Politique Nationale/Internationale

Pyongyang prêt à geler son programme nucléaire en échange d'une centrale à eau légère (presse)


La Corée du Nord chercherait à revenir aux accords de 1994 prévoyant le gel de son programme nucléaire contre la construction d'une centrale nucléaire sur la base de réacteurs à eau légère et les fournitures provisoires d'hydrocarbures, écrit lundi le quotidien Choson Sinbo.


RIA Novosti
Lundi 5 Février 2007

Pyongyang prêt à geler son programme nucléaire en échange d'une centrale à eau légère (presse)
La Corée du Nord "insiste pour que les fournitures d'hydrocarbures soient poursuivies jusqu'à la fin de la construction des réacteurs à eau légère, s'il faut bien procéder au démantèlement du programme nucléaire", a précisé ce journal pro-Pyongyang qui paraît à Tokyo.

"Le démantèlement du programme nucléaire sera précédé de son gel", a souligné le périodique, acceptant ainsi le plan américain Early Harvest ("récolte précoce") prévoyant l'arrêt du réacteur nucléaire à graphite de Yongbyon, situé à 100 km au nord de Pyongyang, sous le contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Cette initiative sera examinée à partir du 8 février prochain à Pékin, à l'occasion de la nouvelle phase des consultations à six réunissant la Russie, les Etats-Unis, la Corée du Nord, la Corée du Sud, la Chine et le Japon.

Lors de la première crise nucléaire dans la péninsule coréenne, des responsables nord-coréens et américains s'étaient réunis en 1994 à Genève pour arriver au compromis suivant: Pyongyang gèle le réacteur de Yongbyon sous le contrôle de l'AIEA, un consortium international dirigé par Washington construit en Corée du Nord une centrale nucléaire dotée de deux réacteurs à eau légère, difficilement utilisables pour produire du plutonium militaire, et les Etats-Unis ravitaillent les centrales thermiques nord-coréennes en fioul de chauffage jusqu'au lancement de la première tranche de la centrale nucléaire. Parallèlement, les parties avaient entamé des pourparlers sur la normalisation des relations bilatérales.

En 2001, en accédant à la présidence américaine, George W. Bush a inscrit la Corée du Nord, l'Iran et l'Irak dans "l'axe du Mal", et les résultats du processus de réconciliation ont été invalidés. Les travaux de construction de la centrale nucléaire nord-coréenne comme les fournitures de fioul ont été suspendus. Pyongyang a alors dégelé le vieux réacteur et produit du plutonium militaire sur la base du combustible nucléaire usagé.

En octobre 2006, la Corée du Nord a procédé à un essai nucléaire souterrain, et les négociations à six ont repris en décembre dernier après une pause de treize mois suscitée par le gel, sous les pressions américaines, des comptes de l'administration nord-coréenne dans une banque de Macao.


Lundi 5 Février 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires