Néolibéralisme et conséquences

Relax, ça va faire très mal!


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 08:29 SECURITE DES MOYENS DE PAIEMENT 


Marc Faber (surnommé « Dr. Doom » : « docteur Catastrophe »), est un analyste en investissements et entrepreneur Suisse, créateur du cabinet de conseil et gestion Marc Faber Limited. Connu pour la justesse de ses prévisions,
il nous donne ici sa vision du monde actuel et de sa probable évolution.


NIKOPOL
Mercredi 28 Juillet 2010

Article original en anglais, 26 juillet 2010 sur Zero Hedge Traduction: Nikopol pour AuLapinBlanc.blogspot.com

Relax, ça va faire très mal!
Article original en anglais, 26 juillet 2010 sur Zero Hedge Traduction: Nikopol pour AuLapinBlanc.blogspot.com
 
 Marc Faber a clôturé cette semaine de l’ « Agora Financial Investment Symposium» avec un discours rappelant que la fin du monde n’est pas loin, alors que la dislocation du paysage socio-politique et économique actuel est sur le point d’avoir lieu. (avec des conséquences très graves pour les États-Unis). Cette citation résume assez bien son sentiment: «Nous avons connu une tendance durant les 200 dernières années où le PIB de pays comme la Chine et l'Inde ont diminué tandis que l'Occident a fait un bond. Cela est fini. Les économies émergentes vont croitre et vos enfants, en Occident, n’auront pas le même niveau de vie que celui que vous avez connu. Absolument.
Nous n'allons pas couler au fond de la mer, mais d'autres pays se développeront beaucoup plus vite que nous. Le monde est très compétitif, et la cote est contre nous. Les Américains, avec leur arrogance innée, ne se laisseront pas faire aussi facilement, de sorte qu'il y aura beaucoup de tension dans l'avenir ». Alors que les fans de longue date de Faber ne seront pas surpris par le pessimisme à venir ci-dessous, pour toute autre personne gardant une lueur d'espoir que CNBC ait peut-être raison, il est conseillé de rester à l’écart des déclarations les plus récentes de Faber.
 Et tandis que nous n'avons pas la présentation complète encore, nous avons repris ici les points les plus importants. Ceux qui désirent approfondir les propos de l'inimitable M. Faber peuvent le faire ICI.
 En réalité : Ma vision n’est pas si négative. Je pense qu’elle est juste réaliste. Je veux faire face à la réalité. Il y a des gens comme Paul Krugman, qui pensent que nous devrions créer une autre bulle pour se tirer de là. Il a vraiment dit cela, mais il a dit la même chose en 2001, et vous savez comment cela a tourné.
 
 À propos des conséquences non-intentionnelles : La FED semble ne rien avoir appris de ses erreurs. La politique actuelle de taux à zéro pourcent visant à créer une croissance durable, n’a fait q‘augmenter la volatilité des marchés.
 La bulle pétrolière de 2008 en est un bon exemple. En 2008, le prix du baril de pétrole a flambé, mais les Etats-Unis, déjà en récession [commencée en Décembre 2007] n' avaient aucune raison rationnelle à ce que le prix du baril s’enflamme. L’argent facile de la FED a alimenté la bulle. C’était comme une taxe de 500 milliards de dollars payable par les consommateurs avec les compliments de la FED. C’est le prix que les Américains ont payé et ce qui a aidé à pousser les consommateurs vers le gouffre fin 2008.
 
 
 À propos de la FED : La FED ne prête pas attention aux bulles financières quand elles gonflent. C’est sa politique officielle. Mais elle inonde le système quand elles explosent. C’est une solution inadaptée qui a de nombreuses conséquences inattendues.
 Laisser gonfler des bulles et s’en occuper quand elles éclatent a effectivement marché pendant un certain temps. C'est ce qui est dangereux.
Cela fonctionnait dans les années 90. Mais il ne faut pas trop en tenir compte:
Cette période a été aidée par des conditions particulièrement favorables, de 1981 jusqu'au début de la dernière décennie, les matières premières étaient dans un marché baissier après une bulle créée dans les années 70 et au début des années 80, les taux d'intérêt étaient en baisse tout au long des années 80 et 90. Ils n'ont presque jamais cessé de chuter. Cela laissait penser que la politique de la FED fonctionnait. Les bulles peuvent apparaitre même sans politique monétaire expansionniste. Au 19ème siècle, vous avez eu des bulles dans les chemins de fer, par exemple. Mais aujourd'hui, la Fed a créé une bulle dans tous les secteurs, c'est une réussite, même pour une banque centrale. actions, matières premières, obligations, immobilier. Tout monte lorsque la Fed imprime, la seule chose qui baisse, c’est le dollar.
 À propos de la déflation : Je crois que le minima que le marché boursier a connu en Mars 2009 ne sera pas atteint à nouveau. Il y a des gens comme Robert Prechter qui pensent que le Dow-Jones va s’effondrer à 700 points à cause de la perte de l’effet de levier de la dette. Cela pourrait arriver, mais le Dow ne s’effondrera pas à cause de la politique monétaire. La FED maintiendra l’inflation en termes nominaux. Et si le Dow descend à 700 points, vous aurez plus à vous en inquiéter au sujet de vos investissements. Toutes les banques feront faillite. Vous ne voulez pas de cash si une déflation géante apparait.
Au contraire : cela sera inutile. Vous devez bien réfléchir aux conséquences d’une déflation massive.  
 
 À propos de la dépendance au crédit: Dans une économie accro au crédit, il n’est nul besoin d’une chute du crédit pour qu'il y ait des problèmes.
Vous n'avez besoin que d'un ralentissement du taux de croissance, et vous obtenez de gros problèmes. Maintenant, le gouvernement et la FED sont conscients de cela, ils créent donc de la dette par le biais de déficits budgétaires et de création monétaire. Cela crée un environnement extrêmement volatile. En 2008, la création de crédit du gouvernement était inférieure à la contraction du crédit privé, et les marchés financiers sombrèrent. En 2009, la création de crédit public était plus élevée que la contraction du crédit privé, et les marchés financiers ont pété les plombs.
Dernièrement, la création de crédit public s'est ralentie, et les marchés financiers ont chuté. Maintenant la FED est consciente de cela, et ce n'est qu'une question de temps avant qu’elle cesse de jeter plus d'argent dans le système. Je le garanti.
 À pros de ce que la FED fera à partir de maintenant: La façon la plus simple de résoudre le problème de la dette est d’avoir une inflation de 6% par an. Cela permet de sortir tout le monde de la dette. Les taux d’intérêt resteront à 0% en termes réels, à mon avis. Si l’inflation est de 5% par an, la FED gardera un taux d’intérêts à 5%; c’est comme cela que l’on obtient un taux de 0% d’intérêts. Nous pouvons avoir une contraction de la dette dans le secteur privé, mais cela ne compte pas. Il y aura plus qu’une compensation avec la création de dette publique. Donc cela n’est pas une bonne idée de n’avoir que des liquidités et être court de stock. Les liquidités sont très dangereuses quand les banques centrales veulent un taux d’intérêt à 0%.
 À propos du reste du monde: La situation des USA, comparée au reste du monde, est pire aujourd’hui qu’il y a 10 ou 20 ans. Les Asiatiques devraient remercier la FED pour cela. La FED a pratiquement créé les économies des marchés émergents, les Chinois ont rattaché leur monnaie au dollar en 1994, et jusqu’à 1998 peu de choses se passèrent. Quand la FED commença à imprimer et à augmenter les valeurs financières en 1998, il y avait cette énorme croissance de la dette et les consommateurs Américains commencèrent à dépenser à un niveau élevé. Cela accru le déficit de la dette US de 200 à 800 milliards de dollars. Bien entendu, les déficits commerciaux doivent être compensés par des excédents commerciaux dans d'autres pays. Ainsi, les Chinois ont commencé à augmenter leur production. Ensuite, leur marché de l’emploi a augmenté. Leurs salaires ont augmenté. Les entrepreneurs ont commencé à investir plus d'argent dans les dépenses en capital. La Fed n'est pas le seul facteur qui a conduit à la forte croissance des marchés émergents, mais elle en a certainement été un facteur majeur.
 
 À propos de la désillusion des grandeurs: Aux US, nous continuons à penser que nous sommes le plus grand marché intérieur de consommation dans le monde.
Dans certains domaines, nous le sommes, mais en général c’est une mauvaise façon de voir les choses.
 Il y a de grosses différences sur la façon de produire les statistiques d’un pays à l’autre. La consommation Américaine représente 70% de son PIB, mais presque en totalité constituée de services domestiques. L’achat de biens représente seulement 20% de la consommation. 600 milliards de dollars sont dépensés chaque année pour la Défense, mais la moitié de cette somme (300 milliards de dollars) sert à payer les salaires et les retraites. En Chine, le coût de la main d’œuvre est pratiquement nul. En comparant la puissance d’achat, la Chine dépense à peu près la même chose que les US en budget militaire.
 
 Nous, Américains, pensons aussi que nous avons tout le savoir du monde, nous pensons que c’est notre avantage, mais les pays qui ont une population bien plus importante ont l’avantage. La recherche est aujourd’hui faite en Asie où la main d’œuvre est si peu chère. Des entreprises comme Intel, IBM, et Microsoft font de la recherche en Asie. Et les Asiatiques sont plus malins que les US à propos de plein d’autres choses.
 
 
 Traduction NIKOPOL pour AuLapinBlanc.Blogspot.com


Mercredi 28 Juillet 2010


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires