Palestine occupée

Rapport Goldstone sur Gaza:tentative de la mise en oeuvre de ses recommandations



Vendredi 9 Octobre 2009

Rapport Goldstone sur Gaza:tentative de la mise en oeuvre de ses recommandations
La représentation de Palestine à Genève "a commencé des consultations pour la convocation le plus vite possible d'une session extraordinaire du Conseil des droits de l'Homme pour traiter la grave situation à Jérusalem, l'adoption du rapport Goldstone et la mise en oeuvre des recommandations du rapport", c'est ce qu'a déclaré le représentant permanent palestinien Ibrahim Khraishi.
 
"Le secrétaire général de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), Ekmeleddin Ihsanoglu, actuellement à Genève, endosse cette démarche", a ajouté M. Khraishi.
 
Le représentant palestinien s'est déclaré convaincu de pouvoir rassembler le soutien de 16 des 47 Etats membres du Conseil des droits de l'Homme, nécessaire pour la convocation d'une session extraordinaire.
 
De son coté, le ministre palestinien de l'Economie, Bassem Khouri, démissionnaire, a déploré jeudi à Paris "la grande erreur" commise, par l'Autorité palestinienne qui a accepté "sous pression" le report de l'examen par l'ONU du rapport Goldstone.
 
M. Khouri a présenté sa démission le 3 octobre après avoir affirmé que la délégation palestinienne au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU avait manqué de fermeté en acceptant le report de la discussion à l'ONU du rapport Goldstone sur la guerre contre Gaza.
 
A Ramallah, siège de l'Autorité, des centaines de Palestiniens ont également dénoncé lundi le soutien de leur direction à ce report, tandis que d'autres à Jérusalem al-Quds occupée parlaient de "coup de poignard dans le dos et le coeur de tous les martyrs" palestiniens.
 
Embarassé par ces critiques, le président palestinien Mahmoud Abbas, qui avait demandé ce report, a aussitôt changé d'avis.
 
Dans ce contexte, le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Riyad al-Malki a appelé jeudi à un soutien le plus large aux recommandations du rapport de l'ONU, lors d'un débat au Conseil de sécurité la semaine prochaine.
 
M. Malki a indiqué qu'il présenterait personnellement au Conseil le point de vue palestinien sur les recommandations du rapport Goldstone, lors du débat de mercredi. "Ce sera un débat ouvert mais évidemment, l'accent sera mis sur le rapport Goldstone", a-t-il affirmé.
 
Une commission dirigée par le Sud-Africain Richard Goldstone avait été chargée d'une enquête par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, qui siège à Genève. Son rapport accuse "Israël" de "crimes de guerre" et de "possibles crimes contre l'humanité", au cours de son offensive contre la bande de Gaza en décembre-janvier derniers.
 
Le document recommande également de demander au Conseil de sécurité de l'ONU de saisir le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), si aucun progrès n'est réalisé d'ici six mois dans les enquêtes sur ces crimes.
 
Mercredi, un Conseil de sécurité divisé avait décidé, lors de consultations à huis clos, d'avancer du 20 au 14 octobre la date de son débat public mensuel sur la situation au Proche-Orient.
 
Cette décision permettra à tous les Etats membres de l'ONU, qui le souhaiteront, de s'exprimer sur le rapport Goldstone, sans en faire le thème spécifique de la réunion.
 
Les pays occidentaux membres du Conseil, notamment les Etats-Unis, s'étaient opposés à la tenue d'un débat spécifique sur le rapport Goldstone, qu'ils considèrent comme "défectueux" et "déséquilibré".
 
Ils estiment également que le rapport doit d'abord être examiné par le Conseil des droits de l'Homme, avant d'être éventuellement débattu dans d'autres enceintes. Or cette instance a décidé la semaine dernière de reporter à sa session de mars 2010 le vote d'une résolution sur le rapport.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Vendredi 9 Octobre 2009


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires