Analyse et décryptage

Qu'a voulu dire Poutine?


Dans la même rubrique:
< >

Enfin! Tout le monde languissait déjà dans l'attente, se perdant dans toute sorte d'hypothèses et de suppositions. Force est de constater qu'on s'est laissé aller un peu trop vite, sans même cacher dans les observations en tout genre que le système du pouvoir n'était perçu en Russie que comme explicitement autoritaire. Je pense notamment à toutes ces discussions au sujet d'un troisième mandat présidentiel, selon lesquelles ce ne serait pas la démocratie, mais plutôt l'unité du pouvoir qui est caractéristique de la Russie, et selon lesquelles la personne dont le nom serait cité par Poutine deviendrait sans aucun doute possible président. Il était évident pour tout le monde que, selon le scénario du "successeur", la démission de Fradkov jouait un rôle clé. Aussi se préparait-on à entendre enfin le nom du futur président russe. Le choix était limité au maximum: aux 2 ou 3 prétendants les plus vraisemblables. D'après ce scénario, Poutine devait désigner son successeur au poste de premier ministre, et celui-ci aurait dû être, non sans une suggestion subtile à l'électorat, directement catapulté par la suite dans le fauteuil présidentiel. Tout y était parfaitement prévisible, et l'autoritarisme manifeste du pouvoir n'y était que légèrement dissimulé sous la feuille de vigne des procédures démocratiques formelles. Tout le monde aurait fait semblant de croire que les élections n'étaient pas feintes, mais bien véritables. Bref, c'eût été un grand moment de théâtre.


RIA-Novosti
Vendredi 14 Septembre 2007

Qu'a voulu dire Poutine?
Par Andreï Vavra, RIA Novosti



Mettre en place une procédure de relève du pouvoir la plus proche possible des canons de la démocratie était pour Poutine un point fondamentalement important.

Et il a nommé au poste de premier ministre, poste clé à l'approche des élections, un homme absolument nouveau qui ne figurait ni parmi les favoris (Ivanov, Medvedev) ni même parmi les outsiders (Iakounine, Narychkine, Matvienko, Tchemezov) dans la course à la succession. Un homme qu'on ne pouvait même en aucun cas classer parmi ses successeurs potentiels.

Le nom est tombé. Mais on est loin d'y voir plus clair. C'est même l'inverse qui s'est produit.

Cette fois encore, Vladimir Poutine s'est montré imprévisible. Il donne une fois de plus à comprendre à tous les observateurs que les démarches les plus évidentes sont les moins appropriées.

Mais qu'est-ce que Poutine cherche donc à dire?

Le soutien de la Douma à Zoubkov (Chambre basse du parlement russe) est garanti, et il deviendra sans erreur possible le nouveau premier ministre. Et après? Que cela signifie-t-il au juste?

Il va sans dire que des remaniements ministériels sont désormais inévitables. Mais le principal est que cette nomination a balayé tous les scénarios élaborés jusqu'ici par des analystes pour la prochaine présidentielle. A présent, tout sera différent. Mais en quoi?

C'est le scénario N°1 qui convient sans doute le mieux pour un éventuel retour de Poutine dans quatre ans. Zoubkov est bien le dauphin. De ce point de vue, le fameux Zoubkov n'a que des avantages à son actif. Chacun sait que c'est un homme de confiance de Poutine, qui a travaillé par le passé sous sa direction à Saint-Pétersbourg. Zoubkov est en possession d'un volume d'informations unique sur la situation financière de tous les représentants de l'élite politique russe. Il en sait même, sur ce point, probablement plus long que la CIA elle-même. Comptes bancaires en Russie et à l'étranger, enregistrement de biens immobiliers et autres au nom de ses parents: Zoubkov sait tout. Dans l'optique d'un contrôle total de la situation, c'est un atout exceptionnel.

De plus, et c'est sans doute là le principal, Viktor Zoubkov va souffler ses 66 bougies le 15 septembre prochain. Conformément à la Constitution russe, on ne peut être élu président une fois franchi le cap des 70 ans.

Mais il reste encore au nouveau premier ministre, qui est dans le cas présent un homme absolument inconnu du peuple, à se faire élire. Il faut, par conséquent, qu'il soit aimé de l'électorat (n'oublions pas l'attention particulière que Poutine porte à la démocratie). Or, les incroyables possibilités dont dispose Zoubkov pour s'attirer les faveurs de l'électorat sont plus qu'évidentes. Si c'est précisément lui que Poutine désignera comme son successeur, ce choix pourrait être très logiquement justifié par la nécessité très actuelle d'une lutte globale contre la corruption. Et le peuple approuvera avec enthousiasme un tel choix du président. En effet, l'électorat a de sérieux doutes sur le fait que l'élite politique ne vive qu'avec son seul salaire. Ainsi, les gens n'hésiteront pas à suivre Zoubkov. Et ce ne sera pas parce qu'il leur est sympathique (il est peu probable qu'on ait vraiment le temps de bien le connaître pendant ces quelques mois qui nous séparent de la campagne présidentielle, et il ne parviendra pas non plus à se faire dans ce laps de temps une place immuable dans la mémoire des téléspectateurs), mais à cause de sa volonté de démasquer tous les filous, car Viktor Zoubkov a pour vocation de lutter contre tous ceux qui mènent une vie malhonnête.

Selon le scénario N°2, Viktor Zoubkov conserve son poste de premier ministre, alors qu'une autre personne, moins inattendue, se présente à la présidentielle. Dans un tel cas, où Zoubkov est nommé par un Poutine qui n'a exprimé à l'égard de son successeur qu'une forme plus vague d'appui, Zoubkov se retrouvera dans le rôle "d'oeil du souverain", appelé à veiller aux faits et gestes du président fraîchement élu. Et il est parfaitement évident qu'en sa qualité de premier ministre, Zoubkov serait alors inamovible. Dans ce cas de figure, Zoubkov constituerait même un très sérieux contrepoids au successeur. Ce serait alors une importante garantie supplémentaire assurant que le nouveau président ne devienne pas suffisamment puissant pour pouvoir briguer un second mandat après 2012.

Scénario N°3. Zoubkov reste premier ministre. Un certain Monsieur "X" devient successeur. Le nouveau président se retrouve entouré de toute part par des promus de Poutine qui sont beaucoup plus connus du grand public. Dans ce cas, le poste de ce nouveau président devient parfaitement technique, voire décoratif. En tout état de cause, Vladimir Poutine est en train de clôturer toute une époque politique en Russie. Résultat, il n'y aurait devant nous qu'un kaléidoscope de personnages purement "techniques" qui ne prendront sans doute aucun autre trait d'ici 2012...

Tels sont les scénarios qui se dessinent aujourd'hui à partir de l'actuelle configuration du pouvoir. A ce jour, la seule chose qui est définitivement évidente est qu'il est impossible de prédire quoi que ce soit. En effet, lors des huit années de présidence de Vladimir Poutine, nul n'a encore réussi, ne serait-ce qu'une seule fois, à deviner ses décisions en matière de choix des cadres. Par principe, Vladimir Poutine élabore des schémas qui ne s'inscrivent pas dans la logique unidimensionnelle évidente pour tout le monde et qui ne se prêtent à aucune prévision analytique. Pour cette raison, c'est de toute évidence un scénario N°4 qui se réalisera finalement. Par certains traits, ce scénario pourra ressembler aux scénarios déjà connus, mais il sera conçu selon les lois d'une logique particulière, celle de Poutine.

Quant à l'avenir de Vladimir Poutine lui-même, qui est apparemment beaucoup plus intéressant que tous ceux qui s'apprêtent à le remplacer, personnellement, je l'ai toujours imaginé à la tête d'une quelconque fondation superpuissante. Fondation disposant de possibilités illimitées afin de "faire du bien" à l'échelle de tout le pays. Mais voilà qui est intéressant: dans l'actuelle structure du pouvoir, un poste reste on ne sait pourquoi suspendu, celui de secrétaire du Conseil de sécurité, poste dont la signification demeure plutôt vague pour le commun des Russes. Ce poste n'est certainement pas de première importance, mais avec l'arrivée de Poutine, sa portée pourrait augmenter en flèche. Et ce, d'autant plus qu'en vertu de la Constitution, le Conseil de sécurité de la Fédération de Russie est un organe constitutionnel qui prépare les décisions du président russe en matière de garantie de la sécurité.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Vendredi 14 Septembre 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires