ALTER INFO

Quand Bush dira-t-il toute la vérité ?


Dans la même rubrique:
< >


Paul Craig Roberts
Samedi 8 Décembre 2007

Quand Bush dira-t-il toute la vérité ?


Par Paul Craig Roberts, le 7 décembre 2007


​​​​La récente divulgation du dernier National Intelligence Estimate (NIE ou estimation du renseignement national), concluant que l'Iran a stoppé son programme d'armement nucléaire il y a plusieurs années, en supposant que l'Iran ait jamais pareil programme, a engendré la consternation chez les néo-conservateurs, dans l'aile droite du gouvernement israélien et dans les rangs du régime Bush.


​​​​Les membres de l'aile droite du gouvernement israélien ont dénoncé la conclusion du NIE comme contraire aux intérêts d'Israël. John Bolton, l'ancien fonctionnaire du régime Bush, a accusé l'agence de renseignement des États-Unis de comploter pour discréditer le Président Bush avec des renseignements politisés. Selon Bolton, c'est agences de renseignements, et non pas les néo-conservateurs, qui ont « leur propre ordre du jour. » Le Président Bush a promis de poursuivre ses menaces contre l'Iran, indépendamment des conclusions du NIE.


​​​​Le constat du NIE embarrasse Bush car il rappelle que le renseignement étasunien est au courant, avec l'International Atomic Energy Agency (AIEA), de ce que son directeur a signalé à maintes reprises, comme il l'a fait le 4 décembre : que « l'Agence n'a aucune indice concret sur un programme d'armement nucléaire en cours ou sur des installations nucléaires non déclarées en Iran. »


​​​​Bush a tenté d'en arriver à une attaque contre l'Iran fondée sur un programme d'armement nucléaire inexistant. Quand on lui a demandé comment il pouvait menacer l'Iran d'une Troisième Guerre Mondiale, avec des armes nucléaires, alors que le renseignement étasunien (et l'AIEA) ne peut trouver de preuve du programme d'armement nucléaire iranien, Bush a dit « personne ne m'a rien dit » des nouvelles conclusions. (Conférence de presse du Président du 4 décembre 2007.)


​​​​Absurde, disent les fonctionnaires du renseignement. La Maison Blanche connaît les conclusions du NIE depuis six mois, quand Dick Cheney a tenté de l'étouffer. Steve Hadley, le conseiller néo-conservateur à la sécurité nationale, a même menti à la presse, disant que Bush ne connaissait pas le constat du NIE parce qu'il est nouveau.


​​​​La question spontanée est : Quelle est la véritable raison de la détermination du régime Bush à attaquer l'Iran ? Nous savons maintenant avec certitude que cela n'a rien à voir avec les armes nucléaires iraniennes, pas plus que l'invasion de l'Irak n'avait à voir avec des armes nucléaires irakiennes. Quelle est la véritable raison qui conduit le régime Bush à chercher à renverser avec des invasions militaires les seuls États du Moyen Orient qui ne sont pas des marionnettes des États-Unis ou subordonnés à eux ?


​​​​Tant que nous n'aurons pas la réponse à cette question, nous ne pourrons pas savoir pourquoi le régime de Bush a gaspillé deux administrations et un billion de dollars au minimum pour tuer et estropier les civils en Afghanistan et en Iraq.


​​​​Les guerres insensées de Bush ont vu la valeur du dollar plonger, le prix du pétrole monter en flèche, le pouvoir diplomatique étasunienne détruit, et le raffermissement de l'opposition aux États-Unis dans le monde entier.


​​​​Qu'est-ce que ces extraordinaires sacrifices ont rapporté ?


​​​​Comment les Étasuniens et leurs députés des deux partis au Congrès tolèrent-ils un exécutif criminel, qui utilise le mensonge et la tromperie pour les amener dans des guerres illégales pour des raisons secrètes ?


​​​​Assurément, personne ne croit que Bush ait envahi l'Irak parce que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive, ou que Bush et Cheney ont travaillé à attaquer l'Iran parce que l'exécutif ne connaissait pas les conclusions de ses propres services de renseignement.


​​​​L'invasion de l'Afghanistan reste aussi inexpliquée. Les Talibans ne sont pas Al-Qaïda et ils n'avaient rien à voir avec le 9-11, même dans la version officielle de cet événement. Bush n'a manifestement pas envahi l'Afghanistan pour capturer Oussama Ben Laden et Al-Qaida, qui s'en sont tirés indemnes. L'explication des guerres de Bush par Ben Laden et le 11 septembre a complètement disparu.


​​​​Oussama et le 9-11 n'ont jamais été plus que des excuses publiques pour un ordre du jour préétabli.


​​​​Pourquoi les médias étasuniens et les commissions d'enquête du Congrès n'ont-ils aucun intérêt quel qu'il soit dans la recherche de l'ordre du jour derrière les guerres de Bush ?


​​​​Comment les Étasuniens peuvent-ils être des gens libres vivant sous l'autorité de la loi, quand le Président peut engager le pays dans des guerres catastrophiques fondées sur la tromperie et échapper à ses responsabilités ?


​​​​Et Bush a le culot de demander instamment à l'Iran de « dire toute la vérité » sur son programme nucléaire ou de faire face à l'isolement diplomatique. Quand Bush va-t-il « dire toute la vérité » et nous révéler le véritable ordre du jour derrière ses mensonges, ses tromperies, et ses guerres ?



​​​​​​​​Paul Craig Roberts fut Secrétaire Adjoint au Trésor dans l'administration Reagan. Il est l'auteur de Supply-Side Revolution : An Insider's Account of Policymaking in Washington, Alienation and the Soviet Economy et Meltdown: Inside the Soviet Economy, et est coauteur avec Lawrence M. Stratton de The Tyranny of Good Intentions : How Prosecutors and Bureaucrats Are Trampling the Constitution in the Name of Justice. Clic ici pour l'entrevue [en anglais] de Peter Brimelow de Forbes Magazine avec Roberts au sujet de la récente épidémie d'inconduite des procureurs.



Original : http://www.vdare.com/roberts/071207_bush.htm
Traduit au mieux par Pétrus Lombard pour Alter Info




Dimanche 9 Décembre 2007


Commentaires

1.Posté par yodan le 08/12/2007 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le rève des néo-cons est de construire ce fameux "pétroduc"qui passe en Iran et en Afghanistan et abouti au pakistan,des futurs pétrodollars qui tomberont directement dans la poche des financiers sans scrupules.......en gros le contrôle et l'encaissement du pétrole du monde entier ....ni plus ni moins !

2.Posté par ALLAIN JULES C@MMNICATION le 08/12/2007 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce petit menteur, même sous la torture ne dira rien.

3.Posté par john connors le 08/12/2007 15:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Question : pourquoi bush détruit il les pays du moyen orient non soumis ?

réponse :
"Les membres de l'aile droite du gouvernement israélien ont dénoncé la conclusion du NIE comme contraire aux intérêts d'Israël"

4.Posté par redk le 08/12/2007 17:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


il n'es pas que menteur, c'es le plus grand criminelles du 21em siecle il a depassé en nombres de crimes les plus grand dictateurs de se monde,le juger ne restera que un reve pour le moment quart jamais ses amis volleurs criminelles nazisionistes pour qui il fait la sale besogne ne le laisserons tombé,une seul solution metre fin a cette idéologie de mort qu'es le sionisme, avent que le chaos mondial s'insstale definitivement, vivre oui mais jamais sous le joug criminelle sioniste et imperialiste,meme si nous devont pour cela risquée no vies , quart la mort est preferable a une vie sous dictature sioniste et imperialiste

5.Posté par la souris de la nuit le 08/12/2007 21:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Craig, la nature fanatique de la secte sioniste qui tente depuis longtemps de faire basse sur l'Amerique et son bras seculier en terre de palestine sont la reponse "secrete" a la guerre de religion permanente, puis de predation aux motivations petrolieres que l'on vit actuellement. Le regime nazi au pouvoir en palestine n'a pas d'etiquette politique, il n'est donc ni de droite ni gauche, mais bien une sinistre excroissance sectaire et fanatique du judaisme qui reve d'un fantasmagorique "retour"/business sur une terre promise par les pharisiens, secte d'illumines de la Haute Antiquite.

6.Posté par le duc le 08/12/2007 22:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il y a fort à parier que les motivations guerrières américaines sont économiques , qu'ils veulent s'approprier l'énergie mondiale , et etre les maitres du monde sur tout.
Que fait donc le peuple américain, n'a t'il pas encore pris conscience de celà ?

7.Posté par la souris de la nuit le 09/12/2007 04:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pourquoi les perses recourraient-ils a la possession de l'arme atomique comme moyen de dissuasion?
La menace strategique Saddam Hussein pour l'iran n'a pas incite ce pays a envisager un programme nucleaire militaire, interdit par la constitution de la republique islamique.
l'opposition entre l'iran est le regime de la secte au pouvoir a Tel-Aviv est d'ordre ideologique et non strategique. Mais pour les dirigeant de la secte elle strategique, d'ailleurs ils sont d'ailleurs oppose a la terre entiere! des lors la RII qui n'a pas recouru a la course aux nucleaire face a l'iraq alors qu'elle y avait tout interet, a beaucoup moins de raisons de le faire face aux fanatiques de la secte juive d'obedience sioniste

8.Posté par hé rot dote le 20/12/2007 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'armée américaine compte utiliser des robots de combat en Irak
LE MONDE

Il mesure environ un mètre de haut, se déplace sur des chenilles, et le nez de Pinocchio au sommet de ce qui pourrait être son corps est... une mitrailleuse. Son nom de code est Swords (épées). Cela signifie "Special Weapons Observation Reconnaissance Detection System" (système d'armes spéciales de reconnaissance d'observation et de détection). Ce sont les premiers robots terrestres armés de l'Histoire, sortis tout droit d'un livre de science-fiction.

L'armée américaine a l'intention d'employer en Irak dix-huit de ces machines téléguidées à partir du printemps. Elles coûtent 200 000 dollars l'unité, possèdent quatre caméras avec des zooms puissants, un système de vision de nuit, une autonomie de une à quatre heures assurée par des batteries au lithium, et doivent être rechargées en munitions après avoir tiré entre 300 et 350 coups.

Les officiers du Pentagone trouvent de considérables avantages à les utiliser. Elles n'ont pas besoin d'être entraînées, nourries et habillées. Elles peuvent être démontées et rangées quand on n'a plus besoin d'elles. Elles ne se plaignent jamais et il n'y a pas de lettre à écrire à une famille quand elles sont perdues au combat.

CIBLE À 800 MÈTRES

Pour autant, ces robots n'ont rien à voir avec ceux de la Guerre des étoiles ou de Terminator rendus célèbres par Hollywood. Ils n'ont aucune autonomie réelle. Ils ouvrent le feu quand un humain appuie sur un bouton après avoir identifié une cible sur un écran vidéo. "La seule différence est que l'arme n'est pas à l'épaule du soldat et qu'il est à 800 mètres de là", explique Bob Quinn, directeur général de Talon robots, une filiale de Foster-Miller, société du Massachusetts qui fabrique les Swords. L'opérateur à distance dispose de deux manettes et d'une rangée de boutons.

Tout cela pourrait être remplacé par des commandes semblables à celles des consoles de jeu vidéo, qui sont plus familières à la plupart des soldats. Non seulement Swords permet, selon son fabricant, de ne pas exposer les hommes au feu, mais il les rend aussi plus efficaces et précis. Un militaire bien entraîné est capable de toucher à 300 mètres une cible de la taille d'un panneau de basket. Aux commandes du robot, il atteint, à la même distance, une pièce de monnaie. Deux raisons à cela : la plate-forme de tir est stable ; et elle est actionnée électroniquement, sans stress ni peur.

Ce modèle est encore relativement peu sophistiqué. Il est seulement l'évolution d'une machine appelée Talon qui, depuis quatre ans dans l'armée américaine, sert à faire exploser les bombes à distance. Ce n'est que le tout début des robots de combat.

Lockheed Martin et General Dynamics, deux des plus grands groupes d'armement américains, consacrent des dizaines de millions de dollars au développement du Future Combat System Vehicles (système de véhicules de combat du futur). Il s'agira d'un engin télécommandé de 2,5 tonnes, avec six roues motrices et un moteur dans chaque essieu afin d'augmenter sa capacité de survie.

Il existe de nombreux autres projets. L'agence de recherche du Pentagone, la célèbre Darpa, a récemment attribué des contrats afin de créer un robot de combat qui puisse être parachuté.

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires