ALTER INFO

Pourquoi Moubarak va-t-il à Washington ? Les Arabes sont responsables de l’impudence israélienne


Dans la même rubrique:
< >

Lors de sa récente visite aux USA, le président égyptien Hosni Moubarak a surpris ses interlocuteurs usaméricains quand il a dit que les États arabes ne normaliseraient pas les relations avec Israël avant la fin de l’occupation israélienne et l’établissement d’un État palestinien.
AUTEUR: Khalid AMAYREH خالد العمايرة
Traduit par Annie Goossens. Édité par Fausto Giudice


Khalid AMAYREH
Vendredi 28 Août 2009

Barack Obama reçoit Hosni Moubarak, à la Maison-Blanche, le 18 août 2009 (Getty Images)
Barack Obama reçoit Hosni Moubarak, à la Maison-Blanche, le 18 août 2009 (Getty Images)

Moubarak a affirmé que pour les Arabes, les tentatives précédentes de normalisation n’avaient pas été encourageantes car les gouvernements israéliens successifs avaient pris leur bonne volonté pour une acceptation tacite de l’occupation israélienne consolidée de la Palestine, notamment par l’expansion des établissements colonialistes juifs.

Le président égyptien aurait pu prétendre en outre, à bon droit, qu’Israël, et spécialement l’actuel gouvernement de droite de Benjamin Netanyahou, utilisait utilement « la question de la normalisation » comme une sorte de diversion ou de chiffon rouge afin de détourner l’attention de l’expansion des colonies et de l’obstiné refus israélien de renoncer à son butin de guerre de 1967.

Effectivement, des intellectuels israéliens, surtout ceux qui se veulent intègres, ont dit à plusieurs reprises que l’actuel gouvernement israélien se contente de « faire son cinéma », de « tergiverser » et qu’il n’y a pas lieu d’attendre sérieusement qu’il collabore à la réalisation de la paix.

Cette franche évaluation du gouvernement le plus fasciste de l’histoire d’Israël a été amplement corroborée par le discours musclé que Netanyahu a prononcé à l’université Bar Ilan, près de Tel-Aviv, le 14 juin. Dans ce discours déplorable, Netanyahu a dit clairement qu’aux yeux d’Israël, tout éventuel État palestinien en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza devrait être étroitement et complètement contrôlé par lui.

Sous les applaudissements de l’assistance, il a dit qu’Israël devrait contrôler les frontières, les passages aux frontières, les ports, les aéroports, l’espace aérien, les eaux territoriales et les relations internationales d’un tel État qui, dit-il, devrait être totalement démilitarisé.

En d’autres termes, l’État palestinien envisagé devrait être plus ou moins un Judenrat palestinien sous surveillance et contrôle israéliens.

Malheureusement, cette tonitruante  impudence israélienne n’a été relevée par aucun des grands pays arabes, tels que l’Égypte et l’Arabie Saoudite, pas plus que par le gros de la communauté internationale, USA et Union européenne compris.

Il va sans dire que l’absence totale de réaction significative devant l’arrogance criante de Netanyahu semble avoir convaincu le gouvernement israélien que ni les États arabes ni la communauté internationale ne doivent être pris au sérieux et que les effets de manche et les manipulations orales suffiraient pour gérer la crise, du moins pour le moment.

Il est hors de doute qu’Israël ne s’intéresse à la normalisation de ses relations avec les États arabes que dans la mesure où ces États peuvent être utilisés pour nuire aux intérêts palestiniens.

Ce n’est, par exemple, un secret pour personne qu’Israël utilise le régime égyptien depuis quelques années pour tourmenter les Gazaouis et sceller le siège pratiquement hermétique imposé à l’enclave côtière.

On peut dire la même chose d’autres États arabes, comme la Jordanie et les États du Golfe dont Israël et ses alliés occidentaux se sont assurés la « coopération » pour imposer un blocus financier très dur au gouvernement élu du Hamas, contribuant ainsi à appauvrir et à dégrader la situation du million et demi d’êtres humains vivant dans la bande de Gaza, dont le seul « crime » a été d’avoir eu l’audace d’élire un parti politique qui ne rencontre pas la faveur d’Israël, des USA et de leurs alliés.

La scandaleuse propension arabe à collaborer avec ces projets cruels contre un peuple arabe frère doit avoir enhardi l’État sioniste à se lancer dans les guerres éclair de type nazi contre le Liban en 2006, et contre Gaza en 2008/2009 au cours desquelles il a tué, mutilé et réduit en cendres des milliers de civils innocents, et détruit des milliers de bâtiments et de maisons.

La honteuse réaction arabe officielle devant ces crimes contre l’humanité a incité des officiels israéliens, comme Avigdor Liebermann, a suggérer ouvertement qu’une bombe nucléaire soit lâchée sur Gaza.

Liebermann n’est pas un mouton noir dans une société consumée par le racisme. Il ne faisait que dire ouvertement ce que beaucoup d’Israéliens disent en privé.



L’envoyé special US George Mitchell  Durant une conférence de presse après sa rencontre avec Hosni Moubarak en son palais du Caire le 27 juillet 2009
(Reuters Pictures)


 

Absence d’une véritable dissuasion

Dans un certain sens, les régimes arabes, surtout les États arabes clés, ne peuvent pas se dérober à leur part de responsabilité dans l’impudence d’Israël et dans son rejet d’une paix honorable qui mettrait fin à l’occupation et qui accorderait aux Palestiniens martyrisés un semblant de justice et de dignité.

Depuis des décennies, ces régimes arabes ont préféré se montrer « accommodants » en s’abstenant d’édifier une véritable dissuasion stratégique qui inciterait Israël à réfléchir avant d’aller trop loin dans le harcèlement des États arabo-musulmans du Maroc à la Perse.

Tout ceci s’est passé alors qu’Israël se constituait un énorme stock d’armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive qui mettent à la merci de ses lubies des centaines de millions d’Arabes, de Turcs, d’Iraniens et d’autres musulmans.

C’est cette impuissance claironnée qui a permis à des voyous racistes comme Liebermann de menacer de bombarder le barrage d’Assouan en Haute-Égypte, d’arroser de bombes Téhéran et de menacer d’écraser les villes et les villages palestiniens de Cisjordanie.

Non contents de se vautrer dans leur méprisable impuissance et faiblesse, certains régimes arabes ont eu recours sans aucune honte à la logique de l’apaisement, s’imaginant qu’en se rendant sympathiques aux yeux des dirigeants sionistes fanatiques, ceux-ci céderaient, laisseraient les Palestiniens vivre dans la dignité et leur accorderaient l’autodétermination.

Toutefois, l’apaisement ne fait qu’inviter à plus de chantage et d’intimidation et encourage Israël à imposer encore plus de conditions.

Nous qui vivons ici en Palestine occupée, nous suivons les médias israéliens et entamons des discussions animées avec des Israéliens ordinaires au sujet de leur conception de la paix avec les Arabes et les musulmans. Malheureusement, la plupart des Israéliens n’acceptent pas la parité et l’égalité entre les êtres humains et tiennent à ce que les juifs, du fait de leur judéité, bénéficient d’un traitement distinct, préférentiel dans tous les domaines concevables de l’activité humaine, allant de la sécurité à la religion.

C’est la raison pour laquelle il convient de placer la normalisation dans son contexte véritable : c’est une ruse publicitaire visant avant tout à ce que la balle proverbiale reste dans le camp arabe ou musulman tandis qu’Israël continue à pulvériser et à judaïser les terres palestiniennes.

En outre, il est presque certain que si le jeu de la normalisation avec Israël a un début il est sans fin parce que les milieux israéliens et sionistes dans le monde ne seront satisfaits que le jour où tous les Arabes et tous les musulmans deviendront de vrais sionistes.

Il y a quelques années, un ponte israélien a expliqué que la normalisation avec les Arabes et les musulmans devrait également comprendre la « normalisation psychologique et religieuse - qui permettrait aux juifs d’avoir un libre accès à la Mecque et à Médine, de modifier les passages du Coran qui ne plaisent pas à certains juifs et de changer les livres de classe arabes et musulmans critiquant le sionisme.

En d’autres termes, rien n’arrêterait Israël ; il continuerait à imposer des exigences délibérément impossibles aux Arabes et aux musulmans, afin de se dérober à une paix réelle, une paix qui exigerait la fin de l’occupation israélienne en terre palestinienne.

La détermination paye

L’ancien premier ministre pakistanais, Zulfikar Ali Bhutto, n’était pas particulièrement connu pour sa piété et sa dévotion. Toutefois, il mérite nos louanges pour avoir élaboré le programme nucléaire pakistanais qui a finalement permis à cet important pays musulman de tenir tête une bonne fois pour toutes à un État indien doté d’armes nucléaires, qui avait envahi et humilié le Pakistan plusieurs fois.

À la différence des riches pays arabes pétroliers, le Pakistan est un pays pauvre. Toutefois, contrairement à ces pays arabes, le Pakistan était déterminé.

De même, la Corée du Nord, un des pays les plus pauvres du monde, a décidé de se procurer l’arme nucléaire et en a fait exploser une il y a quelques mois malgré le harcèlement et les menaces provenant des USA, du Japon, de la Corée du Sud et d’autres pays.

Eh bien, la Corée du Nord, indépendamment du caractère répugnant de son régime tyrannique, peut exercer sa souveraineté sans se laisser intimider par des États prédateurs comme Israël.

Un poète arabe à dit :

Les loups attaquent les fermes non gardées, mais ils craignent la férocité de ceux qui ont un coeur de lion

Peut-être les dirigeants arabes comme Moubarak et le roi d’Arabie Saoudite devraient-ils retourner à l’école primaire pour apprendre la poésie arabe d’autrefois afin de savoir comment s’y prendre pour qu’Israël prenne le chemin de la paix.


“Le Hezbollah et le  Hamas sont de outils des Iraniens.” Dessin  de Emad Hajjaj





Source : Unfolding Mubaralk's visit to Washington

Article original publié le 20/8/2009

Sur l’auteur

Annie Goossens est une collaboratrice de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique, dont Fausto Giudice est membre. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, la traductrice, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8499&lg=fr


Vendredi 28 Août 2009


Commentaires

1.Posté par Le Kabyle le 28/08/2009 17:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il ne faut se complexer devant cette pourriture d'État sioniste criminel.même leurs armes ne leurs serviront à rien devant des gens courageux et déterminés car les sionards c'est des êtres lâches et peureux .

2.Posté par Alif le 29/08/2009 18:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler




le dessin de Emad Hajjaji est vraiment parlant,il resume parfaitement la stratégie usraelienne et illustre a merveille ses outils arabes made in Usa.

Moubarak est en visite à Washigton à la recherche d'une ligitimité pour son fils promu comme heritier au trône d'egypte .

selon des informations à verifier bien sûr,certaines monarchies arabes ont signé des accords avec les americains pour les protéger en d'une rebellion de leurs populations pour les renverser,ces accords permettent aux etats unis d'intervenir
millitairement pour oprimer toutes tentatives de soulevement contre ces monarques,parmis ces pays figurent la Jordanie et le Maroc .


3.Posté par SAMAR le 10/10/2009 15:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

savoir la grippe pour quoi il a la grippee dans tout le mode disait moi stp

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires