Politique Nationale/Internationale

Quel est le rapport entre une société de renseignement israélienne et l’élection de Trump?


Dans la même rubrique:
< >

Une entreprise de renseignement appartenant à l’homme d’affaires israélien Joel Zamel a formé un partenariat stratégique avec la société britannique Cambridge Analytica qui aurait promu la candidature de Donald Trump en 2016, annonce The Wall Street Journal.


fr.sputniknews.com
Jeudi 24 Mai 2018

La société de renseignement privée Psy-Group de l'homme d'affaires israélien Joel Zamel a conclu un mémorandum d'accord avec l'entreprise Cambridge Analytica qui aurait aidé à soutenir la candidature de Donald Trump lors de sa campagne présidentielle, rapporte The Wall Street Journal citant ses sources.

Selon le média, ce mémorandum, signé le 14 décembre 2016, prévoyait un partenariat selon lequel les deux entreprises pourraient coopérer au cas par cas pour fournir des services de renseignement et de médias sociaux.

En outre, comme l'a indiqué à The Wall Street Journal une personne se disant au courant des activités de Psy-Group, cette coopération «visait en partie à obtenir des contrats gouvernementaux, ce que Cambridge et son entreprise mère SLC Groupe tentaient de faire d'une manière agressive lorsque leurs alliés dans l'administration de Trump sont arrivés au pouvoir».

Le média précise que les porte-parole de SCL et de Cambridge Analytica n'ont pas répondu à sa demande de commenter la situation.

Plus tôt, certains médias ont indiqué que le procureur américain Robert Mueller et son équipe avaient ouvert une enquête contre la société Psy-Group sur des mouvements vers son compte bancaire à Chypre.

En ce qui concerne Cambridge Analytica, The New York Times avait révélé que l'entreprise avait utilisé illégalement les données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook pour évaluer les préférences politiques des électeurs et mieux cibler la campagne de l'élection présidentielle de l'actuel Président des États-Unis. Le 16 mai, la société s'est officiellement mise en faillite en déposant son bilan devant un tribunal de New York.

Cambridge Analytica dans le viseur d’une enquête du FBI

L’usage illégal des données personnelles d’abonnés et de contacts d’abonnés de Facebook par Cambridge Analytica fait maintenant l’objet d’une enquête ouverte par le ministère américain de la Justice et le FBI, en plus de celles menées depuis avril par le procureurs généraux du Massachussetts et de New-York.

Cambridge Analytica, qui est au cœur du scandale concernant la collecte et l'usage illégal des données personnelles d'abonnés de Facebook et de leurs contacts, est à présent visée par une enquête ouverte par le FBI et le ministère américain de la Justice.

Ces dernières semaines, les enquêteurs du FBI ont interrogé d'anciens employés de Cambridge Analytica. Plusieurs témoins potentiels ont également été entendus, selon The New York Times. L'enquête a principalement pour objet les transactions financières de la société britannique qui s'est récemment mise en faillite. C'est pour cette raison que les procureurs ont interrogé des représentants des banques qui ont travaillé avec Cambridge Analytica. Ils s'intéressent également à l'usage des données personnelles des utilisateurs de Facebook collectées par l'entreprise. Ils veulent notamment établir de quelle manière ces données auraient pu utiliser à d'autres fins que celles qui ont été révélées par les premières enquêtes déjà menées et dont de nombreux médias se sont fait écho.

Auparavant, The New York Times avait révélé que Cambridge Analytica avait utilisé illégalement les données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook pour évaluer les préférences politiques des électeurs et mieux cibler la campagne de l'élection présidentielle de l'actuel Président des États-Unis. Les données d'au moins 87 millions de profils d'utilisateurs de Facebook, principalement des résidents américains, auraient été partagées avec Cambridge Analytica, a annoncé le 4 avril Mike Schroepfer, directeur de la technologie (CTO) de Facebook.

Une nouvelle fuite de données personnelles a été relayée cette semaine par les médias. Les infos d'environ trois millions d'utilisateurs de Facebook qui ont participé à des tests psychologiques à l'aide de l'application myPersonnality ont été en accès libre pendant quatre ans, a révélé le magazine scientifique New Scientist qui a mené sa propre enquête à ce sujet.


https://fr.sputniknews.com/societe/201805161036406675-cambridge-analytica-facebook-scandal/
https://fr.sputniknews.com/societe/201805161036406675-cambridge-analytica-facebook-scandal/


Jeudi 24 Mai 2018


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires