PRESSE ET MEDIAS

Quand un best-seller requinquant dézingue un mythe fondateur en béton…


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective



sicia@yahoo.fr
Samedi 11 Octobre 2008

Quand un best-seller requinquant dézingue un mythe fondateur en béton…

Personne n’est davantage surpris que Shlomo Sand (l’auteur) au constat que sa dernière somme universitaire figure déjà depuis dix-neuf semaine sur la liste des bestsellers israéliens, et qu’un professeur d’histoire comme lui connaisse ainsi un succès sans précédent, en dépit du fait que son ouvrage s’attaque au Tabou des Tabous israéliens…

par Jonathan Cook *

on The Electronic Intifada, 8 octobre 2008

http://electronicintifada.net/v2/article9884.shtml

traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

http://electronicintifada.net/artman2/uploads/2/081008-cook-sand.jpg

Shlomo Sand

 M. Sand avance que l’idée d’un peuple juif – dont le besoin d’un havre de paix fut utilisé, à l’origine, pour justifier la création de l’Etat d’Israël – n’est qu’un mythe, qui a été inventé voici, de cela, tout juste cent ans…


Spécialiste d’histoire européenne à l’Université de Tel Aviv, M. Sand s’est basé sur une recherche historique et archéologique exhaustive pour étayer non seulement sa propre thèse, mais plusieurs autres – tout aussi rafraîchissantes.

 

De plus, il avance que les juifs n’ont jamais été exilés de la Terre Sainte, que la plupart des juifs contemporains n’ont aucun lien que ce soit avec la terre appelée Israël et que la seule solution politique du conflit avec les Palestiniens ne peut consister qu’en l’abolition de l’Etat juif.


Le succès de son ouvrage [en  hébreu] When and How Was the Jewish People Invented ? est appelé à se répéter, dans le monde entier. Une traduction en français [Comment le peuple juif fut inventé [ ?], aux éditions Fayard], mise sur les rayons des librairies au mois de septembre, se vend tellement comme des petits pains qu’elle a déjà dû être rééditée à trois reprises !

 

D’autres traductions sont en cours, dans une douzaine de langues, dont l’arabe et l’anglais. Mais l’auteur a d’ores et déjà prédit une réaction violente du lobby pro-israélien, quand l’ouvrage sera lancé aux Etats-Unis, l’année prochaine, par Verso, son éditeur en langue anglaise.

 

Par contraste, explique-t-il, les Israéliens se sont montrés, sinon carrément des fans, tout au moins curieux de connaître son argumentation. Tom Segev, un des journalistes les plus en vue du pays, a qualifié l’ouvrage de « fascinant et (positivement) provocateur ».

 

Etonnamment, poursuit M. Sand, la plupart de ses collègues universitaires, en Israël, se sont gardés de réfuter ses arguments, une des rares exceptions étant Israel Bartal, professeur d’histoire juive à l’Université Hébraïque de Jérusalem. S’exprimant dans les colonnes du quotidien israélien (‘progressiste’, ndt) Haaretz, M. Bartal s’est très peu attaché à réfuter les affirmations de M. Sand ; il a consacré le plus gros de son article, en lieu et place, à une défense et illustration de sa profession, suggérant que les historiens israéliens ne sont pas aussi ignorants au sujet du caractère totalement fictionnel de l’histoire juive que le prétend M. Sand.

 

M. Sand explique que l’idée d’écrire ce livre lui est venue il y a plusieurs années, mais qu’il a attendu jusqu’à tout récemment pour s’y consacrer pleinement. « Je ne saurais prétendre faire preuve d’un courage particulier en publiant ce livre, aujourd’hui », a-t-il déclaré. « J’ai attendu d’être titulaire d’une chaire universitaire : vous savez, dans le monde universitaire israélien, avant de pouvoir exprimer des opinions telles que celles-là, il y a un ticket à payer ! »

 

Exactement de la même manière, l’idée sioniste contemporaine selon laquelle les juifs se devraient de « revenir » de leur soi-disant « exil » [de la diaspora, ndt] en Terre Promise est totalement étrangère au judaïsme, a ajouté M. Sand.

 

« Le sionisme a totalement modifié la vision de Jérusalem. Auparavant, les lieux saints étaient considérés comme des endroits auxquels le croyant aspirait, mais qu’il n’envisageait en aucun cas d’habiter. Si, durant deux millénaires, les juifs sont restés à l’écart de Jérusalem, ce n’est nullement parce qu’ils ne pouvaient pas matériellement y « retourner », mais bien parce que leur religion, le judaïsme, leur interdisait d’y retourner avant la venue du Messie… »

 

Au cours de ses recherches, il eut la surprise de sa vie lorsqu’il commença à étudier les vestiges archéologiques remontant à l’ère biblique :

 

« Je n’avais pas été élevé en sioniste, mais comme tous les autres Israéliens, il était évident pour moi que les juifs étaient un peuple vivant en Judée et qu’ils en avaient été exilés par les Romains, en l’an 70 de l’ère chrétienne…

 

« Mais ayant commencé à étudier les indices archéologiques, j’ai découvert que tant le royaume de David que celui de Salomon étaient purement légendaires !

 

« Itou, en ce qui concerne l’exil. De fait, vous ne pouvez expliquer ce qu’est la judaïté, s’il n’y a pas d’exil. Mais, m’étant mis en quête d’ouvrages historiques décrivant les circonstances dudit exil, je n’en ai trouvé aucun ! Pas un seul !!

 

« Pour la bonne raison que les Romains n’ont exilé strictement aucun des peuples dont ils avaient conquis le territoire. En réalité, les juifs vivant en Palestine étaient dans leur écrasante majorité des paysans, et toutes les preuves archéologiques suggèrent qu’ils étaient restés sur leurs terres. »


En revanche, M. Sand adhère à une théorie alternative, davantage plausible : l’exil a été un mythe, répandu par les premiers chrétiens, afin de convertir des juifs à la nouvelle religion : « Les chrétiens voulaient inciter les dernières générations de juifs, à l’époque, à croire que leurs ancêtres auraient été chassés et exilés par Dieu, qui voulait les punir [de leur impiété et de leur méconduite, ndt] »

 

Bon, alors : s’il n’y a jamais eu d’exil, comment se fait-il donc que de si nombreux juifs aient fini par se retrouver dispersés sur toute la planète Terre, avant que l’Etat d’Israël, à l’époque contemporaine, n’eut commencé à les encourager à « revenir » ?

 

M. Sand explique que, durant les siècles ayant immédiatement précédé, et suivi, l’apparition du christianisme, le judaïsme était une religion pratiquant un prosélytisme intensif, littéralement en proie à une fringale de conversions : « La littérature latine de l’époque mentionne constamment ce phénomène ».

 

Des juifs se rendirent ainsi dans d’autres régions, dont ils cherchèrent à convertir les habitants, en particulier au Yémen, et parmi les tribus berbères de l’Afrique du Nord. Plusieurs siècles plus tard, le peuple du Royaume khazar, au Sud de la Russie actuelle, allait se convertir en bloc au judaïsme, donnant ainsi naissance aux juifs ashkénazes d’Europe centrale et orientale.

 

Ynet, le site ouèbe du quotidien Yediot Ahronot, le plus diffusé en Israël, a souligné cette histoire : « Des archéologues russes ont retrouvé la capitale juive, recherchée depuis des siècles ! » Et pourtant, aucun journal israélien, précise M. Sand, n’a pris conscience du fait que cette découverte cruciale remettait en cause tous les récits standards de l’histoire juive…

 

Autre question corollaire, suscitée par le récit de M. Sand, et qu’il pose lui-même : « Si, dans leur écrasante majorité, les juifs n’ont jamais quitté la Terre Sainte, alors, que sont-ils devenus ? »


« On ne l’enseigne pas dans les écoles israélienne, mais la plupart des pionniers du sionisme, dont David Ben Gurion [le premier Premier ministre israélien], étaient persuadés que les Palestiniens étaient les descendants des juifs authentiques ayant vécu en Palestine. Ils  étaient convaincus que les juifs, bien des siècles s’étant écoulés, s’étaient convertis à l’Islam. »

 

M. Sand attribue la réticence dont font montre ses collègues à avouer qu’ils sont d’accord avec lui au fait que cela reviendrait, pour eux, à reconnaître implicitement, comme énormément de monde, que tout l’édifice de la soi-disant « histoire juive » enseignée dans les universités israéliennes n’est qu’un château de cartes.

 

Le problème fondamental de l’enseignement de l’histoire en Israël, explique M. Sand, remonte à une décision prise dans les années 1930, de faire éclater l’histoire en deux disciplines : l’histoire générale, d’un côté, et l’histoire juive, de l’autre. L’ « histoire juive » était censée justifier qu’on y consacrât une chaire universitaire à part, au motif que l’expérience historique juive était considéré comme « unique » en son genre…

 

 « Dans nos universités, en Israël, il n’y a pas de faculté de science politique juive, ou de sociologie juive ! Seule l’histoire set ainsi enseignée de cette façon, et cela a permis à des spécialistes ès-histoire juive de vivre dans un monde parfaitement insulaire et conservateur, où ils sont totalement à l’abri des découvertes (dérangeantes, pour eux) de la recherche historique… 

 

« On m’a critiqué, en Israël, parce que j’ai écrit au sujet de l’histoire juive, alors que ma spécialité, c’est l’histoire européenne. Mais un livre tel que celui-ci a besoin d’un historien auquel soient familiers les concepts de l’investigation historique validés, reconnus et utilisés par le monde académique du reste du monde… »

 

[Cet article a été publié originellement dans The National, un quotidien d’Abu Dhabi. Il est reproduit ici avec son autorisation.]

 

[* Jonathan Cook, écrivain et journaliste, vit à Nazareth, en Israël. Ses derniers ouvrages publiés sont : Israel and the Clash of Civilisations: Iraq, Iran and the Plan to Remake the Middle East (éditions Pluto Press) et Disappearing Palestine: Israel's Experiments in Human Despair (éditions Zed Books). Vous pouvez consulter son site ouèbe à l’adresse URL suivante : www.jkcook.net ].



Samedi 11 Octobre 2008


Commentaires

1.Posté par claudio le 11/10/2008 13:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vérité finit toujours par émerger des ténèbres du mensonge et de la falsification. Bravo pour le courage de cet universitaire juif que je pense être dans la stricte lignée des enseignements de sa grande religion.
Il est clair que la paix en Palestine ne peut s'établir avec la création d'un état palestinien ayant pour voisin un pays basé sur le sionisme. Il ne peut y avoir de paix que si un seul état, la Palestine, abritant des citoyens égaux devant la loi, musulmans, juifs et chrétiens. Ils ont tant de valeurs en commun.
Tant que l'Occident, soutien inconditionnel d'Israël, n'aura pas compris cette vérité, la guerre peut durer des siècles.
On peut vaincre des armées mais jamais un peuple !

2.Posté par Jean-Paul le 11/10/2008 14:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est évident qu'il n'a été question que de mystification.

Les enjeux étaient de créer un paravent et un tremplin à la main mise du Moyen Orient.

Là où c'est vraiment INFECT c'est d'avoir utilisé la crédulité d'une part et la faiblesse des rescapés de la SHOAH d'autre part, la complicité des certaines Nations enfin, pour édifier un Etat qui dès le départ donnerait la possibilité finale d'EXTERMINER de nouveau les JUIFS mais aussi les Peuples Arabes et on le sait à présent les PERSES qui étaient les Dangers évidents de l'édification du NOM...

Car voyez-vous, si les Juifs Israëliens, les Arabes et les Perses, se mettaient d'accord sur la stratégie à tenir, les ILLUMINATI ne seraient plus eux-mêmes que des GUIGNOLS...

Ils le sont déjà, certainement, mais le problème c'est qu'eux-seuls le savent et que les principales futures victimes de leur machination diabolique n'en ont pas vraiment conscience...

Là où le bât blesse c'est que ces Peuples ont des dirigeants totalement affidés aux ILLUMINATI...

Nos traîtres nationaux, en France, ont donc des petits copains qui trahissent allègrement leurs Peuples et qui se soucient comme d'une guigne que leurs poupulations soient à terme programmées pour une vaste VITRIFICATION s'intégrant dans un plan plus global de DEPOPULATION...

A la place de ces populations prises en otages par des Dirigeants mafieux et peu scrupuleux, je tenterais de mon mieux d'organiser un vrai Tribunal pour juger les Crimes contre l'Humanité et les crimes pour Haute trahison de mes soit disant ELITES...

GAME OVER

3.Posté par Heinz le 11/10/2008 16:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un arabe qui n'est pas d'accord:

http://209.85.135.104/search?q=cache:49jdv7yF5_wJ:www.subversiv.com/doc/proche-orient/farah_personne.htm+joseph+farah&hl=fr&ct=clnk&cd=5&gl=fr

Sinon, si Shlomo Sand a raison, ce que je ne crois pas une seule seconde personnellement, il faudra expliquer pourquoi un célèbre sage juif du 16ème, Moshe Cordovero, avait prévu que des codes seraient découverts dans la Torah par les juifs, quand ils seraient revenu sur leur terre à la "fin des temps"? Le cryptanalyste retraité de la NSA, et chercheur de codes Harold Gans l'a en partie confirmé (et c'est aisément vérifiable, il suffit de ce procurer le livre de Cordovero, référence ci-dessous): http://www.ou.org/index.php/jewish_action/article/28299/

Traduction:

"...L'dée de codes cachés dans la Torah se trouve dans la Mesorah. b[Au seizième siècle, Rabbi Moshe Cordovero fait référence [dans son ouvrage Pardes Rimonim] à l'espoir qu'à la fin des jours, les codes secrets seraient découverts dans la Torah]b..."

Hors, des codes ont bien été découverts dans la Torah:

http://www.torahcodes.co.il/wrr1/wrr1.htm

Les juifs sont donc bien revenus sur leur terre, comme prophétisé...

4.Posté par petrus le 11/10/2008 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

HeinzRéponse évidente à Heinz :

Toute l'histoire est trafiquée et les fameuses prophéties ont été écrites après coup. Ces faits ont été expliqués en large et en travers par Laura Knight dans ses articles et livres.

Le fait que les explorations archéologiques n'aient trouvé aucune trace des royaumes de David et de Salomon en Israël est en plus la preuve absolue du fait que l'ancien testament est une tromperie.

5.Posté par Aigle le 11/10/2008 18:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PETRUS , le cerveau de Heinz s'est arreté de fonctionner depuis bien longtemps puisqu'il le prononce lui meme , : il ne croit pas une seule seconde personnellement ! ...bien sur Heinz ...bien sur....et le fantome attrapa le magma qui sert de cerveau à enrico macias et lui fit des pirouettes qui lui permirent de decouvrir que les Goys et les non chretiens sont indignes de credibilité ...bien sur Heinz ...bien sur ...reposes toi un instant ....0000000000000000000000000.

6.Posté par Heinz le 11/10/2008 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toute l'histoire est trafiquée et les fameuses prophéties ont été écrites après coup. Ces faits ont été expliqués en large et en travers par Laura Knight dans ses articles et livres.

Impossible, je suis ces recherches sur les codes depuis maintenant 8 ans, et j'ai moi-même vérifié qu'ils existaient en apprenant l'hébreu et en utilisant les logiciels qu'on peut télécharger gratos en ligne. J'ai aussi trouvé des événements à l'avance ainsi que des infos sur moi-même, il faut être fou pour prétendre que des hommes aient pu connaître à l'avance ces choses et les aient encodé dans la Bible hébraïque...

Le fait que les explorations archéologiques n'aient trouvé aucune trace des royaumes de David et de Salomon en Israël est en plus la preuve absolue du fait que l'ancien testament est une tromperie.

Faux, concernant David on a retrouvé une stèle avec inscrit dessus en hébreu "maison de David":

http://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A8le_de_Tel_Dan

Et certains experts comme André Lemaire, pensent que l'expression « maison de David » apparaît également dans une ligne partiellement brisée de la stèle de Mesha:

http://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A8le_de_Mesha

Sinon, des chercheurs italiens ont accumulés de nombreuses preuves indiquant que l'Arche de Noé se trouve toujours sur le mont Ararat en Turquie, et connaissant l'un d'eux je sais qu'ils ne mentent pas...:

http://www.noahsark.it/home_inglese.htm

Quoi qu'il en soit, parler de "preuve absolue", surtout dans ce domaine, est un non sens, les faits ne parlent pas d'eux-mêmes, il faut les interpréter, et tous les archéologues ne sont pas d'accord, alors...

En plus, les événements relatés dans l'ancien testament sont très anciens, il n'est donc pas très surprenant de ne retrouver que peu de traces, ça n'est pas vrai que pour la Bible...

7.Posté par Heinz le 11/10/2008 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A part les insultes et mots d"esprit, c'est quoi tes arguments et les sources sur lesquelles tu t'appuies Aigle? Pas vu grand chose jusqu'ici...

8.Posté par Aigle le 11/10/2008 19:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Toute l'histoire est trafiquée et les fameuses prophéties ont été écrites après coup. Ces faits ont été expliqués en large et en travers par Laura Knight dans ses articles et livres.

Impossible, je suis ces recherches sur les codes depuis maintenant 8 ans, et j'ai moi-même vérifié qu'ils existaient en apprenant l'hébreu et en utilisant les logiciels qu'on peut télécharger gratos en ligne. J'ai aussi trouvé des événements à l'avance ainsi que des infos sur moi-mêm, il faut être fou pour prétendre que des hommes aient pu connaître à l'avance ces choses et les aient encodé dans la Bible hébraïque......... ( C'EST VRAI Heinz il faut etre vraiment timbré ).......... Et certains experts comme André Lemaire, pensent que l'expression « maison de David » apparaît également dans une ligne partiellement brisée de la stèle de Mesha: ......"

http://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A8le_de_Mesha .... "
Tu penses vraiment que tu as besoin d'arguments de ma part , Heinz ??? les tiens suffisent amplement ........puisque tu as wilkipedia comme support

9.Posté par Heinz le 11/10/2008 20:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Impossible, je suis ces recherches sur les codes depuis maintenant 8 ans, et j'ai moi-même vérifié qu'ils existaient en apprenant l'hébreu et en utilisant les logiciels qu'on peut télécharger gratos en ligne. J'ai aussi trouvé des événements à l'avance ainsi que des infos sur moi-mêm, il faut être fou pour prétendre que des hommes aient pu connaître à l'avance ces choses et les aient encodé dans la Bible hébraïque...

C'EST VRAI Heinz il faut etre vraiment timbré...

C'est tout ce que t'as trouvé comme réponse? Pauvre Aigle, je crois que c'est toi qui as besoin d'une bonne cure de sommeil :-)



Tu penses vraiment que tu as besoin d'arguments de ma part , Heinz ??? les tiens suffisent amplement ........puisque tu as wilkipedia comme support

Un peu maigre comme argument Aigle, m'étonnes pas de toi remarques ;-), Wikipédia n'est peut-être pas parfaite, mais d'après une étude de Nature (pas vraiment des rigolos), sa fiabilité est équivalente à l'Encyclopaedia Britannica (une étude allemande équivalente a conduit à la même conclusion)...

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=5353

Du reste, il y a toujours des références fournies en fin d'article, chacun peut donc vérifier...

10.Posté par redk le 11/10/2008 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

aigle, te prend pas la tête avec ketchup, laisons shlomo sand réfuté ses fables et contes.

Entretien avec Shlomo Sand

Shlomo Sand, historien du 20e siècle, avait jusqu’à présent étudié l’histoire intellectuelle de la France moderne (dans son livre « L’intellectuel, la vérité et le pouvoir », Am Oved éd., 2000 - en hébreu), et les rapports entre le cinéma et l’histoire politique (« Le cinéma comme Histoire », Am Oved, 2002 - en hébreu). D’une manière inhabituelle pour des historiens de profession, il se penche, dans son nouveau livre, sur des périodes qu’il n’avait jamais étudiées - généralement en s’appuyant sur des chercheurs antérieurs qui ont avancé des positions non orthodoxes sur les origines des Juifs.

En fait, l’essentiel de votre livre ne s’occupe pas de l’invention du peuple juif par le nationalisme juif moderne mais de la question de savoir d’où viennent les Juifs.

« Mon projet initial était de prendre une catégorie spécifique de matériaux historiographiques modernes, d’examiner comment on avait fabriqué la fiction du peuple juif. Mais dès que j’ai commencé à confronter les sources historiographiques, je suis tombé sur des contradictions. Et c’est alors ce qui m’a poussé - je me suis mis au travail, sans savoir à quoi j’aboutirais. J’ai pris des documents originaux pour essayer d’examiner l’attitude d’auteurs anciens - ce qu’ils avaient écrit à propos de la conversion. »

Des spécialistes de l’histoire du peuple juif affirment que vous vous occupez de questions dont vous n’avez aucune compréhension et que vous vous fondez sur des auteurs que vous ne pouvez pas lire dans le texte.

« Il est vrai que je suis un historien de la France et de l’Europe, et pas de l’Antiquité. Je savais que dès lors que je m’occuperais de périodes anciennes comme celles-là, je m’exposerais à des critiques assassines venant d’historiens spécialisés dans ces champs d’étude. Mais je me suis dit que je ne pouvais pas en rester à un matériel historiographique moderne sans examiner les faits qu’il décrit. Si je ne l’avais pas fait moi-même, il aurait fallu attendre une génération entière. Si j’avais continué à travailler sur la France, j’aurais peut-être obtenu des chaires à l’université et une gloire provinciale. Mais j’ai décidé de renoncer à la gloire. »

« Après que le peuple ait été exilé de force de sa terre, il lui est resté fidèle dans tous les pays de sa dispersion et n’a pas cessé de prier et d’espérer son retour sur sa terre pour y restaurer sa liberté politique » : voilà ce que déclare, en ouverture, la Déclaration d’Indépendance. C’est aussi la citation qui sert de préambule au troisième chapitre du livre de Shlomo Sand, intitulé « L’invention de l’Exil ». Aux dires de Sand, l’exil du peuple de sa terre n’a en fait jamais eu lieu.

« Le paradigme suprême de l’envoi en exil était nécessaire pour que se construise une mémoire à long terme, dans laquelle un peuple-race imaginaire et exilé est posé en continuité directe du “Peuple du Livre” qui l’a précédé », dit Sand ; sous l’influence d’autres historiens qui se sont penchés, ces dernières années, sur la question de l’Exil, il déclare que l’exil du peuple juif est, à l’origine, un mythe chrétien, qui décrivait l’exil comme une punition divine frappant les Juifs pour le péché d’avoir repoussé le message chrétien. « Je me suis mis à chercher des livres étudiant l’envoi en exil - événement fondateur dans l’Histoire juive, presque comme le génocide ; mais à mon grand étonnement, j’ai découvert qu’il n’y avait pas de littérature à ce sujet. La raison en est que personne n’a exilé un peuple de cette terre. Les Romains n’ont pas déporté de peuples et ils n’auraient pas pu le faire même s’ils l’avaient voulu. Ils n’avaient ni trains ni camions pour déporter des populations entières. Pareille logistique n’a pas existé avant le 20e siècle. C’est de là, en fait, qu’est parti tout le livre : de la compréhension que la société judéenne n’a été ni dispersée ni exilée. »

Si le peuple n’a pas été exilé, vous affirmez en fait que les véritables descendants des habitants du royaume de Judée sont les Palestiniens.

« Aucune population n’est restée pure tout au long d’une période de milliers d’années. Mais les chances que les Palestiniens soient des descendants de l’ancien peuple de Judée sont beaucoup plus élevées que les chances que vous et moi en soyons. Les premiers sionistes, jusqu’à l’insurrection arabe, savaient qu’il n’y avait pas eu d’exil et que les Palestiniens étaient les descendants des habitants du pays. Ils savaient que des paysans ne s’en vont pas tant qu’on ne les chasse pas. Même Yitzhak Ben Zvi, le second président de l’Etat d’Israël, a écrit en 1929, que “la grande majorité des fellahs ne tirent pas leur origine des envahisseurs arabes, mais d’avant cela, des fellahs juifs qui étaient la majorité constitutive du pays”. »

Et comment des millions de Juifs sont-ils apparu tout autour de la Méditerranée ?

« Le peuple ne s’est pas disséminé, c’est la religion juive qui s’est propagée. Le judaïsme était une religion prosélyte. Contrairement à une opinion répandue, il y avait dans le judaïsme ancien une grande soif de convertir. Les Hasmonéens furent les premiers à commencer à créer une foule de Juifs par conversions massives, sous l’influence de l’hellénisme. Ce sont les conversions, depuis la révolte des Hasmonéens jusqu’à celle de Bar Kochba, qui ont préparé le terrain à la diffusion massive, plus tard, du christianisme. Après le triomphe du christianisme au 4e siècle, le mouvement de conversion a été stoppé dans le monde chrétien et il y a eu une chute brutale du nombre de Juifs. On peut supposer que beaucoup de Juifs apparus autour de la mer Méditerranée sont devenus chrétiens. Mais alors, le judaïsme commence à diffuser vers d’autres régions païennes - par exemple, vers le Yémen et le Nord de l’Afrique. Si le judaïsme n’avait pas filé de l’avant à ce moment-là, et continué à convertir dans le monde païen, nous serions restés une religion totalement marginale, si même nous avions survécu. »

Comment en êtes-vous arrivé à la conclusion que les Juifs d’Afrique du Nord descendent de Berbères convertis ?

« Je me suis demandé comment des communautés juives aussi importantes avaient pu apparaître en Espagne. J’ai alors vu que Tariq Ibn-Ziyad, commandant suprême des musulmans qui envahirent l’Espagne, était berbère et que la majorité de ses soldats étaient des Berbères. Le royaume berbère juif de Dahia Al-Kahina n’avait été vaincu que 15 ans plus tôt. Et il y a, en réalité, plusieurs sources chrétiennes qui déclarent que beaucoup parmi les envahisseurs d’Espagne étaient des convertis au judaïsme. La source profonde de la grande communauté juive d’Espagne, c’étaient ces soldats berbères convertis au judaïsme. »

Aux dires de Sand, l’apport démographique le plus décisif à la population juive dans le monde s’est produit à la suite de la conversion du royaume khazar - vaste empire établi au Moyen-âge dans les steppes bordant la Volga et qui, au plus fort de son pouvoir, dominait depuis la Géorgie actuelle jusqu’à Kiev. Au 8e siècle, les rois khazars ont adopté la religion juive et ont fait de l’hébreu la langue écrite dans le royaume. A partir du 10e siècle, le royaume s’est affaibli et au 13e siècle, il a été totalement vaincu par des envahisseurs mongols et le sort de ses habitants juifs se perd alors dans les brumes.

Shlomo Sand revisite l’hypothèse, déjà avancée par des historiens du 19e et du 20e siècles, selon laquelle les Khazars convertis au judaïsme seraient l’origine principale des communautés juives d’Europe de l’Est. « Au début du 20e siècle, il y a une forte concentration de Juifs en Europe de l’Est : trois millions de Juifs, rien qu’en Pologne », dit-il ; « l’historiographie sioniste prétend qu’ils tirent leur origine de la communauté juive, plus ancienne, d’Allemagne, mais cette historiographie ne parvient pas à expliquer comment le peu de Juifs venus d’Europe occidentale - de Mayence et de Worms - a pu fonder le peuple yiddish d’Europe de l’Est. Les Juifs d’Europe de l’Est sont un mélange de Khazars et de Slaves repoussés vers l’Ouest. »

Si les Juifs d’Europe de l’Est ne sont pas venus d’Allemagne, pourquoi parlaient-ils le yiddish, qui est une langue germanique ?

« Les Juifs formaient, à l’Est, une couche sociale dépendante de la bourgeoisie allemande et c’est comme ça qu’ils ont adopté des mots allemands. Je m’appuie ici sur les recherches du linguiste Paul Wechsler, de l’Université de Tel Aviv, qui a démontré qu’il n’y avait pas de lien étymologique entre la langue juive allemande du Moyen-âge et le yiddish. Le Ribal (Rabbi Yitzhak Bar Levinson) disait déjà en 1828 que l’ancienne langue des Juifs n’était pas le yiddish. Même Ben Tzion Dinour, père de l’historiographie israélienne, ne craignait pas encore de décrire les Khazars comme l’origine des Juifs d’Europe de l’Est et peignait la Khazarie comme la “mère des communautés de l’Exil” en Europe de l’Est. Mais depuis environ 1967, celui qui parle des Khazars comme des pères des Juifs d’Europe de l’Est est considéré comme bizarre et comme un doux rêveur. »

Pourquoi, selon vous, l’idée d’une origine khazar est-elle si menaçante ?

« Il est clair que la crainte est de voir contester le droit historique sur cette terre. Révéler que les Juifs ne viennent pas de Judée paraît réduire la légitimité de notre présence ici. Depuis le début de la période de décolonisation, les colons ne peuvent plus dire simplement : “Nous sommes venus, nous avons vaincu et maintenant nous sommes ici” - comme l’ont dit les Américains, les Blancs en Afrique du Sud et les Australiens. Il y a une peur très profonde que ne soit remis en cause notre droit à l’existence. »

Cette crainte n’est-elle pas fondée ?

« Non. Je ne pense pas que le mythe historique de l’exil et de l’errance soit la source de ma légitimité à être ici. Dès lors, cela m’est égal de penser que je suis d’origine khazar. Je ne crains pas cet ébranlement de notre existence, parce que je pense que le caractère de l’Etat d’Israël menace beaucoup plus gravement son existence. Ce qui pourra fonder notre existence ici, ce ne sont pas des droits historiques mythologiques mais le fait que nous commencerons à établir ici une société ouverte, une société de l’ensemble des citoyens israéliens. »

En fait, vous affirmez qu’il n’y a pas de peuple juif.

« Je ne reconnais pas de peuple juif international. Je reconnais un “peuple yiddish” qui existait en Europe de l’Est, qui n’est certes pas une nation mais où il est possible de voir une civilisation yiddish avec une culture populaire moderne. Je pense que le nationalisme juif s’est épanoui sur le terreau de ce “peuple yiddish”. Je reconnais également l’existence d’une nation israélienne, et je ne lui conteste pas son droit à la souveraineté. Mais le sionisme, ainsi que le nationalisme arabe au fil des années, ne sont pas prêts à le reconnaître.

« Du point de vue du sionisme, cet Etat n’appartient pas à ses citoyens, mais au peuple juif. Je reconnais une définition de la Nation : un groupe humain qui veut vivre de manière souveraine. Mais la majorité des Juifs dans le monde ne souhaite pas vivre dans l’Etat d’Israël, en dépit du fait que rien ne les en empêche. Donc, il n’y a pas lieu de voir en eux une nation. »

Qu’y a-t-il de si dangereux dans le fait que les Juifs s’imaginent appartenir à un seul peuple ? Pourquoi serait-ce mal en soi ?

« Dans le discours israélien sur les racines, il y a une dose de perversion. C’est un discours ethnocentrique, biologique, génétique. Mais Israël n’a pas d’existence comme Etat juif : si Israël ne se développe pas et ne se transforme pas en société ouverte, multiculturelle, nous aurons un Kosovo en Galilée. La conscience d’un droit sur ce lieu doit être beaucoup plus souple et variée, et si j’ai contribué avec ce livre à ce que moi-même et mes enfants puissions vivre ici avec les autres, dans cet Etat, dans une situation plus égalitaire, j’aurai fait ma part.

« Nous devons commencer à œuvrer durement pour transformer ce lieu qui est le nôtre en une république israélienne, où ni l’origine ethnique, ni la croyance n’auront de pertinence au regard de la Loi. Celui qui connaît les jeunes élites parmi les Arabes d’Israël, peut voir qu’ils ne seront pas d’accord de vivre dans un Etat qui proclame n’être pas le leur. Si j’étais Palestinien, je me rebellerais contre un tel Etat, mais c’est aussi comme Israélien que je me rebelle contre cet Etat. »

La question est de savoir si, pour arriver à ces conclusions-là, il était nécessaire de remonter jusqu’au royaume des Khazars et jusqu’au royaume Himyarite.

« Je ne cache pas que j’éprouve un grand trouble à vivre dans une société dont les principes nationaux qui la dirigent sont dangereux, et que ce trouble m’a servi de moteur dans mon travail. Je suis citoyen de ce pays, mais je suis aussi historien, et en tant qu’historien, j’ai une obligation d’écrire de l’Histoire et d’examiner les textes. C’est ce que j’ai fait. »

Si le mythe du sionisme est celui du peuple juif revenu d’exil sur sa terre, que sera le mythe de l’Etat que vous imaginez ?

« Un mythe d’avenir est préférable selon moi à des mythologies du passé et du repli sur soi. Chez les Américains, et aujourd’hui chez les Européens aussi, ce qui justifie l’existence d’une nation, c’est la promesse d’une société ouverte, avancée et opulente. Les matériaux israéliens existent, mais il faut leur ajouter, par exemple, des fêtes rassemblant tous les Israéliens. Réduire quelque peu les jours de commémoration et ajouter des journées consacrées à l’avenir. Mais même aussi, par exemple, ajouter une heure pour commémorer la “Nakba”, entre le Jour du Souvenir et la Journée de l’Indépendance. »

Note :

Shlomo Sand est né en 1946 à Linz (Autriche) et a vécu les deux premières années de sa vie dans les camps de réfugiés juifs en Allemagne. En 1948, ses parents émigrent en Israël, où il a grandi. Il finit ses études supérieures en histoire, entamées à l’université de Tel-Aviv, à l’École des hautes études en sciences sociales, à Paris. Depuis 1985, il enseigne l’histoire de l’Europe contemporaine à l’université de Tel-Aviv. Il a notamment publié en français : « L’Illusion du politique. Georges Sorel et le débat intellectuel 1900 » (La Découverte, 1984), « Georges Sorel en son temps », avec J. Julliard (Seuil, 1985), « Le XXe siècle à l’écran » (Seuil, 2004). « Les mots et la terre. Les intellectuels en Israël » (Fayard, 2006)

Source : Ofri Ilani, Haaretz, 21 mars 2008, traduit de l’hébreu par Michel Ghys pour Protection Palestine

11.Posté par yacine le 11/10/2008 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

encore toi Heinz ? dés qu'il s'agit de Sionismes t'es là !! parles nous de cette cité juive retrouvée en russie !? toi qui aime tout ce qui est historique et archéologique





12.Posté par magikkris le 12/10/2008 12:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

chère Heinz, "Impossible, je suis ces recherches sur les codes depuis maintenant 8 ans, et j'ai moi-même vérifié qu'ils existaient en apprenant l'hébreu et en utilisant les logiciels qu'on peut télécharger gratos en ligne. J'ai aussi trouvé des événements à l'avance ainsi que des infos sur moi-même, il faut être fou pour prétendre que des hommes aient pu connaître à l'avance ces choses et les aient encodé dans la Bible hébraïque..."
Quand on se sert de programme que l'on a pas conçu,ou dont on ne maitrise pas les algorithmes pour étudier ce genre de chose avec le sérieux que cela mérite...on se la ramener pas...ou alors peut être en plus d'avoir appris l'hébreu as tu dans la volée appris la programmation??
tu trouves dés événement a l'avance?tu pense que les événements encodée dans la torah sont prophétique? Mais est tu assez conscient des choses pour faire la différence entre une prédiction et un plan ?
Je veux dire que a notre niveau de connaissance nous ne somme pas capable de concevoir que, peut être, certain personne savent depuis longtemps comment lire les codes dans la torah, et en s'y tenant rigoureusement donne une visions prophétique de ces événements..quel meilleur alibi???
quel meilleur moyen pour caché un plan de "contrôle" de l'humanité qu'en en glissant les secret dans les écriture les plus lues au monde?y'a plein d'autre conclusion a tirer de cette façon de voir les choses que je trouve intéressante.
"il faut être fou pour prétendre que des hommes aient pu connaître à l'avance ces choses et les aient encodé dans la Bible hébraïque..."
quel est ta conclusion par rapport a ça?


13.Posté par Heinz le 12/10/2008 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher magikkris (au fait je ne suis pas une fille, mais c'est pas grave et en plus toi au moins tu reste courtois, contrairement à d'autres auxquels je vais pourtant répondre, il me faut juste le temps de réunir mes preuves...),

Quand on se sert de programme que l'on a pas conçu ou dont on ne maitrise pas les algorithmes pour étudier ce genre de chose avec le sérieux que cela mérite...on se la ramène pas...ou alors peut être en plus d'avoir appris l'hébreu as tu dans la volée appris la programmation?

J'ai conçu en collaboration avec un copain statisticien et programmeur le logiciel de recherche que j'utilise actuellement, voici le site où on peut se le procurer:

http://abd.pro.free.fr/

Et je sais donc que ceux qu'on peut se procurer en ligne ne sont pas trafiqués. De toute façon, il n'est nul besoin d'être programmeur pour vérifier que les codes existent, certains ont de si petits sauts de lettres qu'on peut les trouver à la main dans une Bible en hébreu, à condition de lire l'hébreu bien-sûr, ce qui est mon cas...

Tu trouves dés événement a l'avance? Tu pense que les événements encodée dans la torah sont prophétique? Mais est tu assez conscient des choses pour faire la différence entre une prédiction et un plan?

Je pense que tout ça ceci relève du pur délire paranoïaque, j'ai aussi trouvé des choses détaillées sur ma propre vie, oserais-tu de prétendre que des hommes du passé connaissaient ma vie en détail et en ont encodé les aspects les plus secrets dans la Bible? Il y a des limites à la naïveté, d'autant que j'en ai discuté avec des mathématiciens cryptologistes (i.e. experts en codage et décodage donc) qui ont reconnu qu'ils étaient incapables de faire ce genre de choses, même avec l'aide des puissants ordinateurs dont ils disposent (comme le CRAY)...

Je veux dire que a notre niveau de connaissance nous ne somme pas capable de concevoir que, peut être, certain personne savent depuis longtemps comment lire les codes dans la torah, et en s'y tenant rigoureusement donne une visions prophétique de ces événements..quel meilleur alibi?

Non, cela relève encore une fois de la pure spéculation, pour ne pas dire pire, d'autant qu'il y a beaucoup d'autres choses que je n'ai pas mentionnées...

quel meilleur moyen pour caché un plan de "contrôle" de l'humanité qu'en en glissant les secret dans les écriture les plus lues au monde?y'a plein d'autre conclusion a tirer de cette façon de voir les choses que je trouve intéressante.

En imagination on peut toujours tout concevoir, même les choses les plus démentielles, quant à passer à la réalité c'est autre chose...

"il faut être fou pour prétendre que des hommes aient pu connaître à l'avance ces choses et les aient encodé dans la Bible hébraïque..." Quel est ta conclusion par rapport a ça?

Que comme la Bible elle-même l'affirme, Dieu en est l'auteur, et je ne m'appuie pas que sur ça pour l'affirmer...

14.Posté par Heinz le 12/10/2008 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

encore toi Heinz? dés qu'il s'agit de Sionismes t'es là!!

Je ne fais que mon devoir, que cela en gêne certains est le cadet de mes soucis...

parles nous de cette cité juive retrouvée en russie!? Toi qui aime tout ce qui est historique et archéologique

Expliques-toi d'une manière plus détaillée et /ou envoies-moi un lien, et je te dirais ce que j'en penses...

15.Posté par magikkris le 12/10/2008 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour ta réponse,
je reste sceptique sur les origine des écritures..
je refuse de croire l'origine divine , à la limite plutôt de la par de son alter ego je comprendrai ..mais je ne peut pas croire que Dieu ai encodée ces information dans la bible et encore moins qu'il en soit l'auteur , le libre arbitre est a la base de nos croyance ,soit dieu est un menteur,soit il n'y a pas de libre arbitre...
enfin bref pour tout un tas de raison je ne croie pas que les choses soit aussi simple que vous le prétendez
bonne continuation

16.Posté par magikkris le 12/10/2008 15:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et aussi j'avoue que c'est toujours aussi délicieux de lire quelqu'un qui te parle d'un livre écrit par dieu et qui me reproche mon manque de réalisme...c'est le meilleur moment , celui ou tu perd tout ta crédibilité par intolérence.. moi j'en ai a aucun moment c'est plus pratique je l'avoue ^^
"En imagination on peut toujours tout concevoir, même les choses les plus démentielles, quant à passer à la réalité c'est autre chose..."

17.Posté par Heinz le 12/10/2008 17:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De rien, et merci également pour la tienne.

je reste sceptique sur les origine des écritures...

Le scepticisme c'est plutôt sain, ma je crois qu'il ne faut pas en rester là, comme disait un certain Jésus:

Matthew 7:7: "Demandez, et l'on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l'on vous ouvrira.
8  Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l'on ouvre à celui qui frappe..."

Il y a pléthore "d'informations" (souvent contradictoires d'ailleurs) de nos jours, mais où est la vérité dans tout ça? Si Dieu existe alors autant lui demander directement plutôt que passer par ceux qui s'en réclament, c'est ce que j'ai fait personnellement et ça a marché jusqu'ici...

Je refuse de croire l'origine divine, à la limite plutôt de la par de son alter ego je comprendrai... mais je ne peux pas croire que Dieu ai encodé ces information dans la bible et encore moins qu'il en soit l'auteur, le libre arbitre est a la base de nos croyances, soit dieu est un menteur, soit il n'y a pas de libre arbitre...

Si tu refuses d'envisager cette possibilité, tu as donc déjà un a priori, ce qui n'est pas très bon quand on veut trouver la vérité n'est-ce pas? Quant au libre-arbitre, je ne vois pas en quoi des codes dans la Bible le supprime? Un fait est un fait, libre à toi de l'accepter ou non, seulement il faut aussi accepter d'assumer les conséquences de ton choix, n'est-ce pas ce qu'on appelle la responsabilité :-)


enfin bref pour tout un tas de raison je ne croie pas que les choses soit aussi simple que vous le prétendez

C'est ton droit, et je le respecte.

et aussi j'avoue que c'est toujours aussi délicieux de lire quelqu'un qui te parle d'un livre écrit par dieu et qui me reproche mon manque de réalisme... c'est le meilleur moment , celui ou tu perd tout ta crédibilité par intolérance.. moi j'en ai a aucun moment c'est plus pratique je l'avoue

Le problème c'est que par ce jugement tu sous-entends que croire en Dieu est faire preuve d'irréalisme, alors que les évidences en faveur de son existence son nombreuses, mais c'est un autre débat :-)

18.Posté par Aigle le 12/10/2008 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salut Redk ....t'en fais pas , on ne peut se prendre la tete avec ce genre d'individu ....parce je viens d'ecouter un sionistonazi sous couvert de rabbinat qui justement declare , toute honte bue , que la Synagopgue qu'ils viennent ( aujourd'hui ) d'ouvrir à meme pas 3 metres de la mosquée d'alAqsa , et qui en fait est une salle attenante et reliée a la mosquée depuis des siecles mais requisionnée et sequestrée et versée au soi disant rabbinat sionistonazi par l'armée sionistonazi , que cette soi disant synagogue donc existait dejà en 1948 ........pas un seul fremissemnt de cils en disant cette enormité que tout archeologue ou historien peut effacer en un tour de photo .....Il m'a rappelé ce Heinz .........Il ont atteint un niveau de CRETINISME ( parce que maladivement racistes ) TEL qu'on ne peut que leur prescrire que le repos...en attendant qu'ils passent à la caisse

19.Posté par Heinz le 12/10/2008 19:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il ont atteint un niveau de CRETINISME (parce que maladivement racistes) TEL qu'on ne peut que leur prescrire que le repos...en attendant qu'ils passent à la caisse

Raisonnement typique du névrosé qui projette sur les autres ses propres problèmes par refus de les assumer...

20.Posté par Heinz le 13/10/2008 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour répondre aux arguments de Redk (et l'absence d'arguments d'Aigle...), j'ai collecté ces commentaires pertinents (et plutôt croustillants) sur un article similaire mis en ligne sur le même site. J'ai noté également que les thèses de Sand étaient essentiellement reprises sur des sites antisémites de gauche et d'extrême droite, pro palestiniens, pro islam, etc..., ce qui en dit long. En plus, je relève que Sand lui-même dans son interview reconnait:

«On m’a critiqué, en Israël, parce que j’ai écrit au sujet de l’histoire juive, alors que ma spécialité, c’est l’histoire européenne…»

Il n'est donc pas un expert dans le domaine auquel il a choisi de s'attaquer, intéressant. Il se contredit aussi sur pas mal de points (voir commentaires ci-dessous), etc...

3. Posté par Galafron le 09/09/2008 02:17

L'archéologie ne peut prouver que ce qu'elle trouve, n'est-ce pas?

Dans son ouvrage, Sand semble mélanger politique contemporraine et histoire des hébreux ce qui affaiblit les démonstrations, ou il est historien ou il est politicien, mais pas les deux à la fois, lui dont l'histoire antique n'est pas sa spécialité , ainsi:

"Les habitants de cette dernière ne subirent pas non plus d’exil au VIe siècle avant notre ère : seules ses élites politiques et intellectuelles durent s’installer à Babylone"

S'agit-il d'un demi-exil? Dans la même phrase, Sand dénie le premier exil tout en le confirmant, évidement le public retiendra la négation du premier exil.

"les Romains n’ont jamais exilé de peuple sur tout le flanc oriental de la Méditerranée "

Dans un premier interview Sand dénie l'exil comme procédé, non seulement chez les Romains mais dans toute l'antiquité, or qu'est-ce que l'exode si ce n'est un exil? Dans la phrase de cet article, le ton est déjà moins catégorique puisque le champ se trouve réduit à moins de la moitié de l'empire, il aurait donc des précédents.

Les arguments de Sand devraient être blindés pour avoir une chance de nous convaincre, sans cela nul doute qu'une foule de théologiens, savants, archéologes comme les auteurs de la Bible Dévoilée, ayant consacré leur vie à la question, réduiront à néant ses thèses.

5. Posté par $tef le 09/09/2008 12:31

J'invite les chercheurs de vérité à lire les commentaires à la suite de l'article "A propos de l'ouvrage de Shlomo Sand : « Comment le peuple juif fut inventé » (...)" en cliquant sur ici

Cet article à été présenté sur Alter le 6 septembre 2008, soit seulement deux jours avant celui-ci.
Dans certains des commentaires que vous trouverez à la suite de l'article principal, des liens sont proposés qui renvoient à d'autres articles sur Alter Info...

Bonnes lectures,

$tef

6. Posté par galafron le 09/09/2008 16:15

Les archéologues ne peuvent qu'interpréter avec plus ou moins de talent les indices qu'ils trouvent, s'ils n'en trouvent pas, ils s'aventurent en tirant des conclusions, qu'ils continuent de chercher sans broder sur ce qu'ils n'ont pas trouvé.

Shlomo me rappelle un peu le jour ou j'avais été assez stupide pour acheter La bible Déchiffrée, sur les révélations trouvées dans la bible par ordinateur, le livre le plus con du monde! pur produit du bible-business. Comme Shlomo s'inspirerais du travail d'un autre universitaire, cela ressemble bigrement à un coup éditorial à démonter vite fait.

12. Posté par galafron le 09/09/2008 21:37

Je vous invite à consulter les citations de Stef pour pour vous apercevoir qu'il n'en est rien.

Pour reprendre le fil sur le livre de Shlomo Sand, il faut reconnaître que réattribuer l'origine hébraïque aux palestiniens peut passer pour un tour d'illusioniste, elle n'en parait pas moins la plus naturelle, si l'on veut car nous nageons là en plein surnaturel. Les hébreux n'avaient pas disparus d'Israel puisqu'on en tolérait 3000 à Jésuralem pendant l'époque ottomane. Ce livre devrait être acclamé par les musulmans, or la réaction est loin d'être unanime. Là encore Shlomo Sand devra batailler ferme pour étailler ce qu'il avance. Par exemple, à propos des Khazars et Berbères, l'explication parait séduisante, encore faut il expliquer comment une population convertie peut tenir autant à une culture qui n'était pas sienne?

Lien vers les commentaires:

http://www.alterinfo.net/Ou-il-sera-a-nouveau-question-de-Shlomo-Sand-et-de-son-ouvrage-consacre-a-l-invention-du-peuple-juif-_a23611.html

Sinon, voici un article critique sur la thèse de Sand:

http://lavissauveaconditiondeclairer.blogs.nouvelobs.com/tag/shlomo%20sand

LE PEUPLE DONT TOUT LE MONDE PARLE, MAIS QUI N'EXISTE PAS

Quand il n’avait pas de pays, il était un peuple, partout persécuté, génocidé.
Maintenant qu’ils a un pays il ne peut plus être un peuple.

Dans son livre controversé et devenu un best seller en Israël « Comment le peuple juif fut inventé », l’historien israélien antisioniste Shlomo Sand, affirme que l’existence des diasporas de Méditerranée et d’Europe centrale est le résultat de conversions anciennes au judaïsme. Pour lui, l’exil du peuple juif est un mythe, né d’une reconstruction à postériori sans fondement historique.

Il tente de prouver que le peuple juif n’a jamais existé, mais qu’il est une multitude bigarrée de groupes humains qui, à des moments différents de l’Histoire, ont adopté la religion juive. Les Juifs qui vivent aujourd’hui en Israël et en d’autres endroits dans le monde, ne sont absolument pas les descendants du peuple ancien qui vivait dans le royaume de Judée à l’époque du premier et du second Temple. Les descendants des Hébreux sont…les Palestiniens!

"J'ai organisé le savoir"

Un thèse qui contient probablement des éléments de vérité, mais qui demande à être vérifiée et infirmée, d’autant plus que l’historien en question n’est pas un spécialiste de l’antiquité, mais historien de la France et de l’Europe, et qu’on peut surtout soupçonner d’avoir orienté ses recherches dans la droite ligne de son credo antisioniste, sur base d’un postulat plutôt que de l’examen de tous les faits. D’ailleurs dans son entretien avec Mermet, lequel buvait du petit lait, (« là-bas si j’y suis » à France Inter), il l’avoue d’une manière assez candide en déclarant que ce qu’il dit était connu et qu’il a « organisé le savoir»

Les historiens ont sans doute encore des recherches à faire sur l’histoire des Juifs, sans que la réponse « le peuple juif n’existe pas » ne soit fixée d’avance avec un objectif idéologique.

La thèse des antisionistes militants

Inutile de s'interroger sur l'utilité d'une telle déclaration On comprend immédiatement l’intérêt de cette thèse pour tous les antisionistes du monde, et comment elle est récupérée par les chemises brunes à col rouge jusqu’aux révolutionnaires avides de rayer Israël de la carte, en passant par les bobos palestinolâtres. Il se sont jetés dessus avec des mines gourmandes, des sourires vainqueurs.

Pensez donc, si le peuple juif ce n’est qu’une invention des sionistes, pas besoin d’un état pour les Juifs. C'est incroyable de voir comment les antisémites et les prétendus amis du peuple palestinien – car celui-là est un peuple bien sûr, le peuple par excellence même - se donnent la main pour nier l'existence du peuple juif. Et ce n’est pas en niant l’existence du peuple juif qu’on oeuvrera pour la paix et l’édification d’un état palestinien.

Et, il fallait s'y attendre, le livre fait la une du Monde Diplomatique, des sites infopalestine et de tous ses confrères, mais aussi des sites antisémites comme alterinfo et les Ogres. Et « Comment le peuple juif fut inventé » devient « le peuple juif n’existe pas », un argument de choc utilisé par les internautes des forums et des blogs, ici même, récemment. Quant à Shlomo Sand il est la vedette des radios et des plateaux de télévision. Quoi de mieux qu’un Juif d’ailleurs pour cautionner l’antisionisme ? Nous sommes habitués à l'utilisation régulière des voix dissidentes israéliennes ou de voix juives dans le porte-voix de l’antisionisme militant.

Qui est peuple ?

Que certains des faits évoqués par Sand soient vrais n’est pas la question qui devrait nous préoccuper. Mais il faut s’interroger sur ce qu’on met dans la notion de peuple et les conséquences qu’on en tire pour les uns et pour les autres, et sur cet acharnement à traficoter l’histoire pour délégitimer l’état d’Israël comme état juif.

Victor Brauner, Prélude à la civilisation (1954)
Tous les peuples, toutes les Nations, sont des constructions mentales et culturelles, pas des produits naturels. Tout peuple est le fruit d’une dynamique. Le peuple français et le peuple américain sont des réalités bien vivantes et, comme d’autres, résultent de la somme de groupes humains divers et d’une identification à un peuple dans un moment de l’histoire. Mais viendrait-il à l’idée de quelqu’un de délégitimer l’existence de la France, des USA, de l’Australie ou du Congo au prétexte qu’un jour il n’y avait ni peuple français, ni américain, ni australien, ni congolais ? Non, ça ne s’applique doublement qu’à Israël ! D’abord on déconstruit l’idée de peuple juif qui ne serait qu’un mythe, ensuite en amène l’idée que l’état juif n’a pas de raison d’exister.

Et le peuple palestinien ?

Les mêmes qui refusent le nom de peuple aux Juifs n’ont que le peuple palestinien à la bouche. Existait-il un peuple palestinien avant 1948 ? Non ! Il y avait quelque 150 000 habitants en Palestine au début du 19è siècle, et les occupants ottomans ont importé plusieurs dizaines de milliers d’habitants d’autres pays de leur empire. Tous les Palestiniens ne sont pas les descendants des habitants de la Judée ancienne, et avant le partage de la Palestine, ils étaient syriens, jordaniens. Le sentiment national, et la constitution en peuple sont nés de l’existence d’Israël. Les Palestiniens sont devenus un peuple et les individus palestiniens, comme les individus français, comme les individus juifs ou arméniens, ou tziganes s’identifient à ce peuple. Le sionisme dit à juste raison que les Juifs forment un peuple.

Et quand ce peuple fut-il inventé selon Sand ?

À un moment du 19è siècle, par des intellectuels allemands juifs, influencés par le nationalisme « volkish » allemand, qui auraient rétrospectivement inventé le peuple juif.

Non Monsieur Sand, le peuple juif n'est pas né d'un désir de pureté comme le nationalisme de domination "volkish" allemand, mais s'il est né au 19è siècle, il est né d'un désir d'émancipation, d'un désir d'échapper à la domination, à la persécution et au reproche de n'être de nulle part.

Ce qui me dérange aussi dans la thèse de Shlomo Sand, c’est la façon dont il réduit le projet fondateur d’Israël, en lui attribuant des intentions ethnicisantes et en piétinant l’existence de l’antisémitisme. Comme si Herzl et les sionistes de l’époque avaient copié les nationalismes du 19è siècle, comme s’il n’y avait pas eu des siècles de pogroms, une affaire Dreyfus, et comme si le cas juif n’était pas un cas particulier.

On ne peut pas traiter l’histoire en équation mathématique obéissant à des lois universelles, et on ne peut non plus pas fonder une démarche historique en l'adaptant à la thèse que l'on veut faire prévaloir.

ALLEGRA

21.Posté par Heinz le 15/10/2008 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

message supprimé:Âneries dites-vous ?C'est bien vous qui braillez avec vos âneries d'extrémisme fondamentaliste ''chrétien'' !

22.Posté par redk le 16/10/2008 01:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Heinz nous assommes avec pire que des âneries, des connerie!!, mais normal le sioniste n'aime pas les vérités, mais quoi qu'il déblatères ca n'a aucune importance, la Palestine reviendras a leurs légitime propriétaires, les palestiniens !!

23.Posté par Heinz le 16/10/2008 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'aimerais juste préciser pour les lecteurs que ce site d'extrémistes musulmans fait de la censure et a supprimé mon dernier commentaire parcequ'il apportait la preuve que Shlomo Sand est un menteur, et a également refusé de publier les articles que je lui ai soumis, alors pour ce qui est de la liberté d'expression vous repasserez...

Quant à Redk, je note qu'il n'a pas du tout réfuté mes arguments, pas étonnant puisqu'ils n'étaient pas réfutables :-). Quant à son dernier commentaire, c'est que nous verrons...

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires