Palestine occupée

Prisonniers palestiniens et arabes



cirepal [cirepal2005@yahoo.fr]
Vendredi 8 Février 2008

                                 Prisonniers palestiniens et arabes

 

dans les prisons de l’occupation sioniste

 

SOLIDARITE

 

Bulletin d’informations n° 3 (02/08)

 

CIREPAL (Centre d’Information sur la Résistance en Palestine)

 

الامة التي تترك أسراها في السجون هي أمة بلا شرف وبلا كرامة

 

أمين عام حزب الله سماحة السيد حسن نصر الله

 

La nation qui abandonne ses prisonniers ne peut prétendre à la dignité ni à l’honneur

 

 Sayyid Hassan Nasrullah, secrétaire général du Hizbullah

 

 

 

96 Palestiniens assassinés et 540 Palestiniens arrêtés au mois de janvier 2008

 

Les forces de l’occupation sioniste ont commis 96 assassinats au cours du mois de janvier dont 71 assassinats ciblés dans la bande de Gaza, et 3 assassinats ciblés en Cisjordanie. Parmi les martyrs, 10 enfants et 10 femmes.

 

Elles ont arrêté 540 Palestiniens, dont 50 enfants et 3 femmes (Asmaa Batran, 20 ans et une autre femme, de la ville d’al-Khalil et Ahlam Jawhar, 30 ans de Nablus). Parmi ces Palestiniens enlevés, 142 sont de la bande de Gaza, 129 de la province de Nablus, 93 de la province d’al-Khalil, 37 de la province de Tulkarm, 37 de la province de Jénine, 36 de la province de Ramallah, 32 de la ville d’al-Quds, 14 de la province de Bethlehem, 5 de la province de Qalqylia et deux Palestiniens de la région d’Ariha.

 

Parmi les Palestiniens enlevés dans la province d’al-Khalil : 11 enfants et 21 étudiants.

 

 

 

4ème naissance en prison : la prisonnière Fatima Zik accouche en détention

 

Fatima Younis Zik (40 ans), a été arrêtée le 20/5/2007, au passage de Beit Hanoun, alors enceinte de deux mois. Elle se rendait en Palestine occupée, accompagnant sa cousine, Rawda Ibrahim Habib, 30 ans, mère de quatre enfants, qui devait subir une intervention chrirugicale. Elles ont été arrêtées toutes les deux, humiliées et torturées par les services de renseignements, avant d’être détenues dans la prison de Hasharon puis à Petah Tikva.

 

Trois prisonnières avaient déjà accouché en détention, depuis l’Intifada al-Aqsa : Mirvet Taha, 21 ans, d’al-Quds, qui a donné naissance à Wael, le 8 février 2003, elle a été libérée avec son bébé trois ans après, Manal Ghanim, 32 ans, arrêtée le 17 avril 2003, mère de quatre enfants. Elle a donné naissance à Nour, le 10/10/2003 qui fut séparé d’elle quand il a atteint les 2 ans et demi. Elle a été libérée le 8 avril 2007. Samar Ibrâhim Sbeih, 22 ans, du camp Jabalya, arrêtée le 29/9/2005, qui a donné naissance à Barrâ’, le 20 avril 2006, elle a ensuite été libérée le 18 décembre 2007. Le 18 janvier 2008, Fatima Zik a accouché de Youssef.

 

 

Prisonniers libanais : Nous sommes des prisonniers de guerre

 

Le site arabs48 a rapporté que les prisonniers libanais du Hizbullah, Hussayn Ali Sulaymân, Muhammad Abdel Hamid Srour et Mahir Hassan Kourani ont rencontré le député palestinien à la Knesset, Talab Sane’. Ils ont dénoncé les conditions de leur détention, en isolement, l’interdiction de voir les informations en arabe et la lenteur du courrier qui met trois mois à parvenir. Ils ont affirmé que la guerre israélienne en juillet-août 2006 était préparée à l’avance, selon un plan établi pour détruire la résistance et la Syrie. L’enlèvement des soldats israéliens n’a été qu’un faux prétexte, ce que confirme d’ailleurs le rapport Vinograd. Ils ont réclamé la reconnaissance de leur statut, celui de prisonniers de guerre et ont affirmé leur entière confiance dans leur libération car « Sayyid Nasrullah ne peut nous abandonner ».

 

 

Demande d’intervention chirurgicale urgente pour le prisonnier syrien Bishr al-Miqt

 

 Le prisonnier syrien Bishr al-Miqt, du Golan occupé, a subi une attaque au mois de juin 2007. Le député palestinien à la Knesset, Saïd Naffa’, a réclamé une hospitalisation urgente à cause de la détériration de sa santé, tout comme il a réclamé que Bishr et son frère Sidqi al-Miqt, également détenu, soient réunis dans une même prison afin de faciliter les visites familiales et la protection médicale à Bishr.

 

 

 

Un autre projet de loi raciste contre les prisonniers

 

Le parlement sioniste (knesset) a adopté en lecture première un projet de loi raciste, visant les prisonniers palestiniens. Il propose de priver de visites les familles des prisonniers appartenant à des organisations considérées terroristes par l’Etat terroriste israélien. Ce projet de loi est en complète contradiction avec les règlements internationaux, et notamment l’article 116 de la convention de Genève qui stipule le droit des familles à rendre visite aux prisonniers. Mais déjà, les autorités de l’occupation mettent des obstacles aux visites des familles, en invoquant les raisons les plus mensongères. De plus, plus de 1000 prisonniers sont interdits de visites familiales, sans aucune justification. Avec cette nouvelle loi, ajoute al-Khafsh, directeur d’un centre d’études sur les prisonniers, le nombre de prisonniers privés de visite va compter par milliers.

 

 

Province de Nablus : 2200 prisonniers dont 33 femmes

 

Nadi al-Asir, de la province de Nablus, a établi le 26 janvier 2008 que les femmes arrêtées dans la province de Nablus sont au nombre de 48, 15 ayant été libérées avant la date d’aujourd’hui.

 

 

Libération de prisonniers et prisonnières

 

Le militant Wasfi Ahmad Mansour, d’al-Tireh (Palestine 48) a été libéré après 22 ans de détention. Il avait passé ces années dans plusieurs prisons de l’occupation. Agé maintenant de 60 ans, il a été libéré à cause de son état de santé. Il avait perdu son épouse et son père au cours de sa détention, sans pouvoir les assister avant leur décès.

 

Omar al-Barghouty, militant et combattant de la Palestine, a été libéré. Il avait été arrêté le 20/4/2007 et mis en détention administrative. Omar Barghouty avait été détenu 22 ans dans les prisons de l’occupation. Son frère, Fakhri Barghouty, est toujours détenu, depuis 30 ans. Il fait partie des anciens prisonniers dont la libération est réclamée en priorité lors de tout échange.

 

La prisonnière Taghrid Saadi, de Sakhnine en Galilée (Palestine 48), a été libérée après six ans de détention.

 

Le prisonnier Ayman Saadi, du camp de Jénine, a été libéré après trois ans et demi de détention.

 

 

Réponse du comité des amis de Yahia Skaf

 

Le comité des amis et la famille de Yahia Skaf, combattant libanais fait prisonnier par les sionistes au cours de l’opération du Fateh, le 11 mars 1978, a dénoncé les déclarations du chef milicien Geagea et de responsables libanais concernant les « parties des corps des soldats israéliens détenues par la résistance » : le comité a considéré que de telles déclarations « servent l’ennemi sioniste qui détient les meilleurs de notre jeunesse et qui occupe une partie de notre terre, qui viole incessamment notre espace aérien et nos eaux territoriales et qui commet des massacres contre notre peuple et nos enfants depuis des dizaines d’années, dont les massacres de Sabra et Chatila et ceux de Qana… » Le comité a affirmé que « la résistance libérera les parties occupées de notre territoire et nos prisonniers détenus ».

 

 

365 enfants palestiniens détenus par l’occupant : les tortures physiques et morales sont courantes

 

Selon l’avocat du centre d’études al-asra, 100 enfants d’entre eux ont entre 13 et 15 ans. Les enfants sont menacés au cours de l’interrogatoire de démolition des maisons familiales et d’agressions contre les parents, en vue d’obtenir des « aveux » de leur part. Les enfants sont détenus dans la prison de Hasharon Telmond, sans soins et sans éducation et sont soumis à diverses brutalités.

 

 

Prisonniers en isolement

 

Selon le centre de statistiques du ministère palestinien aux affaires des prisonniers, dirigé par Abdel Naser Ferwana, 40 prisonniers sont en isolement total, répartis dans plusieurs prisons. Parmi eux, Mahmoud Issa, Mo’taz Hijazî et Hassan Salameh, qui sont en complet isolement depuis plus de 5 ans. Sont également placés en isolement Jamal Abul Haygâ’, de Jénine qui souffre de plusieurs maladies et Muhammad Jamal Al Natshah, membre du conseil législatif. Trois prisonnières sont également isolées, Amne Mouna, Noura Hashlamon et Maryam Tarabin, 28 ans. C’est l’appareil des renseignements, la Shabak, qui décide de l’isolement des prisonniers, accusés de vouloir troubler l’ordre carcéral. Le prisonnier isolé a une heure de promenade par jour, seul. Les prisonniers isolés menacent régulièrement de recourir à la grève de la faim pour mettre fin à leur isolement.

 

 

Une famille entière enlevée à al-Yamun (Jénine)

 

Notre correspondant à Jénine, Ali Samoudi, nous a informé de l’arrestation des membres de la famille Nawahda, dans le village d’al-Yâmûn, après l’encerclement de la maison par les forces de l’occupation. Le père de famille, 55 ans et les trois fils ont été enlevés et emmenés, attachés, dans la maison même, alors que Badr, le quatrième fils, recherché, a été arrêté plus tard dans la journée, en un autre lieu. Il est fréquent que l’occupation arrête des familles entières pour faire pression sur les militants recherchés. C’est également une grave violation des droits humains et des conventions internationales.   Par ailleurs, une incursion des forces de l’occupation à Qabatiyeh s’est soldée par l’enlèvement de Iyad Abul Rabb, le frère du prisonnier martyr, Fadi Abul Rabb, décédé dans la prison de Gilboa, Muhammad Zakarne et Hussam Abul Rabb, et de Muadh Abu Zayd, Awni Kamîl et Mujahid Kamil, tous membres du Jihad islamique ou de Hamas.

 



Vendredi 8 Février 2008


Commentaires

1.Posté par redk le 08/02/2008 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

coment Justifier ses actes injustes a la communauté International ?, impossible , donc il faut senction, ha oui impossible... le droit de veto americain !

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires