Politique Nationale/Internationale

Qui stigmatise les musulmans récolte…


BELGIQUE -> La Commission de l’Intérieur a voté le 31 mars 2010 à l’unanimité l’interdiction de se couvrir tout ou partie du visage dans l’espace public. Ainsi, quelques récalcitrantes « enniqabées » auront réussi à perturber l’agenda politique de nos parlementaires qui n’étaient visiblement pas assez occupés par des problèmes socio-économiques liés à la crise. Et si la question de l’intégration des musulmans leur tenait tant à cœur, la promotion de la diversité au sein des communautés musulmanes de Belgique méritait, à notre sens, plus d’attention que la focalisation sur un fait d’actualité élevé au rang de fait de société. Mais la mesure ne mange pas de pain et l’action politique n’a pas le temps de la nuance. Il faut du résultat.


samyfm@gmail.com
Mercredi 14 Avril 2010

« C’est un message clair envoyé aux islamistes »

Qui stigmatise les musulmans récolte…
En attendant la séance plénière du 22 avril qui avalisera cette décision « historique », il convient de s’attarder – sans vouloir tomber dans un chantage de bas étage - sur les conséquences qu’une telle loi pourrait engendrer, nous menant tous dans un cercle vicieux qui enfermerait dans leur propre logique tant nos politiques que leurs concitoyens musulmans. Si la grande majorité des musulmans de Belgique n’est pas en faveur du port du niqab, qui n’est pas en adéquation avec ce qu’on attend des rapports humains dans notre société, ils refusent également qu’on criminalise (parce que la sanction n’est pas que financière mais pourrait aboutir à un emprisonnement
!) ces femmes qui doivent faire plus l’objet d’un accompagnement que d’une stigmatisation. Tout comme nombre de personnes dans notre société tant qu’à dire…
 
 « C’est un message clair envoyé aux islamistes » s’exclamait Denis Ducarme. Et bien, puisque le message est envoyé, espérons que ceux-ci n’auront pas la politesse d’y répondre car il n’y a pas qu’au Parlement que l’on trouve des opportunistes. La première conséquence de cette stigmatisation à outrance serait une menace supposée ou réelle. Espérons que Ben Laden et consorts ne regarderont pas la télé car que fera-t-on si un message était diffusé sur Al Jazeera menaçant notre pays – siège de l’Europe faut-il le rappeler - ou nos intérêts dans le monde ? La surenchère aura son meilleur marche-pied pour alimenter la stigmatisation dont on rendra les musulmans responsables à nouveau. Et s’il faut sans réserve condamner tout poseur de bombes, autant condamner aussi ceux qui leur ont présenté la mèche…
 
 La deuxième conséquence de ce vote, plus nationale, se traduira au travers des démarches juridiques qu’intenteront certaines femmes en niqab pour défendre leurs droits car les arguments existent, en témoigne la prudence française suite aux travaux de la Commission sur le voile intégral. Et pour peu qu’un tribunal donne raison à ces femmes, la stigmatisation reprendra car on dira que ces femmes rusées et fourbes veulent tester, voire détourner, les fondements de notre démocratie et de notre liberté !  
 
 Enfin, à plus long terme, c’est bien sur le vivre-ensemble que pèsera cette décision mais pas nécessairement dans le bon sens. La stigmatisation des musulmans, surtout au travers de la pratique de leur foi, reconnue pourtant dans la Convention des droits de l’Homme, va sans conteste favoriser un repli identitaire et alimenter la construction d’une identité qui surdimensionne la composante religieuse. Amin Maalouf l’explique clairement : « On a souvent tendance à se reconnaitre d’ailleurs, dans son appartenance la plus attaquée ; parfois, quand on ne se sent pas la force de se défendre, on la dissimule, alors elle reste au fond de soi-même, tapie dans l’ombre, attendant sa revanche ; mais qu’on l’assume ou qu’on la cache, qu’on la proclame discrètement ou bien avec fracas, c’est à elle qu’on s’identifie.
L’appartenance qui est en cause – la couleur, la religion, la langue, la classe… - envahit alors l’identité entière. Ceux qui la partagent se sentent solidaires, ils se rassemblent, se mobilisent, s’encouragent mutuellement, s’en prennent à « ceux d’en face ». Pour eux, « affirmer leur identité » devient forcément un acte de courage, un acte libérateur…
»1
 
 Et selon l’adage qui veut que ce qui ne tue pas rend plus fort, c’est bien dans une logique de rupture et de promotion du communautarisme que nous oriente cette loi, forte du poids de la société majoritaire qui donne aux musulmans le message qu’une minorité ne fera pas la loi dans notre pays. Et si nous n’envisageons le règlement de conflits sociaux que sous l’angle du rapport de force, les projections démographiques ne sont pas de nature à être rassurante… il faut donc sortir de la confrontation.
 
 C’est pourquoi il devient urgent que nos politiques se penchent davantage sur les dynamiques à l’intérieur des communautés musulmanes et développent des actions en prenant en compte la nécessaire pédagogie et la psyché collective à l’encontre des discours anxiogènes de certains élus, surtout issus de partis de droite, qui n’ont comme projet de société que de se penser en forteresse assiégée et dont leur socle de valeurs communes n’a de fondement que la partisanerie de leur défense de l’intérêt général. Il faut réussir le défi de faire de nos citoyens musulmans des partenaires de changement en soutenant le développement d’un humanisme ancré dans la tradition musulmane, qui part de ses valeurs propres pour aller vers un universel partagé.  
 
 Etre partenaire suppose aussi des musulmans qu’ils comprennent que l’on ne contribue pas à une société en ne se pensant que comme victime. Il convient de défendre ses droits lorsqu’on s’estime lésé mais il convient aussi de prendre en compte, lorsqu’on veut vivre sa foi dans un pays où le religieux a laissé des cicatrices, que la finalité n’a de sens que dans la cohérence des moyens et des priorités qu’elle se donne. Et que le droit est supplanté par la culture car si la culture se sent agressée, elle peut aller jusqu'à modifier le droit. Cette loi n’en est que la plus parfaite illustration.
 
 
 
 Par Fouad BENYEKHLEF
 Musulmans Proactifs asbl - association de jeunes Belges musulmans


Mercredi 14 Avril 2010


Commentaires

1.Posté par Anita1945 le 15/04/2010 06:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai l'esprit large : Religions ou Croyances - mais la burqa dans les lieux publics et les rues : NON ! N'importe QUI ? criminels - peut se cacher là-dessous.
**On ne voit que la moitié de chaque oeil** !
On ne distingue plus dans ces oripeaux s'il y a un homme ou une femme en-dessous.
En ALSACE, ils n'aiment déjà pas voir les foulards !
En HIVER, je comprends qu'on puisse recouvrir la tête : bonnet, chapeau et foulard !
------------------------------------------------------------------
Nicolas « Abdullah » Blancho, un converti en Mission pour l’ISLAM.
PORTRAIT - Pointé du doigt par plusieurs médias Alémaniques, Nicolas «Abdullah» Blancho se défend.
Non ! il n’est pas un dangereux Islamiste.
Oui, lui le converti se réclame d’un Islam rigoriste.
Nicolas «Abdullah» Blancho
Tribune de Genève - © Odile Meylan/13 avril 2010.
Nicolas «Abdullah» Blancho, Seelandais converti à l’âge de 16 ans, préside le Conseil Islamique SUISSE. Il se sent investi d’une mission: défendre sa religion.

Romain CLIVAZ BERNE - 14.04.2010 - 0:05
Nicolas «Abdullah» Blancho est de toutes les manifestations Musulmanes d’envergure. Celle contre les caricatures de Mahomet en février 2006.
Ou encore celle de décembre 2009 faisant écho à l’interdiction de la construction de minarets.
Depuis ce vote, celui qui s’est converti à l’âge de 16 ans est un personnage incontournable de la scène Musulmane SUISSE.
En janvier de cette année, il lançait le Conseil Central Islamique SUISSE (C.C.I.S.), une Organisation qu’il préside. Elle défend une pratique traditionaliste de l’Islam normatif Sunnite. Et elle fait peur ! 
« Moi, le plus dangereux islamiste de SUISSE ? Les accusations de la Weltwoche m’ont bien fait rire », ironise Nicolas «Abdullah» Blancho, avant d’ajouter, sur un ton plus grave, « être la cible d’une campagne de diffamation d’une rare violence. J’ai été attaqué pas de nombreux autres journaux ».
Il est vrai que ces derniers jours les articles sur les activités du C.C.I.S. se sont multipliés. Il y était notamment question de « terreau pour des terroristes, comparable à la fraction Armée Rouge en ALLEMAGNE», ou encore
« de volonté de créer une Société parallèle ».
Ecoles Islamiques :
Le converti du Seeland réplique, d’une voix posée comme à son habitude :
« Il n’a jamais été question de Société parallèle. Nous voulons tout simplement ouvrir nos propres écoles, ce qui permettait d’éviter des problèmes concrets. Il n’y aurait plus de mixité des cours de Natation, car c’est une pratique inacceptable en Islam.
De même le port du voile serait bien évidemment autorisé, mais pas obligatoire.
Les Plans d’études, aménagés, seraient les mêmes.
Nous ne cherchons pas à isoler les enfants, mais à leur donner une forte base identitaire dans un cadre Musulman. Il existe bien des écoles juives ».
L’Etat SUISSE devra-t-il prendre en charge ces velléités aux forts relents communautaristes ?
« Ce ne sera pas à la collectivité de payer. Nous le ferons avec nos propres moyens », précise ce Germanophone dans un Français impeccable.
Assis dans une Salle de cours de l’Université de BERNE, on pourrait le confondre avec n’importe quel étudiant s’il ne portait pas une longue barbe ROUSSE.
Vu que le CCIS compte actuellement environ un millier de membres à 12 francsS de cotisation par an, compte-t-il sur des bailleurs de fonds étrangers ?
« Non. Mais la création d’une école est une vision à plus long terme. Nous aurons le temps de nous développer ».
Très présent sur le Web :
Si les moyens pour un établissement scolaire ne sont pas encore disponibles, cela ne semble être le cas pour le développement du Site Internet.
Le C.C.I.S. dispose d’une plate-forme bien fournie et actualisée dans sa version Allemande, ce qui est nettement moins le cas en Langues Française, Anglaise et Arabe (www.izrs.ch).
Dans une vidéo réalisée devant le Palais Fédéral, le Président du CCIS prend par exemple position sur les différents articles parus dans la Presse Alémanique.
Réactivité maximale donc sur la Toile.
« Et sans financement étranger », assure le BIENNOIS.
Nicolas «Abdullah» Blancho se sent investi d’une mission : défendre sa religion.
« Certes, la Constitution et les lois en garantissent la pratique. Mais dans la réalité la situation se dégrade.
Des principes comme la liberté d’expression ou de conscience tendent à être relativisés. Il faut être vigilants, car le Droit SUISSE constitue un toit pour toutes les Communautés. Dans un Monde globalisé, notre Pays doit apprendre à vivre avec ses Musulmans. Autant que le Christianisme ou encore le Judaïsme, l’Islam est aujourd’hui une religion SUISSE ».
Des mots forts, formulés sur un ton toujours mesuré.

2.Posté par Anita1945 le 15/04/2010 06:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nicolas « Abdullah » Blancho, un converti en Mission pour l’ISLAM.
Le C.C.I.S. dispose d’une plate-forme bien fournie et actualisée dans sa version Allemande, ce qui est nettement moins le cas en Langues Française, Anglaise et Arabe (www.izrs.ch).
Dans une vidéo réalisée devant le Palais Fédéral, le Président du C.C.I.S. prend, par exemple, position sur les différents articles parus dans la Presse Alémanique.
Réactivité maximale donc sur la Toile.
« Et sans financement étranger », assure le BIENNOIS.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires