Palestine occupée

Que veut le Hamas ?


Le n°2 du Hamas a choisi de s’adresser directement aux lecteurs du Washington Post pour rectifier l’image mensongère qui est donnée de son parti dans leur pays. Mousa Abu Marzook à lui-même vécu et étudié aux États-Unis où il n’a plus accès depuis 2004, date à la quelle il a été mis en examen pour participation à une conspiration visant à financer une « organisation terroriste ». L’auteur a ainsi pu personnellement vérifier les méthodes US : en effet il s’agit-là d’une application rétroactive de la loi, les faits remontant au début des années 90, c’est-à-dire antérieurement à la désignation du Hamas comme « organisation terroriste ».


Samedi 4 Février 2006




Une nouvelle ère s’ouvre pour la lutte de libération des Palestiniens. Au moyen d’une élection historique, équitable et libre, le peuple palestinien a parlé.

En conséquence, la longue tradition qui est celle de l’Amérique, consistant à soutenir les droits de l’opprimé à l’autodétermination, ne doit pas faiblir. Les États-Unis, l’Union européenne et le reste du monde doivent accueillir le déploiement de ce processus démocratique et l’engagement pris à apporter de l’aide ne doit pas être trahi. La victoire, la semaine dernière, du Parti du Changement et de la Réforme aux élections législatives palestiniennes signale la naissance d’un espoir nouveau, pour un peuple soumis à une occupation étrangère.

Les résultats de cette élection reflètent un besoin de changement, par rapport à la corruption et à l’intransigeance du gouvernement sortant. Depuis sa création, voici une dizaine d’années, le Conseil Législatif Palestinien s’est montré incapable de satisfaire les besoins du peuple palestinien. Tandis que l’occupation resserrait son étreinte, sous les auspices de soi-disant « accords de paix », la qualité de vie des Palestiniens habitant les territoires occupés ne cessait de se détériorer. La pauvreté explosait, les taux de chômage atteignaient des niveaux inouïs et l’absence de sécurité élémentaire devenait insupportable. Une alternative de la base est née de cette situation d’urgence.

Grâce à son acquis en matière d’action sociale et d’engagement dans la satisfaction des besoins élémentaires du peuple palestinien, le Mouvement Islamique de Résistance (Hamas) s’est épanoui, en tant que force sociale constructive qui s’efforce d’assurer un minimum de bien-être à tous les Palestiniens. L’attachement à soulager les conditions épuisantes créées par l’occupation, voilà ce qui est au cour de notre mandat (la réforme et le changement en représentant la sève vitale), et certainement pas l’ instauration d’un État islamique !

En dépit des pressions générées par l’occupation et un gouvernement autonome autocratique et corrompu, la société civile palestinienne a apporté la démonstration de sa résilience face à ces conditions répressives. Les institutions sociales pourront retrouver une activité renouvelée, désormais, grâce à un gouvernement réformé qui se donne pour mission de donner le pouvoir au peuple, de faciliter l’exercice des libertés des citoyens et de protéger leurs droits civiques.

Depuis toujours, notre société célèbre le pluralisme, en entretenant vivantes l’histoire unique et les traditions de la Terre Sainte. En reconnaissant les traditions judéo-chrétiennes, les musulmans aspirent noblement et trouvent les plus grands encouragements et motivations dans la préservation de la Terre Sainte pour les trois religions abrahamiques, sur un pied d’égalité. De plus, une gouvernance honnête exige que la nation palestinienne soit représentée dans un environnement pluraliste. Une nouvelle génération d’édiles islamiques est prête à mettre en pratique des principes fondés sur la foi, dans un contexte de tolérance et d’unité.

Dans cet esprit, le Hamas s’est engagé à observer la transparence la plus totale dans son gouvernement. Un leadership honnête émanera de la responsabilité et de la reddition des comptes de ses agents publics. Le Hamas a choisi quinze parlementaires femmes, appelées à jouer un rôle d’ importance dans la vie publique. D’autre part, le mouvement a noué des relations sincères et durables avec plusieurs candidats chrétiens.

A l’heure où nous nous engageons dans une nouvelle phase de notre combat pour la libération de la Palestine, nous voyons dans les récentes élections un vote sanction contre les échecs du processus en cours. Une nouvelle « feuille de route » est maintenant nécessaire pour nous emmener loin de la mauvaise piste des checkpoints et des murailles, et jusqu’à la voie de la liberté et de la justice. Le soi-disant « processus de paix » calamiteux de la décennie écoulée a abouti à une accélération dramatique de l’expansion des colonies illégales et des confiscations de terres. Les réalités de l’occupation, ce sont les checkpoints humiliants, les démolitions de maisons, les détentions administratives sans jugement et sine die, les assassinats extrajudiciaires et des milliers de civils tués.

Le mouvement de la Résistance islamique a été élu afin de protéger les Palestiniens contre les exactions de l’occupant, en se fondant sur son histoire faite de sacrifices pour la noble cause de la liberté. Voir une quelconque menace dans la volonté collective des Palestiniens, manifestée dans l’élection du Hamas lors d’élections honnêtes et libres, en dépit et au grand dam de l’occupation, est erroné. Afin que s’instaure un dialogue constructif, il est nécessaire de laisser tomber les préjugés et les pré-conditions. Ce dialogue, nous y aspirons ; les termes doivent en être la justice, le respect mutuel et l’intégrité de ceux qui y prennent part.

De même que les Israéliens sont attachés à leur sécurité, les Palestiniens ont leurs droits fondamentaux de vivre dans la dignité et la sécurité. Nous demandons aux Israéliens de réfléchir à la paix dont nos peuples jouissaient naguère, ainsi qu’à la protection que les Musulmans ont toujours apportée aux communautés juives, dans le monde entier. Nous déploierons des efforts en toute bonne foi afin d’effacer l’amertume que l’occupation israélienne a réussi à générer, en s’aliénant une génération entière de Palestiniens. Nous exhortons les Israéliens à ne pas condamner la postérité à un bain de sang interminable et à un conflit dans lequel toute supériorité ne saurait qu’ être illusoire. Vienne le jour où nous vivrons ensemble, côte à côte, comme avant !

Les politiques calamiteuses de l’administration américaine résultent de la contradiction inhérente à sa position de principal allié d’Israël et d’ « honnête courtier » autoproclamé dans la résolution du conflit. Les nations du monde entier ont condamné la brutalité de l’occupation israélienne. Dans l’intérêt de la paix, les Etats-Unis doivent abandonner leur position d’ isolement sur l’Aventin et rejoindre le reste du monde, en appelant à la fin de l’occupation, et en garantissant aux Palestiniens l’obtention de leur droit à l’autodétermination.

Nous en appelons au sens de la justice du peuple américain afin qu’il juge de ce conflit à la lumière des grandes pensées, des grands principes et des grands idéaux qui vous sont si chers, exprimés dans la Déclaration d’ Indépendance des Etats-Unis, dans leur Constitution et dans la démocratie que vous avez bâtie. Il n’y a rien de déraisonnable à attendre de l’Amérique qu’elle mette en pratique ailleurs ce qu’elle prêche chez elle. Nous pouvons espérer sincèrement que vous utiliserez votre jugement honnête et les bénédictions de l’ascendant que Dieu a bien voulu vous accorder afin d’ exiger qu’un terme soit mis à l’occupation israélienne. Une démocratie digne de ce nom ne saurait s’épanouir aussi longtemps qu’une force extérieure maintiendra l’actuel déséquilibre mondial. Il appartient en droit à tout peuple de poursuivre sa propre destinée.

Mousa Abu Marzook
Vice-président du bureau politique du Mouvement de la Résistance Islamique (Hamas)



Cette tribune a été publiée par le Washington Post, le 31 janvier 2006. Version française par Marcel Charbonnier, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique (transtlaxcala@yahoo.com).


réseau Voltaire


Samedi 4 Février 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires