Politique Nationale/Internationale

Révélation: les négociations secrètes de l'ONU auront lieu en Israël



L'ancien coordinateur de l'Organisation des Nations Unies pour les négociations de paix du Proche-Orient a révélé dans un long rapport les pressions exercées par le régime sioniste sur l'Organisation des Nations Unies, évoquant le climat anti-sioniste qui règne cette organisation, avant d'annoncer que les négociations secrètes des nations Unies seront d'ailleurs transférées en Israël.


Mehrnews.com
Dimanche 1 Juillet 2007

  Révélation: les négociations secrètes de l'ONU auront lieu en Israël
Révélation: les négociations secrètes de l'ONU auront lieu en Israël
Alvaro de Soto qui était coordinateur spécial des nations Unies pour le processus de paix au Moyen-orient de juin 2005 à mai 2007 a remis un rapport de 52 pages au Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies Ban Ki Moon portant sur sa mission de deux ans en tant que coordinateur des efforts de paix du Moyen-Orient.

Dans ce rapport, Alvaro de Soto a décrit également les raisons de sa démission de son poste, mettant fin définitivement à sa carrière dans l'Organisation des Nations Unies. Il a vivement critiqué les politiques des Etats-Unis et l'influence exercée par la Maison Blanche sur les activités et les prises de position de l'Organisation des Nations Unies notamment en ce qui concerne le processus international de la paix au Moyen-Orient, le comportement de la communauté internationale par rapport au gouvernement élu palestinien issu du Mouvement de la résistance islamique de la Palestine (Hamas) et les autres dossiers sensibles de toute la région du Moyen-Orient.

Le rapport de l'ancien coordinateur spécial de l'Organisation des Nations Unies pour le processus de paix du Moyen-Orient, Alvaro de Soto était un document classifié de l'organisation des Nations Unies, mais plusieurs parties du rapport ont été publiées par la presse internationale et ont révélé ce qui se passe dans les coulisses de cette instances multilatérales internationales:

Malgré toutes les efforts accomplis par le coordinateur spécial de l'Organisation des Nations Unies, il n’a jamais été autorisé à visiter la Syrie, et les hautes autorités de l'Organisation des Nations Unies ne lui ont jamais expliquée les raisons de leur décision de ne pas lui permettre de se rendre en mission en Syrie.

Alvaro de Soto explique dans son rapport au Secrétaire général des Nations Unies qu'il n'a jamais réussi à bien mener sa mission pour plusieurs raisons: d'abord la, non autorisation de son voyage en Syrie, tandis que ce pays joue un rôle de premier plan dans le processus internationale de paix pour la région du Moyen-Orient. Par ailleurs, bien que M. Alvaro de Soto ait été le représentant spécial du secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, il n'a jamais été autorisé à contacter les dirigeants du mouvement de la résistance islamique de la Palestine (Hamas). En effet, pendant deux ans de mission en tant que coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix du Moyen-Orient, Alvaro de Soto n'a parlé que pendant 15 minutes avec un représentant du Mouvement de la résistance islamique de la Palestine (Hamas). Il s'agissait d'ailleurs d'une conversation téléphonique avec ce responsable du Mouvement de la résistance de la Palestine.

Les politiques et les prises de position des tiers sur les politiques et les prises de position de l'Organisation des Nations Unies ont influencé et parfois parfaitement dévié les politiques de la communauté internationale à propos du conflit entre le régime sioniste et les Palestiniens.

Au moment de la proposition du retrait unilatéral des forces militaires du régime sioniste des territoires palestiniens dans la Bande de Gaza, la Secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice a parlé au téléphone avec l'ancien secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, Kofi Annan pour lui dire que les Etats-Unis voulaient envoyé M. Wolfonson en tant que représentant spécial dans la région. L'ancien secrétaire général de l'Organisation des nations Unies a exigé qu'il se charge de cette mission en tant que représentant du Quartette pour la paix au Moyen-Orient. Wolfonson s'est chargé de cette mission mais finalement il a tout fait au nom de représentant des Etats-Unis.

L'une des raisons de l'insuccès du plan unilatéral de l'ancien Premier ministre du régime sioniste Ariel Sharon pour se retirer de la Bande de Gaza et certaines zones de la Cisjordanie résidait dans le fait que les plans de Sharon pour la colonisation avaient échoué car Sharon avait bien compris qu'il ne pourra jamais réussir à faire une majorité démographique juive dans les territoires occupés palestiniens, c'est-à-dire dans les régions occupées après la guerre de 1967.

Certains disent que les conseillers les plus proches de l'ancien Premier ministre israélien, Ariel Sharon dont Ehud Olmert lui avait demandé d'évacuer certaines zones de la Cisjordanie au même moment que les militaires israéliens se retiraient de la Bande de Gaza. Selon Alvaro de Soto la décision finale du régime sioniste à ce propos à porté un coup fatal au plan de "Feuille de route" du Quartette.

Malgré le retrait des forces militaires du régime sioniste de la bande de Gaza, les juristes internationaux estiment toujours que la Bande de Gaza reste toujours une région sous occupation israélienne, car les sionistes ont coupé les liens terrestres, maritimes et aériens de cette région avec le reste du monde.

Selon l'ancien coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix du Moyen-orient, à l'heure actuelle le Premier ministre du régime sioniste est politiquement trop faible pour pouvoir prendre des décisions importantes concernant le processus de paix du Moyen-Orient.

9-avant les législatives de 2005, Mahmmoud Abbas assurait le quarttete de l'issu des élections : le Hamas fera une percée au parlement mais la majorité, c'est le Fatah qui la gagnera. apres la victoire du Hamas dans un scrutin parfaitement conforme aux normes démocratiques et la prise de position hostile des Etats Unis et de l'UE au sein du quartette, j'ai insisté pour que l'ONU préserve son indépendance. En qualité d'un organisme internationale les Nations unies ne devaient pas se priver de la possibilité du dialogue avec le Hamas, Or personne ne m'a écouté.



10- Lors de sa réunion en janvier 2006, juste apres la victoire du Hamas, le quartette hésitait à adopter une position ferme. les Etats Unis exigeaient une déclaration finale condamnant le choix des palestiniens et imposant l'arrêt totale de toute aide en direction de la Palestine. j'ai conseillé au secrétaire général de modérer ce ton pour éviter l'escalade. c'était à ce moment précis que les émissaires américains, David Welsh et Abrams se sont mis à me menacer : si l'ONU ne se plie pas aux exigences de Washington, c'est la participation américaine au budjet annuel de l'Organisme qui en souffrira!



11- les élections palestiniennes étaient libres et démocratiques. au lieu de jouer le role de catalyseur de la paix , le quartette s'est transformé malheuereusement en un levier de pression en direction du Hamas à qui il impose des préconditions pour la reprise du dialogue.



12- à titre d'exemple le quartette appelle le Hamas à respecter les accords précedemment signés avec Israel alors que ce meme Israel a bloqué au mépris de ces memes accords les avoirs palestiniens. pourquoi demander au Hamas ce qu'Isreal refuse de faire? je crois bien que ce sont les Américains qui bloquent les revenus palestiniens et que les 100 millions de dollars qui viennent d'entrer dans les caisses du gouvernement palestiniens ne le seraient pas sans l'aval de Washington.



13- les politiques et les positions du quartette ont libéré Israel de toute pression. et dans ce contexte, une idée pernisieuses commence à faire son chemin non seulement aupres de l'opinion publique occidentale mais aussi au sein de certaines sociétés arabes : on se focalise sur le danger de l'émergence d'un croissant chiite dont l'Iran serait le centre et ce, au prix de fourvoyer l'opionion du vrai problme de cette région qui est la Palestine.



14- dans l'un de ses dernieres conférence de presse, Rice a affirmé que le Hamas devrait partir car il n'était pas en mesure de répondre aux besoins du peuple palestinien. Mais comment le serait-il alors qu'on lui a oté toute possibilité de remplir ses devoirs?



15- l'accord de la Mecque aurait pu avoir lieu immédiatement apres la vistoire du Hamas si seulement les Américains l'avaient souhaité. les Etats Unis ont tout fait pour que le Hamas et le Fatah en viennent à se combattre ; j'ai meme entendu l'un des officiel américain exprimer son joie au spectacle des violences interpalestinienne au motif que celles-ci témoignaient que le Hamas n'était pas aimé de touts les palestiniens.



16- ce sont les Etats Unis qui ont exhorté Mahmoud Abbas à organiser des élections anticipées. malheureusement parmi les palestiniens, il y a des gens qui disent aux américains ce que ces derniers aiment entendre.



17 - je crois fermement que cette situation ne changera pas tant que l'ONU sera resté au sein du quartette.



18- Sur le plan stratégique, le plan de paix au proche orient proposé par Washington est fonction des politiques américaines concernant l'Iran et l'Irak.



19- le quartette arabe (Egypte, Jordanie, Arabie saoudite, Emirats arabes unis) ne cesse de lier son soutien aux politiques de Washington en Irak et face à l'Iran au progres du processes de paix israelo-palestinien.



20- le quartette s'est transformé en un mécanisme marginal qui est plutot aux services de la gestion des relations transatlentiques qu'aux services du reglement de la crise israelo palestinienne. le secrétaire générale n'a aucun mandat ni de la part du Conseil de sécurité ni de la part de l'Assemblée générale pour assister aux réunions du quartette : l'ONU n' y a aucun role à jouer. le quartette ressemble plus à un groupe d'amis des Américains qu'à autre chose. vous pouvez vous en assurer en faisant un teste. proposez par exemple d'inclure dans la prochaine déclaration du quartette une clause intimant à Israel de rendre aux Palestiniens leur revenus fiscales. l'hostilité de Washington ne fara pas attendre. quant à la Russie et à l'Europe , elles soutiendront sans doute votre proposition sans se risquer d'aller jusqu'à exercer des pressions sur Washington. le secrétaire général de l'ONU se doit de refuser cette unilatéralité qui caractérise toutes les déclarations du quartette. il faut que les deux parties soient admonestées pour le manquement à leurs engagement ou alors il faut éviter de critiquer le Hamas.



21- la présence de l'ONU au sein du quartette nous a mis dans une délicate position. puisque le besoin de préserver le niveau de notre relation avec certaines puissances nous obliger à nous fermer les yeux sur les réalités et à marchander le sort des palestiniens. je conseille que la présence de l'ONU soit réduit au sein de quartette au statut d'un simple observateur. un observateur habilité de donner des conseils mais non directement concerné par les prises de décision.



22- à chaque tournant de cette crise, on nous répete que nous devons veiller à nos relations avec Israel. or ces relations ne pourrot pas être comme il faut si les Palestiniens ne nous font pas confiance.

23- J'ai expliqué mes points de vue à Kofi Annan, l'acien Secrétaire général de l'ONU et à son successeur Ban Ki-Moon. Mais, ils n'en tenu pas compte. Malheureusement, après sa rencontre du 25 mars avec le Président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, Ban Ki-Moon a posé, pour la première fois, des conditions pour rencontrer le Premier ministre du gouvernement palestinien, dirigé par le Hamas et a rendu plus compliquée que par le passé les relations entre l'ONU et le gouvernement du Hamas. Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies a déclaré que sa rencontre avec le Premier ministre palestinien était liée aux actions et aux positions du gouvernement palestinien. Le Secrétaire général de l'ONU a fait ces déclarations après les accords intervenus, à la Mecque, entre le Hamas et le Fatah pour former un gouvernement d'union nationale. Or, Ban Ki-Moon au lieu de faciliter les relations entre l'ONU et le Hamas, les a davantage compliquées. Par conséquent, les déclarations du Secrétaire général de l'ONU ont enterré tous mes efforts. Car, j'avais dès le début que le Hamas avait accepté, dans une certaine mesure, les accords, par son acceptation de participer aux élections et qu'on devait adopter une attitude juste et adéquate à son égard pour lui permettre d'évoluer sa position. Mais, le quartette et les autres ont agit dans le sens contraire. A mon avis, si l'on adoptait une attitude juste à l'égard du Hamas, on pourrait s'avancer dans l'acceptation de l'idée de l'existence des deux Etats. J'ai décidé de quitter ma fonction actuelle au sein de l'ONU pour plusieurs raisons. En fait, après les déclarations du Secrétaire général de l'ONU, j'en suis arrivé à la conclusion que je pourrais plus être efficace dans ce processus.

24-Au Moyen-Orient, il y a un proverbe qui dit qu'il est impossible de déclencher une guerre sans l'Egypte et de créer la paix sans la Syrie. La première partie de ce proverbe ne se tient plus, mais la seconde partie s'avère, toujours, exacte.

25-Les Américains croient qu'on peut faire avancer le processus de paix israélo-palestinien, tout en marginalisant la Syrie. Lors d'une réunion du quartette, les Américains auraient dit aux représentants arabes que si les pays arabes étaient prêts ou pas à normaliser leurs relations avec Israël, en échange d'un accord entre les Israéliens et les palestiniens et d'un retrait israélien des territoires occupés palestiniens de 1967. Autrement dit, les Américains veulent lier, désormais, la normalisation des relations entre Israël et les Arabes au retrait israélien des territoires occupés palestiniens de 1967 et non pas de celui, des territoires arabes, y compris les hauteurs du Golan.

26- En dépit de toutes les tentatives et tous les efforts, on m'a donné jusqu'à présent des raisons convaincantes au sujet du refus de négocier avec les Syriens. Bien entendu, on me disait que, s'agissant de la Syrie, il ne faut pas dévier le processus actuel qui est concentré sur les résolutions 1559 et 1701 du Conseil de Sécurité de l'ONU. Ce, alors que le Représentant spécial du Secrétaire général en charge de la résolution 1559, reçoit, régulièrement, les rapports que j'envoie pour le Secrétaire général, mais moi, on ne m'a pas donné aucun de ses rapports. Ce, alors que conformément à la procédure en cours à l'ONU, les Représentants spéciaux qui ont un domaine de travail limité devront fournir des rapports aux autres représentants qui ont un domaine de travail plus élargi. Il n'y aucune résolution onusienne qui stipule de ne pas négocier avec les Syriens. Au contraire, notre action nous implique de prendre des contacts avec eux, car les Syriens pourraient se dire que derrière une telle décision se trouvent un ou deux membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU. Nous avons refusé, même, de mener des consultations un acteur clé de ce processus dont une partie de son territoire reste toujours sous occupation, c'est-à-dire la Syrie.

27- L'incident qui s'est produit en Irak et a abouti à la mort du Représentant de l'ONU, dans ce pays, s'explique, très particulièrement, par le fait que certains ne considéraient pas l'ONU comme étaient impartiale et au contraire la considérait comme organisation qui agissait sous le parapluie d'un actuer particulier. Si le peuple constate que l'ONU n'est pas impartiale, cela mettra en danger la sécurité du personnel et des représentants de l'ONU.

28-Je sais que le Secrétaire général de l'ONU dit, régulièrement que la situation au Moyen-Orient est bonne et tout va mieux parce que le gouvernement d'Union nationale palestinien a été crée, le processus de paix entre Israël et les Arabes a été relancé et les négociations entre Olmert et Abbas ont pris une nouvelle forme. Mais, il ne faut pas se faire d'illusions et il ne faut pas se faire tromper par ce genre de propagandes, car, nous savons bien que la situation n'est pas bonne.

29-Les négociations devront avoir lieu, d'une façon confidentielle au Secrétaire de l'ONU, mais malheureusement, tel n'est pas, souvent, le cas. Certains de nos collègues transmettent aux Israéliens nos informations confidentielles.

30- Le déclin de l'Autorité autonome palestinienne d'une part et l'extension des colonies à peuplement juif d'autre part ont renforcé, parmi les Palestiniens, les Israéliens arabes et certains gauchistes israéliens, cette idée que la solution des deux Etats ne pourrait se tenir, car pour créer un Etat palestinien, il faut avoir un territoire et un gouvernement.

31-A mon avis, la seule solution de la crise palestinienne est de mettre fin à l'occupation, à plusieurs étapes, des territoires de 1967. A titre d'exemple, en première étape, les colonies juives devraient être démantelées et les frontières provisoires d'un Etat palestinien devraient être précisées. Et en seconde étape, les deux Etats devront négocier pour parvenir à une solution définitive. Ceci dit, les Palestiniens craignent que ces frontières provisoires ne soient pas leurs frontières permanentes et pour résoudre ce problème, il faut clarifier, dès le début, toutes les choses. Et pour ce faire, l'ONU aussi doit faire preuve de prudence. C'est le même projet qui est envisagée par Rice, qui elle, parle d'un " horizon politique". Mais, je pense que le succès de ce projet est improbable.

32-Au cours de ces deux dernières années, j'ai compris qu'il un engouement pour l'autocensure à l'ONU au sujet d'Israël. Autrement dit, on cherche à avoir une complaisance assortie d'une piété à l'égard d'Israël. Cela s'explique, dans une certaine partie, à par la résolution concernant le sionisme et le racisme que l'ONU s'efforce de compenser. Cela s'explique également par des inquiétudes quant aux capacités d'Israël à miner les relations entre l'ONU et les Etats-Unis. Pour cette raison, le Représentant israélien auprès de l'ONU a, largement, accès aux documents du Secrétariat de l'Organisation. La première chose qu'on tient compte pour prendre une position n'est pas de savoir si elle est bonne ou pas, mais c'est de savoir quelle sera la réaction des Etats-Unis et d'Israël. J'avoue que tel était mon cas aussi, et j'en regrette.


Dimanche 1 Juillet 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires