Politique Nationale/Internationale

Qui gagnera les élections au Venezuela?


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 21 Octobre 2014 - 12:21 Ebola : Cuba montre l’exemple



Andreï Fedyachine
Lundi 11 Mars 2013

Qui gagnera les élections au Venezuela?

Les présidentielles extraordinaires au Venezuela auront lieu le 14 avril, a-t-on annoncé au Caracas. Le candidat du parti au pouvoir, c’est le vice-président Nicolas Maduro que Chavez a nommé son successeur. Le bloc d’opposition a nommé son candidat à lui – Henrique Capriles, l’adversaire de Hugo Chavez aux élections de l’année passée.

Sans charisme et popularité de Chavez, son « héritier », certes, devra faire beaucoup plus d’efforts pour la victoire aux élections. Mais « Hugo rouge », décédé le 5 mars (le 6 mars à Moscou), probablement, sera remplacé justement par Maduro, 50 ans. Les analystes russes trouvent que plus vite se passeront les élections, plus grandes seront les chances de la victoire du représentant du bloc gouvernemental. L'électorat stable de Chavez passera à son vice-président, assure le rédacteur en chef de la revue russe l'Amérique latine Vladimir Travkine.

Nicolas Maduro est le candidatc pour lequel Chavez lui-même a appelé à voter. Cela joue un très grand rôle dans l'augmentation des chances de la victoire du bloc gouvernemental, le continuateur de la cause de Chavez. L'essentiel maintenant est de savoir si l’attitude de l'électorat envers le candidat gouvernemental a changé. Je pense que pendant les semaines passées, elle n’a pas trop changé.

Nicolas Maduro a commencé sa carrière professionnelle comme un simple conducteur de l'autobus et il est devenu un leader du syndicat, puis un député du parlement, et ensuite son speaker. Donc, il a fait une carrière réellement fulgurante. Pendant six ans, Maduro était le chef du Ministère des Affaires étrangères du Venezuela, et ensuite, il est devenu la deuxième personne dans l'État. Sa femme Cilia Flores occupe maintenant le poste du procureur général de la république.

Peu importe qui gagnera, les chocs politiques ne menacent pas dans l'immédiat le Venezuela, croit le vice-directeur de l'Institut russe de l'Amérique latine Boris Martynov.

Hugo Chavez a laissé après sa mort une quantité assez sérieuse de partisans. Des partisans, qui, probablement, pourront tenir le pouvoir dans ce pays. Maintenant, dans la politique intérieure, le rapport des forces est exceptionnellement favorable aux « chavistes». Il est peu probable que dans l'immédiat, on puisse examiner l'alternative en forme de la victoire de l'opposition. Bien que l'opposition sente aussi la force et qu’elle ait un candidat commun. Mais il est prématuré de parler de quelque changement radical de cap après le décès. Il est évident que pendant quelques années, la situation reste assez stable.

Son principal adversaire est Henrique Capriles, pour un politique, il est tout à fait jeune. Le gouverneur de l'État de Miranda a quarante ans. Et maintenant, c’est le célibataire le plus enviable du Venezuela. Si Maduro est le candidat de la population simple, Capriles, lui, est le favori de la riche partie de la population. Les journaux progouvernementaux font même allusion à ce que les États-Unis le financent. À vrai dire, aucune preuve n’a été présentée.

Aux présidentielles en octobre de l'année passée, Capriles était le candidat commun de l'opposition et a recueilli un peu plus de 44 pour-cent des voix. Hugo Chavez a reçu presque 55 pour-cent.

Le problème du candidat de l'opposition, c’est qu’il devra lutter plus contre l'héritage et la mémoire de Hugo Chavez que contre son héritier politique.

http://french.ruvr.ru



Lundi 11 Mars 2013


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves

VIDEO
algerie-focus.com | 01/10/2014 | 4185 vues
00000  (0 vote) | 8 Commentaires
1 sur 175


Commentaires