Politique Nationale/Internationale

Relations tendues entre Washington et Londres: La Grande-Bretagne se retire de Bassora


La Grande-Bretagne a complété le retrait de ses 550 soldats du palais de Bassora et a annoncé que la région de Bassora elle-même passerait sous contrôle irakien « cet automne ». Bassora est la dernière des cinq provinces au sud de l’Irak à passer sous contrôle irakien. La Grande-Bretagne n’y a plus que 5000 soldats, basés à l’aéroport de Bassora.


Chris Marsden
Samedi 8 Septembre 2007

Par Chris Marsden




Les divergences d’opinions entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis sur la question irakienne ont été bien montrées lundi dernier par une visite surprise en Irak par le président américain, George W. Bush. Il y a tenu un « conseil de guerre » avec de hauts représentants du Pentagone et de la Maison-Blanche ainsi qu’avec l’ambassadeur américain Ryan Crocker et le général David Petraeus, le commandant en chef en Irak, qui doit présenter son rapport sur les renforts américains au Congrès la semaine prochaine.

On s’attend généralement que Petraeus soumettra un verdict positif. Dans une entrevue qu’il accordait à l’Australian le 30 août, Petraeus a déclaré que l’envoi de 20 000 soldats supplémentaires en Irak a réussi à affaiblir les milices et à réduire les décès pour cause d’appartenance religieuse et ethnique de 75 pour cent par rapport à l’année précédente. Les tentatives de décrire la dégradation de la situation en Irak sous un jour aussi positif signifient que le retrait de Bassora par la Grande-Bretagne, où elle a dans les faits perdu tout contrôle de la situation, est encore plus dommageable pour Bush.

Le premier ministre Gordon Brown a défendu le retrait du palais de Bassora, insistant sur le fait que les troupes britanniques étaient prêtes à y « intervenir de nouveau » si besoin était. Mais l’Armée du Mahdi de l’iman radical Moqtada al-Sadr a déclaré avoir vaincu les Britanniques et les habitants de la région interviewés par la presse étaient d’accord avec lui.

Les tensions entre l’administration Bush et le gouvernement Brown se sont progressivement détériorées, au milieu de spéculation des deux côtés de l’Atlantique que le retrait du reste des troupes britanniques aura lieu plus tôt que tard.

L’armée, des sections de la presse et de l’establishment politique font pression sur Brown pour qu’il annonce un échéancier pour le retrait de l’Irak et pour le redéploiement des troupes britanniques en Afghanistan. Ce dernier a rejeté ces demandes dans une réponse qu’il a fait parvenir par écrit au dirigeant des libéraux démocrates, Menzies Campbell, réitérant la promesse qu’il avait faite à Bush que la Grande-Bretagne avait toujours des responsabilités envers l’Irak. Cette réponse a provoqué la colère ceux qui voyaient son arrivée au pouvoir comme une occasion pour sortir la Grande-Bretagne du bourbier irakien et pour établir une certaine indépendance face à Washington. Elle pourrait avoir un impact important, particulièrement si Brown envisageait une élection générale surprise cet automne.

Aux Etats-Unis, la possibilité du retrait a provoqué une série de critiques hostiles de la part d’importantes personnalités militaires et de conseillers politiques envers l’armée britannique pour avoir perdu le contrôle de Bassora, y compris deux architectes de la politique américaine du renfort, les généraux Jack Keane et Frederick Kagan. Ces déclarations très critiques ont été mal accueillies en Grande-Bretagne, surtout au sein des forces armées.

Pour tentant d’atténuer la tension, le ministre britannique de la Défense, Des Browne et le ministre britannique des Affaires étrangères, David Miliband, ont entrepris la mesure exceptionnelle d’écrire au Washington Post pour « rectifier les faits » après des semaines de « critiques déplacées ».

Les deux ont insisté sur le fait que la Grande-Bretagne était « en bonne voie de redonner son entière souveraineté au peuple irakien, comme il était prévu ». Les forces britanniques ont entraîné une division irakienne de 13 000 hommes qui est de plus en plus compétente, ont-ils affirmé. Il n’y a pas d’insurrection anti-gouvernementale et peu de signes de la présence d’al-Qaïda au sud de l’Irak, mais plutôt « une intense concurrence politique qui existe depuis longtemps entre divers mouvements d’obédience chiite et qui prend trop souvent des formes violentes. Tout ce que je veux dire, c’est qu’en Irak comme en Afghanistan, nous avons encore beaucoup de pain sur la planche. Reconnaître qu’il nous reste des défis à relever n’est pas accepter que notre mission au sud de l’Irak est un échec. »

Le jour suivant, le 1er septembre, Bush exprima clairement, lors d’une entrevue avec « Sky News », l’opposition des Etats-Unis face à la position britannique, insistant que « Nous avons besoin de tous nos partenaires de la coalition. Je comprends que tous doivent s’occuper de politique interne. Je dis seulement que, dans le cas de l’Irak ou de l’Afghanistan, nous avons plus de travail à faire. »

Les troupes occidentales, a-t-il affirmé, ne devraient penser à se retirer que lorsqu’elles auront accompli le « dur boulot » de vaincre al-Qaïda et les insurgés soutenus par l’Iran.

Lorsqu’on lui posa la question, Bush nia que ces paroles se voulaient une critique de la Grande-Bretagne, déclarant que la passation des pouvoirs aux forces irakiennes était « correcte ». « Lorsqu’on dit retrait des troupes, cela pourrait faire croire que tous leurs soldats retournent au pays, mais ce n’est pas ce qui va arriver..., ils vont maintenir une présence là-bas pour aider le gouvernement irakien à réussir », a-t-il déclaré.

Tous ces efforts pour minimiser l’ampleur des désaccords entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne furent sabotés par les commentaires incendiaires du général sir Mike Jackson dans le Daily Telegraph. Jackson a pris sa retraite l’an dernier du poste de chef d’état-major de l’armée britannique et son autobiographie « Soldier » (Soldat) est publiée dans le Telegraph. Le 1er septembre, lors d’une entrevue avec le journal, il déclara que l’approche de l’ancien secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld était une « banqueroute intellectuelle », ajoutant que Rumsfeld est « l’un de ceux à qui l’on doit la situation actuelle en Irak ».

Le recours de Rumsfeld à l’action militaire et son insistance que les forces américaines « ne construisent pas de nation » étaient « absurdes », a affirmé Jackson. De plus, la décision du Pentagone de démanteler l’armée irakienne après le renversement de Saddam était l’expression « d’une vision à très court terme ». Jackson et d’autres officiers britanniques importants ont soutenu l’idée que « Nous aurions dû maintenir les services de sécurité en état et les placer sous le contrôle de la coalition. »

En donnant le contrôle au Pentagone, a affirmé Jackson, Bush jeta à la poubelle « tous les plans menés par le département d’Etat » durant la période d’après-guerre.

Par des paroles lourdes de sens, Jackson s’opposa à la critique américaine de la performance britannique à Bassora : « Je ne crois pas du tout que ce soit une juste évaluation... Ce qui s’est produit au sud, comme à travers le reste de l’Irak, est la passation aux Irakiens de la responsabilité première de la sécurité au moment où les autorités irakiennes et la coalition sont satisfaites de leur entraînement et de leur développement. »

Dans son autobiographie, Jackson a aussi déclaré que Rumsfeld n’avait pas déployé assez de troupes pour maintenir la loi et l’ordre en Irak et qu’il avait rejeté les plans pour administrer l’Irak établis par le département d’Etat américain. Une force combinée de 400 000 hommes auraient été nécessaire pour contrôler un pays de cette superficie, a-t-il déclaré, mais même avec la récente augmentation des troupes américaines, la coalition compte à peine la moitié de ce nombre.

Mettant Brown une fois de plus dans l’embarras, Jackson a écrit que lui et d’autres militaires savaient que les affirmations à propos des armes de destruction massive de l’Irak étaient fausses, surtout celles soutenant que l’Irak pouvait déclencher une attaque sur la Grande-Bretagne en moins de 45 minutes : « Nous savions tous qu’il était impossible pour l’Irak de menacer le territoire du Royaume-Uni. Les missiles Scud de Saddam pouvaient à peine atteindre nos bases à Chypre. »

Brown refusa de commenter les remarques de Jackson, tandis que le ministère de la Défense déclara qu’il était citoyen privé « ayant le droit d’exprimer son opinion sur son ancien travail ». Le département de la Défense des Etats-Unis adopta une approche similaire, affirmant que les « points de vue divergents » étaient la « marque des sociétés ouvertes et démocratiques » et « faisaient partie de la culture et de la philosophie militaires ». Le général Keane déclara qu’il n’allait pas « s’embarquer dans une lutte avec des généraux à la retraite ou d’autres gymnastiques verbales ».

D’autres n’ont pas eu ces réserves. Dans une entrevue avec le Sunday Mirror, le major général Mike Cross, un officier britannique haut gradé impliqué dans la planification d’après-guerre en Irak qui a pris sa retraite plus tôt cette année a déclaré qu’il appuyait tout ce que Jackson avait dit. Il était évident avant l’invasion de 2003, a-t-il affirmé, que « les Etats-Unis s’étaient déjà convaincus que l’Irak allait devenir une démocratie stable assez rapidement. Quiconque tentait de mettre en doute cette conception était tout simplement écarté. »

Cross a signalé à Rumsfeld qu’il était très préoccupé par la possibilité de voir le pays tomber dans le chaos. Rumsfeld a « ignoré » et « rejeté » ses craintes. « J’ai également soulevé mes préoccupations quant au nombre de soldats nécessaires pour assurer la sécurité et la reconstruction. Il n’a rien voulu entendre de ce que je disais. »

« Il n’y a aucun doute avec le recul que le plan d’après-guerre des Etats-Unis était voué à l’échec », a dit Cross.

Le dirigeant libéral démocrate, Menzies Campbell, a dit que les commentaires de Jackson ont confirmé son point de vue selon lequel les troupes britanniques devraient quitter l’Irak le plus rapidement possible. « Il n’y avait aucun plan pour ce qui devait arriver après une victoire. Le personnel militaire britannique paie de sa vie pour cette absence de vision », a-t-il dit. Jackson était « un homme bien connu pour dire ce qu’il pensait et pour ne pas avoir peur de froisser les Américains. »

Encore plus significatif est le fait que les conservateurs ont décidé de se solidariser avec la position de Jackson. Comme lui, ils sont opposés au retrait des troupes d’Irak ou de l’Afghanistan, mais accueillent favorablement le fait qu’il blâme les États-Unis pour l’échec des alliés en Irak — particulièrement par le fait que cela leur permettra de mobiliser leur propre base électorale avec un ticket patriotique, tout en embarrassant les travaillistes.

Le secrétaire d’État du cabinet fantôme William Hague a dit au Sky News Sunday que les critiques dirigées contre la politique américaine en Irak par les généraux britanniques à la retraite donne plus de poids à la demande pour la tenue d’une enquête complète sur la guerre et ces conséquences. « Nous croyons que beaucoup d’erreurs ont été commises, a-t-il dit. Je pense que plusieurs des conclusions [américaines] étaient erronées. Ils ont clairement sous-estimé le nombre de troupes requis pour construire une force d’occupation efficace. »

L’ancien ministre conservateur des Affaires étrangères et de la Défense, Sir Malcolm Rifkind, était encore plus direct lorsqu’il s’est adressé à la BBC : « Je pense que l’une des critiques les plus fondamentales n’est pas seulement que Rumsfeld était incompétent — et il était incompétent—, mais qu’en fait c’est son patron, George Bush, qui a dans les faits pris l’extraordinaire décision de placer sous le contrôle du Pentagone et de Rumsfeld la reconstruction politique de la nation après la fin de la guerre. »

Un rapport publié dans le Sunday Times était également hautement dommageable pour les relations entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

Citant un « fonctionnaire officiel » que Bassora pourrait être restitué aux forces irakiennes dès octobre, il a ajoutait, « l’irritation croissante à Washington ne va qu’augmenter avec les affirmations que les Britanniques auraient concluent une entente avec la milice chiite pour faciliter leur retrait de Bassora. L’avocat d’un britannique détenu sans procès à Bassora a divulgué l’existence d’un certain nombre de rencontres secrètes dans lesquelles les Britanniques ont accepté de relâcher graduellement des militants, incluant des tueurs connus. Le ministre de la Défense a nié ces allégations, mais une source senior du ministère de la Défense a dit que les discussions secrètes avec l’aide des forces spéciales de la police irakienne se « déroulent depuis des semaines » afin d’assurer un retrait sécuritaire du palais de Bassora. »

Le rapport jetait également un peu de lumière sur quel compromis acceptable Brown tente de négocier avec l’administration Bush. Sa promesse faite à Bush de continuer à superviser le progrès des troupes irakiennes va, affirme le Times, « nécessiter près de 2500 soldats, incluant une force de réaction rapide de 1500 hommes pour intervenir si les autorités irakiennes en matière de sécurité ne peuvent plus contrôler la situation…, la Grande-Bretagne discutait avec le gouvernement du Koweït pour "déplacer certaines des fonctions actuellement menées à Bassora vers l’aéroport du Koweït" ».

Un tel geste nécessiterait que les États-Unis assument directement la responsabilité militaire sur ce qui est le plus important centre pétrolier irakien.

wsws.org


Samedi 8 Septembre 2007


Commentaires

1.Posté par bachir le 08/09/2007 20:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aller, tout cela est manipulé de main de maitre, le sosi n°4 de feu ben laden, a été ressorti des studios et justement, le vilain bonhomme a menacé les usa en irak, donc merci encore une fois au mort de la grotte d'être venu à la rescousse du poor georges la marionette de la maffia militaro financière qui a mis le monde à feu et à sang, a cause de types possédés par l'esprit du mal qu'ils ont eux mêmes formés et armés, comme dans le cas du mythe des temps modernes d'alkakaïda!

jusqu'ou mentiront-ils??????

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires