Politique Nationale/Internationale

Retrait de 20.000 soldats américains d'Irak: bluff politique à l'approche des élections (experts russes)



Mardi 29 Janvier 2008

Retrait de 20.000 soldats américains d'Irak: bluff politique à l'approche des élections (experts russes)
L'annonce par le président américain George W. Bush du retrait de 20.000 soldats américains au cours des prochains mois n'est qu'un bluff politique à quelques mois de l'élection présidentielle, estiment les experts russes.

Dans son discours annuel sur l'état de l'Union devant le Congrès, M. Bush a déclaré que suite aux modifications subies par le caractère de la mission des troupes américaines en Irak, "20.000 soldats reviendraient au pays prochainement".

"C'est une pure mesure de communication. Tout ce que font les hommes politiques américains, président compris, est dicté par des conseillers en relations publiques", considère le président de l'Institut du Proche-Orient Evgueni Satanovski.

"Cette décision n'est pas le fruit d'un changement de nature de la mission américaine en Irak, il s'agit plutôt d'un remaniement des troupes", a déclaré l'expert au cours d'une interview accordée à RIA Novosti.

Selon lui, les troupes ne sont jamais immobiles: elles doivent prendre leurs quartiers d'hiver, subir des remaniements et les soldats partent en permission. Cette annonce tente de tirer profit d'une simple rotation des forces sur le terrain.

"Si en tant que président vous avez la possibilité de relever 20.000 soldats, il serait étonnant de ne pas annoncer un retrait des troupes, et de faire passer le tout pour un changement de nature de la mission américaine", a-t-il poursuivi.

Le directeur de l'Institut d'études stratégiques Alexandre Konovalov souligne également que les déclarations de M. Bush sont dictées par des impératifs communicationnels.

"Bush veut simplement faire croire aux Américains que leur mission est terminée", a-t-il affirmé.

"C'est bien entendu une démarche destinée à soutenir le Parti républicain, car la guerre d'Irak grève ses chances de victoire aux élections", a-t-il poursuivi.

"Il faut certes partir d'Irak, mais si les Américains laissent le pays dans la situation actuelle, le pays sombrera dans la guerre civile et tombera entre les mains des terroristes internationaux, tel un trophée", a-t-il commenté.

"Qui sème le vent récolte la tempête. Qu'ils tentent désormais d'instaurer un minimum d'ordre", a-t-il affirmé.

Le spécialiste s'est également dit sceptique quant à la transition d'une mission de type "libérateur" vers une mission policière.

"La mission pourra devenir policière quand un certain niveau d'ordre règnera dans le pays, et qu'il suffira de maintenir la sécurité dans les rues. Mais quand des kamikazes font sauter des camions, une mission policière n'est pas de taille à faire face", a-t-il déclaré.

M. Satanovski est encore plus sceptique concernant ce changement de nature de la mission.

"Près de 25.000 guerriers, dont 3.500 appartenant à Al-Qaïda, combattent les Américains, l'administration locale et les troupes alliées en Irak. Peu leur importe d'avoir dans leur viseur un membre d'une mission libératrice ou un soldat d'occupation", a-t-il fait savoir.

"Les nettoyages ethniques vont se poursuivre dans ce pays, dans lequel l'administration centrale absente est remplacée pour beaucoup par les troupes d'occupation américaine", a-t-il prédit.

http://fr.rian.ru http://fr.rian.ru



Mardi 29 Janvier 2008


Commentaires

1.Posté par sean le 29/01/2008 18:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Celui qui s'est auto-proclamé publiquement de War President...

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires