EUROPE

Quelle politique gazière pour l’Algérie vis à vis de l’Europe


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 24 Octobre 2016 - 17:02 Je Suis Wallonie !


politique énergétique Europe


associationadem@yahoo.fr
Mercredi 10 Juin 2009

Quelle politique gazière pour l’Algérie vis à vis de l’Europe
Quelle politique gazière pour l’Algérie vis à vis de l’Europe

Docteur Abderrahmane MEBTOUL Expert International Energie ( ex conseiller des Ministères Energie- Algérie- 1974/1980- 1990/1995- 2000-2005)

L’Algérie avec 58,8 milliards de m3 à la fin 2008 est actuellement classée quatrième exportateur mondial de gaz naturel en 2008, devancée par la Russie, le Canada et la Norvège. Quelle va être sa stratégie future dans un environnement turbulent en perpétuel changement d’autant plus que la crise mondiale actuelle structurelle et non conjoncturelle préfigure d’importants bouleversements géostratégiques et économiques. Car paradoxe les cours actuels du pétrole ne sont pas déterminés par les fondamentaux dont l’élément numéro un est le retour à la croissance de l’économie réelle (valeurs technologiques). Mais si l’effet quantité est important, pour les pays pétroliers et gaziers comme l’Algérie, le revenu monétaire dépend également des fluctuations du dollar et de l’euro. En effet, avec la baisse du dollar d’environ 40% ces 8 dernières années, le pouvoir d’achat a été amoindri d’autant pour l’Algérie dont la majorité des transactions des exportations en hydrocarbures se fait en dollars et les 60% de ses importations se font en euros.

1.-La stratégie gazière algérienne et l’Europe (1)

Comme j’ai eu à le démontrer dans deux articles parus au niveau international, dans les revues mondiales « gaz d’aujourd’hui » (édition Paris France novembre 2002) et « pétrole et gaz arabe » (PGA du 06 avril 2003 Paris France) simultanément en anglais, français, arabe, sous le titre « Sonatrach renforcée dans un cadre concurrentiel », l’énergie restera au centre de notre développement en encourageant le partenariat, l’investissement privé national et international. Mais la rente pétrolière doit être utilisée à bon escient pour le développement, tout en préservant les générations futures, à l’instar de la Norvège. Grâce à une gestion rationnelle des ressources humaines, préoccupation centrale de tout processus de développement, les hommes resteront les garants de cette réussite. Le positionnement stratégique du pays, aussi bien dans le cadre d’association avec l’Union européenne que dans l’UMA, devrait découler du poids que représente cet atout dans nos négociations à savoir intégrer les réseaux, favoriser les échanges énergétiques et promouvoir les énergies renouvelables. Encore une fois, le gaz va être un facteur important dans la formulation de notre stratégie économique. Par ailleurs, le gaz est un important input dans le dessalement d’eau de mer afin de desserrer les contraintes pesées par la pénurie d’eau, action menée par l’Algerian Energy Company (A.E.C.). Comme le redéploiement international de Sonatrach rentre dans le cadre de l’adaptation de l’Algérie aux nouvelles mutations mondiales et notamment celles au niveau de la sphère énergétique. En effet, pour s’adapter aux nouvelles données du marché énergétique, Sonatrach a initié de grands projets structurants reconnus « d’intérêt régional prioritaire » par l’Union européenne. Elle s’attache à diversifier son portefeuille afin de consolider son cash-flow et minimiser les risques liés à ses activités. Aux deux gazoducs reliant respectivement l’Algérie à l’Espagne via le Maroc et l’Italie via la Tunisie, et dont la capacité sera renforcée, vont s’ajouter deux autres ouvrages sous-marins reliant directement notre pays à ces deux partenaires européens pour permettre environ 85 milliards de mètres cubes exportés horizon 2015, étant donc prévu selon le Ministère de l’Energie 23 milliards de m3, auxquelles s'ajouteront la mise en service des unités de gaz liquéfié de Skikda et Arzew qui sont en cours de réalisation pour augmenter les quantités de 30 milliards de m3 au moins au cours des cinq prochaines années devant occasionner une entrée de recettes additionnelles d’environ 5 milliards de dollars si le cours du pétrole , du fait de l’indexation du prix du gaz sur celui du pétrole , se stabilise entre 75/80 dollars le baril, souhait del’OPEP. Sans compter le projet de gazoduc (NIGAL), entre le Nigeria et la côte méditerranéenne, qui s’inscrit dans l’esprit de la nouvelle initiative pour le développement durable en Afrique (NEPAD) mais qui nécessitera plus de 10 milliards de dollars US d’investissement, dont la participation financière européenne toujours à l’étude. L’Algérie devrait être classée horizon 2015/2020 selon les prévisions de la commission de Bruxelles derrière la Russie et la Norvège avec 14% de l’approvisionnement pour l’Europe, et selon les estimations internationales détenant entre 2,5 à 3% des réserves mondiales contre 35% pour la Russie et 15% pour l’Iran et plus de 10% pour le Qatar, ces trois derniers pays représentant plus de 60% des réserves mondiales.
Car il existe une prise de conscience générale en Algérie , que les hydrocarbures sont une ressource éphémère et que l’épuisement du pétrole pour l’Algérie est dans environ 25 ans et pour le gaz environ 30 ans compte tenu que a consommation intérieure horizon 2015 selon le CREG ( organe de régulation) avoisinera 70% des exportations( tenant compte de tous les projets prévus ) soit une production annuelle nécessaire de plus de 150 milliards de mètres cubes gazeux les réserves prouvées ne dépassant pas 4500 milliards de mètres cubes gazeux. , Aussi, en vue d’un éventuel épuisement des ressources, des actions sont menées au niveau international par des prises de participation en Espagne, au Pérou, au Niger et en Libye et à l’avenir pourquoi pas avec d’autres groupes aux USA, en Chine et en Europe par Sonatrach à l’international, afin, qu’à l’horizon 2015/2020 les recettes provenant de l’étranger puissent représenter environ 15 à 20% des recettes en devises issues des hydrocarbures. Aussi, si l’on veut éviter le gaspillage de cette ressource rare, la politique énergétique algérienne doit être intimement liée à l’avancée de la réforme globale et donc à la diversification de son économie pur une production et exportation hors hydrocarbures ce qui renvoie à une gouvernance rénovée et à la valorisation du savoir pilier du développement du XXIème siècle. Car il est utile de rappeler que la consommation d’énergie a connu une évolution depuis que le monde est monde et surtout depuis la révolution industrielle à nos jours et que les différentes sources d’énergie sont en concurrence : charbon, pétrole, gaz, nucléaire, les énergies renouvelables, dont le solaire, éolienne, géothermique avec à l’avenir les perspectives du charbon (dont les réserves aux USA sont estimées en termes d’efficacité énergétique - plus du double des réserves de pétrole prouvées de l’Arabie Saoudite avec le retour du charbon propre horizon 2020/2025) et accessoirement d’autres sources d’énergie alternatives. A ce titre, rappelons que l’Algérie installe avec les Espagnols pour l’utilisation du solaire combiné avec l’utilisation du gaz grâce à la société NEAL (New Energy Algeria) qui a été créée en février 2002 et ouverte aux sociétés nationales ou étrangères. L’Algérie négocie également l’installation de centrales nucléaires à des fins pacifiques en relation avec l’AIE.

2.-L’évolution du marché gazier et directive gaz de l’Union européenne

Cependant, il faut éviter la sinistrose, car l’évaluation des réserves rentables doivent tenir compte de la révolution technologique dans ce domaine (ne prédisait-on pas en Algérie en 1974 que l’on deviendrait importateur de pétrole horizon 2000 ?). Notamment les techniques des 3 D et récemment des 4 D qui permettent de visualiser certaines structures géologiques, de révéler des réservoirs dans des structures connues accroissant les succès des forages qui représentent entre 50 et 60% des coûts d’exploration. Ces techniques, avec l’usage croissant des satellites dans des bandes d’infrarouge, permettent de balayer rapidement de vastes zones à potentiel géologique, et d’élever de deux à cinq la productivité alors que les coûts n’augmenteraient que de 20 à 40% par rapport au forage classique et d’augmenter les taux de récupération de 30 à 40% pour certains gisements. Rappelons également qu’avant 1979 le niveau d’exploration « offshore » était d’environ 500 mètres de profondeur d’eau et on a pu dans le golfe du Mexique aller jusqu’à 1.500 mètres de profondeur. L’évolution des réserves mondiales, tenant compte de la révolution technologique, serait selon certaines prospectives la suivante : la part du pétrole et du gaz passerait respectivement entre 2000 et 2040 de 40 et 22% à 20 et 25% avec le retour du charbon 25% expliquant la stratégie américaine à la fois de geler son exploitation et d’étendre son influence politique et militaire sur les régions à forte potentialités énergétiques (Moyen-Orient) d’où d’ailleurs les rivalités économiques actuelles entre les USA et la Chine pour l’Afrique. Le marché pétrolier étant un marché mondial et le marché gazier actuellement étant un marché segmenté, peut-on imaginer un marché OPEP du gaz à l’image de l’OPEP supposant fin de l’indexation de son prix sur le brent et surtout la généralisation du GLN (transport par bateaux) afin de limiter la rigidité de la destination par pipe et en rappelant une vérité que la part commercialisée des pays OPEP représente environ actuellement 40% de la commercialisation mondiale, les 60% se faisant hors OPEP ? Dans ce contexte, comment l’Europe perçoit la stratégie du géant russe Gazprom et Sonatrach (Algérie), ces deux pays avec la Norvège étant les principales sources d’approvisionnement du marché européen avec des perspectives du Qatar , de l’Egypte et d’autres pays africains , l’Europe essayant pourtant d’éviter la dépendance, comme en témoignent les répercussions récentes de la crise Russie - Ukraine. Dans ce contexte, la stratégie algérienne à travers ses gazoducs Algérie - Europe via Espagne et Algérie - Europe via Italie a été largement analysée au cours de cette rencontre. Tout en soulignant l’importance d’une harmonisation des politiques du gaz, notamment les accords entre Sonatrach et le géant russe Gazprom, la conclusion des experts est qu’un marché gaz à l’image de l’OPEP suppose à fin de l’indexation de son prix sur le brent et surtout la généralisation du GLN (transport par bateaux) afin de limiter la rigidité de la destination par pipe. A court terme, cela est difficile, bien qu’il y a lieu d’encourager des ententes entre les grands producteurs comme la Russie, l’Iran, le Qatar et l’Algérie. Lié à cet aspect, la directive gaz de l’Union européenne sur le marché gazier stipule qu’ à l’horizon 2008/2010, l’encouragement d’accords swaps entre opérateurs pour donner au marché plus de flexibilité à moyen terme (horizon 2010/2015).Mais, les marchés spots peuvent-ils progressivement se substituer aux contrats à moyen et long terme entre les pays producteurs et consommateurs lorsqu’on sait que l’investissement dans le domaine gazier est hautement capitalistique, le coût étant très lourd et la rentabilité possible qu’à moyen et long terme ? Cela ne pénaliserait-il pas les pays consommateurs en freinant l’investissement dans ce segment que ce soit par pipe ou la construction de GNL ? Il serait souhaitable une entente entre les pays consommateurs et producteurs afin à la fois de sécuriser les approvisionnements et stabiliser les revenus des pays producteurs. Comme les experts ont analysé l’impact de la « dualité » du prix du gaz (national plus faible par rapport au prix international) pour favoriser l’investissement dans la mesure où les négociations de l’Algérie avec l’OMC achoppe sur ce chapitre. Comment l’Arabie Saoudite et certains pays gaziers du Golfe, dont le Qatar, ont-ils pu accéder à l’OMC ? Et où en est la Russie sur ce point particulier puisque les clauses de l’OMC insistent surtout sur l’approfondissement de la réforme globale qui repose sur la non discrimination entre les opérateurs nationaux et étrangers concernant le prix du gaz.
Il est entendu que la consommation énergétique tant du pétrole que du gaz est fonction :
a.- de la structure des prix relatifs : un gisement peut être non rentable à 50 dollars le baril et rentable à 80 dollars devant tenir compte dans le prix à la pompe des taxes sur les huiles qui dans les pays développés varient entre 40 à 70%, la rente n’étant pas donc totalement captée par les pays producteurs ; b.- de l’évolution de la croissance de l’économie mondiale et notamment de la stratégie énergétique des USA et de l’Europe qui dépendent actuellement de plus de 50% de leur approvisionnement de l’extérieur (plus de 70% horizon 2020) et surtout des pays émergents comme la Chine et l’Inde ; c.- de la stratégie des transnationales du fait de la globalisation de ce secteur ; d.- des actions pour économiser l’énergie notamment dans le domaine du chauffage (renvoyant au mode de construction), du transport, de l’agriculture et de l’industrie qui sont les plus gros consommateurs ; e.- et enfin de la prise en compte d’une nouvelle politique écologique pour protéger notre environnement avec le réchauffement climatique à travers les effets de serre (accord de Kyoto avec la nouvelle politique énergétique du Président Barak OBAMA qui sera déterminante pur l’avenir du cours des hydrocarbures. Et l’on va vers le risque de la destruction de notre planète si demain la Chine, devenant la première puissance économique mondiale suivie de l’Inde horizon 2025, devient le plus gros consommateur d’énergie.
En résumé, il y a urgence de mettre en place en Algérie une politique axée sur l’utilisation du gaz et des énergies renouvelables liée à des prix appropriés dans la mesure où un bas prix favorise le gaspillage. Cela ne signifie pas durant cette période de transition mettre fin à toutes les subventions. Mais ces dernières, comme d’ailleurs l’a prévu la loi de finances 2005, ne doivent plus être supportées par les entreprises dont la seule vocation est la production de richesses, mais budgétisées au niveau du gouvernement par l’APN qui doit cibler les couches défavorisées et les secteurs porteurs de croissance. A titre de précision uniquement pour le gaz naturel, Sonatrach subventionne environ 1,5 milliard de dollars US. Aussi, une réorientation de la politique de consommation des produits pétroliers favoriserait ce choix, ce d’autant plus que l’Algérie est devenue importatrice de gasoil. D’où l’urgence de la mise en place d’un modèle de consommation énergétique tenant compte tant des mutations internes que des nouvelles mutations mondiales dans ce domaine.
(1)Pour plus de détail voir un ouvrage de référence sur la politique énergétique algérienne : ouvrage coordonné par le Docteur Abderrahmane MEBTOUL « Le secteur Energie en Algérie face aux mutations mondiales » Dar El Gharb 2004 (432 pages) avec documents de références en annexe (volume à part) rapport CNUCED sur la libéralisation de la sphère énergétique, Préface - Docteur Chakib KHELIL, ministre de l’Energie et des Mines avec les contributions : du Docteur Abdelatif BENACHENHOU, ex-ministre des Finances - Mohamed MEZIANE PDG Sonatrach - Nourredine BOUTERFA PDG Sonelgaz - Docteur Abderrahmane MEBTOUL Expert International - Saïd AKRETCHE exDG MEM PDG NAFTAL - Abdelkader BENYOUB DG MEM - Ali HACHED ex-VP Sonatrach - Abdelbaki BENABDOUN Expert MEM - Salah CHEROUANA ex PDG NAFTEC - Akli REMINI ex PDG NAFTAL- Tewfik HASNI ex PDG NEAL - Aïssa Abdelkrim BENGHANEM Ex-PDG SONELGAZ -Pierre René BAUDIS Ex-Directeur Stratégie Planification groupe TOTAL - Mustapha MEKIDECHE Vice-Président CNES - Ahmed BOUDHEBZA Expert ingénieur - Amine MOHAMED BRAHIM Expert ingénieur - Docteur Abdelkader BENGUEDACH Professeur d’Université physique - Docteur Abderrahmane LELLOU Professeur d’Université vice recteur institut francophonie (Paris) - Docteur Ahmed BOUYACOUB Professeur d’Université directeur de recherche CREAD.

NB- Voir également Séminaire international présidé par AderrahmaneMEBTOUL dont l’intervention du professeur Jacques Percebois (Paris France expert international en énergie) le 11 mars 2007 à la faculté des sciences de gestion, des sciences commerciales et des sciences économiques de l’Université d’Es-Sénia Oran,Algérie « problématique des enjeux économiques et géopolitiques du gaz »- réonotypé .


Mercredi 10 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par Tarik le 13/06/2009 02:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pauvre Pf Mebtoul expert en tous genre ( sincerement je n'oserai jamais dire a qq que je suis diplômé s'il ne me le demande pas et a fortiori etre expert en quelque machin) meme dans cet article le Prof en question se croit obligé ( manque d'assurance ) de citer des Français ( experts en tout genre comme lui ) comme references en quelque sorte comme label de bonne qualité pour son article sinon on le prendrait moins au serieux !
Ah Pavlov ton nom restera a jamais éternel car la faune qui t'a été dédiée est toujours là aussi imbecile comme au premier jour!

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires