Economie

Récession et Effondrement: Alerte Rouge, Très Rouge !!


Décidemment, les marchés jouent au yoyo… Entre espoir de relance et perspectives économiques plus que pessimistes, les bourses rechutent puis rebondissent, puis rechutent encore…


Jeudi 23 Octobre 2008

Récession et Effondrement: Alerte Rouge, Très Rouge !!
Eline Briant



Et mercredi, face aux risques de récession planétaire, les marchés boursiers mondiaux ont fortement décroché mercredi.

Après de fortes chutes en Asie et en Europe, les Bourses du continent américain ont touché le fond, Wall Street terminant en repli de 5,69%.

"Le marché a subi une pression incroyable", a observé l'analyste Peter Cardillo, d'Avalon Partners qui poursuit que "les résultats ne sont qu'une excuse: le marché craint véritablement une récession, et redoute qu'elle ne soit grave", a ajouté l'analyste.

Les Bourses européennes ont plongé en clôture: Paris a perdu 5,01%, Francfort et Londres 4,46%. Les Bourses asiatiques étaient aussi mal orientées, avec des chutes de 6,79% à Tokyo, 5,20% à Hong Kong et 3,20% à Shanghai.

Mais les pires chutes ont été enregistrées à Madrid (-8,7%) et surtout Buenos Aires (-10,11% en clôture après un repli de 16,17% à mi-séance), toutes deux très affectées par le projet de nationalisation du système privé de retraites en Argentine.
La Bourse égyptienne a aussi clôturé mercredi sur une forte baisse de près de 9% dans la foulée des grandes places boursières régionales et internationales.
La CASE-30 a perdu plus de la moitié de sa valeur en six mois, après avoir approché en mai la barre des 12.000 points.

Au Brésil, la Bourse de Sao Paulo, première place financière d'Amérique du Sud, a suspendu automatiquement ses opérations après une chute de plus de 10%.

Sur le marché des changes, l'euro a poursuivi son plongeon face au billet vert, tombé à 1,2865 face au dollar, alors que les divergences d'approche en Europe sur les remèdes à apporter à la crise ont éclaté au grand jour.
L'Allemagne a sèchement renvoyé dans les cordes le président Sarkozy et sa proposition de créer des fonds souverains nationaux pour protéger l'industrie contre des prédateurs étrangers.

L’annonce d'un sommet mondial sur la crise qui réunira 20 grands pays développés et émergents le 15 novembre près de Washington n’a donc pas rassuré les marchés.

La réunion visera à "discuter des causes de la crise financière" et "identifier les principes de réformes" pour éviter qu'elle ne se reproduise, a précisé la Maison Blanche en annonçant la date de la réunion.

Face à la pire crise depuis 1929, Européens et Américains étaient tombés d'accord samedi pour réunir une série de sommets internationaux afin de réfléchir à une refonte du système financier international.

Mais le nouvel ordre mondial qui pourrait sortir du sommet reste flou.
L'UE veut une réforme profonde du système actuel, une sorte de Bretton Woods bis, du nom des accords de 1944 qui avaient jeté les bases du système financier actuel.
Les Européens proposent une supervision mondiale des marchés, qui serait confiée au Fonds monétaire international (FMI).
Réticent à l'idée d'une refonte du système, George Bush a souligné à plusieurs reprises son attachement aux "fondements du capitalisme démocratique" et à la "liberté des marchés".

Le mot "récession" n'est désormais plus tabou.

"Après avoir pris des mesures pour le système bancaire, nous devons maintenant agir contre la récession financière mondiale", a plaidé le Premier ministre britannique Gordon Brown à la Chambre des communes.
Il a d’ailleurs reconnu s'attendre à "une récession en Amérique, en France, en Italie, en Allemagne, au Japon, et, parce qu'aucun pays n'est immunisé, en Grande-Bretagne aussi".

En Suisse, les économistes d'UBS ont estimé mercredi que l'économie européenne allait entrer "en récession quasiment au même moment que les Etats-Unis".

En France, Nicolas Sarkozy présentera ce jeudi une série de mesures de soutien à l'économie, notamment en faveur des PME, dont des dispositions destinées à amortir les effets de la crise sur l'emploi.

Les derniers résultats d'entreprises ont confirmé la contagion de la crise financière à l'économie, avec des conséquences lourdes pour l'emploi.

Et les prévisions vont en s’empirant…
En effet, le marasme économique risque de se transformer en crise sociale.
Selon une responsable des Nations Unies chargée du programme pour l'habitat, la crise pourrait déclencher des émeutes au sein de la population urbaine grandissante dans le monde, alors que des habitants n'arrivent plus à payer leur loyer.

Autre indicateur de la crise, l'or noir poursuivait sa chute: les cours sont passés sous les 65 dollars à Londres, au plus bas depuis mai 2007, et tournaient autour de 68 dollars à New York, après l'annonce d'un bond plus important que prévu des stocks américains d'hydrocarbures.


Jeudi 23 Octobre 2008


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires