Palestine occupée

Quelle est la légitimité d’Israël ? La reconnaissance d’Israël par l’ONU comportait une erreur fatale


Dans la même rubrique:
< >


Christopher King
Lundi 7 Juin 2010

Quelle est la légitimité d’Israël ? La reconnaissance d’Israël par l’ONU comportait une erreur fatale

Redress Information & Analysis, Christopher King, 6 juin 2010


      Selon Christopher King, c’est dans la litanie de crimes israéliens contre les Palestiniens, et plus récemment avec l’assassinat des humanitaires à bord de la flottille internationale d'aide pour Gaza, que de fait se trouve l’illégitimité d’Israël.


      La vraie nature du fameux État [juif] d'Israël, démocratique et amoureux de la liberté, est désormais évidente pour le monde, après à l’attaque de son armée à Gaza, son blocus illégal de Gaza avec de terribles souffrances pour sa population, et à présent l'assassinat de neuf humanitaires lors de l’acte de piraterie contre la flottille Free Gaza dans les eaux internationales.


      Ces événements horribles devraient amener les esprits de la communauté internationale à se pencher sur la légitimité du régime israélien. Nous devrions examiner quel sens pourrait avoir son présent état de mépris à l’égard de la légalité et des droits de l'homme depuis sa création.


      La fondation de l'entité d'Israël, soutenue par l'Europe et la Zunie, est due à la sympathie ou la culpabilité, comme vous pourriez en avoir envers la souffrance des Juifs européens, à la pensée colonialiste de l'époque et à la familiarité avec le récit biblique juif.


      De 1944 à 1948, le gouvernement britannique a résisté aux immigrants juifs illégaux parce qu’ils créaient des problèmes avec les Palestiniens et aucun administrateur n’aime les problèmes gratuits. Quand les Juifs ont pris les armes, les Britanniques étaient tenus de prendre des mesures contre eux. Du côté juif, il y avait eu des expressions d'intention se basant sur la Déclaration de Balfour (1917) qui donnaient aux Sionistes des raisons de croire que leurs aspirations avaient un soutien politique. Il en était ainsi, bien que ce soit avec des réserves critiques importantes.


      Le préambule du mandat de la Société des Nations grâce auquel la Grande-Bretagne administrait la Palestine et qui a pour l’essentiel la même formulation que la Déclaration de Balfour, indique :

      « Considérant que les principales puissances alliées ont également convenu que le mandataire doit être responsable de la mise en vigueur de la déclaration originairement faite le 2 novembre 1917, par le gouvernement de Sa Majesté britannique, et adoptée par les Puissances, en faveur de l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non-juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont jouissent les Juifs dans tout autre pays. »


      Quel que soit ce que l'on entende par « foyer national pour le peuple juif, » il est clair que, à partir du moment où les Juifs ont pris les armes contre les Palestiniens, les ont dépossédés et se sont installés sur leurs terres, ils ont agi contre les dispositions et les intentions du mandat, sans parler du droit civil. La Grande-Bretagne a été mise en situation de violation du mandat en tolérant les actes des Juifs.


      La Déclaration de Balfour et le mandat de la Société des Nations en faveur d'un « foyer national pour le peuple juif » sont souvent cités comme base juridique de l'occupation juive de la Palestine. Il est pourtant évident que cela ne peut pas être le cas. Ces instruments n'ont pas force juridique. En outre, la dépossession des Palestiniens de leurs terres a violé les droits civils les plus importants garantis par le mandat, à savoir, le droit de posséder leurs terres et le droit pour eux et leurs descendants de vivre sur elles.


      La déclaration d'indépendance d'Israël le 14 mai 1948, au moment où le mandat britannique expirait, n'a aucune validité juridique. Par la suite, Israël a été reconnu par d'autres pays après la Zunie. Il a été admis à l'Organisation des Nations Unies, la Société des Nations rebaptisée, par la Résolution 273 du 11 mai 1949, qui est aussi citée par les Juifs de Palestine comme la légitimation d'Israël. La Résolution 273 était une grave erreur. Non seulement Israël n'a aucun fondement historique préexistant, mais elle comportait une erreur fatale. Cette faille consistait en son incapacité à reconnaître les droits des Palestiniens. La Déclaration de Balfour et le mandat britannique reconnaissaient les droits des Palestiniens, et la Déclaration des droits de l'homme des Nations Unies du 10 décembre 1948 était une reconnaissance générale du fait que ces droits existent pour tous les peuples.


      Le droit à la propriété, sans confiscation arbitraire, et de vivre sur elle dans son propre pays, n'est évidemment pas venu à l'existence avec la Déclaration universelle des droits de l'homme. Ces droits ont toujours existé explicitement dans le droit européen ainsi que dans tous les pays développés et de nombreux autres, à l'exception de certains ayant fait une brève expérience de socialisme.


      Le droit à la propriété et de vivre en paix sur elle existait déjà en Palestine. En Juin 2005, la Turquie a transféré les registres ottomans de propriété des terres de Palestine jusqu’à 1916 à l'Autorité palestinienne. De 1917 à 1948 les registres fonciers ont été mis à jour par l'administration britannique. Il convient de mentionner que les autorités israéliennes ont saisi les registres fonciers détenus par l'Autorité palestinienne comme l’a signalé le Scottish Trades Union Council, le 22 avril 2002 :

      « Nos collègues syndicalistes palestiniens confirment à présent ce que suggéraient ces bulletins d’informations qui ont pu sortir des zones sous l'assaut israélien.


      Ariel Sharon, avec la complicité de tout l'establishment politique israélien, agit pour parachever l'ambition de sa vie : créer un Grand Israël sur toute la Palestine historique, en expulsant ou tuant les Palestiniens non-juifs, et en détruisant toute preuve physique de leur histoire.


      C'est pourquoi les tueurs israéliens n’ont pas seulement massacré les Palestiniens. Ils ont aussi démoli des bâtiments vieux de plusieurs siècles, et arraché les oliviers dont certains remontaient à l'époque romaine.


      Ils ont saisi et enlevé les registres et documents de l'Autorité palestinienne et des organisations palestiniennes civiques, notamment tous les dossiers des membres des syndicats palestiniens.


      Et plus important encore, ils ont saisi les registres palestiniens de propriété foncière. Quel pourrait être le but, à part détruire les preuves du droit des Palestiniens à leur terre ? »


      Le rapport du 22 août du Groupe de travail Responsabilités internationales de l'Association des librairies américaine, montre qu'Israël vise particulièrement : les bibliothèques qui contiennent des documents historiques relatifs à la démographie palestinienne (par exemple, à la santé, au développement, à l'information et à l'Institut politique, de Ramallah) ; le commerce (par exemple, la Compagnie d’assurance palestinienne, de Ramallah) ; et les statistiques publiques (par exemple, le Bureau des statistiques, de Ramallah). Les documents et les ordinateurs de la bibliothèque sont vandalisés, et les registres qui pourraient appuyer les revendications des Palestiniens sur leurs terres sont soit entièrement enlevés, soit détruits.


      La question fondamentale en Palestine, c’est la terre et le droit de vivre sur elle. Les actions israéliennes montrent clairement qu’ils sont conscients de n’avoir aucun droit sur la terre. Israël tente de renforcer ses possessions en rendant très difficile pour les Palestiniens de prouver leurs droits.


      Voilà donc la faille fatale de la reconnaissance d'Israël comme État légitime de la communauté internationale par l'Organisation des Nations Unis en 1949. Elle ignore le droit des Palestiniens à la terre et à vivre sur elle, qui était explicite dans la Déclaration de Balfour, dans le mandat britannique et dans la propre reconnaissance des Nations Unies dans la période précédant l'expiration du mandat britannique, selon laquelle, les droits des Palestiniens doivent être protégés.


      Par faille fatale, je veux dire que l'acceptation du statut d'Israël en tant qu’État légitime par l'Organisation des Nations Unies est intrinsèquement invalide. Moyens légitimes selon la loi. En dépossédant les Palestiniens, Israël a rompu le lien juridiquement valable que les gens ont à la terre sur laquelle eux et leurs ancêtres vivent depuis des siècles, voire des millénaires, qui est le fondement même de la nation, de l'identité nationale et, en fait, des moyens de subsistance.


      Comme je l'ai dit ailleurs, la légitimité d'Israël ne peut être accordée que par les Palestiniens et même ils ne peuvent pas légalement l’accorder sous la contrainte des armées d'occupation et la dépossession. Les accords avec l'Autorité palestinienne ou même le Hamas, relatifs à l'affectation des terres et à la citoyenneté, sont donc sans valeur puisqu’ils peuvent faire l'objet d'une contestation de validité juridique à tout moment dans l'avenir.


      Dans le droit international, le statut des Juifs en Palestine est donc celui d'un peuple ayant une identité ethnique, une certaine identité religieuse, mais sans patrie juive. Ceux qui ont émigré en Palestine ont l’identité nationale de leur lieu de naissance et de la résidence de leurs parents, comme dans le cas des Palestiniens. Du fait de ces critères reconnus sur le plan international, s'ils souhaitent vivre en Palestine, ils sont des Juifs de Palestine au milieu de Musulmans, de Chrétiens et de n’importe quels autres Palestiniens qui ont droit à la terre.


      Il ne sert à rien aux Juifs de Palestine ou à toute autre personne de faire valoir de subtiles et complexes questions de droit pour réfuter ceci. Si cette proposition n'est pas vraie, alors tout peuple de n’importe quel pays peut être dépossédé par une nation plus puissante et perdre tout droit à ses terres. Il ne peut pas en être ainsi. Le droit international est fondé sur le concept d'identité nationale et le droit de défendre la nation sur laquelle celle-ci est établie. C'est précisément ce que fait le Hamas, le gouvernement légitime et démocratiquement élu de Palestine.


      Les Juifs de Palestine ne peuvent donc pas inventer un pays et une identité nationale sur des terres confisquées au peuple palestinien par la force armée. Ce n'est pas possible.


      La destruction des registres palestiniens est un acte d’une bestialité inqualifiable, qui rivalise avec les crimes auxquels se livrent les Juifs de Palestine contre leurs compatriotes Musulmans. C’est un préjudice culturel immense qui ne donne aucun avantage aux Juifs. On peut facilement remédier à l’absence des registres à des fins de redistribution des terres sur la base des populations ethniques connus en 1947, quand l'immigration de masse a commencé. Après le retour des réfugiés, un gouvernement élu démocratiquement pour toute la Palestine pourrait régler les détails.


      Je n'ai jamais entendu personne suggérer que les Juifs de Palestine doivent être éjectés de ce pays [*]. Mais il apparaît qu'ils ne souhaitent pas vivre équitablement au milieu des Palestiniens qui sont prioritaires et ont un plus grand droit à la terre qu'eux. Dans ce cas, je suggérerais qu'ils choisissent un lieu agréable faisant environ 22.000 kilomètres carrés en Zunie. Ils pourraient émigrer, chasser les autochtones zuniens et instaurer une patrie juive. D’autres terres pourraient être envahies plus tard s’ils le désirent. Comme la Zunie a incontestablement approuvé ces principes en Palestine, elle sera sans doute d'accord. Ou bien, peut-être que les Musulmans palestiniens pourraient faire de même. Je ne vois pas bien quelle objection pourrait éventuellement soulever le gouvernement zunien.



Original : www.redress.cc/palestine/cking20100606
Traduction copyleft de Pétrus Lombard



* Note du traducteur : L’agence Reuters écrivait le 26 octobre 2005 : « Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré mercredi qu’Israël devait être rayé de la carte,... »


      C’est de là qu’est parti ce que répètent comme des perroquets les Renard Guetta, les Alexandre Adler et tous les Sionistes, pseudo-journalistes ou autres, échappés de Charenton. Ils veulent capter l’opinion publique et avoir ainsi son aval moral pour déclencher une guerre contre l’Iran, une guerre qui, pour être gagnée, ne pourrait être qu’atomique.


      Cette propagande a été imaginée par les Néo-conservateurs, c’est-à-dire, Israël.


      Ce qui pourrait se rapprocher le plus de ce mensonge dans le discours du président iranien, c’est ceci :

      « ...Notre Imam bien-aimé disait que le régime d’occupation devait être effacé des pages du temps, et c’était là un propos très sage... »


On peut voir ici la vraie allocution de Mahmoud Ahmadinejad :
www.voltairenet.org/article130818.html


      Une personne intelligente doit avoir pour principe de considérer faux à priori tout ce que racontent les grands médias, en particulier sur les pays non-alignés.




Mardi 8 Juin 2010


Commentaires

1.Posté par Intellecterroriste le 07/06/2010 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'autant que les ricains seraient mal placés pour pleurer l'usurpation d'une terre par des étrangers au détriment du peuple autochtone... C'est aussi cette similarité qui fait que les USA sont mal placés pour critiquer Israël.

2.Posté par SARA69 le 07/06/2010 14:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Vive la Palestine libre, vivre la France libre. Libérons le monde de la main mise sioniste. STOP AU SIONISME !
Bilderberg 2010 : La liste des participants
BEL Davignon, Etienne Vice Chairman, Suez-Tractebel
DEU Ackermann, Josef Chairman of the Management Board and the Group Executive Committee, Deutsche Bank AG
GBR Agius, Marcus Chairman, Barclays Bank PLC
ESP Alierta, César Chairman and CEO, Telefónica
INT Almunia, Joaquín Commissioner, European Commission
USA Altman, Roger C. Chairman, Evercore Partners Inc.
USA Arrison, Sonia Author and policy analyst
SWE Bäckström, Urban Director General, Confederation of Swedish Enterprise
PRT Balsemão, Francisco Pinto Chairman and CEO, IMPRESA, S.G.P.S.; Former Prime Minister
ITA Bernabè, Franco CEO, Telecom Italia S.p.A.
SWE Bildt, Carl Minister of Foreign Affairs
FIN Blåfield, Antti Senior Editorial Writer, Helsingin Sanomat
ESP Botín, Ana P. Executive Chairman, Banesto
NOR Brandtzæg, Svein Richard CEO, Norsk Hydro ASA
AUT Bronner, Oscar Publisher and Editor, Der Standard
TUR Çakir, Ruşen Journalist
CAN Campbell, Gordon Premier of British Columbia
ESP Carvajal Urquijo, Jaime Managing Director, Advent International
FRA Castries, Henri de Chairman of the Management Board and CEO, AXA
ESP Cebrián, Juan Luis CEO, PRISA
ESP Cisneros, Gustavo A. Chairman and CEO, Cisneros Group of Companies
CAN Clark, W. Edmund President and CEO, TD Bank Financial Group
USA Collins, Timothy C. Senior Managing Director and CEO, Ripplewood Holdings, LLC
ITA Conti, Fulvio CEO and General Manager, Enel SpA
GRC David, George A. Chairman, Coca-Cola H.B.C. S.A.
DNK Eldrup, Anders CEO, DONG Energy
ITA Elkann, John Chairman, Fiat S.p.A.
DEU Enders, Thomas CEO, Airbus SAS
ESP Entrecanales, José M. Chairman, Acciona
DNK Federspiel, Ulrik Vice President Global Affairs, Haldor Topsøe A/S
USA Feldstein, Martin S. George F. Baker Professor of Economics, Harvard University
USA Ferguson, Niall Laurence A. Tisch Professor of History, Harvard University
AUT Fischer, Heinz Federal President
IRL Gallagher, Paul Attorney General
USA Gates, William H. Co-chair, Bill & Melinda Gates Foundation and Chairman, Microsoft Corporation
USA Gordon, Philip H. Assistant Secretary of State for European and Eurasian Affairs
USA Graham, Donald E. Chairman and CEO, The Washington Post Company
INT Gucht, Karel de Commissioner, European Commission
TUR Gürel, Z. Damla Special Adviser to the President on EU Affairs
NLD Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University; Former Honorary Secretary General of Bilderberg Meetings
USA Holbrooke, Richard C. Special Representative for Afghanistan and Pakistan
NLD Hommen, Jan H.M. Chairman, ING Group
USA Hormats, Robert D. Under Secretary for Economic, Energy and Agricultural Affairs
BEL Huyghebaert, Jan Chairman of the Board of Directors, KBC Group
USA Johnson, James A. Vice Chairman, Perseus, LLC
FIN Katainen, Jyrki Minister of Finance
USA Keane, John M. Senior Partner, SCP Partners
GBR Kerr, John Member, House of Lords; Deputy Chairman, Royal Dutch Shell plc.
USA Kissinger, Henry A. Chairman, Kissinger Associates, Inc.
USA Kleinfeld, Klaus Chairman and CEO, Alcoa
TUR Koç, Mustafa V. Chairman, Koç Holding A.Ş.
USA Kravis, Henry R. Founding Partner, Kohlberg Kravis Roberts & Co.
USA Kravis, Marie-Josée Senior Fellow, Hudson Institute, Inc.
INT Kroes, Neelie Commissioner, European Commission
USA Lander, Eric S. President and Director, Broad Institute of Harvard and MIT
FRA Lauvergeon, Anne Chairman of the Executive Board, AREVA
ESP León Gross, Bernardino Secretary General, Office of the Prime Minister
DEU Löscher, Peter Chairman of the Board of Management, Siemens AG
NOR Magnus, Birger Chairman, Storebrand ASA
CAN Mansbridge, Peter Chief Correspondent, Canadian Broadcasting Corporation
USA Mathews, Jessica T. President, Carnegie Endowment for International Peace
CAN McKenna, Frank Deputy Chair, TD Bank Financial Group
GBR Micklethwait, John Editor-in-Chief, The Economist
FRA Montbrial, Thierry de President, French Institute for International Relations
ITA Monti, Mario President, Universita Commerciale Luigi Bocconi
INT Moyo, Dambisa F. Economist and Author
USA Mundie, Craig J. Chief Research and Strategy Officer, Microsoft Corporation
NOR Myklebust, Egil Former Chairman of the Board of Directors SAS, Norsk Hydro ASA
USA Naím, Moisés Editor-in-Chief, Foreign Policy
NLD Netherlands, H.M. the Queen of the
ESP Nin Génova, Juan María President and CEO, La Caixa
DNK Nyrup Rasmussen, Poul Former Prime Minister
GBR Oldham, John National Clinical Lead for Quality and Productivity
FIN Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell plc
USA Orszag, Peter R. Director, Office of Management and Budget
TUR Özilhan, Tuncay Chairman, Anadolu Group
ITA Padoa-Schioppa, Tommaso Former Minister of Finance; President of Notre Europe
GRC Papaconstantinou, George Minister of Finance
USA Parker, Sean Managing Partner, Founders Fund
USA Pearl, Frank H. Chairman and CEO, Perseus, LLC
USA Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute for Public Policy Research
ESP Polanco, Ignacio Chairman, Grupo PRISA
CAN Prichard, J. Robert S. President and CEO, Metrolinx
FRA Ramanantsoa, Bernard Dean, HEC Paris Group
PRT Rangel, Paulo Member, European Parliament
CAN Reisman, Heather M. Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc.
SWE Renström, Lars President and CEO, Alfa Laval
NLD Rinnooy Kan, Alexander H.G. Chairman, Social and Economic Council of the Netherlands (SER)
ITA Rocca, Gianfelice Chairman, Techint
ESP Rodriguez Inciarte, Matías Executive Vice Chairman, Grupo Santander
USA Rose, Charlie Producer, Rose Communications
USA Rubin, Robert E. Co-Chairman, Council on Foreign Relations; Former Secretary of the Treasury
TUR Sabanci Dinçer, Suzan Chairman, Akbank
ITA Scaroni, Paolo CEO, Eni S.p.A.
USA Schmidt, Eric CEO and Chairman of the Board, Google
AUT Scholten, Rudolf Member of the Board of Executive Directors, Oesterreichische Kontrollbank AG
DEU Scholz, Olaf Vice Chairman, SPD
INT Sheeran, Josette Executive Director, United Nations World Food Programme
INT Solana Madariaga, Javier Former Secretary General, Council of the European Union
ESP Spain, H.M. the Queen of
USA Steinberg, James B. Deputy Secretary of State
INT Stigson, Björn President, World Business Council for Sustainable Development
USA Summers, Lawrence H. Director, National Economic Council
IRL Sutherland, Peter D. Chairman, Goldman Sachs International
GBR Taylor, J. Martin Chairman, Syngenta International AG
PRT Teixeira dos Santos, Fernando Minister of State and Finance
USA Thiel, Peter A. President, Clarium Capital Management, LLC
GRC Tsoukalis, Loukas President, ELIAMEP
INT Tumpel-Gugerell, Gertrude Member of the Executive Board, European Central Bank
USA Varney, Christine A. Assistant Attorney General for Antitrust
CHE Vasella, Daniel L. Chairman, Novartis AG
USA Volcker, Paul A. Chairman, Economic Recovery Advisory Board
CHE Voser, Peter CEO, Royal Dutch Shell plc
FIN Wahlroos, Björn Chairman, Sampo plc
CHE Waldvogel, Francis A. Chairman, Novartis Venture Fund
SWE Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB
NLD Wellink, Nout President, De Nederlandsche Bank
USA West, F.J. Bing Author
GBR Williams, Shirley Member, House of Lords
USA Wolfensohn, James D. Chairman, Wolfensohn & Company, LLC
ESP Zapatero, José Luis Rodríguez Prime Minister
DEU Zetsche, Dieter Chairman, Daimler AG
INT Zoellick, Robert B. President, The World Bank Group

3.Posté par karim le 07/06/2010 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand je vois le ras-le-bol de ce monde pourri et le nombre encourageants de gens qui ouvrent les yeux autour de moi, je me dis que, en effet, les élites peuvent vraiment s’inquiéter. Je serais même tenté de dire qu’elles feraient mieux de trouver comment fuir le jour où la justice des hommes (et seulement celle des hommes pour l’instant) les rattrapera. Ce jour proche, je n’aimerais pas être à leur place…

4.Posté par Daniel PIGNARD le 07/06/2010 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La légitimité d’Israël à occuper ce pays est dans la Bible et dans l’histoire d’Israël qui remonte à Abraham. Ceux qui sont un peu instruits savent où se trouve la terre d’Israël. Maintenant, si vous trouvez que Dieu a eu tort de leur donner cette terre et qu’elle est plutôt aux Palestiniens, alors qu’ils produisent eux aussi leur légitimité. Comment y sont-ils venus ? Par la force ? Envoyés par Dieu ? N’en ont-ils pas été chassés par Dieu du temps de Josué parce qu’ils s’adonnaient à toutes sortes de souillures ?
http://www.biblegateway.com/passage/?search=l%C3%A9vitique%2018:22-27&version=LSG
http://www.biblegateway.com/passage/?search=l%C3%A9vitique%2020:22-24&version=LSG
http://www.biblegateway.com/passage/?search=deut%C3%A9ronome%209:3-6&version=LSG

5.Posté par rachi le 07/06/2010 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Daniel Pignard , nom un peu trop "franchouillard "pour un troll.

La Bible ne se lit pas comme un cadastre même pour ceux qui sont un peu instruits ... En Palestine il y avait des gens qui habitaient là depuis toujours et vouloir les chasser pour établir un autre peuple à leur place ça s'appelle du colonialisme.


6.Posté par Lotus le 07/06/2010 19:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je conseille à l'ami PIGNARD de lire les nouveaux historiens israéliens, entre autres Shlomo Sands : il n'y jamais eu d'exode juif en 70 après Jésus-Christ, les Palestiniens d'aujourd'hui sont les descendants des vrais juifs qui sont resté sur la Terre Sainte et ne l'ont jamais quittée, ayant embrassé pour certains la foi chrétienne puis musulmane.

Ceux qui réclament hypocritement la terre de Palestine aujourd'hui sont les descendants de juifs convertis, pour la plupart des Africains du Nord et des Caucasiens ayant embrassé la foi monothéiste avant l'avènement du Christ.

Alors le pignard : revois tes fondamentaux !

7.Posté par redk le 07/06/2010 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Daniel PIGN...IOUF!!!, l'hasbariste, Lotus, qui te répond parfaitement te demande avec bienveillance de revoir tes fondamentaux, mais quel fondement pourrait avoir le sionisme? si ce n'est la haine, le gout a donner la mort et le mensonge!

8.Posté par Pierre le 07/06/2010 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Gaz à Gaza, une autre vision de guerre


Le premier indice sur l’existence d’un riche gisement gazier offshore au large de la bande de Gaza est fourni par le WashingtonTimes du 27 août 2005. Largement reprises sur les blogs à l’occasion de la nouvelle guerre en Palestine, ces informations du domaine public ne sont pas diffusées par les grands médias. On peut s’en étonner.

Mais une telle manne juste en face de l’étroite bande de terre palestinienne pourrait être un motif de vouloir contrôler, voire annexer, ce petit territoire. Lié au gisement égyptien, les forages devaient transiter par l’Egypte, en tout cas en 2000.
D’après les premiers forages effectués il y a près de 10 ans, les réserves sont conséquentes (entre 35 et 40 milliards de mètres cubes de gaz) et les revenus de son exploitation sont habituellement estimés à 4 milliards de dollars.

La question de la souveraineté sur les gisements gaziers de Gaza est cruciale. D’un point de vue légal, ces réserves appartiennent à la Palestine. Un accord avait été conclu en 1999 entre British Gas et l’autorité palestinenne représentée par Yasser Arafat.
La mort de Yasser Arafat, l’élection du gouvernement du Hamas, ainsi que la débâcle de l’Autorité Palestinienne ont permis à Israël de prendre de facto le contrôle de ces réserves.

British Gas (BG Group) a négocié avec le gouvernement de Tel-Aviv. En revanche, le gouvernement du Hamas n’a pas été consulté en ce qui a trait à la prospection et l’exploitation des gisements gaziers. En 2006, British Gas « était sur le point de signer un accord pour acheminer le gaz en Égypte. » (Times, 28 mai 2007). Selon les reportages, le premier ministre britannique de l’époque, Tony Blair est intervenu pour le compte d’Israël pour faire capoter l’accord avec l’Égypte.

En novembre 2008, le Ministère israélien des Finances et le Ministère chargé des Infrastructures Nationales ont ordonné à Israel Electric Corporation (IEC) d’engager des négociations avec British Gas, pour l’achat de gaz naturel provenant de la concession de BG au large de Gaza. (Globes, 13 novembre 2008). Au même moment, BG se sépare de son directeur pour le Moyen Orient, l’Afrique et l’Asie, étrange coïncidence. Puis, l’accord commercial conclu, le champ est laissé libre aux militaires et Tsahal peut se déchaîner.

Israël a bien ses propres gisements de gaz dans ses eaux territoriales, au large d’Haïfa, mais l’intérêt premier de cette prise de contrôle est de priver les palestiniens d’une ressource économique leur garantissant une autonomie et de sécuriser le terminal d’Ashkelon qui donne accès au pipe line connecté à la Turquie. Une façon de confisquer le gaz palestinien.

source:
http://www.betapolitique.fr/Gaz-a-Gaza-une-autre-vision-de-22094.html


9.Posté par VIRGILE le 08/06/2010 00:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que de confusion au sujet du Patriache et du mot ISRAËL !

Bien évidemment que le Patriarche YACOB/ISRAËL est légitime. Il est la volonté de Dieu.
Mais ce qu'ignore cet incrédule du pseudo Pignard, c'est que la Promesse faite à Abraham, concerne le Fils de la promesse, donnée en Isaac et pleinement révélé et ACCOMPLI en Yeshua de Nazareth.
MALHEUREUSEMENT, LES JUIFS (SANHEDRIN) L'ONT ASSASSINE, par la main des impies (République Romaine stigmatisée par le lâche Pilate - c'était son Destin, tel que prophétisé, le tout avec un cupide 30 deniers...). "L'argent, racine de tous les maux".

Je conseille vivement à ce Pignard de lire attentivement les Actes des Apôtre (admirable synthèse des Révélations de l'A.T., ainsi que l'Épître aux Hébreux (de Paul apôtre qui fut juif pharisien de la lignée de Benjamin, avant son extraordinaire "Appel" sur le Chemin de DAMAS !!! Une pure merveille.

Dieu est ESPRIT. La Terre promise, symbolisée par Canaan/Palestine, est également "en Esprit". Cette Promesse c'est Yeshua de Nazareth, Lumière des Nations, Amour et Grâce, Bonté et Vérité.

Les actuels crypto-juifs et autres mouvances talmudo-sionistes HAÏSSENT le vrai Roi d'Israël. Ils haïssent les Nazaréens,, les "chrétiens nés d'en Haut", car ils ont pour père le "diable" (c'est Dieu qui parle ! : St. Jean 8.44 !!!)

ILS SONT ENNEMIS DE TOUS LES HOMMES (1 Thessaloniciens 2.15 !!!).

Alors parler d'illégitimité de l'actuel Etat sioniste est un euphémisme car cette TERRE est à Yeshua, par Yeshua, pour Yeshua ! C'est Ecrit en long et en large dans la Parole de Dieu, accompli dans l'Evangile, sur la Croix !!! Tout est pour son Unique Gloire.

Cependant, "il faut que toutes ces choses arrivent", ainsi que le Trône de l'Anti-Christ. Nous voyons en "live" que les prophéties bibliques de la fin des Temps sont sous nos yeux. Ces talmudo-sionistes, fondamentalement hypocrites et athées, sont d'effroyables imposteurs Anti-Christ. Dieu s'en rit et nous connaissons leur fin; on ne se moque pas de Dieu éternellement...

Les British, d'ascendance germanique, se sont fait empaler par les manipulations et corruptions financières via Rotschild (Meyer-Bauer from Frankfort avant de migrer à la City, etc.). Lord Balfour s'est fait hypnotiser...nous connaissons l'effroyable suite.

Ils agissent toujours en cachette et par procuration. Tout comme hier ils ont manipulé Pilate pour assassiner le JUSTE, aujourd'hui ils manipulent l'humanité via les Francs-Maçons et autres colistiers Illuminati.
1776 aux USA, tout comme 1789 pour la France, etc., sont des "coups" francs-maçonniques sous contrôle des talmudo-crypto-juifs; tout comme la sinistre Révolution de 1917 en Russie, (trosko-bolchéviks, etc.) menée et financée par ces mêmes familles démoniaques de banquiers internationaux, à l'instar des guerres mondiales sur fonds de FED...
Ces juifs-bolchéviks leur ont fait tout de même plus de 30 MILLIONS DE MORTS ASSASSINES ! C'est pas rien ! Et ce n'est "qu'un détail" au vu de tous leurs crimes de par le monde depuis "le siècle des Lumière" (luciférien / Illuminati, etc.).
Il est fondamental, entre autres, de lire ou relire : "Deux siècles ensemble" d'Alexandre Soljenitsyne et - "La Controverse de Sion" du feu journaliste Douglas REED.

Alors la question est de savoir si nous pouvons encore supporter, avec nos deniers et nos politiciens corrompus, hypnotisés, un état terroriste constitué d'imposteurs, de meurtriers planétaires et d'incrédules, viscéralement Anti-Christ, Anti-Roi d'Israël (le vrai !) et...qui se réclame de Dieu !!!

La chute finale ne peut être que "fracassante" et "chaude" . Les rotschildo-balfouriens et autres affidés vont de toutes façons le payer très cher !
Maranatha.




10.Posté par ali le 08/06/2010 01:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

balfour n aimait pas les juifs donc il ne voulait pas trop de juifs russes en angleterre,il a decide de les diriger en palestine d 1 cote il se debarasse d eux de l autre ils seront les gardiens des interets britanniques ds la region.les occidentaux le savent les sionistes aussi.

11.Posté par ali le 08/06/2010 01:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pignard voyons,ce n est pas dieu qui a donne la palestine aux sionistes mais balfour.

12.Posté par dzof le 08/06/2010 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il y autre chose d encore plus illegitime, c est que le vote a eu lieu a l assemblee et non au conseil de securite qui doit valider par au moins 9 votes sur 15 toute resolution

c est bien qu il y ait enfin des journalistes scientifiques qui s interessent aux choses avec un peu de rigueur

c est fou ce que les medias peuvent etre betes, stupides et idiots, mais bon, faut faire avec

13.Posté par hb le 08/06/2010 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Israël est une production monstrueuse, une aberration et un désastre géopolitiques symptôme de la dégénérescence d'une humanité livrée aux financiers et aux marchands de canons!

14.Posté par Daniel PIGNARD le 08/06/2010 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Réponse à Virgile.
Voici ce que Paul nous révèle sur le peuple juif dans Romains 11. Il y a donc une espérance pour eux aussi :
« 20Cela est vrai; elles ont été retranchées pour cause d'incrédulité, et toi, tu subsistes par la foi. Ne t'abandonne pas à l'orgueil, mais crains;
21car si Dieu n'a pas épargné les branches naturelles, il ne t'épargnera pas non plus.
22Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu: sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté; autrement, tu seras aussi retranché.
23Eux de même, s'ils ne persistent pas dans l'incrédulité, ils seront entés; car Dieu est puissant pour les enter de nouveau. »
http://www.biblegateway.com/passage/?search=Romains%2011&version=LSG

15.Posté par lhddt le 08/06/2010 23:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le sionisme s'en fout de tout ce verbiage, meme s'il vrai.

la déclaration Balfour, c'est du bidon pour de mutiples raisons.. Balfour n'avait aucune autorité et que dire d'un voleur (colonialisme) qui donne à un tiers, ce qu'il a volé. Où se situe la légitimité? Légitimité dont les sionistes se foutent, l'important étant de "passer"comme ils y parvinrent grace au juif Tr.uman

Les sionistes avaient seulement grand besoin d'impressionner l'opinion mondiale pour en arriver à l'ONU. On se souvient d'un vote "à la chaussette" des pressions de Truman contre la France et le Libéria.

"Meme si c'est ps trop légitime, les malheureux du Nazisme méritent bien ça"

"Israel" est une chimère et ne durera que ce que durent les chimères

http://lhddt.wordpress.com/2010/01/12/creation-disrael-a-la-chaussette/

http://lhddt.wordpress.com/2010/01/13/comment-le-peuple-juif-fut-invente/


16.Posté par Patrick Keridan le 09/06/2010 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Attaque de l'aide pour Gaza

Je viens de signer cette pétition d'Avaaz.org:

Nous demandons une enquête internationale immédiate concernant l'assaut de la flotille, afin que les responsables soient tenus de rendre des comptes, et nous demandons la levée du blocus de Gaza.

Rejoignez-moi en signant ici:

http://www.avaaz.org/fr/gaza_flotilla/98.php?cl_taf_sign=60MhE2aQ://

17.Posté par ZORO le 10/06/2010 01:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le faux etat "israel" n'a aucune légitimité à part celle du colonialisme impérialiste.

on est prés à accepter ce faux "etat" à condition qu'ils acceptent le retour des musulmans en Andalousie afin d'établir un pays musulman, en + les musulmans ont plus de légitimité car l'état musulman andalou a bien exister et a duré 8 siècles tandis que ce peudo état "israel" n'a jamais existé, à part les minorités juves qui ont toujours vécu làbas, mais les autres doivent faire leurs valises et retourner d'où ils sont venus europe, russie, USA, etc.... car la palestine n'est pas à eux.

marre de cet impérialisme et de ce mensonge des médias.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires