Opinion

Rencontre avec Roland Dumas, homme politique français de grande expérience


Dans la même rubrique:
< >


Mardi 1 Décembre 2009

Rencontre avec Roland Dumas, homme politique français de grande expérience
L’ex ministre français des Affaires étrangères, Roland Dumas dans un entretien exclusif et amical avec le correspondant à Paris de l’IRNA, a réagi à différentes questions du moment et en particulier aux relations entre l’Iran et la France qui sont au plus mal, avant les nouvelles positions adoptées par l’AIEA sur l’Iran.
En Iran, nombreux sont les gens qui ont pas entendu le nom de Roland Dumas, l’ex ministre français des affaires étrangères.

Roland Dumas, né le 23 août 1922 à Limoges (Haute-Vienne) est tout d’abord un avocat et homme politique français. Il a été ministre des Relations extérieures de 1984 à 1986, puis ministre des Affaires étrangères de 1988 à 1993.

En décembre 1983, il est nommé ministre des Affaires européennes puis, en plus, porte-parole du gouvernement (en juin 1984).

En septembre 1984, il est ministre des Relations extérieures du gouvernement de Laurent Fabius. Président de la commission des affaires étrangères pendant la cohabitation, il retrouve le Quai d'Orsay après la seconde victoire de François Mitterrand en 1988, et y demeure jusqu'en 1993.

En 1995, il est nommé par François Mitterrand Président du Conseil constitutionnel. Sous sa présidence, le Conseil constitutionnel a rendu un avis affirmant que l'immunité judiciaire du Président de la République s'imposait y compris pour les crimes et délits de droit commun.

Celui qui a longtemps occupé des postes prestigieux dans la politique française avait débuté sa carrière politique en tant que député de la Haute-Vienne à partir de 1956, puis député de Corrèze de mars 1967 à juin 1968 et député du Parti socialiste ( PS) de Dordogne de juin 1981, mars 1986 et juin 1988. battu en 1993.

Comme tout homme politique français de l’ancienne génération, il connait bien à la fois l’Iran et la volonté iranienne contrairement à cette nouvelle génération de politiciens français qui ne prend pas que des positions hâtives vis-à-vis de la République Islamique d’Iran.

Au cours de cet entretien, Roland Dumas commence par souligner combien, le président français Nicolas Sarkozy par ses déclarations a détérioré durablement les relations franco-iraniennes ajoutant que Nicolas Sarkozy a pris sous son emprise personnelle la politique intérieure et extérieure de la France et ne permet pas au gouvernement français de prendre de quelconque initiatives.
Sur les récentes positions exprimées par la France, Roland Dumas a mis en garde contre le suivisme de la politique de la Maison Blanche par Nicolas Sarkosy notamment durant la période de G.W.Bush.
A plusieurs reprises au cours de l’année 2009, il a clairement exprime sa position à la suite du massacre du peuple palestinien à Gaza estimant que Nicolas Sarkozy et Moubarak devaient être considérés comme des alliés du régime israélien et donc responsables du massacre des gazaouis par ce même régime.
Déjà au micro de Marie-Jo Sader, il avait dénoncé début de l’année 2009, la politique française au Proche-Orient, affirmant avec des mots très fort, sur une la radio française « Radio Orient » le 8 janvier 2009 que « Nicolas Sarkozy et Hosni Moubarak ont manœuvré avec leurs va-et-vient pour laisser le temps à l’armée israélienne de commettre le nettoyage humain à Gaza. C’est une terrible catastrophe quand on voit les résultats des massacres intervenus (…) sans qu’il y a une révolte autre que verbale (…). Des gens qui ne voulaient absolument pas arrêter le conflit immédiatement et qui laissaient le temps à Israël de faire son massacre (…). L’attitude de Monsieur Moubarak avec son complice, le président de la République française consiste à laisser le temps de la discussion, par des allers-retours, à l’armée israélienne de faire son travail, comme elle a l’habitude de le faire tous les deux ou trois ans, c’est-à-dire le nettoyage humain et inadmissible, je trouve que c’est amuser la galerie pour rien (…). La diplomatie est complice de l’administration américaine et de l’administration égyptienne… ».
Au cours de l’interview, il a essayé en vieux briscard de la politique française de changer le cour de l’interview. Il a fallu pas moins d’un mois de contact avant de voir notre demande d’interview finalement couronnée de succès.
Roland Dumas s’est donc livrer à deux heures d’entretien.
Notre entretien a débuté par un commentaire de la visite électoraliste de Nicolas Sarkozy dans une des banlieues sensibles de Paris qui oubliant qu’il est le président de tous les Français au travers du poste qu’il occupe et des questions touchant à la politique intérieures de la France
Pour Roland Dumas, le président français est désormais en campagne électorale pour les prochaines régionales avec ces visites de banlieues et cherche avant tout à récupérer les voix d’extrême droite
L’ancien ministre français confirme que face à la droite au gouvernement la situation du parti socialiste français, un des partis d’opposition au gouvernement, n’est pas très bonne. Et il avoue prudemment que parmi les gens de gauche il subsiste actuellement de nombreux différents ajoutant que la gauche manque cruellement de leader charismatique depuis que François Miterrant n’est plus là, regrettant que le parti socialiste n’ait pas eu de dirigeant de sa stature.
Concernant les prochaines échéances électorales de 2012, Roland Dumas précise qu’il est encore tôt pour dire qui se présentera comme candidat de l’opposition pour affronter Nicolas Sarkozy ajoutant que F. Hollande l’ancien président du Parti socialiste et son ex-épouse S.Royal commencent peu à peu leur rentrée électorale et qu’il est fort probable que S. Royal, déjà candidate malheureuse face à Nicolas Sarkozy à la dernière élection présidentielle, se présente en tant que candidate.

En dehors des politiques de la France et de l’Iran qui sont à leur niveau le plus bas , l’ex ministre français nous dit regretter le manque de grands projets.

L’ancien ministre revenant sur les relations entre l’Iran et la France souligne que « les bonnes relations qui avaient été établies sont en train de se détériorer ».

Il souligne que la diplomatie implique de saisir les situations en portant des regards différents sur chaque pays ajoutant qu’avec l’Iran, il est essentiel de saisir des occasions politiques et de ne pas regarder de la même façon.

Il faut adopter des approches différentes en fonction des pays les plus proches et ceux qui sont plus éloignés et des diplomaties différentes en fonction de nos interlocuteurs.

Interrogé sur l’interview accordée par Mahmoud Ahmadinejad à France 2 et l’utilisation qui en a été faite par les médias français prétendant que l’Iran avait demandé d’échanger des prisonniers comme Clotilde Reiss, il a déploré que des médias français aient choisi d’exagérer ce dossier compliquant un peu plus la situation.

http://www2.irna.ir http://www2.irna.ir



Mardi 1 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par souad le 01/12/2009 21:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Dumas,

Tant que ceux qui se réclame du parti socialiste sont de cette trempe, faut plus les écouter, ni les lire à la limite.
Etant naive de nature, mais pas bête définitivement, je me demande en quoi la figure de F. Mitterand, est charismatique, surtout en tant que ministre de l' intérieur de l'Algérie Française, du signataire du traité de Maastricht et de la première guerre du Golfe, où il déclara, je cite "les armes vont parler".

2.Posté par Laurent le 04/12/2009 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Souad
Ça n'empêche pas que Mitterand était en effet très Charismatique. Difficile de trouver un remplaçant dans le parti socialiste ni dans les autres partis.
Vous mélangez les prises ses prises de positions à des moments donnés et la stature politique de l'homme.

3.Posté par geoffroy alain le 27/12/2009 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je ne pense pas être dans une démocratie , les personnes élues ne nous représentent pas, ils devraient être virés par nous , non pas à la prochaine élection , mais dès qu'ils ne respectent plus les engagements pris durant leur campagne .
je suis élu , trop tard , maintenant c'est moi qui décide .............................

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires