Propagande médiatique, politique, idéologique

Pourquoi l’Iran ne commence-t-il pas par rayer ses propres Juifs de la carte ?

' L’Iran est la nouvelle Allemagne nazie et son Président, Mahmoud Ahmadinejad, le nouvel Hitler. '


Le problème juif d’Israël à Téhéran

L’Iran est la nouvelle Allemagne nazie et son Président, Mahmoud Ahmadinejad, le nouvel Hitler. Telles ont été les déclarations des officiels israéliens pendant des mois alors qu’avec leurs alliés américains, ils essayaient de persuader ceux qui doutaient encore à Washington qu’une attaque contre Téhéran était essentielle. Et s’il faut en croire les derniers articles de presse, il semble bien qu’ils pourraient gagner la bataille ‘des cœurs et des esprits’ : le vice-Président Dick Cheney est en train de ramener la Maison Blanche sur le chemin de l’agression militaire.

Jonathan Cook - CounterPunch


Jonathan Cook
Lundi 6 Août 2007

Pourquoi l’Iran ne commence-t-il pas par rayer ses propres Juifs de la carte ?
Au début de cette année, Benyamin Netanyahou, le leader de l’opposition en Israël, et l’homme qui paraît s’être lui-même donné le titre d’alarmiste en chef nous disait : « Nous sommes en 1938 et l’Iran est l’Allemagne. L’Iran se hâte à s’armer de la bombe atomique. » Et d’Ahmadinejad, il disait : « Il prépare un nouvel Holocauste pour l’Etat juif ».*

Il y a quelques semaines seulement, alors que les renseignements militaires israéliens déclaraient - comme ils le font régulièrement depuis les années 1990 - que l’Iran n’était qu’à une année ou presque du « point de non retour » dans le développement d’une ogive nucléaire, Netanyahu en rajoutait. « L’Iran pourrait être la première puissance nucléaire insensible à la dissuasion. » prévint-il, et : « Ceci est un problème juif, tout comme Hitler a été un problème juif... l’avenir du peuple juif dépend de l’avenir d’Israël. »

Mais Netanyahou est loin d’être le seul à faire de telles proclamations extravagantes à propos d’un génocide qui menace depuis l’Iran. Le nouveau Président d’Israël, Shimon Peres, a comparé une bombe nucléaire iranienne à « un camp de concentration volant ». Et le Premier ministre, Ehoud Olmert, a déclaré à un journal allemand l’année dernière : « [Ahmadinejad] parle comme Hitler le faisait en son temps de l’extermination de toute la nation juive. »

Il y a une question intéressante avec cette idée qu’ils avancent « L’Iran est comme l’Allemagne nazie ». Car si Ahmadinejad est réellement un Hitler prêt à commettre un génocide contre les Juifs d’Israël dès qu’il se sera doté de l’arme nucléaire, pourquoi alors y a-t-il quelque 25 000 Juifs à vivre paisiblement en Iran et pourquoi sont-ils si peu disposés à quitter l’Iran malgré les sollicitations répétées d’Israël et des Juifs américains ?

Sur quoi se base Israël pour faire ces pronostics alarmants (l’échafaudage idéologique étant monté, vraisemblablement, pour justifier une attaque contre l’Iran) ? Obligeamment, alors que George Bush défendait sa politique sur l’Irak le mois dernier, il nous a rappelé à nouveau la menace que l’Iran était censé représentée : « L’Iran menace de rayer Israël de la carte ».

Ce mythe a été réutilisé sans fin depuis une erreur de traduction d’un discours d’Ahmadinejad il y a presque deux ans. Les experts en farsi (langue persane la plus pratiquée - ndt) l’ont vérifié, le Président iranien, loin de menacer Israël de destruction, se référait à un discours antérieur du défunt ayatollah Khomeini, lequel cherchait à rassurer les sympathisants des Palestiniens en disant que : « Le régime sioniste de Jérusalem disparaîtrait de la page du temps ».

Il ne menaçait pas d’exterminer les Juifs ni même Israël. Il comparait l’occupation israélienne des Palestiniens à d’autres systèmes illégitimes de domination dans le passé, y compris celui des Shahs qui ont régné sur l’Iran, de l’Afrique du Sud de l’apartheid et de l’empire soviétique. Néanmoins, cette traduction erronée a survécu et prospéré car Israël et ses partisans l’ont exploitée pour leurs propres objectifs dans une grossière propagande.

En attendant, la communauté juive iranienne forte de 25 000 Juifs est la plus importante du Moyen-Orient en dehors d’Israël et trouve ses racines jusqu’à 3 000 ans en arrière. En tant que communauté non musulmane d’Iran, parmi d’autres, les Juifs y subissent une discrimination mais ils ne sont certainement pas dans une situation pire que celle que connaît le million de citoyens palestiniens en Israël - et ils sont bien loin de connaître celle des Palestiniens sous occupation israélienne en Cisjordanie et à Gaza.

Les Juifs iraniens ont peu d’influence sur les décideurs de leur pays et ne sont pas autorisés à postuler à des postes dans l’armée ou dans la fonction publique. Mais ils profitent de beaucoup de libertés. Ils ont un représentant élu au parlement, ils pratiquent leur religion ouvertement dans les synagogues, leurs organisations caritatives sont financées par la diaspora juive et ils peuvent librement se déplacer, y compris venir en Israël. A Téhéran, il y a six bouchers casher et environ 30 synagogues. Le cabinet d’Ahmadinejad a récemment fait une donation à un hôpital juif de Téhéran.

Comme Ciamak Moresadegh, dirigeant juif iranien, le fait observer : « Si vous pensez que le judaïsme et le sionisme ne font qu’un, c’est comme si vous pensiez que l’Islam et les Talibans c’est la même chose, et ce n’est pas la même chose. ». Les dirigeants de l’Iran dénoncent le sionisme qu’ils accusent de discrimination aggravée contre les Palestiniens, mais ils ont également déclaré à plusieurs reprises qu’ils n’avaient aucun problème avec les Juifs, le judaïsme ni même avec l’Etat d’Israël. Ahmadinejad, caricaturé comme un marchand de génocide, a en réalité appelé à « un changement de régime » - et seulement dans le sens où il croit que, par référendum, tous les habitants d’Israël et des territoires occupés, y compris les réfugiés de la guerre, devraient être consultés sur la nature du gouvernement.

En absence de menaces contre les Juifs iraniens, les médias israéliens ont informé récemment que le gouvernement israélien essayait de trouver d’autres moyens pour attirer les Juifs iraniens en Israël. Le journal Ma’ariv précise que les propositions précédentes avaient trouvé peu de preneurs. Il y a, note l’article, « un manque de désir chez ces milliers de Juifs iraniens pour le départ ». Selon le journal Forward de New York, une campagne menée pour convaincre les Juifs iraniens d’immigrer en Israël n’a obtenu, entre octobre 2005 et septembre 2006, que 152 départs sur les 25 000 Juifs vivant en Iran, et la plupart d’entre eux ont déclaré immigrer pour des raisons économiques et non politiques.

Intensifiant ses efforts - vraisemblablement pour échapper à l’incongruité embarrassante de proclamer un second Holocauste imminent alors que des milliers de Juifs vivent tranquillement à Téhéran -, Israël encourage maintenant une action de donateurs juifs visant à octroyer 60 000 dollars à chaque famille juive iranienne qui viendrait s’installer en Israël, en plus d’un tas d’incitations financières déjà existantes proposées aux Juifs immigrants, notamment des prêts avantageux pour l’immobilier.

L’annonce n’a rencontré que du dédain dans la société des Juifs iraniens et ceux-ci ont publié une déclaration disant que leur identité nationale n’était pas à vendre. « L’identité des Juifs iraniens n’est pas monnayable, quelle que soit la somme. Les Juifs iraniens comptent parmi les plus anciens Iraniens. Les Juifs d’Iran aiment leur identité et leur culture iraniennes, alors les menaces et les incitations politiques immatures ne réussiront pas à rayer l’identité des Juifs iraniens. »

Cependant, ce geste financier inopportun pourrait réussir de son seul fait s’il faut se référer à l’expérience passée. Israël a initié un plan similaire il y a quelques années, quand l’économie argentine plongeait dans une profonde récession, en offrant 20 000 dollars à chaque Juif qui s’installerait en Israël. Quelques mois plus tard, les médias israéliens diffusaient l’information qu’il y avait une recrudescence des agressions antisémites en Argentine qui venaient s’ajouter à la pression d’Israël pour le départ des Juifs. Naturellement, il n’a été fait aucun lien de causalité possible entre les agressions et les pots-de-vin proposés par Israël pour que les Juifs abandonnent leur patrie pendant que les autres Argentins s’enfonçaient dans la pauvreté.

Mais les incitations financières - avec une possible réaction populaire violente - n’ont pas réussi à faire bouger les Juifs iraniens et il y a de bonnes raisons de craindre qu’Israël ne recourt à d’autres méthodes, plus douteuses, pour les encourager à immigrer. C’est, assurément, une voie qu’a déjà empruntée Israël pour d’autres communautés de Juifs arabes - considérées par lui comme des espions potentiels et des agents provocateurs à utiliser en cas de besoin, ou comme de « la poussière humaine », selon les propres termes du premier Premier ministre d’Israël, David Ben Gurion - pour les recruter pour sa « bataille démographique » contre les Palestiniens.

Avec l’ « opération Susannah » en 1954, par exemple, Israël a recruté, de façon irresponsable, un groupe de Juifs égyptiens pour qu’ils perpétuent une série d’attentats en Egypte afin de dissuader la Grande-Bretagne de se retirer de la zone du Canal de Suez. Quand le complot fut découvert, cela a naturellement jeté une ombre de déloyauté sur toute la communauté juive d’Egypte. Après l’invasion, puis l’occupation, du Sinaï par Israël deux années plus tard, le gouvernement de Gamal Abdel Nasser a expulsé quelque 25 000 Juifs égyptiens et, après en avoir emprisonné d’autres suspectés d’espionnage, il a expulsé le reste rapidement.

Plus connu encore, Israël s’est donné beaucoup de mal pour s’assurer du départ d’Irak de la plus grande population juive du monde arabe. En 1950, une série d’explosions qui visaient les Juifs de Bagdad a contraint à un exode rapide vers Israël quelque 130 000 Juifs irakiens, convaincus que les extrémistes arabes étaient derrière ces attentats. Ce n’est que plus tard qu’on a appris que les auteurs des attentats étaient des membres du sionisme clandestin soutenus par le gouvernement israélien.

Maintenant, les Juifs iraniens pourraient se considérer traités plus ou moins de la même manière - comme de simples objets humains. De plus en plus d’articles disent qu’Israël se sert de la liberté de déplacement entre l’Iran et Israël dont bénéficient les Juifs iraniens et leurs parents israéliens, pour effectuer des missions d’espionnage sur le programme nucléaire iranien. Parmi les sources de ces articles, celles du journaliste américain, Seymour Hersh**, qui cite des fonctionnaires du gouvernement US.

Les retombées de telles opérations ne sont pas difficiles à prévoir. Assailli par les Etats-Unis et la communauté internationale, Téhéran s’en prend par des mesures sévères aux groupes dissidents et minoritaires, craignant une instabilité de sa propre autorité et que la subversion menée par les agents US et israéliens pour laquelle on fait tant de publicité n’aille qu’en s’intensifiant.

Jusqu’ici, la plupart des officiels de Téhéran ont pris garde à ne pas laisser entendre que les Juifs d’Iran avaient une double loyauté, tout comme l’a fait la communauté juive locale elle-même, conscients l’un et l’autre qu’une telle confrontation servirait les intérêts d’Israël. Mais à mesure que les tensions s’accroissent et que le besoin d’Israël de démontrer les intentions génocidaires de Téhéran est plus fort, cette politique pourrait finir par aller à l’échec, et avec elle, l’avenir des Juifs d’Iran.

Pour Israël, le bien-être des familles juives iraniennes, semble-t-il, est moins important que leur valeur en tant qu’outil de propagande dans sa bataille à persuader le monde que la coexistence avec le monde musulman est impossible. Ceux qui veulent ourdir un clash des civilisations n’apprécient pas cet héritage juif de 3 000 ans en Iran, pour eux, ce n’est qu’un obstacle de plus à la guerre.

(JPG)
Jonathan Cooq est journaliste, il habite Nazareth, en Israël. Il est l’auteur de « Blood and Religion : the Unmasking of the Jewish and Democratic State » (Pluto Press).

(NDT :)

* Voir aussi l’audition de M. Benjamin Netanyahou, par la Commission des Affaires étrangère de l’Assemblée nationale, le 21 février 2007.

** Voir notamment les articles de Seymour Hersh :

- "Plans américains pour refaire à l’Iran ce qui a été fait en Irak" - vendredi 9 mars 2007.

- "Iran-Irak : la volte-face des Etats-Unis" - lundi 19 mars 2007.

3 août 2007 - CounterPunch - traduction : JPP


Pourquoi l’Iran ne commence-t-il pas par rayer ses propres Juifs de la carte ?


Mardi 7 Août 2007


Commentaires

1.Posté par m(çammi le 06/08/2007 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Histoire de la vérité est imposée est immuable, est tout ce qui est sur terre "rois et barons" ne sont que poussière et par la loi tomberont ...incha Allah !!!

2.Posté par kams le 07/08/2007 00:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'elle est belle l'histoire et l'information de masse sans cesse révisée, édulcorée pour ramener la pitié des gens dans le camp sioniste qui quand à lui nécessite le regard sur le triste sort que l'humanité déshumanisée réserve en ce moment aux juifs du monde. Pour les plus libres d'entre les individus qui se risqueraient à penser et à lire les évenements différement gare à eux et si il le fallait on exercerait la contrainte de la violence physique pour exercer sur ces libres penseurs rescapés du naufrage qu'à subit la conscience collective. Ne vous inquiétez pas l'arme institutionnelle non avouée au service de la pensée unique sert et opère plus que jamais.
Attention à vous rescapé de la domination cruelle de nos esprits. Libérons nous du joug du totalitarisme moderne. Le sionisme global et mondialisé.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires