Politique Nationale/Internationale

Pourquoi les Etats-Unis profèrent les menaces qu'ils ne peuvent pas réaliser ?



IRIB
Jeudi 27 Septembre 2007

Photo: RIA-Novosti
Photo: RIA-Novosti
Pourquoi les Etats-Unis profèrent les menaces qu'ils ne peuvent pas réaliser ?
FarsNews- Chaque gouvernement qui est arrivé il y a 29 ans à la tête du pouvoir, a parlé de l'option militaire contre l'Iran, les menaces qui n'ont jamais été appliquées. Reste maintenant à savoir pourquoi les Etats-Unis profèrent les menaces de ce genre qu'ils ne peuvent pas concrétiser ?

La diplomatie de la pression et des menaces militaires est depuis quelques décennies à l'ordre du jour des hommes d'Etat américains en vue de faire avancer leurs politiques dans diverses régions du monde. Certes, les Etats-Unis ont concrétisé certaines de leurs menaces, dont l'intervention manu militari, ces dernières années, de l'armée US en Irak et en Afghanistan.
Face à l'Iran, l'Amérique n'a pas encore concrétisé ses menaces contre l'Iran et elle s'est contentée seulement d'exercer plus de pressions sur l'Iran. Les observateurs iraniens croient que le recours à la diplomatie de la pression et aux menaces militaires remonte de 1962, et plus précisément de l'événement du golfe des Cochons.
Dès l'arrivée au pouvoir de Fidel Castro, à Cuba, les Etats-Unis ont débarqué 2000 mercenaires sur le sol cubain.

Ensuite, l'ex Union Soviétique a établi à la demande de Castro ses missiles sur le sol cubain, ce qui a poussé les Etats-Unis d'être en état d'alerte. Les Américains ont redoublé leurs menaces de sorte que les Russes qui se sentent en butte d'un affrontement militaire, ont reculé de ses positions précédentes.

Dès lors, le recours au langage de menace a été à l'ordre du jour des responsables de Washington. Depuis la Révolution islamique en Iran et la discordance entre les politiques de la RII et celles des Etats-Unis, les décideurs de la Maison Blanche se sont concentrés sur l'option militaire contre l'Iran, ce sur lequel Washington a insisté notamment après que les Etats-Unis ont prétexté le dossier nucléaire iranien pour empêcher Téhéran d'avoir l'accès à la technologie nucléaire à fin civile.

Certes, la communauté internationale qui a été témoin des crises, traversant l'Irak, l'Afghanistan, la Palestine et le Liban, s'est dit contre une autre campagne militaire dans la région, soutenant en contrepartie le règlement diplomatique de l'affaire du nucléaire iranien. La menace du recours au langage de la force englobe deux approches : arrêter le rival ou le contraindre à change le cap, car celui qui menace, porte des coups économique, politique et psychologique à son rival sans payer aucun frais.

L'intéressant est que cette stratégie contre l'Iran a été non seulement échouée, mais également elle n'a eu aucun impact ni sur l'Iran.

En ce sens, le Guide suprême de la Révolution islamique, l'Ayatollah ol-Ozma Khaménéi, en qualité du plus haut responsable de la RII a déclaré que malgré de telles menaces, la nation iranienne se sent plus que jamais prêt à faire face aux problèmes.

Que ceux qui recourent au langage de menace, sachent qu'il ne peuvent pas frapper l'Iran et s'en fuient par la suite et celui qui transgresse le sol iranien, il doit attendre les retombées lourdes de cet acte. Dans de telles circonstances, reste à savoir pourquoi les Etats-Unis insistent toujours sur l'option militaire contre l'Iran, option dont la mise en oeuvre s'avère, comme ceux-ci le savent, impossible. Les analystes estiment qu'en raison de ses problèmes en Irak et en Afghanistan, l'Amérique n'est pas capable de s'accrocher avec l'Iran.

A les en croire, Washington a adopté la politique de l'intimidation et de menace pour faire croire qu'il était encore en mesure d'entrer simultanément en guerre avec quelques pays.
Ils croient que Washington a l'intention de mettre à l'épreuve la résistance des Iraniens et les contraindre à s'asseoir à la table des négociations tripartite pour arracher des privilèges en sa faveur sans donner aucune concession à l'interlocuteur iranien.

Ce sont entre-temps d'aucuns qui croient que parler de l'éventualité de l'attaque militaire contre l'Iran, au moment où l'Iran continue ses activités nucléaires est en réalité une mise en garde lancée de l'Egypte, de l'Arabie Saoudite, du Brésil et d'autres pays du monde contre toute ambition nucléaire.

Lors de la publication des rapports de Mohammad El-Baradeï sur le programme nucléaire iranien, des réunions du Groupe 5+1, des réunion du Conseil de Sécurité de l'ONU concernant la ratification de nombreuses résolutions contre l'Iran, la partie américaine a évoqué l'option militaire pour obtenir au maximum ses objectifs.

Les décideurs de la Maison Blanche, conscient d'être impossible de recourir pour l'heure à l'attaque militaire contre l'Iran, veulent renforcer leur position de marchandage dans l'adoption d'une résolution plus virulente contre la RII et en profiter comme un levier de pression pour faire face à l'opposition de la Russie, de la Chine et d'autres pays du monde à la prise de nouvelles sanctions contre l'Iran.

Compte tenu de la situation actuelle, la diplomatie iranienne doit prendre des mesures qui réduisent les menaces occidentales, de sorte qu'un gens au niveau du Ministre français des Affaires étrangères ne se permet pas à menacer l'Iran.


Mercredi 26 Septembre 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires