Palestine occupée

Rapport: Les opérations individuelles de résistance, un cauchemar pour les occupants israéliens


Dans la même rubrique:
< >


Vendredi 24 Avril 2009

Rapport: Les opérations individuelles de résistance, un cauchemar pour les occupants israéliens

Les actes individuels de résistance sont en recrudescence remarquable. Cet accroissement laisse se poser diverses questions.

Certes les portées seraient limitées sur l’occupation israélienne. Mais celle-ci peut-elle les stopper ? Sinon, quel avenir ont-ils ?

Remplaceraient-ils les grands mouvements de résistance ? Ou ceux-ci pourraient-ils les exploiter, comme étant porteurs de l'esprit de la résistance ?

Croissant, décroissant

A l’opposé de la recrudescence de ces opérations individuelles, les opérations organisées sont en décroissance palpable. Plusieurs facteurs peuvent être derrière cette baisse. D’une part, il y a le mur discriminatoire de séparation. D’autre part, il y a cette collaboration effective de l’autorité palestinienne de Ramallah avec les occupants israéliens. Des résistants palestiniens sont poursuivis, emprisonnés, tués.

N’admettant toujours pas cette interminable occupation israélienne, des Palestiniens se retrouvent obligés de monter leur résistance de façon individuelle. Pas une semaine ne passe sans qu’un acte de ce genre ne se produise, dans la ville occupée d’Al-Quds, dans les territoires palestiniens occupés en 1948 et en Cisjordanie. D’un bulldozer conduit par un jeune homme, dans la ville d’Al-Quds, à une hache utilisée dans la ville d’Al-Khalil, en passant par des couteaux à Bir As-Sabaa, les moyens inventés pour cette résistance individuelle sont étonnement variés.

Ces actes sont non seulement variés, mais ils couvrent de plus toute la Palestine, géographiquement parlant. C’est pourquoi ils sèment la panique chez les occupants israéliens, sur tous les niveaux, politique et militaire comme médiatique.

Pourquoi cette recrudescence ?

La recrudescence des actes individuels de résistance laisse se poser des questions sur leurs raisons.

On pourra déceler la réponse en décortiquant la scène palestinienne.

Tout d’abord, la résistance palestinienne subit actuellement toutes sortes de pressions et de persécutions : des accords, des conférences, des arrestations, des poursuites. Des poursuites, aussi bien de la part des occupants israéliens que de la part de l’autorité de Ramallah. Il y a aussi ce mur de séparation discriminatoire qui encercle tous les Palestiniens, non uniquement les résistants. Malheureusement, il y a aussi ces coups venant de soi-disant amis !

Puis, la campagne de judaïsation de la ville d’Al-Quds de la part des Israéliens va bon train. Les travaux de creusement en dessous de la sainte mosquée d’Al-Aqsa aussi. Des habitants de la ville sainte sont persécutés, chassés. Ces agissements sionistes constituent des pressions morales sur chaque Palestinien, chaque Arabe, chaque Musulman, chaque homme ayant un petit sens d’impartialité.

S’ajoute à cela le fait que les habitants de la ville d’Al-Quds souffrent d’un chômage enraciné, d’impôts exagérés, d’une partialité, de toutes sortes de persécutions.

Par ailleurs, les habitants de la bande de Gaza souffrent le martyre à cause de ce blocus imposé depuis trois ans. Et ils endurent toujours des conséquences de cette guerre des plus inhumaines menée contre elle pendant 23 jours. Cette guerre a laissé de centaines de martyrs, des milliers de blessés, une immense destruction des infrastructures, une perte de millions et de millions de dollars. Les usines sont à plat. La chance de trouver un travail est nulle. La reconstruction n’a toujours débuté !

En outre, la Cisjordanie n’est pas mieux lotie. Dans ces territoires palestiniens occupés, les terrains sont confisqués. Le mur discriminatoire de séparation étouffe tout le monde. Les harcèlements des colons sionistes sont sans limites. Les arrestations continuent de plus belle. Toujours pour tuer la résistance dans l’esprit des Palestiniens.

S’ajoute à tout cela le fait que toute espérance de voir se dissiper les brouillards étouffe la scène politique palestinienne, surtout après l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir en "Israël".

Tous ces facteurs laissent les Palestiniens croire qu'ils n’ont plus aucune issue pour leurs problèmes que de chasser l’occupant par tous les moyens, la force s’il le faut. Et étant donné que les actes organisés à une grande échelle ne marchent pas comme on veut en ce moment, ce sont des individus qui s’y engagent.

La portée de la résistance individuelle

Il est sûr que ces actes individuels ne pourront rien faire contre de tels occupants. Ils ne lui feront autant de mal que les opérations organisées. Cependant, ils sont porteurs de beaucoup de sens, aussi bien pour les Palestiniens que pour les Sionistes.

Pour les Palestiniens, les actes individuels montrent que le peuple palestinien pourra faire face à l’occupation, avec tous les moyens, avec les moyens du bord, les plus élémentaires. Des moyens utilisés par tous les mouvements de libération.

Gandhi l’a utilisé : boycotter des produits de l’occupation anglaise, sit-in silencieux. Nelson Mandela en a également pratiqué, parmi beaucoup d’autres.

Nous avons jusqu’à maintenant un bulldozer, une voiture, une hache, un couteau. Mais personne ne pourra prétendre deviner ce que les opprimés inventent pour leur résistance.

En outre, ces actes montrent que la résistance ne sera pas seulement du ressort de grands mouvements. Tout un chacun résiste à sa façon, avec ses propres moyens, sans prendre en compte les calculs de ces grandes organisations.

Finalement, ces actes de résistance individuelle, bien qu’ils se révèlent être peu conséquents, donneront un peu d’espoir aux Palestiniens opprimés. Il y a de la résistance, aussi grandes soient les pressions imposées.

Et du côté de l’occupant, les opérations de la résistance individuelle pourraient aussi avoir divers sens.

Tout d’abord, ces actes constituent un grand problème pour les services israéliens de sécurité. Il est quasiment impossible de déceler une telle opération. Son idée reste dans la tête de son exécuteur, sinon l’idée viendra sur le coup, sans aucune préparation. Dès qu’une occasion se présente, elle est exécutée, du fait que l’esprit de résistance soit toujours là.

En deuxième lieu, les services israéliens de sécurité montrent leur inaptitude à stopper ce genre d’opérations. Olmert, l’ancien premier ministre, l’a avoué.

En dernier lieu, ces actes font beaucoup de terreurs, de grands échos dans la société sioniste. Tout un chacun ne se sent tranquille ; le danger pourrait arriver à tout moment. Les journaux hébreux en parlent.

A titre d’exemple, dans le journal hébreu Yediot Aharonot, Alex Fichman exprime sa colère devant l’incapacité des forces israéliennes d'occupation à arrêter ces opérations. Une seule opération de ce genre pourrait en attirer d’autres, jusqu’à ce que les gens ne puissent plus emprunter les rues, à l’instar de l’époque où on avait peur de prendre les bus.

De son côté, le journal hébreu Haaretz dit que ces actes sèment la frayeur que la Cisjordanie et "Israël" ne soient plus des lieux sûrs pour les colons.

L’avenir des opérations de la résistance individuelle

Les médias israéliens racontent la peur de l’idée que ces actes soient les reflets d’une nouvelle Intifada.

C’était de la même façon que la première Intifada palestinienne a débuté. Quelques actes isolés, loin des mouvements de la résistance palestinienne, dit encore Fichman. Les autorités israéliennes de l’époque étaient prises de dépourvu. Elles croyaient que les actes étaient désolés et de courte durée.

L’exploitation d’actes isolés

Personne ne croit que ces actes isolés puissent remplacer un jour les opérations organisées de la résistance palestinienne. Ils resteront des actes complémentaires aux opérations de mouvements. Ceux-ci doivent cependant exploiter l’esprit de la résistance répandu par ces opérations individuelles.

Ces actes doivent également être une raison pour unir tous les Palestiniens de tous bords, une raison pour mettre fin à cet état de division qui règne sur la scène palestinienne.

Ces actes pourraient être exploités comme une sorte de pression sur l’Entité sioniste dans ces transactions d’échange de prisonniers.

Enfin, il est clair que les actes individuels de résistance a créé une nouvelle situation sur les scènes palestinienne et israélienne. Ils pourraient être une base solide pour rassembler tous les efforts palestiniens pour vaincre l’occupation israélienne.

http://www.palestine-info.cc http://www.palestine-info.cc



Vendredi 24 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par loubna le 25/04/2009 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

jamais l entite criminel sioniste ne poura detruire la resistance face a la barbarie d israel qui se trouve dans le tete de chaque palestinien mais le veritable ennemi sont ces sales pouri de monarchies du golf de jordanie qui empechent la resistance palestiniene ces collabo du nazzisme sionistes honte a toute les dictatures arabes qui participent a l extermination du peuple palestinien

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires