ALTER INFO

Réalité derrière l’attentat de Lockerbie


Dans la même rubrique:
< >


Mardi 25 Août 2009

Réalité derrière l’attentat de Lockerbie

Infowards.com, Kurt Nimmo, 23 août 2009


      Comme on s’y attendait, en moutons de Panurge, les prudents animateurs de débats radiodiffusés et présentateurs de l’actualité télévisée expriment leur indignation devant la décision de libérer Abdel Baset al-Megrahi, le pigeon libyen condamné pour avoir tué 270 personnes lors de l’attentat de 1988 contre un avion de ligne au-dessus de Lockerbie en Écosse.


      Greta Van Susteren de Fox a qualifié Al-Megrahi de « tueur de masse insensible, » tandis que John Bolton, le néoconservateur lessivé, a rejeté toute la faute sur le régime Clinton. Bolton a déploré que les États-Unis n'aient pas pu poursuivre Al-Megrahi en justice et lui infliger la peine de mort.


      Samedi, l'amiral Mike Mullen, le chef d’état-major, est intervenu sur le sujet tellement controversé du retour d’al-Megrahi en Libye pour maladie en phase terminale. Mullen s’est dit « consterné » par la libération et a considéré cela comme une « décision politique. » Le directeur du FBI Robert Mueller a envoyé une lettre cinglante au ministre écossais de la Justice Kenny MacAskill, affirmant que la décision « réconforte les terroristes » du monde entier. « Je suis indigné par votre décision, motivée avec désinvolture par de la "compassion", » écrit-il.


      Comme d'habitude, au milieu du tambourinage de poitrine et du tralala, les faits restent commodément à l’écart dans cette affaire. En réalité, les faits n’ont pas eu de traitement équitable dans les grands médias parce que le but était à l'époque de diaboliser la Libye de Muammar al-Kadhafi, et non pas de trouver la vérité ou de traquer et traduire en justice les véritables terroristes derrière l'explosion du vol 103 de la Pan Am.


      Des preuves, produites aux États-Unis mais dont on n’a pas tenu compte, révèlent que l'agent secret libyen Al-Megrahi et Al-Kadhafi n’étaient pas à l’origine de l'attentat. C’était le terroriste et atout espion notoire, Abou Nidal.


      Le 27 octobre 2008, le News Scotsman a signalé :

      L’ancien député travailliste Tam Dalyell et le professeur de droit d’Edinburgh Robert Black ont exhorté le gouvernement écossais et britannique pour qu’ils répondent aux rapports selon lesquels Abou Nidal, alias Hassan Sabri al-Banna, était un agent étasunien. Ils ont longtemps pensé qu’Abou Nidal, mort en Irak en 2002, et son Commandement général du Front Populaire de Libération de la Palestine étaient responsables de la coordination de l’attentat qui détruisit le Vol 103 de la Pan Am, au-dessus de Lockerbie le 21 décembre 1988, faisant 270 victimes. 

      Des rapports du Renseignement, qui aurait été rédigés pour les services de sécurité de Saddam Hussein, indiquaient que les Koweïtiens avaient demandé à Abou Nidal de se renseigner pour savoir si Al-Qaïda était présent en Irak.


      Ces rapports faisaient allusion à la « collusion entre Abou Nidal et l’appareil de renseignement étasunien et koweïtien, en coordination avec les services secrets égyptiens. »


      Selon les rapports, le député Dalyell a appuyé l’idée que Lockerbie était un attentat en « représailles » de l’abattage, autorisé par le régime étasunien, d’un avion de ligne iranien par le navire de guerre USS Vincennes en 1988.

      Dalyell a soutenu que les affirmations faisant d’’Abou Nidal un agent étasunien expliqueraient certains mystères entourant l'attentat de Lockerbie. Ceux-ci comportent notamment un avertissement parvenu à l'ambassade étasunienne de Moscou, demandant aux diplomates de ne pas voyage sur les vols de la Pan Am, et des personnalités sud-africaines « écartées » de l'avion avant son dernier envol.


      Des étudiants « jetables » remplacèrent les diplomates sur le vol condamné.


      Dalyell et Black ont expliqué : « Si le public étasunien avait connu le lien avec Abou Nidal, et avait su que leur gouvernement en savait assez pour faire évacuer des personnages de marque de l'avion et laisser des étudiants rentrant chez eux prendre leur place, il aurait été furieux au moment du passage de la présidence de Ronald Reagan à George Bush père. »


      En mai 2000, un ordre de faire taire renforça l’idée que la Libye n'était pas derrière l'attentat de Lockerbie. Le Sunday Herald signala que le Dr Richard Fuisz, un agent de la CIA et possible témoin clé du procès, fut forcé de se taire par le régime étasunien en vertu des lois sur le secret d'État, et mis face à 10 ans de prison s'il révélait quelque information sur l'attaque terroriste. Dans les années 80, Fuisz, un homme d'affaires multimillionnaire et chercheur en pharmaceutique, était, selon des sources du renseignement étasunien, l’agent clé de la CIA à Damas, la capitale syrienne, où il avait aussi des intérêts professionnels.


      Neil Mackay écrit : « Un mois avant qu’une ordonnance du tribunal lui signifie que le régime étasunien lui interdisait de parler pour des raisons de sécurité nationale, il s'était adressé à l’assistante du Congrès Susan Lindauer, lui affirmant qu'il connaissait l'identité des auteurs de l’attentat de Lockerbie et que ce n'étaient pas des Libyens. Les dires de Fuisz à Lindauer appuyaient celles des deux libyens accusés, qui incriminaient un certain nombre d'organisations terroristes, dont le Commandement général du Front Populaire de Libération de la Palestine, qui avait des liens étroits avec la Syrie et l'Iran, » en bref, Abou Nidal.


      Selon l’Independent, soit Nidal a été tué par la police secrète irakienne pour son rôle d'agent double étasunien, soit il s'est suicidé après que les Irakiens aient appris sa trahison.


      Patrick Seale, le spécialiste réputé en matière moyen-orientale et auteur de Abu Nidal: A Gun For Hire (Random House, 1992), suggère que Nidal a aussi travaillé pour le Mossad israélien.


      En 2003, Gordon Thomas de The American Free Press, lui a signalé qu’un ami proche de Bill Clinton, Marc Rich, le milliardaire recherché par la justice (qui connaissait personnellement l'identité de l'espion israélien à la Maison Blanche connu sous le sobriquet de « Mega »), a joué un rôle décisif en aidant Bank of Credit and Commercial International (BCCI) à prendre des dispositions pour que Nidal reçoive « des centaines de millions de dollars pour des transactions d'armes illégales dans une démarche visant à persuader ses riches bailleurs de fonds du Moyen-Orient que la banque était résolument pro-arabe. » Ce témoignage a été présenté à la Commission judiciaire du Sénat en janvier 2003.


      Plus tard, Ghassan Quassem, un fonctionnaire supérieur de la BCCI pendant près de vingt ans, déclara sous serment : « Les armes britanniques secrètement destinées à Abou Nidal ont été financées par les bureaux de la BCCI et expédiées grâce à des bordereaux d'exportation que Marc Rich savait faux. Mon rôle auprès de la banque était de traiter le compte de Nidal. Je suis ensuite devenu espion à la CIA et au MI6. »


      Ces informations n’ont pas été signalées par les grands médias des États-Unis. Greta Van Susteren et les grands médias prostitués, depuis des décennies dans la poche du Pentagone et de la CIA, revisitent la désinformation qu’ils ont appuyée en fin 2001, quand le pigeon Al-Megrahi fut condamné pour meurtre par un jury de trois juges écossais et condamné à 27 ans de prison. Van Susteren et les grands médias sont si occupés à exalter l'indignation sur le soi-disant terrorisme libyen, qu’ils n'ont même pas pris la peine de mentionner que la Scottish Criminal Cases Review Commission s'est penchée sur déclaration de culpabilité d'Al-Megrahi et a découvert qu'il pourrait être victime d’un déni de justice.


      Et pour finir, il convient de noter que la Libye était victime du terrorisme étasunien, et non pas l'inverse. La création de la fiction de Lockerbie affirmait aussi que Al-Kadhafi avait fait exploser dans le ciel le Vol 103 de la Pan Am pour se venger du bombardement de Reagan sur Tripoli en 1986. Un bombardement qui était soi-disant en réponse à l'attentat dans une discothèque de Berlin-Ouest où fut tué un soldat étasunien. L’attaque sauvage de Reagan, le 18 octobre 1985, fut à l'époque le plus grand raid aérien depuis la guerre du Viêt-nam. 120 avions firent pleuvoir la destruction sur des lieux autour de la ville de Tripoli et de Benghazi. Au moins 100 civils furent tués, dont Hana, la fille adoptive de 15 mois de Al-Kadhafi.


      Dans son livre paru en 2002, By Way of Deception: The Making of a Mossad Officer, l’ancien agent du Mossad Victor Ostrovsky révéla la vérité derrière le bombardement criminel sur la Libye : Il fut orchestré par Israël.


      Un dispositif de communication spécial, affirme Ostrovsky, fut implanté profondément à l’intérieur de la Libye par des commandos de marine pour le Mossad. Ostrovsky et Claire Hoy écrivent : « Ce dispositif jouera le rôle d’une station relais pour des communications trompeuses, faites par l'unité de désinformation du Mossad appelée LAP, et destinées à être interceptées par les stations d'écoute étasuniennes et britanniques. Les espions à l’écoute n’auront aucun doute sur l’authenticité des communiqués qu’ils intercepteront » et « le contenu des messages, une fois déchiffré, devra confirmer les informations provenant d’autres sources de renseignement, c’est-à-dire, du Mossad. »


      Un agent du Mossad m’a dit [à Kurt Nimmo, ndt] : « Après le bombardement de la Libye, notre ami Kadhafi est sûr de rester sur la touche pendant un certain temps. L'Irak et Saddam Hussein sont la prochaine cible. Nous commençons maintenant à construire son rôle de grand méchant. Ça prendra du temps, mais à la fin, il ne fait aucun doute que ça marchera. »


      Les révélations d'Ostrovski sont un autre passage de l'histoire que les grands médias ne vous raconteront jamais. Ils continueront leur service dévoué envers le gratin dirigeant pour fabriquer des scandales contre les ennemis officiels.



Vidéos en anglais :
Couverture de la BBC sur la libération du pigeon Abdel Baset al-Megrahi :
www.youtube.com/watch?v=-SJuyC6H9Bg&hl=fr
Autre point de vue sur les faits entourant l'attentat de Lockerbie :
www.youtube.com/watch?v=lwHW_3tiiGA&hl=fr


Original : Corporate Media Orchestrates Outrage over Release of Libyan Patsy al-Megrahi
(Les grands médias instrumentent l’indignation contre la libération du pigeon libyen Al Megrahi)
www.infowars.com/corporate-media-orchestrates-outrage-over-release-of-libyan-patsy-al-megrahi/
Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour Alter Info


Notes du traducteur : Il existe un article traduit en français par Marcel Charbonnier sur les révélations de By Way of Deception (Par la tromperie) de Victor Ostrovski ici :
www.alterinfo.net/By-Way-of-Deception_a128.html?print=1


      Commentaire irrésistible suscité par tout ça : Israël est sûrement derrière tous les autres attentats dans l’aviation civile.

      En réalité, Israël, appuyé par les USA, est la principale arme du projet de mondialisation. C’est une implantation coloniale occidentale, dont population (qui fut majoritairement implantée de force à l’origine) est maintenue dans l’illusion de son droit et de sa primauté sur cette terre volée grâce à une « religion » pondue par des psychopathes. Cette population, difficilement critiquable à cause de l’Holocauste, est en fait l’otage veule, le bouclier consentant, de ses dirigeants mercenaires, prêts à s’enrichir par les pires crimes ordonnés par leurs maîtres mondialistes.

      Israël est avant tout l’instrument servant à bordéliser le monde.

      Pour démoraliser les gens normaux, il commet les pires crimes au vu et au su de tout le monde et échappe avec arrogance à la « justice internationale, » à la botte de ses maître comme toutes les soi-disant « institutions internationales. »

      Pour détruire le tissu des nations, Israël et la CIA corrompent ou font chanter leurs dirigeants ou vendent des armes aux opposants des gouvernements quand cela est possible.

      Pour détruire les pays où ces manigances sont impossibles, Israël fomente le terrorisme international et le leur attribue...


      On pourrait se dire, « après tout, pourquoi ne pas accepter la mondialisation ? C’est vrai quoi, le monde serait mieux unifié ! » Peut-être ? Mais le problème c’est que, vu les moyens mis en œuvre pour y parvenir, cette mondialisation-là se présente comme un monde où les gens normaux privés de droits seront entre les mains de quelques dangereux psychopathes.




Mercredi 26 Août 2009


Commentaires

1.Posté par Le Kabyle le 26/08/2009 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le terrorisme et la mondialisation sont les outils des psychopathes d'Israël pour assoir leur domination et provoquer le chaos et la dévastation.Ce n'est plus l'axe du mal mais c'est le mal absolu !

2.Posté par Nizar MAURANGES le 26/08/2009 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au fil du temps, on s'aperçoit que tous les attentats, sont montés par les Gouvernements des pays concernés, aidés par le Mossad (Israél) ce Grand Démon, qui telle une pieuvre avalera sur son chemin tous les pays, leurs richesses, leurs cultures, dévastera tout sur son passage, avec la bénédiction des Gouvernements Sataniques leurs alliés.
Tous ces mensonges et manigeances perpétrés par eux, sont passés sous silence,
quand se réveillera les peuples du monde, pour anéantir cette Bête Immonde Israél?
Quand l'être humain sensé se reveillera-t'il? Tous avalent leurs mensonges, dénonçons par tous les moyens ces criminels. Mes respects.

3.Posté par jermiers le 27/08/2009 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Message supprimé

Oui, ce sont bien les enfants de bâtards du mossad qui se déguisent en musulmans,comme dans l'assassinant de Pearl. Des soi-disant musulmans avec des grosses bagues en or, alors que l'or est interdit pour l'homme. Ces fils de chiennes ont l'habitude de ce genre de saloperie, un peu comme vous l'enfant de père inconnu, les tsahalopes ont les connaît.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires