EUROPE

Propriétaire principale de l’entreprise d’espionnage israélienne NSO, Yana Peel démissionne de la direction des Galeries Serpentine à Londres



Auteurs divers
Samedi 22 Juin 2019

La directrice des Galeries Serpentine* à Londres a démissionné après que le Guardian eut révélé qu'elle était copropriétaire d'une société israélienne de cyber-armes dont les logiciels auraient été utilisés par des régimes autoritaires pour espionner des dissidents.

Mardi, Yana Peel a annoncé qu'elle démissionnait de son poste de directrice générale de la prestigieuse galerie d'art de Londres afin que le travail de la Serpentine ne soit pas sapé par ce qu'elle a appelé « des attaques personnelles délétères contre moi et ma famille».

Dans une déclaration, Peel a dit : « J'ai décidé que j'étais mieux en mesure de continuer à soutenir les arts, la promotion des droits de la personne et la liberté d'expression en m'éloignant de mon rôle actuel ».

La semaine dernière, le Guardian a révélé que Peel est co-propriétaire de Novalpina Capital, une société de capital-investissement qui détient à son tour une participation majoritaire dans NSO Group, une société technologique israélienne pesant 1 milliard de dollars US (900 millions d’€), selon les registres d’ entreprises aux USA et au Luxembourg.

Novalpina a été co-fondée par le mari de Peel, Stephen. Novalpina a pris la majorité des parts de NSO, et les fondateurs israéliens de NSO détiennent une participation minoritaire.

Des groupes de défense des droits humains, des militants et des experts en surveillance ont accusé NSO d'avoir concédé sous licence son puissant logiciel Pegasus à des pays, dont l'Arabie saoudite, qui l'ont utilisé pour cibler des individus, pirater leurs téléphones et surveiller leurs communications.

Principaux pays ayant été infectés par le logiciel espion Pegasus
Principaux pays ayant été infectés par le logiciel espion Pegasus

Des poursuites judiciaires contre NSO allèguent que la technologie a été utilisée pour cibler des dissidents et leurs associés, y compris un ami du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi, qui a été assassiné l'année dernière au consulat saoudien d'Istanbul.

Peu après la publication du rapport du Guardian vendredi dernier, Novalpina Capital a annoncé qu'elle renforcerait les contrôles internes pour empêcher que la technologie de NSO soit utilisée pour violer les droits de l'homme.

La découverte par le Guardian de la copropriété de Novalpina par Yana Peel a suscité des inquiétudes chez Index on Censorship, le groupe de plaidoyer pour la liberté d’expression. Peel a fait partie l'année dernière du jury décernant les prix internationaux de la liberté d'expression d'Index.

« Nous n'étions pas au courant des allégations selon lesquelles une société dont elle est copropriétaire produisait des logiciels espions pour cibler le genre de personnes dont elle défend depuis longtemps les libertés », a déclaré une porte-parole d'Index dans un communiqué. « C'est extrêmement décevant si c'est vra

NSO a fait l'objet de critiques soutenues de la part de groupes tels qu'Amnesty International à la suite d'allégations faisant état d'attaques de piratage informatique utilisant apparemment la technologie de NSO.

Omar Abdulaziz, un dissident saoudien réfugié au Canada, a allégué dans une plainte déposée en Israël que des espions saoudiens avaient utilisé un logiciel de NSO pour pirater son téléphone et accéder à ses conversations avec Khashoggi, qui a ensuite été assassiné par des agents gouvernementaux.

Un groupe de militants et de journalistes mexicains poursuit également NSO en Israël. Ils allèguent que les autorités mexicaines ont ciblé leurs téléphones avec Pegasus après avoir payé 32 millions de dollars à NSO pour obtenir la licence du logiciel.

Peel a un jour décrit la Serpentine comme un « espace sûr pour les idées dangereuses » et a servi de juge pour des prix de la liberté d'expression.

La Serpentine participe ce mois-ci à une initiative des Nations Unies en faveur des droits de l'homme à laquelle participe Ai Weiwei, l'artiste dissident chinois.

Dans sa déclaration de démission, Peel dit : « À la lumière d'une campagne de lobbying concertée contre l'investissement récent de mon mari, j'ai pris la décision de quitter mon poste de PDG des Galeries Serpentine.

"Je suis attristée de me trouver dans cette position. J'ai consacré la majeure partie de ma vie professionnelle à la fonction publique dans le secteur culturel. Je suis fière de tout ce qui a été réalisé pour l'art et les artistes dans mes rôles de co-fondatrice d'Outset, de présidente du Para Site Art Space et de supporter de nombreuses institutions artistiques à Londres.

« Le travail du Serpentine - et de son incomparable directeur artistique (Hans-Ulrich Obrist) - ne doit pas être miné par des attaques personnelles malhonnêtes contre moi et ma famille. Ces attaques sont basées sur des reportages médiatiques inexacts qui font maintenant l'objet de plaintes légales. J'ai décidé que je suis mieux en mesure de poursuivre mon travail de soutien aux arts, à la promotion des droits de la personne et à la liberté d'expression en m'éloignant de mon rôle actuel », poursuit-elle.

« Un mot pour la merveilleuse communauté d'artistes et de sympathisants, avec qui je continuerai à m'engager. Le monde de l'art, c'est la liberté d'expression. Mais il ne s'agit pas d'intimidation et d'intimidation. Je suis favorable au débat et à la discussion sur les réalités de la vie à l'ère numérique. Ces débats ont leur place, mais ils doivent être constructifs, justes et factuels, et non fondés sur des attaques personnelles toxiques », peut-on lire dans le document.

« Si les campagnes de ce type se poursuivent, les trésors de la communauté artistique - qui sont si fondamentaux pour notre société - risquent de voir s’érode le soutien privé. Ce serait une grande perte pour tout le monde », a-t- conclu.

Le président de la Serpentine est Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, que Peel a appelé un mentor.

Les porte-parole de Bloomberg et de la Serpentine n'ont pas répondu immédiatement aux questions posées mardi pour savoir si les deux avaient discuté de NSO.

NSO pour sa part a refusé de commenter des allégations précises d'abus de sa technologie, mais a déclaré qu'il examine les cas d’ abus allégués.

NdT

*Les Galeries Serpentine (en anglais Serpentine Galleries) sont deux musées d'art contemporain dans les jardins de Kensington, à Hyde Park, à Londres. Il s'agit de la Serpentine Gallery et de la Serpentine Sackler Gallery, séparées par le lac Serpentine d'où elles tirent leur nom. Leurs expositions, leur architecture et leurs programmes éducatifs attirent jusqu'à 1,2 million de visiteurs par an.

Traduit par Fausto Giudice

Merci à Tlaxcala
Source: https://www.theguardian.com/artanddesign/2019/jun/18/serpentine-galleries-chief-yana-peel-resigns-in-spyware-firm-row
Date de parution de l'article original: 18/06/2019
URL de cette page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=26313



Vendredi 21 Juin 2019


Commentaires

1.Posté par salahdine france le 27/06/2019 11:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'occident Chrétien devrait creer un logiciel espion pour connaitre les véritables origines et inten-sion de ceux qui sont aux postes clés

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires