ALTER INFO

Qaddhafi se prononce contre le Projet d’Union Méditerranéenne (UMP) de Sarkozy.


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Union méditerranéenne : Qaddhafi déclare son opposition au projet ; il avertit qu’il veillera à l’unité arabe et à l’unité africaine



Tripoli (Libye), 10 juin (Apcom). Le dirigeant libyen Muammar Qaddhafi s’est prononcé contre le projet d’Union Méditerranéenne, avertissant qu’il veillera à l’union arabe et à l’union africaine. Cela, au cours du discours d’ouverture du mini-sommet arabe, aujourd’hui, à Tripoli.



A cette rencontre – selon ce qu’une source diplomatique libyenne a fait savoir hier – participent : le président tunisien Zine El-Abidîne Ben Ali, ses collègues algérien Abdelaziz Bouteflika et mauritanien Sidi Ould Sheikh Abdallahi, ainsi que le Premier ministre marocain Abbas El-Fassi et que les présidents de la Syrie, Bashar al-Assad, et de l’Egypte, Hosni Moubarak.



Le sommet a pour finalité l’adoption d’une position commune sur l’adhésion des pays arabes riverains de la Méditerranée au projet lancé par le président français Nicolas Sarkozy – un projet qui verra officiellement le jour le 13 juillet, à Paris.


Vendredi 13 Juin 2008

Qaddhafi se prononce contre le Projet d’Union Méditerranéenne (UMP) de Sarkozy.

 

Qaddhafi se prononce contre le Projet d’Union Méditerranéenne (UMP) de Sarkozy.

Analyse d’Alessandro Lattanzio

in Eurasia-Rivista, 11 juin 2008

http://www.eurasia-rivista.org/cogit_content/articoli/EkEFEAZZVkdqhqRtib.shtml

traduit de l’italien par Marcel Charbonnier

 

eurasia

 

 

Union méditerranéenne : Qaddhafi déclare son opposition au projet ; il avertit qu’il veillera à l’unité arabe et à l’unité africaine

 

Tripoli (Libye), 10 juin (Apcom). Le dirigeant libyen Muammar Qaddhafi s’est prononcé contre le projet d’Union Méditerranéenne, avertissant qu’il veillera à l’union arabe et à l’union africaine. Cela, au cours du discours d’ouverture du mini-sommet arabe, aujourd’hui, à Tripoli.

 

A cette rencontre – selon ce qu’une source diplomatique libyenne a fait savoir hier – participent : le président tunisien Zine El-Abidîne Ben Ali, ses collègues algérien Abdelaziz Bouteflika et mauritanien Sidi Ould Sheikh Abdallahi, ainsi que le Premier ministre marocain Abbas El-Fassi et que les présidents de la Syrie, Bashar al-Assad, et de l’Egypte, Hosni Moubarak.

 

Le sommet a pour finalité l’adoption d’une position commune sur l’adhésion des pays arabes riverains de la Méditerranée au projet lancé par le président français Nicolas Sarkozy – un projet qui verra officiellement le jour le 13 juillet, à Paris.



Commentaire

Finie, la « lune de miel » entre Sarkozy et Qaddhafi… Apparemment, elle a été rompue par la question d’ « Israël ». Sarkozy prévoit l’intégration d’Israël au sein du système politico-institutionnel de l’Europe occidentale, en y faisant entrer, également, la côte nord-africaine de la Méditerranée (Maroc, Algérie et Tunisie), une zone où se projettent encore aujourd’hui, directement les intérêts de Paris. Sommes toutes, le programme de Sarkozy a pour objectif de légitimer l’adhésion d’Israël à l’Union Européenne et, en même temps, de se concilier les cercles « franco-français » en en y faisant entrer aussi les ex-colonies françaises les plus proches de la métrôpole.


Il semble que Qaddhafi s’oppose, d’une part, à la reconnaissance institutionnelle d’Israël, en tant que pays « méditerranéen », voire même « européen », avec toutes les conséquences sur les plans diplomatique, juridique, institutionnel, économique, etc. D’autre part, il cherche à faire contrepoids au retour de la France en Afrique du Nord.

 

C’est à cette fin que Tripoli organise une réunion entre les pays arabes concernés par le projet de Sarkozy, afin d’avoir une position commune, d’opposition, voire le rejet pur et simple du programme proposé par la présidence Sarkozy.

 

Mais le véritable noyau du contentieux est, sans aucun doute possible, la confrontation franco-libyenne en Afrique subsaharienne (Tchad, Centrafrique et, surtout, Soudan). Au Soudan, Tripoli a mené, en s’y engageant beaucoup, une œuvre de médiation entre les parties, réussissant, en fin de compte à obtenir l’envoi d’un corps de maintien de la paix de l’Onu et de l’Organisation de l’Unité Africaine. Mais, dans cette même région, interviennent, soit directement, soit indirectement, les intérêts français. Les légionnaires, les Mirages et les ONG (du type Arche de Zoé) sont non seulement présents, mais ils interviennent directement afin de soutenir les régimes corrompus de Ndjamena et Bangui. Sans oublier le cas du Soudan, où les forces occidentales (Etats-Unis, Israël, Royaume-Uni et France) alimentent les organisations séparatistes du Sud et de l’Ouest de ce pays.

 

Le dernier exemple en date de cette confrontation fut l’assaut du Gem contre la capitale soudanaise, Khartoum, qui s’est terminé par le fiasco total des forces rebelles. Probablement, le but était de contraindre Khartoum à accepter la présence de « troupes de maintien de la paix » occidentales, qui n’étaient pas prévues par les accords rendus possibles par Tripoli, et de prouver au reste de la communauté internationale la faiblesse du gouvernement central soudanais.

 

L’initiative de Tripoli, consistant à s’opposer au programme euro-méditerranéen de Sarkozy, est la réponse à la politique « néo-foccartienne » mise en avant par les néocons de Paris en terre africaine.

Alessandro Lattanzio, 10/06/08

 



Vendredi 13 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par Moukawama le 13/06/2008 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Bonjour,

Ce projet d'Union Mediterranéenne, un autre néocon français en parlait déjà à l'époque : Dominique Strauss Khan. Participant - à plusieurs reprises, au milieu du Bétar et de la Ligue de défense juive - à des manifestations de soutien à l'Israèl, il n'est pas surprenant de le voir aujourd'hui accepter d'être envoyé à New York par son ami Nicolas Sarkozy.
DSK disait - en parlant de l'Europe - qu'il serait envisageable d'étendre l'Union au Maghreb. Subterfuge pour préparer l'opinion - en élargissant l'espace géographique de l'Europe - de l'éventualité de l'adhésion de l'Israèl.
Décidément c'est à rien n'y comprendre (ou plutôt c'est tout compris). Toutes ces nations de l'Occident - qui ont voulu prolonger l'aventure coloniale avec la création de cet Etat - criminel sur tout le long de son existence - et qui n'ont eu de cesse de vanter le miracle économique de l'Israèl - ne viendraient elles pas à la rescousse de leur bébé chétif qu'on en aurait presque des doutes.
L'Israèl et le sionisme (rejeton abject du colonialisme européen) sont exsangues. Surtout aprés la sévère déculottée infligée par la resistance libanaise (Hezbollah), à l'été 2006.
Aucune nation - ni aucune civilisation - bâtie sur des mythes - aussi grossiers que ceux du sionisme - et des injustices ne peut durer.
Il faut voir Apocalypto, le film de Mel Gibson, pour comprendre la parabole des nations et des civilisations qui se mettent à disparïtre de leurs propres bêtises.
L'Israèl est infréquentable. Personne n'en veut.

2.Posté par Spoutnik le 14/06/2008 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Etoile supplémentaire accordée à l'insoumis Colonel Khadafi.

3.Posté par machiavel le 15/06/2008 11:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Kaddafi a probablement raison. En effet, lorsqu’on est réaliste, on doit constater que l’UMA (Union du Maghreb Arabe) est en panne depuis sa création en 1989 (à cause du different maroco-algérien) et que le conflit israelo-arabe qui dure depuis 60 ans est loin d’etre résolu. Alors on est forcé de conclure que l’idée de l’UMP est une utopie et qu’il s’agit d’un projet mort-né.

4.Posté par machiavel (le prince) le 15/06/2008 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@spoutnik
On se demande pourquoi le colonel Kaddafi n’a pas été promu général ? Il semble que cet inclassable n’a pas d’égal (ni de supérieur).

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires