MONDE

Privilège indicible... Thierry de Montbrial nous parle !


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 11:41 La guerre à la vérité de l'Ouest



marcolmix@gawab.com
Mardi 16 Septembre 2008

Privilège indicible... Thierry de Montbrial nous parle !
Il faut parfois un sens aigu du sacrifice pour traquer jusqu&#8217;au moindre grognement de ce monstrueux taenia occupé à engloutir avec patience notre si idyllique planète de l&#8217;intérieur. Ainsi samedi matin, c&#8217;est par les ondes de radio-Lagardère et l&#8217;entremise d&#8217;un vieux godillot journalistique du nom de Dominique Souchier (non... apparemment c&#8217;est pas un jeu de mots... !), que le parasite géophage s&#8217;est fait entendre, dans l&#8217;émission &#8220;C&#8217;est arrivé demain&#8221;... émission étant le terme qui convient dans son sens physiologico-figuré.
Ceux qui ont le courage suicidaire, de neuf à dix heures, d&#8217;inaugurer leur week-end en si débilitante compagnie ne pourront, de bonne foi, nous inculper d&#8217;abus sémantique quand nous parlons de sacrifice.
La pochade radiophonique commençait pourtant bien avec l&#8217;invitation de l&#8217;altissime intellectuel Jacques Julliard venu nous entretenir de son dernier &#8220;pissum&#8221;, ou plutôt nous jouer son dernier sketch, mettant en scène trois &#8220;monuments&#8221; de la littérature chrétienne : Claudel, Peguy et Bernanos. Claudel, tant pis pour lui... mais Peguy, lui, ne méritait pas &#8220;ça&#8221;... quant à Georges Bernanos, le Grand d&#8217;Espagne comme l&#8217;appelait très pertinemment Nimier, il a dû se retourner dans sa tombe sous les flasques assauts de cet asticot retardataire.
Mais cet apéritif tragico-burlesque ne présumait en rien de ce qui nous attendait : une intervention téléphonique de Raphaël Glucksmann en direct de Tbilissi... et une autre (non moins téléphonique et non moins z&#8217;en direct) en provenance de Moscou, de Thierry de Montbrial...
Passons rapidement sur la prestation du moucheron glucksmannien, digne fifils de son papa au sujet duquel nous nous abstiendrons de tout commentaire (si Chateaubriand nous invitait à l&#8217;économie de notre mépris pour cause du trop grand nombre de nécessiteux, il ne supposait sans doute pas combien la formule pourrait paraître désuète au jour de la divine apparition sur terre d&#8217;un &#8220;calibre&#8221; comme André Glucksman....!). Le petit Raphaël, qui sut enflammer en quelques mots bien choisis nos coeurs de démocrates sincères, nous évoquant la terreur de ses amis géorgiens, victimes d&#8217;un &#8220;nettoyage ethnique &#8221; impitoyable de la part de cette horde de sauvages russoïdes assoiffée de sang d&#8217;Appellation d&#8217;Origine Contrôlée atlantiste (nettoyage ethnique, slogan incantatoire habituel du credo impérial, ou plus simplement génocide... lumineuse invention néologique d&#8217;un autre Raphaël, du nom de Lemkin celui-là, juriste américain d&#8217;origine juive polonaise également contrôlée ... dont le racisme étymologique fleure si bon les délires eugénisto-darwiniens de messieurs Julian Huxley, Herbert G. Wells et autres Grands Humanistes à la Bertrand Russel de la très noble Fabian society...)...
... Et venons-en à l&#8217;intervention de Monsieur de Montbrial (en reconnaissant nos approximations protocolaires qui nous font passer la valetaille avant le seigneur des lieux) qui s&#8217;en venait, la veille, de papoter &#8220;longuement&#8221; avec Poutine et Medvedev. Nous délivrant d&#8217;entrée le message essentiel qui l&#8217;amenait ainsi à descendre de son Olympe (événement assez rare pour être souligné) pour éclairer le menu peuple sur les conséquences de l&#8217;&#8220;incident&#8221; Géorgien (prenant d&#8217;ailleurs la précaution de nous expliquer liminairement que la politique internationale était chose compliquée...) :
«Fondamentalement les Russes sont extrêmement attachés à rester dans l&#8217;Ordre mondial qui se dessine depuis quelques années », nous assena-t-il, de son timbre calme et onctueux de ténor diplomatique... au moins Mr de Montbrial ne se paye pas notre tête et n&#8217;hésite pas à nous entrer, sans avertissements graduels, les formules les plus blessantes dans le vif de la chair...!
Puis de nous expliquer que ces mêmes Russes ne voient pas du tout les choses comme nous les voyons de notre empyrée démocratique occidental et qu&#8217;ils considèrent leur intervention en Géorgie comme la conséquence naturelle de l&#8217;agression en Ossétie, ainsi que les manigances de l&#8217;OTAN dans plusieurs pays de l&#8217;ex-Union Soviétique comme une stratégie d&#8217;encerclement... Incrédulité muette et quasi goguenarde de l&#8217;autre perroquet de Souchier devant l&#8217;odieuse mauvaise foi de ce ramassis de cosaques sanguinaires et d&#8217;interpeller de Montbrial sur l&#8217;éventualité d&#8217;une nouvelle Guerre froide... Agacement immédiat de celui-ci, qui visiblement n&#8217;aime guère qu&#8217;on lui fasse goûter la soupe réservée au vulgaire, et qui, toujours en feignant d&#8217;épouser l&#8217;optique russe, se navre de l&#8217;absence de règles du jeu claires en Europe, évoquant la bavure du Kossovo et rappelant, avec nostalgie, les vertus pacificatrices du Congrès de Vienne il y a deux siècles (il ne nous étonnerait pas que le sieur de Montbrial ait rêvé, enfant, d&#8217;une panoplie de Talleyrand... &#8220;Merde&#8221; et &#8220;Bas de soie&#8221; compris !). De sorte qu&#8217;il pouvait parfaitement comprendre la légère exaspération de &#8220;nos amis&#8221; russes...!
Comme en termes subtils, empreints de compréhension bienveillante pour l&#8217;Ogre en fait plus maladroit que féroce, ces choses-là furent-elles dites.
Mais ce qui apparemment ne surprend personne, c&#8217;est que le très peu médiatique Thierry Magloire de Montbrial, présenté le plus naturellement du monde par Souchier comme le président (et fondateur) de L&#8217;IFRI (Institut français de relations internationales... dont le grand public ne connaît strictement goutte), qui n&#8217;est mandaté par rien ni par personne, puisse aller tailler la bavette au Kremlin comme bon lui semble et assister aux entretiens Sarkozy/Medvedev lors des négociations dans l&#8217;affaire Géorgienne...! Au titre d&#8217;observateur, nous expliqueront sans doute les voix de l&#8217;Agitprop... Tandis que nous dirons nous, torturés que nous sommes par nos délires évidemment conspirationnistes, à celui de superviseur !
Faut-il rappelé le parcours oxymoresque (aussi discret qu&#8217;étincelant) de ce &#8220;filleul&#8221; du redoutable Jean Monet, créateur de l&#8217;IFRI sur les cendres de l&#8217;ancien CEPE (Centre d&#8217;études de politique étrangère, fabriqué avant-guerre avec les fonds de la &#8220;Carnégie&#8221; pour servir de satellite français au puissantissime Council of Foreign Relation), Trilatéraliste et Bilderberguien du dernier cercle, qui à trente ans à peine dirigeait déjà le CAP (Centre d'analyse et de prévision) initié par Michel Jobert et à la tête duquel lui succéda un autre gentil petit ami du Bilderberg, passé depuis de l&#8217;ombre à la lumière via l&#8217;affaire Clearstream, du nom de Jean-Louis Gergorin.
L&#8217;IFRI demeure néanmoins un organisme des plus vénérables, puisque reconnu d'utilité publique et approuvée par le Conseil d'État le 20 février 1979 (sous la législature du plus célèbre français du groupe Bilderberg : Valery Giscard d&#8217;Estaing... simple coïncidence !), soit un mois après sa naissance, où plutôt son changement de statut (de CEPE en IFRI), et dont les objectifs étaient assez explicites pour ne laisser aucun doute sur son essence : «... atteindre une dimension et un poids comparable aux institutions étrangères auxquelles il s'apparente, par exemple : le Council on Foreign Relations (C.F.R.), le Royal Institute of International Affairs (R.I.I.A.), l'International Institute of Strategie Studies (I.I.S.S.), la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik (D.G.A.P.),l'instituto Affari Internazionali (I.A.I.), l'Institut Royal des Relations Internationales (I.R.R.L), etc. » (Le Monde, 30 novembre 1979).
Nous n&#8217;osons croire évidemment que des individus aussi inconnus de l&#8217;électeur moyen puissent avoir une pareille influence... et moins encore que le si courtois de Montbrial ait accompagné à Moscou, en tant que dresseur de cirque, notre vilain petit singe élyséen !... Ce serait-là de purs fantasmes d&#8217;abrutis cryptofascistes, contre lesquels il faudra bien qu&#8217;un jour ou l&#8217;autre notre exemplaire république sévisse au nom de la liberté et de la protection du citoyen...!
Cependant, il ne faudrait peut-être pas non plus se laisser endormir par les suaves appels à la conciliation du potentat de l&#8217;IFRI. Un autre cacique de cette institution, Dominique Moïsi nous chantait récemment une tout autre mélopée par le biais de deux éditoriaux parus à la une de Ouest-France (là c&#8217;est plus du sacrifice, c&#8217;est de l&#8217;auto-immolation !), cet été. Le premier s&#8217;intitulait &#8220;Un tribut à la démocratie&#8221;, suite à la mort des soldats français en Afghanistan... qui selon lui se battaient : &#8220;non pas pour établir la démocratie à Kaboul, mais pour la protéger chez nous&#8221; (on ne sait pas encore exactement combien la SOFRES attribue d&#8217;intentions de vote aux &#8220;Talibans&#8221; dans la perspective de notre prochaine petite sauterie électorale...?!), soulignant au passage le nécessaire partage du fardeau entre l&#8217;Europe et les États-Unis, qu&#8217;impliquait la sauvegarde du &#8220;monde libre&#8221;, confrontée aux appétits &#8220;d&#8217;une Russie Impériale&#8221; et &#8220;à l&#8217;aggravation des défis moyen-orientaux&#8221;. Le second, au titre moins grandiloquent : &#8220;Face à Moscou, une marge étroite&#8221;, nous mettait en garde contre le retour brutal du &#8220;despotisme oriental &#8221; et invitait les puissances du bien à confisquer au plus vite l&#8217;Ukraine et la Géorgie à la concupiscence bestiale de ce Moloch aveugle enfanté des steppes !
Comme on peut le constater, cet ancien porte-serviette du si respectable Raymond Aron (lui-même en son temps haut dignitaire du CEPE) ne mâche pas ses mots... fussent-ils exprimés en novlangue... Jargon ayant cette particularité de décliner sous une infinité d&#8217;oripeaux lexicaux un seul et unique concept : celui du &#8220;globalitaire&#8221;, ou plus compréhensiblement du &#8220;totalitaire&#8221;... Concept qui offrira, de gré ou de force, à l&#8217;humanité entière la Liberté... c'est-à-dire celle, avec quelques restrictions supplémentaires (notamment l&#8217;absence de garantie de ne pas finir en matelote), du poisson dans un aquarium.
Messieurs de Montbrial et Moïsi savent nous jouer à merveille le coup du &#8220;gentil et du méchant&#8221;, si classique de l&#8217;interrogatoire de commissariat. Et quelles que soient nos stratégies de défense, comprenons-le une bonne fois, nous finirons au dépôt. Faute sans doute de n&#8217;avoir pas compris que la politique internationale était un sport effectivement trop compliqué pour de négligeables ilotes... déjà suffisamment considérés par l&#8217;insigne privilège de pouvoir désigner par suffrage leurs bourreaux... dans les limites, il va de soi, de la liste proposée...!

Marc Olmix



Mardi 16 Septembre 2008


Commentaires

1.Posté par ciborg le 16/09/2008 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les specialites et les pseudos experts vivent de leurs monsonges . Montbrial ne conseille pas au gouvernement
de ne pas retourné a l' OTAN . Parceque simplement il a peur de perdre sa place alors que lui , sait pertinement
que les interets francais sont ailleurs en dehors de l' OTAN. Par les temps qui courrent , nous voyons beaucoup
de charlots faire n'importe quoi avec de la politique . Les gens sont fous et les temps sont flous disait Antoine....

2.Posté par contarebour le 16/09/2008 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis abonnée à vos flux rss et je trouve que vos articles et points de vue sont intéressants, différents et je suis heureuse que vous existiez face au monolithisme de la pensée "officielle" médiatique. Je regrette cependant le ton et l'emploi de certains mots, termes, agresssifs, qui font perdre de la consistance au point de vue, à l'opinion ainsi exposée et qui vous font tomber dans le panneau opposé d'une pensée qui pourrait êgalement être taxée de " contre - officielle" systématique et monolithique. .

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires