Propagande médiatique, politique, idéologique

Réactions négatives dans la presse européenne face aux projets de Bush en Irak


Les premières réactions dans la presse européenne aux projets de George W. Bush d’envoyer 20 000 soldats supplémentaires en Irak vont du scepticisme au rejet total.

Le journal parisien de la gauche libérale, Libération, compare Bush à un joueur de poker en perdition, mais qui fait néanmoins monter les enchères en rajoutant une mise, au risque de tout perdre. Le président américain se trouve dans la situation « où il ne peut ni gagner la guerre ni admettre qu’il l’a déjà perdue ». L’envoi de troupes supplémentaires ne changera rien à la situation, écrit le journal. La déclaration de Bush selon laquelle un retrait serait catastrophique pour l’Irak est correcte aux dires de Libération, mais « il en ira de même vingt mille GI plus tard. Ce sera l’affaire de quelques mois. Puis Bush retrouvera son dilemme : payer ou partir. »


Peter Schwarz
Mardi 16 Janvier 2007

Réactions négatives dans la presse européenne face aux projets de Bush en Irak
Par Peter Schwarz




Le journal italien La Republica déclare qu’« en dépit de sa défaite aux élections de novembre et au changement survenu dans l’opinion publique », Bush poursuit la « voie de l’unilatéralisme ». Il a choisi d’ignorer le conseil à la fois de ses plus loyaux généraux et du Groupe d’étude sur l’Irak. Ainsi, « la “nouvelle voie” de la Maison-Blanche ressemble au vieux chaos qui a transformé le pays en une fournaise, en dépit de la mort de 3000 soldats américains en quatre ans et d’une dépense de 357 milliards de dollars ».

Sous le titre, « Libéré jusqu’à la mort », l’hebdomadaire allemand Die Zeit accuse Bush de mépriser le peuple irakien. « Après tout, les Irakiens ne sont pas responsables des difficultés qu’ils connaissent. Elles leur furent imposées. Leur propre excroissance même, le despote Saddam Hussein, n’aurait pas pu durer aussi longtemps sans aide de l’étranger. De plus, les Irakiens ne sont pas responsables d’avoir fait entrer al-Qaïda dans le pays ; ils ne sont pas responsables de l’incompétence, de la corruption et de l’irresponsabilité qui caractérise le déploiement américain en Irak. Néanmoins, ils doivent être punis pour les péchés de leurs maîtres autoproclamés. »

Le journal Die Zeit en appelle ouvertement au retrait des troupes américaines. « La souffrance des Irakiens ne s’affaiblira que lorsqu’ils réussiront à se mettre tous ensemble en un Etat sûr de lui pour contrer les voisins intrigants et les grandes puissances intervenantes. » A cette fin, ils auraient besoin d’aide, « mais non de soldats d’occupation, américains ou autres ».

Le site Spiegel Online a publié un article sur les nouveaux projets de Bush sous le titre « Plus de sang, plus d’argent, plus de doutes. » La veille, le magazine avait publié un court commentaire fait par le conseiller américain pour la sécurité nationale, Zbigniew Brzezinski, décrivant l’invasion en Irak comme étant « probablement le plus grand désastre de l’histoire de la politique étrangère des Etats-Unis ». Dans le même commentaire, Brzezinski mettait en garde le gouvernement de Washington contre les dangers d’une aventure militaire en Iran.

Le journal britannique, The Guardian, qualifie la décision de Bush de renforcer les troupes de « dernier jet de dé dans une entreprise mal conçue et qui a engagé son pays, notre pays et le Proche-Orient dans un bourbier. En optant pour un renforcement des troupes, M. Bush a ignoré le message des élections de novembre dernier, du Groupe d’étude sur l’Irak, du Congrès et de ses propres généraux de haut rang ainsi que de la majeure partie de l’opinion mondiale. »

Seul le sénateur républicain, John McCain, et le démocrate droitier, Joe Lieberman, ont soutenu ses projets, remarque le journal.

Le Guardian poursuit en disant, « L’affirmation d’un retour à la paix à Basra est tout aussi irréel que l’espoir de Bush que l’ordre peut être établi à Bagdad. » Se référant également au premier ministre, Tony Blair, le journal écrit, « Entouré par les décombres du désastre qu’ils ont créé, les deux hommes espèrent encore, contre toute vraisemblance, qu’il est encore possible de recoller les morceaux. Mais leur projet est mort. Quelques troupes supplémentaires, quelques mois de plus, ne le sauveront pas. »

Même des journaux conservateurs qui sont politiquement proches de Bush mettent en doute la viabilité de ses projets. Le journal londonien, Daily Telegraph, écrit, « Il existe des doutes sérieux que le nombre relativement restreint des troupes supplémentaires et la faiblesse du gouvernement Nouri al-Maliki en permettent la réalisation », puis le Telegraph poursuit en faisant l’éloge du « courage politique » du président américain.

Par contre, le journal autrichien Salzburger Nachrichten ne voit que le courage de quelqu’un poussé au désespoir, en écrivant, « Il faut du courage pour ignorer de la sorte, purement et simplement, les recommandations émises par des experts attitrés, les diverses voix de la raison au sein de son propre parti et celles des généraux. Contre toutes les opinions et la rhétorique contraires, le président Bush met sciemment en danger l’efficacité des forces armées américaines qui sont d’ores et déjà largement débordées. Il n’est donc pas étonnant que nombreux sont ceux dans son propre camp qui cherchent à se distancer avec horreur de la politique de Bush. »

A Paris, le quotidien conservateur, Le Figaro, fait le commentaire suivant, « Depuis six mois, George W. Bush n’avait plus de stratégie irakienne. Il entreprend cette bataille, face au scepticisme de l’opinion américaine et du Congrès. C’est sa dernière chance de sauver sa présidence. »

Si l’on considère l’ensemble de ces commentaires, l’on voit apparaître l’image d’une catastrophe qui se rapproche rapidement. Bush a choisi de ne pas se soucier de considérations logiques, de conseils politiques et même de ses propres généraux et, ce faisant, il est prêt à conduire l’Irak, le Proche-Orient, les Etats-Unis et une grande partie du monde à la catastrophe.

Il n’y a pas de doute que les craintes et les doutes articulés par la presse européenne sont partagés par les fonctionnaires et les ministres des gouvernements européens tout comme ceux des Affaires étrangères. Après tout, il existe un échange intense d’opinions et d’idées entre ces institutions et les comités de rédaction des principaux journaux européens. Et pourtant, pas la moindre protestation n’a été formulée, sans parler de réactions diplomatiques ou politiques de la part des milieux politiques européens.

La semaine passée, la chancelière allemande, Angela Merkel, rendait visite à Bush à la Maison-Blanche pour s’entretenir longuement avec lui sur la situation en Irak et au Proche-Orient. A la fin de leurs entretiens, elle n’a pas tari d’éloges pour le président américain.

Avant la guerre en Irak, les gouvernements européens qui avaient refusé de participer à la guerre avaient sans cesse été accusés de pratiquer une politique d’apaisement. Cette accusation est liée aux accords de Munich de 1938 et au refus, notamment du gouvernement britannique, de s’opposer à l’annexion agressive de la Tchécoslovaquie par Hitler.

A présent, cette accusation d’apaisement lancée contre les gouvernements européens est tout à fait appropriée. Le silence des gouvernements européens, en particulier du gouvernement allemand, face aux formes criminelles de militarisme présentement poursuivies par le gouvernement Bush, et la manière dont ils cherchent à entrer dans les bonnes grâces de Washington tout en fermant les yeux sur les conséquences catastrophiques de la politique de Bush, peut, à juste raison, être comparée à la position adoptée par le ministre britannique, Neville Chamberlain, à Munich.

(Article original paru le 12 janvier 2007)

Lire aussi :

Dans son discours à la nation, Bush promet plus de sang et l'élargissement de la guerre en Irak [12 janvier 2007]

Le régime irakien prêt à céder les réserves pétrolières aux géants américains de l’énergie [12 janvier 2007]

La chancelière allemande Merkel courtise Bush [11 janvier 2007]


Mardi 16 Janvier 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires