ALTER INFO

« Que sommes nous supposés faire avec nos morts » -- Broutilles de la guerre contre le terrorisme


Dans la même rubrique:
< >


Mike Whitney
Jeudi 19 Juillet 2007

ICH, par Mike Whitney, le 17 juillet 2007


Observations sur des faits décousus de l'actualité hebdomadaire


Partie 1 ; Bush à Poutine : « Laissez-les manger le gâteau »


​​​​Grand cas a été fait des rapports amicaux entre George Bush et le président russe Vladimir Poutine. Un incident, rapporté la semaine dernière dans UK Spectator, prouve que cette soi-disant amitié d'homme à homme est une supercherie totale créée par le corps de presse de Washington pour dissimuler les véritables problèmes et perpétuer l'illusion que Bush est un type normal.


​​​​Je vous laisse juge :


Il y a six ans, quand George W. Bush accueillait pour la première fois M. Poutine dans son ranch au Texas, il avait notoirement prétendu avoir vu dans son âme. Au moment où il exprimait légèrement différemment à un conseiller, ignorant que son micro était toujours ouvert et que ses remarques étaient diffusées par le système de haut-parleurs dans la salle adjacente. « Je les ferai manger dans ma main, » chuchotait le président. « Vous donnez du gâteau à ces ruskofs et ils vous donneront leurs âmes. » (Fraser Nelson, « La guerre froide est de retour », UK Spectator)


​​​​Il parlait comme un vrai ami, hein ?


​​​​


Partie 2 ; Les amis d'Israël à Capitol Hill


​​​​Pour les lecteurs qui auraient pu manquer les récents événements du Capitole à Washington, il y a cet intéressant potin apparu dans le Jerusalem Post :


Mercredi après-midi, la Chambre des députés US adoptait à l'unanimité une résolution condamnant l'appel britannique au boycott des universités israéliennes. La mesure, approuvés par 414 voix contre 0, invite l'Union Européenne et les gouvernements du monde à rejeter l'appel du leadership des universités et de leurs syndicats du Royaume-Uni à cesser la coopération avec les institutions israéliennes.


​​​​Il est toujours agréable de voir la diversité d'opinion sur ces questions humanitaires majeures, n'est-ce pas? Le Congrès a tout aussi été le soutien des mesures punitives qui interdisaient à la nourriture et aux médicaments d'entrer dans la Bande de Gaza en violation manifeste des Conventions de Genève.


​​​​Le Congrès n'a aucun problème à approuver une « punition collective » ou toute autre comportement condamné mondialement tant qu'il sert les plus grands intérêts d'Israël. Ironiquement, vous ne verriez jamais pareille unanimité pour une question quelconque parmi les membres de la Knesset israélienne.


​​​​


Partie 3 ; Les juifs iraniens resteraient plutôt en Iran ?!?


​​​​Un article paru la semaine dernière en UK (Royaume-Uni) dans The Guardian est intrigant à bien des égards :


Les juifs d'Iran ont donné au pays un gage de fidélité en dépit des propositions d'argent visant à les encourager à déménager en Israël, l'ennemi numéro un de leurs dirigeants Islamiques. Des primes -- variant de 5.000 livres (environ 7.435 euros) pour une personne à 30.000 livres (environ 44.610 euros) pour une famille -- étaient offertes à partir d'une caisse spéciale établie par de riches juifs expatriés pour tenter de provoquer dans la communauté juive d'Iran forte de 25.000 personnes une émigration massive en Israël. Les propositions, faites avec la bénédiction officielle d'Israël, s'ajoutaient aux avantages d'État usuels procurés aux juifs de la Diaspora qui émigrent.


​​​​Le traitement des juifs d'Iran présente un contraste choquant par rapport à la manière dont les palestiniens sont traités dans les Territoires Occupés. Comme le notes The Guardian, il y a environ 25.000 juifs en Iran et ils semblent être très heureux en dépit des allégations de la presse occidentale selon laquelle leur président serait un antisémite acharné. Ce pourrait-il que ce ne soit qu'un autre exemple de média diabolisant quelqu'un qui ose contrôler les vastes ressources de son propre pays ?


​​​​Qui sait ? Mais les juifs iraniens n'ont certes pas souffert des brutalités quotidienne que les palestiniens endurent dans les Territoires Occupés.


​​​​Les juifs iraniens ont été déclarés « minorité protégée » par le défunt Ayatollah Khamenei. Ils ne sont pas persécutés. Ils n'ont pas à supporter de point de contrôle humiliant, et ne sont pas emmenés de force en prison puis torturés sans raison. Leurs maisons ne sont pas aplaties au hasard par un bulldozer, des F-16 ne tirent pas des missiles dans leurs quartiers civils et ils ne sont pas traités en citoyens de deuxièmes classe. Comparé à Gaza, l'Iran est le Nirvâna. À Téhéran il y a six boucheries cachères, de nombreuses écoles juives, et un certain nombre de synagogues.


​​​​Ce sont pour la plupart des iraniens fidèles, qui aiment leur pays et sont déterminés à rester. L'article du Guardian inquiète car il suggère implicitement qu'Israël pourrait être en train de planifier une attaque contre l'Iran -- ils pourraient dans ce cas se hâter d'évacuer les juifs de Téhéran. [Il ce peut aussi que ce soit un élément de la stratégie de persuasion US, qui se résume par « faire peur pour obliger à se conformer », NDT]


​​​​


Partie 4 ; Si l'Iran était attaqué, quelqu'un aidera-t-il ?


​​​​Si les USA attaquaient préventivement l'Iran (un troisième porte-avions a été envoyé dans le Golfe juste la semaine dernière) comment réagiront les autres nations ?


​​​​Nous ne savons pas -- mais nous savons que les signataires du Traité de Non-Prolifération Nucléaire ont certains engagements. Comme Gordon Prather le précise dans son article « Davantage de flagornerie des médias néo-dingues »:


La sixième conférence note la réaffirmation de la part des états dotés d'armes nucléaires, de leur engagement à la résolution 984 (1995) du Conseil de Sécurité des Nations Unies, sur l'assurance de sécurité fournie à la partie des États sans arme nucléaire, par le Traité de Non-Prolifération des Armes Nucléaires. (extrait de la 2000 NPT Review Conference)


​​​​Ainsi, qu'est-ce que ça signifie ?


​​​​Comme le dit Prather :


Eh bien, fondamentalement, la Russie et la Chine, comme la France et le Royaume-Uni, « fourniront une aide immédiate » à l'Iran si ce pays « est victime d'un acte, ou fait l'objet d'une menace ou d'une agression, utilisant des armes nucléaires.


​​​​Intéressant, hein ? Ainsi si les Bush-Cheney bombardaient l'Iran, il serait exigé des autres membres du TNP, en vertu du droit international, DE DÉFENDRE L'IRAN. Ça pourrait valoir la peine d'une relance pour voir s'ils honorent cet engagement.


​​​​


Partie 5 ; Retour sur la Russie


​​​​Cette semaine, le président russe Poutine a suspendu la participation au Traité sur les Forces Conventionnelles en Europe (CFE), un pacte qui limitait les forces militaires en Europe. Le retrait de Poutine est une réponse au projet de Bush de mettre des systèmes de défenses de missiles US en Europe de l'Est, ce qui constitue une menace pour la sécurité nationale de la Russie.


​​​​En abrogeant le traité, Poutine est libre de remettre en place les troupes, les tanks et l'artillerie lourde dans la zone démilitarisée le long du flanc occidental de la Russie. C'est destiné à susciter l'anxiété des européens pacifiques. En même temps, Poutine menace de placer des missiles nucléaires à courte portée à Kaliningrad, une petite province russe juste au nord de la Pologne. L'UE et l'OTAN devront maintenant décider s'il veulent poursuivre avec la provocante magouille des missiles de défense de Washington ou rétablir des relations pacifiques avec la nation qui fournit 40% de leurs approvisionnements en énergie. Ce ne devrait pas être un choix difficile à moins que les allemands et les français choisissent de vivre dans l'obscurité comme les bagdadiens.


​​​​Poutine continuera à serrer la vis jusqu'à ce que Bush abandonne publiquement ses plans téméraires. Avec réalisme, le président russe n'a aucune autre option. Il ne peut permettre le déploiement du Système de Défense de Missiles.


​​​​Dans un sujet apparenté : « Poutine a (récemment) testé une arme plus meurtrière que tout, développé par l'Union Soviétique. Un missile lancé depuis un sous-marin en Mer Blanche est entré dans la stratosphère et est revenu exactement sur une cible éloignée de 3.800 milles (environ 6.100 Km) en Extrême-Orient russe -- de l'autre côté du monde. ... » Ça indique que la Russie a les moyens de l'affaire. Après une interruption de deux décennies, la course aux armements est de retour. (Fraser Nelson « La guerre froide est de retour UK Spectator)


​​​​Poutine a réussi la construction d'une forte alliances avec ses voisins d'Asie Centrale à travers le Commonwealth des États Indépendants (CIS), ainsi que la consolidation des immenses dépôts de gaz naturel et de pétrole qui sont principalement acheminés par des pipelines russes. Il n'est plus « l'associé subalterne » que Washington espérait à l'origine. Au lieu de cela, il est devenu le « Glavny protivnik », le premier ennemi de l'empire qui empiète sur les dernières réserves des approvisionnements en énergie s'amenuisant en Eurasie tout en reconstruisant sa puissance militaire.


​​​​Nous devrions nous attendre à une escalade régulière de la rhétorique et des menaces.


​​​​


Partie 6 ; L'Iran force le Japon à payer en yens


​​​​Cette semaine, « l'Iran a demandé aux raffineurs du Japon d'effectuer en yen le paiement de tous les achats de pétrole brut, après que la banque centrale de Iran ait dit qu'elle réduisait ses avoirs en dollars. » (Bloomberg News) Le nouvel arrangement sera « effectif immédiatement » au départ du Japon -- qui dépend à 100% des importations étrangères pour le pétrole -- sans aucune possibilité de négocier.


​​​​La démarche de l'Iran est une « double mésaventure dévastatrice » pour les USA. Elle met plus de pression sur la baisse du dollar déjà faiblissant et elle augmente la valeur du yen qui est cruciale pour les liquidités du marché des valeurs mobilières.


​​​​C'est une démarche habile de la part de l'Iran. Pendant que Cheney déplace ses porte-avions dans le Golfe et mène des opérations de guérilla à l'intérieur de l'Iran, les mollahs ont concocté un plan pour frapper l'endroit le plus vulnérable des USA -- le billet vert anémique.


​​​​Les Japonais ont manœuvré leur devise pendant des années pour augmenter leurs exportations et maintenir l'ouvrier japonais dans un état permanent de pauvreté. La seconde plus grande économie du monde sert de banquier à Wall Street, fournissant des dizaines de milliers de milliards de prêts bon marché pour maintenir le sur-avantage d'un marché boursier volant haut. En février dernier, quand le Japon a élevé ses taux durant la nuit, Wall Street a plongé en quelques minutes de 500 points. Le marché boursier US dépend d'injections régulières de capitaux japonais bon marché, et il ne peut survivre sans elles.


​​​​Peter Schiff d'Europac résume ça ainsi :


Les Japonais réalisent que s'ils arrêtent l'écoulement des liquidités mondiale ils détruiront le dollar et l'économie US. [Actuellement] pour survivre, les USA doivent être capables d'échanger de manière illimitée les dollars qu'ils impriment contre des marchandises fabriquées par le reste du monde et de payer ensuite un faible taux d'intérêt pour leur reconnaissance de dette que les étrangers accumulent en conséquence... Le vrai taux d'intérêt du yen renverserait les opérations spéculatives sur écart de rendement en créant une demande de capitaux japonais et une diminution des demandes de capitaux libellés en dollar. Pareille démarche enverrait simultanément les taux d'intérêt US et les prix à la consommation à travers le plafond et les prix des actions et de l'immobiliers à travers le plancher. L'économie de consommation entière s'effondrerait et les étasuniens connaîtraient la plus grande période de difficultés économiques depuis la Grande Dépression.


​​​​C'est le fin mot de l'histoire ; si le yen monte (provoquant le déroulement des « opérations spéculatives sur écart des rendements ») les liquidités se tariront, la panique s'installera, et le marché boursier s'effondrera.


​​​​L'annonce de l'Iran s'est perdue dans l'agitation de l'actualité en rapport avec l'Irak, mais c'est tout de même une évolution grave. Cela s'ajoute à la liste croissante de problèmes se posant à l'économie bancale des USA. Comme le plan des Bush-Paulson pour dévaluer le dollar entre en pleine vitesse, ses défauts deviennent plus évidents. De plus en plus de pays réduisent leur réserve de dollars -- la convertissant en euros et achetant de l'or -- et il devient évident que le dollar US perdra son rôle spécial de « monnaie de réserve » mondiale. Bientôt, les 550 milliards de dollars d'argent emprunté qui alimentent la machine de guerre US -- par l'intermédiaire des 800 milliards de dollars en valeur du déficit actuel -- se tariront forçant les USA à reconstruire leur secteur de la fabrication clopinant pour créer une économie basée sur l'exportation. Le ralentissement dans l'achat de capitaux en dollars a déjà commencé. Au sommet de ça, l'oncle SAM n'est plus depuis longtemps un requérant solvable.


​​​​Poutine a été le meneur de l'attaque contre le dollar, la considérant comme la meilleure manière de saper les manigances militaires de Bush. Eliane Supkis a fait cet article éclairant sur son blog Internet « L'argent a de l'importance » :


La Russie avait examiné des plans pour évaluer le prix de l'exportation du pétrole de l'Oural en roubles pour limiter les risques sur les devises. La nation projette d'ouvrir une Bourse des Valeurs de l'Énergie à Saint-Pétersbourg dans la première moitié de l'an prochain pour vendre le pétrole en roubles.


​​​​L'Iran suit une stratégie semblable, menaçant d'ouvrir une bourse pétrolière un jour l'année prochaine. (bien que le coup d'envoi de la date continue à changer) Les jours d'hégémonie du dollar sont comptés.


​​​​


Partie 7 ; La montée de la prostitution des enfants irakiens


​​​​MSNBC a sorti une vidéo sur des femmes irakiennes réfugiées en Syrie forcées de survivre par la prostitution. La révolution « démocratique » de Bush en Irak a produit des résultats lamentables, mais l'histoire de l'exploitation de jeunes enfants -- quelques-unes de seulement 6 ans -- c'est le pompon. C'est épouvantable et déchirant. La vidéo est servie avec le cynisme typique des médias occidentaux, comme si les USA n'avaient joué aucun rôle dans cette dernière histoire d'horreur en Irak.

http://video.msn.com/v/us/msnbc.htm??g=8b1c0bc5-c746-48e0-9ef6-fb3f7326a59e&f=00&fg=email&


​​​​


Partie 8 ; Un autre journaliste tué en Irak dans des circonstances suspectes


​​​​Dans l'article de l'auteur chevronné Chris Floyd, « Un contre un million ; Davantage sur le meurtre de Khalid Hassan », nous entendons parler du meurtre à Bagdad du journaliste Khalid Hassan du New York Times. Hassan rejoindra les plus de cent autres journalistes qui sont morts abattus durant l'occupation menée par les USA.


​​​​Floyd dit : « Il a été apparemment abattu par des miliciens après que sa voiture ait été détournée vers de petites rues par un barrage routier US. C'était un coup en deux étapes ; il a été forcé de s'arrêter sur la route par un Mercedes noire et il s'est fait tirer dessus, mais il a survécu. Comme il appelait sa mère pour lui dire qu'il allait bien, une deuxième voiture est arrivée, transportant un bandit armé qui a tiré plus de deux fois sur Hassan et l'a tué. »


​​​​Le reporter du New York Times « brûle les notes selon lesquelles les extrémistes chiites sont entrés dans le quartier de Hassan en uniformes de policiers, se changeant ensuite en muftis pour accomplir le meurtre. Ce sont donc presque certainement des policiers irakiens FORMÉS, ARMÉS ET PAYÉS PAR LES FORCES US. »


​​​​


Partie 9 ; Al Qaida : « Ils sont partout ! »


​​​​Lors d'un discours à la Maison Blanche cette semaine, le président Bush a répété son élucubration favorite selon laquelle nous combattrions en Iraq « les mêmes gens » qui ont attaqué les tours jumelles le 11 septembre. Ce n'est pas un thème que Bush est susceptible d'abandonner car il fournit la dernière raison médiocre de bombarder continuellement l'Irak.


​​​​Il y avait un bon article dans le Los Angeles Times de Ned Parker qui aide à jeter quelques lumières sur le « miniscule » rôle des combattants étrangers en Irak.


​​​​Parker déclare : « Parmi les 19.000 ''insurgés'' détenus par les militaires US en Irak, seulement 135 sont étrangers. »


​​​​En d'autres termes, Al Qaida n'est qu'une partie insignifiante de la soi-disant « insurrection ». En fait, seulement 7% des détenus sont des combattants étrangers.


​​​​Les USA combattent l'armée de la résistance menée par les sunnites en Irak. Ils ne sont pas alliés à Ben Laden ou à Al Qaida.


​​​​Alors, quel pays fournit la plupart des kamikazes étrangers ?


​​​​L'Arabie Saoudite. (Bien que personne dans l'administration Bush n'ait appelé au bombardement de Riyad !)


​​​​Répétition : Il n'y a aucun cadre important « d'Al-Qaeda » chez les combattants étrangers en Irak... « Tout ce que Bush et Cheney ont dit sur la nature de la guerre et les dangers supposés d'un retrait US est fausseté évidente. »

http://www.juancole.com/


​​​​Est-ce comme un mensonge ?


​​​​


Partie 10 ; Bombarder sans relâche : Renforcer la guerre aérienne


​​​​Associated Press a rapporté cette semaine que l'Air Force augmente ses capacités en Irak. Selon Charles Hanley, l'Air Force a brusquement intensifié les bombardements et étendu les prétextes pour les campagnes aériennes soutenues en appui aux forces US et irakiennes....Des escadrilles d'avions d'attaque ont été ajoutés à la flotte du pays. Les armes de reconnaissance aérienne ont presque doublé depuis l'année dernière. Le puissant bombardier B1-B a été rappelé pour opérer au-dessus de l'Irak.


​​​​« L'avant-dernière nuit nous avons eu 14 frappes de bombardiers B-1. La nuit dernière nous avons eu 18 frappes de bombardiers B-1, » disait d'un air approbateur le major général Rick Lynch, « lors du soutien aérien que sa 3ème Division d'infanterie a reçu pendant une récente offensive au sud de Bagdad. »


​​​​Ça nous dit tout ce que nous avons besoin de savoir sur les futurs plans de Bush pour l'Irak. Les bombardiers B-1 ne servent pas aux attaques ponctuelles sur des « bastions terroristes ». C'est dire des conneries. Ils servent pour les tapis de bombes et les vastes destructions aveugles qui provoquent invariablement des victimes civiles en masse.


​​​​Les statistiques confirment cette affirmation. Il y a eu une augmentation au quintuple des largages de bombes dans la première moitié de 2006, ce qui montre que les carnages de civils n'ont pas dissuadé les militaires d'essayer de « pacifier » les irakiens avec des bombardements acharnés et incessants.


​​​​L'article continue : « L'Air Force a envoyé une escadrille d'avions d'attaque A-10 ''Warthog'' -- une douzaine d'avions ou plus -- installée sur la base aérienne d'Al-Asad dans l'ouest de l'Irak. En même temps, une escadrille de F-16C Fighting Falcon a été rajoutée ici à Balad. » Les opérations aériennes sont constantes avec « plus de 100 avions s'entrecroisant dans l'espace aérien irakien à tout instant. »


​​​​Comme Bush est forcé de réduire le déploiement des troupes, la « poussée aérienne » continuera dans un avenir prévisible -- l'empoisonnement du pays avec de l'uranium appauvri, tue et estropie des dizaines de milliers de civils, et favorise la réduction en ruines de l'infrastructure de l'Irak.


​​​​Les démocrates approuvent totalement cette politique sanglante de « terre brûlée ».


​​​​


Partie 11 ; Parole d'une des victimes


​​​​Le blogger et poète irakien Layla Anwar parvient à exprimer ce que bon nombre d'entre nous ressentons à propos de cette horrible guerre, mais sommes incapables d'exprimer en mots. Voici un bref passage d'une œuvre récente appelée « Quelques pensées sur le pardon » de Layla Anwar.

http://arabwomanblues.blogspot.com/


Que sommes-nous supposés faire avec nos morts, nos blessés, nos souvenirs, nos espoirs perdus, nos rêves disparus ? Que sommes-nous supposé faire avec notre exil, notre déconvenue, notre déracinement ?


Le Christ a été crucifié par le passé. Il pouvait pardonner. Mais vous nous crucifiez tous les jour.


Ainsi, comment faire pour que je pardonne ?


​​​​Que Dieu nous aide pour ce que nous avons fait aux irakiens.



Original : http://www.informationclearinghouse.info/article18022.htm

Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info





Vendredi 20 Juillet 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires