Pour les démocrates, Donald Rumsfeld est un faucon, et l'un des principaux auteurs de l'attaque inégale contre l'Irak et le massacre du peuple sans défense irakien. Les démocrates estiment que Rumsfeld et Bush ont réussi à inventer des complots et à propager des mensonges pour convaincre certains pays de participer à la guerre contre l'Irak et d'être ainsi les complices des Etats-Unis dans cette guerre. Les démocrates présentent, également, Rumsfeld comme un individu arrogant, tout en mettant en cause sa faible gestion de la guerre en Irak.

La sénatrice démocrate, Hillary Clinton s'est pris, violemment, à Rumsfeld en soulignant " qu'il n'avait eu une gestion de la guerre en Afghanistan et en Irak.

"Jusqu'à présent nous avons entendu de la bouche de Rumsfeld des paroles douces et des scénarios intéressants. Mais, ces scénarios sont restés lettres mortes et n'ont été appliques en raison de votre incompétence. Donc, vous applique, actuellement, une politique qui n'a été qu'un constat d'échec" a souligné Mme Clinton, en allusion directe au Secrétaire à la Défense.

Donald Rumsfeld a eu une mauvaise conception des informations qui ont servie de base au déclenchement de la guerre contre l'Irak. En fait, il y a eu une totale défaillance d'informations sur toutes questions liées à l'Irak. C'est pour cette raison que Rumsfeld n'a pu bien programmer la guerre contre l'Irak et a ignoré l'augmentation des pertes dans les rangs de l'armée américaine.

Les critiques formulées par les généraux en retraite

Mais tout ne se limite pas à l'intervention militaire contre l'Irak. L'incompétence du Pentagone et la présence meurtrière des soldats américains après l'occupation de l'Irak constituent, en fait, une tache noire dans le dossier du secrétaire américain à la Défense. Cela a suscité les critiques et les protestations des congressistes et des généraux en retraite.

7 généraux en retraite, ainsi que l'ancien Commandant de l'Otan en Europe ont réclamé la démission de Rumsfeld en raison de ses erreurs, commises, en Irak et de son impuissance à mettre un terme à l'insurrection en Irak.

" Les généraux qui ont exigent la démission de Donald Rumsfeld sont des officiers supérieurs de l'armée" a déclaré, le gouverneur démocrate de New Mexico.

Selon le quotidien français, Libération, " les critiques formulées par les militaires contre le Secrétaire à la Défense ont conduit à ce qu'on ne prend pas en compte les considérations du passé. " Même dans la période la plus difficile de la guerre du Vietnam, aucun militaire n'a osé prendre une position contre le Secrétaire à la défense d'alors.

Le point intéressant, c'est que les militaires ont brisé leur allégeance implicite avec le Secrétaire à la Défense, d'autant plus qu'ils critiquent, ouvertement, Donald Rumsfeld.


Mercredi 4 Octobre 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires