Conspiration

Rawalpindi, là où meurent les Premiers ministres



Lundi 31 Décembre 2007

Rawalpindi, là où meurent les Premiers ministres
La première femme à accéder au pouvoir au Pakistan en tant que Premier ministre a été assassinée à Rawalpindi, là où deux autres Premiers ministres pakistanais ont déjà perdu la vie. En 1947, lorsque l'Inde a obtenu son indépendance après plus de 100 ans de la domination colonialiste de la Grande Bretagne, le pays s'est divisé aussitôt en deux partie, l'Inde et le Pakistan, avant que des années plus tard, le Bangladesh proclame son indépendance du Pakistan, pour devenir un pays indépendant à son tour. En février 1956, à l'époque du Premier ministre Liaqat Ali Khan, la nouvelle Constitution du Pakistan a été ratifiée. Selon cette loi fondamentale, le Président de la République était chef de l'Etat et le général Iskandar Mirza dont la femme était iranienne, est devenu le premier Président de la République. L'Assemblée nationale a élaboré alors la nouvelle Constitution en tant que l'Assemblée constituante. Le Premier ministre Liaqat Ali Khan a été assassiné le 16 octobre de la même année par un fanatique afghan. Les premières tensions électorales sont apparues pour la première fois dans l'histoire du pakistan. Selon la Constitution de 1956, le poste de Président de la République était, en réalité, un poste protocolaire, et le pouvoir était officiellement entre les mains du Premier ministre en tant que chef du gouvernement. Le général Iskandar Mirza avait du mal à accepter les mesures adoptées selon la constitution, et finalement en octobre 1958, il a réussi, à l'aide de l'armée pakistanaise, à dissoudre le Parlement et d'annuler la Constitution. Il a décidé ensuite de nommer le général Muhammad Ayub Khan, commandant en chef des forces armées au poste de Premier ministre. Le 8 octobre 1958, le général Iskandar Mirza a abrogé la Constitution et proclame la loi martiale. Ainsi dix ans à peine après la proclamation de l'existence de l'Etat pakistanais, le premier coup d'Etat militaire a eu lieu dans l'histoire de ce pays.
Le règne du général Muhammad Ayub Khan a duré pendant dix ans. Il a essayé d'élaborer et appliquer des nouveaux projets de réformes et de modernisation au Pakistan. Il a faire construire une nouvelle ville près de Rawalpindi, appelé Islamabad pour devenir la capitale du pays. Ainsi la capitale a été transférée officiellement de Karachi à Islamabad. Par ailleurs, le Pakistan a mis pied sur un terrain important de réformes : les réformes agraires a été ratifiée par le parlement pakistanais en 1959. Quelques années plus tard, en 1962, une nouvelle constitution a été élaborée et approuvée au Pakistan accordant de très vastes prérogatives au Président de la République. Cependant, malgré tous les efforts des dirigeants politiques et les commandants militaires du Pakistan, ce pays n'a jamais vraiment vécu une longue période de calme et de stabilité politique et sociale. En effet, pendant toutes ces années, les tensions ethniques et religieuses, les rivalités politiques, le changement successif des gouvernements, les révoltes et les émeutes locales à l'encontre du gouvernements centrales ont toujours marqué la vie politique et sociale du Pakistan.
En 1971, Zulfikar Ali Bhutto a accédé au poste de Premier ministre. Il avait créé en décembre 1969 le parti de la Ligue musulmane avec des tendances socialistes. L'épouse de Bhutto, Mme Beygom Nosrat était iranienne. Malgré sa grande popularité nationale parmi les Pakistanais, Zulfikar Ali Bhutto n'a pas réussi à surmonter les tensions politiques, jusqu'à ce que le général Muhammad Zia-al-Haq a décidé d'imposer la loi martiale au Pakistan le 5 juillet 1977. Bhutto a été arrêté, jugé et condamné à mort. En 1979, le général Zia a annoncé finalement la dissolution des partis politiques, et Zulfikar Ali Bhutto a été exécuté par pendaison le 4 avril 1979.
Après la mort du général Zia, les personnalités politiques civiles ont repris les rênes du pouvoir au Pakistan. Pendant une période de dix ans, Mme Benazir Bhutto, fils du Zulfikar Ali Bhutto, qui avait succédé à son père à la tête de la Liogue musulmane, et Nawaz Sharif Sharif leader du parti de la droite ont gouverné le pays, dans une situation plus ou moins toujours instable. Finalement, le chef de l'état-major de l'armée pakistanaise, le général Pervez Mousharraf a organisé un coup d'Etat le 12 octobre 1999, pour renverser le gouvernement du Premier ministre de l'époque, Nawaz Sharif. Le 30 avril 2002, le général Mousharraf a profité de l'occasion de la fin du mandat du Président de la République, pour organiser un référendum, afin de pouvoir occuper dans le même temps le poste de Président de la République et de chef de l'état-major des forces armées du Pakistan.

Liaquat Ali Khan
Liaquat Ali Khan avait joué un rôle considérable dans la proclamation de l'Etat pakistanais et l'indépendance du Pakistan de l'Inde. Après la mort de Muhammad Ali Jinnah, Liaqat Ali Khan s'est mis à la tête de la Ligue musulmane.
Le 16 octobre 1951, Liaqat Ali Khan qui avait participé à un rassemblement de son parti dans la ville de Rawalpindi, a été assassiné par un fanatique afghan, Saad Akbar, qui a tiré deux balles sur le Premier ministre.
Liaqat Ali Khan, né en Inde, avait fait ses études en Angleterre à l'Université d'Oxford.

Zulfikar Ali Bhutto
L'ancien Premier ministre pakistanais, Zulfikar Ali Butto était fondateur du parti du Peuple. Il a été arrêté, jugé et condamné à mort pour le prétendu meurtre du père d'un des dissidents de son parti. Il a été exécuté enfin, le 4 avril 1979 à Rawalpindi. Zulfikar Ali Bhutto était longtemps le ministre des Affaires étrangères, avant d'accéder au poste de Premier ministre. Des années plus tard, sa fille Mme Benazir Bhutto, leader du parti du Peuple est devenu, comme son père, Premier ministre du Pakistan.

Biographie de Mme Benazir Bhutto
Mme Benazir Bhutto est né le 21 juin 1953 à Karachi. Son père Zulfikar Ali Bhutto était le fondateur et le leader du parti du Peuple, et Président de la république et le Premier ministre du pays de 1971 à 1977. Sa mère, Beygom Nosrat Bhutto était iranienne d'origine kurde.
Benazir Bhutto a fait ses études en sciences politiques aux universités de Harvard et d'Oxford en 1977. Elle est rentrée au Pakistan peu avant l'arrestation de son père par les militaires réunis autour du général Zia qui avait organisé un coup d'Etat contre le gouvernement de Zulfikar Ali Bhutto. Après l'exécution de son père en 1979, par le gouvernement du général Zia, Mme Benazir Bhutto s'est mis à la tête du parti de son père, parti du Peuple.
Mme Benazir Bhutto est devenue Premier ministre du Pakistan en 1988, et elle est devenue ainsi la première femme de l'histoire à gouverner un pays musulman. Mais en 1990, elle a été accusée de corruption financière par le président pakistanais Ghulam Ishaq Khan, et a été obligée de démissionner de son poste.
Mme Benazir Bhutto est devenue de nouveau Premier ministre du Pakistan en 1993, après avoir gagné les élections législatives face à son adversaire Nawaz Sharif, alors Premier ministre. Mais en 1996, Mme Bhutto a été accusée de nouveau de corruption et elle a dû quitter le pouvoir. Pendant le second tour de l'accession de Mme Benazir Bhutto au poste de Premier ministre, les taliban soutenu par les services secrets de l'armée pakistanaise ont prix le pouvoir à Kaboul qu'ils ont occupé en 1996. Bhutto n'a pas tardé cependant d'annoncer son opposition aux activités des Taliban en Afghanistan, condamnant leurs actes terroristes.
En 1999, Mme Bhutto et son mari ont été condamné pour a corruption, à cinq ans de prison et à payer une amande de 8.600.000 dollars. Mais la cour suprême du Pakistan a annulé ce verdict. Le mari de mme Bhutto était le ministre des investissements de 1993 à 1996. Lorsque le tribunal a émis son verdict pour condamner Mme Benazir Bhutto, elle n'était pas au Pakistan et elle a préféré ne pas rentrer à son pays.
En 2006, Benazir Bhutto et Nawaz Sharif ont décidé de coopérer ensemble et former une coalition politique pour relancer le processus de démocratisation du Pakistan. Mais ce deux anciens adversaires politiques n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur leur position vis-à-vis du Président pakistanais, Pervez Mousharraf.
Finalement, en octobre 2007, Mme Bhutto a décidé à mettre fin à son exil, et après avoir obtenu des garanties nécessaires concernant sa sécurité, elle est rentrée au Pakistan. Peu de temps après son retour au pays, elle a été la cible d'un attentat terroriste auquel elle a échappé mais 140 personnes dont de nombreux de ses partisans et des agents de sécurité ont perdu leur vie. Le 26 décembre 2007, lors de sa campagne électorale, Mme Bhutto a promis aux électeurs pakistanais d'élaborer un projet de réformes sociales, mais elle n'a pas trouvé le temps de réaliser ses promesses. Le 27 décembre 2007, elle a perdu la vie lors d'un attentat suicide à Rawalpindi, là où deux Premiers ministres pakistanais avaient déjà perdu la vie.


Lundi 31 Décembre 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires