Palestine occupée

Prisonniers palestiniens et arabes dans les prisons de l’occupation sioniste



cirepal2005@yahoo.fr
Dimanche 3 Août 2008

Prisonniers palestiniens et arabes  dans les prisons de l’occupation sioniste
Prisonniers palestiniens et arabes

dans les prisons de l’occupation sioniste

SOLIDARITE

Bulletin d’informations n° 9 (08/08)

CIREPAL (Centre d’Information sur la Résistance en Palestine)

cirepal2005@yahoo.fr

نحن قوم لا نترك اسرانا ومعتقلينا في السجون

أمين عام حزب الله سماحة السيد حسن نصر الله

Nous sommes un peuple qui n’abandonne pas ses prisonniers et détenus en prison

Sayyid Hassan Nasrullah, secrétaire général du Hizbullah

 

 


Samir Qintar enfin libéré dans sa 30ème de détention : Une victoire pour le Hezbollah !

Samir Qintar, Maher Kourani, Khodr Zaydane, Muhammad Srour et Hussayn Sleimane ont été libérés grâce à la plus audacieuse des opérations d’échanges menées, indirectement, entre le Hezbollah et l’Etat sioniste. Le 16 juillet 2008, soit presque deux ans après la capture des soldats sionistes, prétexte pour déclencher l’effroyable guerre contre le Liban, l’Etat sioniste est contraint de faire libérer les cinq détenus libanais et près de deux cents corps de martyrs, arabes de toutes nationalités, et surtout palestiniennes, qu’il avait enterrés dans des fosses après les avoir numérotés ! La barbarie de l’Etat colonial quant à sa pratique envers les corps des martyrs, est dévoilée au grand jour ! Des dizaines de corps de martyrs palestiniens sont encore enfouis dans des fosses. L’Etat d’Israël les utilise comme otages, comme les prisonniers vivants ! Jusqu’à quand la communauté internationale continuera-t-elle à fermer les yeux sur le sort des prisonniers, vivants et décédés, détenus par l’occupation ?

Mais les régimes arabes du camp de la collaboration ne veulent toujours pas tirer les leçons de  la victoire de la résistance : en Jordanie, le résistant Sultan Ajlouni et ses frères sont toujours détenus dans une prison jordanienne, selon l’accord passé entre la Jordanie et Israël, il y a un an, où les cinq résistants passeraient d’une prison israélienne à une prison jordanienne, c’est ainsi que le régime jordanien conçoit la libération des héros qui ont résisté à Israël ! D’autres régimes ont peur de recevoir leurs martyrs, de les accueillir et enterrer dans des cérémonies populaires, de crainte de déplaire à leur maître sioniste et américain !

 

Mois de juillet 2008 : 313 Palestiniens arrêtés par l’occupation

Le centre palestinien de défense des prisonniers a annoncé que l’occupant israélien a arrêté au cours du mois de juillet 313 Palestiniens dans 9 provinces, au cours de 94 raids. C’est la province de Nablus qui a été la plus touchée par les attaques et les arrestations, avec 112 personnes arrêtées, suivie par les provinces d’al-Khalil et de Bethlehem, avec 56 arrestations chacune, puis Ramallah avec 38 arrestations et Jénine, 26.

Au cours de ce mois, l’occupant a tenté d’exécuter un détenu, Ashraf Abu Rahme, à Bil’in, et a ensuite arrêté le père de la jeune fille qui a filmé la scène qui dévoile une partie de la barbarie sioniste à l’œuvre. Le 21 juillet, l’occupation enlève la député Muna Mansour et 25 citoyens palestiniens à Nablus.

 

Répression brutale des députés palestiniens détenus

Alors qu’ils étaient transférés de la prison de Ofer vers le tribunal, les députés palestiniens détenus ont été brutalisés par les gardiens israéliens : les députés Muhammad Abu Tayr et Nayef Rajoub ont ensuite été emmenés à l’hôpital de la prison Ramleh, d’autres députés dr. Mahmud Ramhi, Muhammad Tall, Khalil Rabi’i et Azzam Salhab ont été également blessés.

 

Abdallah Barghouty : les geôliers se vengent sur lui pour la libération de Samir Qintar

L’avocat Buthayna Daqmaq, présidente de l’association Mandela, a dévoilé que le prisonnier Abdallah Barghouty, condamné à 67 perpétuités, a été gravement blessé suite à une attaque de la part des geôliers dans sa cellule dans la prison de Ascalan.

« Le jour même de la libération de Samir Qintar, alors que je suivais l’événement à la télévision, un groupe de huit geôliers de l’unité Matsada, les visages cagoulés, sont entrés dans la cellule et sans un mot, se sont précipités sur moi et ont commencé à me frapper, ils m’ont jeté à terre et ont poursuivi les coups de plus en plus fort. Ils m’ont ensuite traîné en dehors de la cellule, dans toute la section et m’ont placé dans une pièce, parmi les condamnés juifs de droit commun, pendant quatre heures ». « Lorsqu’ils m’ont ramené à la cellule, on aurait dit une scène de guerre : les geôliers ont détruit tout le contenu, ont abîmé mes vêtements et cassé la télé. » Maître Daqmaq a dénoncé cette grave violation des droits des prisonniers, et surtout des prisonniers isolés. Elle a rappelé que depuis son arrestation, le 5 mars 2003, Abdallah Barghouty subit les mesures les plus répressives, il est transféré d’une prison à une autre, toujours en isolement et est interdit de visite familiale depuis un an.

 

26 prisonnières dont 3 mineures de plus en 2008

Le ministère palestinien chargé des prisonniers a déclaré que les autorités de l’occupation ont intensifié leur politique répressive envers les femmes, arrêtant depuis le début de l’année 26 citoyennes palestiniennes, la plupart de la province de Nablus (10), puis Bethlehem (4), Al-Khalil (4), Ramallah (4), Jénine (3) et al-Quds (1). Les mineures sont Salwa Salah (17 ans), Sara Sayuri (16 ans) et Afaf Batikh (17 ans), les deux premières en détention administrative.

Rappelons que 6 femmes sont des détenues admnistratives : Noura Hashlamon (détention renouvelée 7 fois), Su’ad Shuyukhi (détention renouvelée 3 fois), Muna Qa’dan (renouvelée 3 fois), Haniye Abu Shamle ainsi que Salwa Salah et Sara Sayuri. Trois femmes sont en isolement : Amne Mouna (al-Quds), Abir Amrou (al-Khalil) et Mariam Tarabin (Tabaraya, Palestine 48).

 

Campagne de l’appareil sécuritaire israélien contre la libération des prisonniers

La shakab, appareil de renseignements de l’Etat sioniste, mène une campagne contre la libération des prisonniers palestiniens arguant que ceux qui ont déjà été libérés ont repris leurs activités militantes. Pour cet appareil qui a légalisé la pratique de la torture des prisonniers, la libération des prisonniers ne fera qu’accentuer la lutte contre l’occupation, étant donné que les prisonniers ont appris, dans les geôles israéliennes, comment développer leurs capacités combatives. Cependant, la shabak ne veut pas avouer que les mauvais traitements et les tortures pratiquées à l’encontre des prisonniers palestiniens ont détruit la santé de centaines d’entre eux, qui sont décédés quelques mois ou années après leur libération.

 

Saïd Atabeh : 32 ans de détention pour le doyen des prisonniers palestiniens et arabes dans les prisons de l’occupation

« En tant que prisonniers, nous puisons notre résistance et notre détermination dans la résistance et des actes héroïques de notre peuple, dont nous continuerons à porter le flambeau jusqu’à arracher la liberté de la Palestine et des prisonniers ». C’est par ces mots que le plus ancien prisonnier palestinien, Saïd Atabeh, détenu depuis le 29 juillet 1977, entame sa 32ème de détention, battant tous les records de détention dans le monde. Pourquoi la communauté internationale, qui a lancé une campagne pour la libération de Mandela, ne lance-t-elle pas une campagne exigeant la libération de Saïd Atabeh ? Est-ce parce que le geôlier est israélien, ami des USA et de l’Europe ?? et que Saïd Atabeh est Palestinien ?

 

Le modèle de Guantanamo pour les enfants palestiniens prisonniers

Alors que les voix libres dans le monde dénoncent le sort réservé aux prisonniers détenus dans la sinistre prison américaine de Guantanamo, les autorités israéliennes s’inspirent plutôt de ce modèle : elles veulent imposer la tenue orange pour les enfants prisonniers, tenue qui évoque l’humiliation extrême de tout être humain. Déjà, sans même imposer la tenue de l’humiliation, les autorités carcérales avaient utilisé tous les moyens pour humilier et détruire le moral des prisonniers, enfants ou adultes, femmes ou hommes. Mais la tenue vestimentaire est un plus, significatif de la monstruosité de l’occupation et des soi-disant défenseurs des droits de l’homme dans le monde.

 

Cas d’empoisonnement dans la prison de Ofer

Nadi al-Asir fait état de plusieurs cas d’empoisonnement dans la prison de Ofer, suite à la visite entreprise par l’avocat de cette association. Une dizaine de prisonniers ont été subitement pris de nausées et ont été transportés à l’hôpital militaire de la prison de Ramleh. Par ailleurs, une attaque de l’armée a eu lieu contre la section 3 de la prison : les prisonniers ont été battus, leurs affaires détruites ou confisquées. Les prisonniers ont été attachés pendant toute une nuit : suite à cette attaque, 15 prisonniers ont été blessés et 30 autres ont été transférés vers d’autres prisons, avec interdiction des visites familiales et du droit à la cantine pendant un mois.

 

Nouvelles des prisonniers syriens du Golan

Bishr al-Miqt, 45 ans, détenu depuis 1984, est le doyen des prisonniers syriens du Golan détenus par l’occupation. Il a été transféré le 15/7 à l’hôpital de la prison de Ramleh, en vue de mener des analyses médicales, après la détérioration de sa santé. Bishr al-Miqt est détenu avec Sidqi al-Miqt depuis 24 ans. Les autorités de l’occupation ont refusé de donner une quelconque information à sa famille, venue en visite à la prison de Gilboa. Par ailleurs, le prisonnier Sitan al-Wali, du Golan, a été libéré et accueilli en héros dans les villages du Golan occupé.



Dimanche 3 Août 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires