ALTER INFO

Rejet des allégations de la Russie sur la centrale de Bouchehr


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



IRIB
Jeudi 15 Mars 2007

Les allégations controversées et vaines du Directeur de l'Agence fédérale de l'Energie atomique russe, concernant le non respect, par la RII, de ses engagements financiers, concernant la centrale nucléaire de Bouchehr, ont suscité l'étonnement des milieux et des responsables politiques iraniens. Le vice-Président de l'Organisation iranienne de l'Energie atomique, Mohammad Saïdi, a, dans la foulée, rejeté les dernières allégations des responsables russes, à ce propos. Du 10 octobre 2006 au 14 mars 2007, l'Iran a versé plus de 75 millions de dollars à la compagnie russe, chargée d'accomplir le projet de Bouchehr. En outre, un montant de 18 millions 200.000 dollars est en cours de remboursement, au compte de l'entreprise "Atomstroiexport". Ceci étant, le Directeur de l'Agence fédérale russe de l'Energie atomique, Sergueï Trinicko, a prétendu que l'Iran n'avait pas tenu ses engagements financiers, dans le domaine nucléaire. Les responsables nucléaires russes ont poursuivi leurs allégations, en faisant savoir qu'au cas où l'Iran ne paierait pas ses dettes, le projet de la centrale iranienne serait, sérieusement, mis en péril. Dans le même temps, les propos contradictoires des officiels russes révèlent les motifs politiques qui se cachent derrière le dossier nucléaire iranien, à vocation pacifique, alors que les responsables de la compagnie russe avaient affirmé que le non paiement, à la date prévue, de leurs créances, était à l'origine du report de la mise en service de la centrale nucléaire de Bouchehr, bien que ce soit certaines questions d'ordre technique et protocolaire entre l'Iran et la Russie, pouvant être résolues par les experts des deux parties, qui expliquent ce retard. Dans le même temps, le journal russe, "Novye Izvestia", a qualifié d'infondées les allégations de la société russe, "Atomstroiexport", concernant les retards de l'Iran, dans le paiement de ses dettes, avant d'écrire que l'Iran devait verser une dernière somme, d'un montant de 200 millions de dollars, à l'issue du projet, tandis que la société russe ne pouvait pas compléter le projet en question, en raison des nombreux problèmes financiers qu'elle connaissait. Bien que les problèmes financiers de ladite société ne regarde pas Téhéran, le Président de l'Organisation iranienne de l'Energie atomique, Gholam-Reza Aghazadeh, a fait savoir que Téhéran était prêt à payer, à l'avance, la compagnie russe, pour l'aider à régler ses problèmes financiers, ce qui pourrait lui permettre de respecter ses engagements envers le projet en question.

Auparavant, la société russe "Atomstroiexport" avait estimé que le retard enregistré dans l'envoi de certains équipements, par certains pays, figurait parmi les raisons qui ont retardé la mise en service de la centrale de Bouchehr. En raison des nombreux atermoiements de Moscou, à cet égard, l'opinion publique iranienne doute, sérieusement, des intentions des autorités russes. Certains politologues pensent que les Etats-Unis sont derrière l'affaire Iran-Russie. De son côté, le quotidien moscovite, "Nezavisimaya Gazeta", a fait état de tractations en coulisse de la Russie avec l'Occident. En tout état de cause, ce qui crée certains doutes, c'est que, même si la touche finale à cette centrale iranienne réclame davantage de temps, tout retard, dans les livraisons du combustible nucléaire à l'Iran, serait injustifiable.


Jeudi 15 Mars 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires