Diplomatie et relation internationale

Recep Tayyip Erdogan au Figaro :"l'affaire iranienne doit être résolue par la voie diplomatique »


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Mardi 6 Avril 2010

Recep Tayyip Erdogan au Figaro :"l'affaire iranienne doit être résolue par la voie diplomatique »
Dans une interview au quotidien français " Le Figaro" à paraitre aujourd'hui mardi et peu avant sa visite officielle de deux jours en France, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan estime que l’affaire du nucléaire iranien doit être résolue "par la voie diplomatique".
"Nous considérons que cette affaire iranienne doit être résolue par la voie diplomatique" déclare le Premier ministre turc qui séjournera en France mardi et mercredi.

Les sanctions actuellement envisagées contre l'Iran risquent de ne produire aucun effet, estime le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan.

Plus loin , il a rappelé que "des sanctions avaient déjà été décidées à deux reprises", M. Erdogan affirmant que "ceux qui ont pris la décision de les appliquer ont été les premiers à les violer".

"Il y a les Français, les Allemands, les Anglais, les Américains et les Chinois. Ils sont tous impliqués et parviennent encore, par des voies indirectes, à introduire leurs produits en Iran. Nous ne pouvons pas omettre cette réalité", ajoute le Premier ministre turc.

"Par ailleurs, il y a un pays dans la région qui dispose de l’arme nucléaire. Je ne vois pas pourquoi personne ne s’attarde sur ce cas. Cette approche n’est pas équitable", affirme-t-il encore, faisant implicitement allusion au régime israélien.

La Turquie est toujours prête à jouer un rôle de médiateur. "Lors des dernières discussions, l'Iran avait accepté de donner aux Etats-Unis de l'uranium enrichi. Avant qu'il ne quitte ses fonctions à l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique), Mohammed El-Baradei avait indiqué qu'Istanbul pouvait servir de lieu d'échange".

"A chaque entretien avec le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, nous avons insisté et répété que nous ne voulons pas d'arme nucléaire dans la région", rappelle le Premier ministre turc. "Ils répondent qu'ils ne conçoivent pas d'arme nucléaire mais qu'ils produisent de l'énergie nucléaire. Et l'Agence internationale de l'énergie atomique n'est pas parvenue à prouver qu'il existe bel et bien une arme nucléaire".

http://www2.irna.ir/fr/ http://www2.irna.ir/fr/



Mardi 6 Avril 2010


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires