Conflits et guerres actuelles

Retrait de Géorgie: 'la Grande-Bretagne n'est pas le meilleur poste d'observation' (Nogovitsyne)


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 15:38 OBAMA VEUT À TOUT PRIX LA GUERRE



Dimanche 24 Août 2008

Retrait de Géorgie: 'la Grande-Bretagne n'est pas le meilleur poste d'observation' (Nogovitsyne)
L'Etat major russe réfute catégoriquement les allégations du ministère britannique des Affaires étrangères, selon lesquelles les troupes russes n'auraient pas été complètement retirées du territoire géorgien, a annoncé samedi l'adjoint du chef d'État-major général des Forces armées russes Anatoli Nogovitsyne lors d'une conférence de presse à RIA Novosti.

"Je ne crois pas que depuis les falaises de la brumeuse Albion on distingue mieux où se trouvent les troupes russes, et si la Russie a complètement achevé le retrait des troupes du territoire géorgien ", a déclaré Anatoli Nogovitsyne, commentant une déclaration des représentants du Foreign office.

"Je me demande sérieusement si les militaires russes, malgré le traité, ne sont pas revenus sur les positions occupées avant le 7 août", a déclaré vendredi le chef de la diplomatie britannique David Miliband.

La Russie a achevé vendredi à 19h50, heure de Moscou (15h50 GMT), le retrait du territoire de la Géorgie de ses unités dépêchées pour renforcer le contingent de la force de maintien de la paix en Ossétie du Sud, a annoncé vendredi le ministre russe de la défense Anatoli Serdioukov au président Medvedev

L'armée géorgienne est intervenue dans la nuit du 7 au 8 août dernier en Ossétie du Sud, une des deux républiques sécessionnistes qui revendiquent leur indépendance par rapport à la Géorgie. Elle a pilonné Tskhinvali, la capitale, à coups de lance-roquettes multiples Grad, détruisant la ville et tuant 2.100 civils, selon les autorités sud-ossètes. La Russie a riposté par une opération militaire de grande envergure visant à contraindre la Géorgie à la paix, que certains responsables politiques occidentaux ont qualifiée d'usage disproportionné de la force armée.

La Russie a introduit dans la région 10.000 militaires et des centaines d'unités de matériel de guerre pour appuyer les 600 soldats de la paix qui s'y trouvaient déjà. Le 12 août, le président russe Dmitri Medvedev a annoncé la fin de l'opération et le 18 août, Moscou a commencé le retrait de ses troupes vers les positions établies en 1999 par la Commission mixte de contrôle pour le règlement du conflit osséto-géorgien conformément au plan de paix élaboré le 12 août à Moscou par le président russe Dmitri Medvedev et son homologue français Nicolas Sarkozy, au nom de l'UE

http://fr.rian.ru/ http://fr.rian.ru/



Dimanche 24 Août 2008

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires