Palestine occupée

Réseaux d’agents : « Israël » espionne les finances libanaises



Leila Mazboudi
Samedi 3 Avril 2010

Réseaux d’agents : « Israël » espionne les finances libanaises
Nouvelle arrestation dans le cadre  du feuilleton des réseaux d’espionnage travaillant au Liban pour la solde de l’ennemi sioniste.
Selon le quotidien libanais arabophone Al-Akhbar,  l’agent Mounir S. (originaire du casa de Jbeïl) a été arrêté il y a deux semaines et s’avère travailler pour le compte d’Israël depuis 2005.    
 
 Or, cette fois-ci, le coupable est  très différent de ses compères. Alors que ces derniers étaient chargés de missions sécuritaires, de surveillance, de collecte d’informations sur les militants de la Résistance, voire d’assassinats, Mounir qui est un employé haut placé dans la Banque libano-canadienne était chargé de missions dans le monde des finances.
 
Sachant qu’il dirige un  département consacré au blanchiment de fonds, ce qui lui permet d’avoir accès à tous les transferts de fonds opérés, ainsi qu’à tous les comptes bancaires de tous les détenteurs de comptes. Il peut également enquêter sur des transferts et des comptes bancaires qui semblent douteux, tout en obtenant toutes les informations nécessaires.
 A la foi des proches de l’inculpé, interrogés par le correspondant d’Al-Akhbar, Mounir aurait été recruté par son frère, Michel, ancien membre des Forces Libanaises puis membre de la milice collaboratrice d’Antoine Lahad, ALS, et qui a fui en Palestine occupée depuis le retrait israélien du Liban en 2000. Mounir aurait effectué dernièrement de nombreux voyages à l’étranger.  
 
Selon une source informée sur l’enquête en cours au Liban, les détails techniques sollicités par le Département des renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI), dont entre autre sur la personnalité de l’inculpé, laissent présager qu’il avait fourni un travail énorme à l’entité sioniste.
Il semble également qu’Israël ait voulu s’infiltrer dans tout le système bancaire libanais, aussi bien pour s’informer des sources de financement de la résistance que pour collecter des informations liées aux domaines sécuritaire, militaire, économique et financier.
Certains observateurs ont opéré un lien entre cette affaire et une affaire qui remonte à 2006, lorsque des Israéliens disposant de la nationalité canadienne ont porté plainte contre la banque en question, réclamant des indemnisations de millions de dollars, sous prétexte qu’ils ont été blessés durant la guerre de juillet 2006 par les roquettes de la résistance libanaise.
Les plaignants israéliens avaient également prétendu que la banque qui possède une branche dans le Québec facilitait le financement de la Résistance par le biais de deux fondations, « Yousr » et «  Ash-Shahid », et qui figurent dans la liste américaine des organisations terroristes. Cette plainte et d’autres portées aux États-Unis avaient été perçues par les gens du milieu comme étant un chantage qui vise le secteur banquier libanais dans le monde et qui voudraient lui soustraire des indemnités. L’une d’entre elles a d’ailleurs été rejetée depuis deux mois, rapporte Al-Akhbar.

http://www.almanar.com.lb/ http://www.almanar.com.lb/



Samedi 3 Avril 2010


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires