Sciences et croyances

Pourquoi Dieu n’a-t-il pas fait naître son fils à Rome ? Par le Dr. Ashraf Ezzat


Dans la même rubrique:
< >


JBL1960
Jeudi 11 Octobre 2018

Pourquoi Dieu n’a-t-il pas fait naître son fils à Rome ? Par le Dr. Ashraf Ezzat

Cette question, le Dr. Ashraf Ezzat, nous permet non seulement d'y répondre par nous-mêmes ;


Mais elle nous permet de repréciser les choses, à savoir que chacun d'entre nous peut pratiquer sa foi, sa croyance ou sa spiritualité, en son for intérieur car cela nous permettra alors d'enclencher un nouveau paradigme SANS DIEUX NI MAITRES et autant que possible sans armes, ni haine ni violence.

J'ai donc intégré cette nouvelle publication du Dr. Ashraf Ezzat dans le PDF N° 3 de 68 pages intitulé ► Traduction de la Bible & Falsification historique, dernière version d'octobre 2018


Car le Dr. Ezzat ne dit jamais que l’histoire de la bible est une invention. Il prouve juste que la location GÉOGRAPHIQUE de cette histoire n’est pas la bonne. Et qu’il ne faut pas chercher en Égypte ou en Palestine des traces de l’ Exode ou du Palais de Salomon mais dans le Sud de l’Arabie Saoudite et au Yémen ► Page 29 du PDF

▼▼▼▼



Pourquoi Dieu n'a-t-il pas fait naître son fils à Rome ?


Dr. Ashraf Ezzat publication du 27 septembre 2018


URL de l'article en anglais ► https://ashraf62.wordpress.com/2018/09/27/why-didnt-god-have-his-son-born-in-rome/


Traduction Jo Busta Lally


"Pourquoi Jésus est-il né dans un pays et une culture semi-arabes et pourquoi a-t-il dû prononcer ses sermons dans une langue semi-arabe ?"

N'ayant pas nécessairement besoin d'être étiqueté musulman, j'ai été élevée dans un pays / une région à majorité musulmane, à savoir l'Égypte. Une fois encore, sans avoir nécessairement à être qualifiée de chrétienne, l’Égypte possède l’une des plus anciennes communautés chrétiennes dont les membres sont appelés coptes et dont l’ancienne église est l’Église copte orthodoxe.

Bien que le christianisme ait pratiquement fait son apparition à l'Est (l'ancien Levant) dans des endroits comme la Palestine, la Syrie et bien sûr l'Égypte. Mais la vérité, c’est que si nous voulons, à l’heure actuelle, catégoriser géographiquement les religions du monde, nous devrons admettre le fait suivant; l'Orient est à prédominance musulmane, l'Extrême-Orient bouddhiste et hindou tandis que l'Occident est majoritairement chrétien.

Mais cette distribution géographique me pose un problème épineux, car on dit que Jésus-Christ est né en Palestine (une véritable partie de l'Orient ou ce qu'on appelait autrefois et jusqu'à ce jour, le Levant)

Si Dieu, l’omniscient, avait sans doute prévu cette fracture géographique avec tout le conflit et l’intolérance qu’elle entraînerait, pourquoi alors n’at-il pas simplement fait naître son fils dans la Grèce antique, en France ou à Rome ? Pourquoi compliquer les choses ?

Encore une fois, sans nécessairement être classé comme athée, pourquoi aider à politiser la religion et à transformer les affaires spirituelles en drones portant des missiles intelligents ?

Après tout, c’était l’Empire romain et l’Église qui contrôlaient et canonisaient la littérature du christianisme alors naissant. Par conséquent, Rome, en tant que lieu de naissance de Jésus, aurait non seulement été plus pratique, mais aurait également permis au monde de sauver de nombreuses guerres / croisades religieuses passées et futures. Sans parler de la mère très attendue de toutes les batailles, le soi-disant Armageddon.

Pourquoi, comme le dit l'histoire, Jésus devait-il être né en Palestine, dans le Levant ou, en d'autres termes, au cœur du Proche-Orient antique ? C'est tellement énigmatique, car c'est une terre avec une culture indigène qui est contraire, sinon hostile, à la culture occidentale / romaine et, plus important encore, à son concept de Jésus. Et est-ce que je veux dire par là que les peuples du Proche-Orient ancien avaient un autre concept, oriental si vous préférez, de Jésus ? Je pense que Oui !

Dans le concept / histoire oriental, Jésus s’appelle Eas’sa, le fils de Mar’iam. C’est une histoire bien plus ancienne que celle de la version romaine de «Jésus». En bref, c’est l’un des cultes religieux et des histoires folkloriques de l’Ancienne Arabie ( et sujet d’un futur essai)

Certains diront que le Seigneur biblique aurait pu avoir une sorte de plan à long terme pour faire en sorte que le monde entier accepte Jésus comme le Fils de Dieu et son sauveur, peu importe où il est né. Même si le lieu de naissance de Jésus se trouvait au cœur d’une véritable terre orientale, véritablement influencée par la culture et les traditions arabes anciennes.

D'autres soutiendront que, lorsque Jésus est né, la Palestine faisait déjà partie de l'empire romain. Eh bien, je suis assez au courant de ce fait, mais être occupé par les Romains ne rend pas le peuple de Palestine, avec sa culture / traditions orientales authentiques plus romaine que l'occupation britannique n'a fait de l'Inde (la terre du bouddhisme et de l'hindouisme) britannique.

Et devinez dans quelle langue ? Pas en araméen, la langue parlée par Jésus, mais étrangement dans la langue de la mère de toutes les langues occidentales ; Le Grec.

À l’heure de Noël, l’histoire de la nativité est reprise dans les églises / écoles occidentales avec des personnages / acteurs vêtus de vêtements arabes anciens et de couvre-chefs (le keffiyeh ou kufiya - la coiffe symbolique des Palestiniens encore portés jusqu'à ce moment même).

Les Occidentaux, avec leur culture romaine, répètent sans cesse cette reconstitution de Noël (tradition cérémonielle) vêtue d'un vêtement complètement étranger qui est sans aucun doute arabe. Mais ce qui est étrange, c'est que personne dans l'Ouest chrétien ne se demande pourquoi Jésus devait naître dans une culture semi-arabe et prononcer ses sermons dans une langue semi-arabe.

Le plan de Dieu manquait-il de compas précis ou bien Jésus était-il ou, mieux encore, un prophète arabe dont l'histoire avait été romanisée et romancée par les intellectuels occidentaux de l'époque avec leur culture gréco-romaine ?

Certains, à juste titre, feront apparaître la connexion juive ici. Ils soutiendront que, puisque le christianisme, en tant que structure théologique, est principalement basé sur le judaïsme, Jésus devait naître au milieu du pays de Yehudia / Judaïsme. En d’autres termes, la Palestine (selon l’endoctrinement traditionnel).

Mais est-ce une prémisse correcte / valide, pour commencer ? Je veux dire, la Palestine est-elle vraiment la terre des anciens Israélites et de leurs histoires ? Est-ce que David a construit son prétendu royaume et Salomon son soi-disant temple sur le sol de la Palestine ? Les archéologues et les historiens modernes doutent beaucoup, sinon nient carrément, de cette hypothèse. Les archéologues ne peuvent même pas confirmer que ce que les Juifs modernes appellent le Mur des lamentations est en réalité historiquement lié au temple d’Hérode.

De plus, ils ne peuvent même pas confirmer que la fondation du prétendu premier temple se trouve sous la mosquée Al-Aqsa. Pourtant, les Israéliens continuent de creuser sous le sanctuaire musulman, décontenancés depuis leur occupation militaire de Jérusalem-Est en 1967. Plus de 50 années de fouilles effrénées ont pratiquement permis de démontrer zéro preuve que la Palestine était bien le pays historique des Israélites et leur Terre promise.

Si tel est le statu quo, alors nous revenons à la connexion juive. Mais cette fois-ci, nous n’examinons pas seulement sa relation avec la géographie de la Palestine, mais avec Jésus lui-même, que les Juifs - très franchement - n’ont pas jusqu’à présent vu et reconnu comme leur «Messie».

Si la Palestine ne peut pas être validée archéologiquement et historiquement comme la terre des anciens Israélites et de leur premier Temple, et si les Juifs du monde n'acceptent pas Jésus comme leur Messie, pourquoi aurait-on dit que Jésus était né là-bas ?

Si le premier temple juif n'a jamais été construit en Palestine, alors qu'est-ce que Jésus, sinon une soi-disant incarnation physique d'une prophétie juive, agissant au mauvais endroit et dans le mauvais temple ? Pourquoi Dieu a-t-il fait naître son fils au mauvais endroit ?

Peut-être cela explique-t-il pourquoi Paul (de Tarse), l'homme qui a inventé le christianisme (romain), a tourné le dos à la Palestine et à l'Arabie et s'est dirigé vers l'ouest et le nord. Paul n'a pas fait de prosélytisme en Arabie, où il avait passé trois années de réflexion au fond de son désert et de ses vallées. Et aucune Arabie dans ce contexte ancien n’inclut en aucune manière la Péninsule du Sinaï (où Moïse aurait eu sa petite conversation avec le Dieu des Israélites)

Ayant achevé son mystérieux séjour en Arabie, Paul s'est lancé dans une mission de diffusion de la nouvelle concernant un nouveau prophète, un Messie avec un message (adapté) qui pourrait très bien convenir à la culture et à l'agenda politique de l'ancien monde occidental.

Après avoir «enterré les morts» de son ancienne théologie, Paul commença à prêcher aux occidentaux l’histoire de l’Arabian Eas’sa - mais avec une tournure très, très astucieuse pour l’époque romaine.

Dr. A. Ezzat


~~~~◄|►~~~~



Je complète cet article avec mes propres recherches sur Paul de Tarse en donnant la vision biblique de ce personnage, dont il est question dans l'article du Dr Ezzat ► Source ► http://bible.chez-alice.fr/paul.htm




[caption id="" align="aligncenter" width="256"] Source de l'image[/caption]

L'Arabie : L'Arabie n'était pas que l'immense péninsule arabique désertique, mais le royaume nabatéen, assez vaste, comportant une partie de la péninsule arabique, le Sinaï, et remontant jusqu'à l'Est de la Palestine, pratiquement jusqu'à Damas. Elle ne comptait pas que des déserts, mais des parties peuplées vers le Nord. Elle était gouvernée par le roi Arétas IV. Pourquoi ce voyage ? On a proposé la nécessité d'un temps de retraite et de réflexion. Certains ont imaginé un pèlerinage au Sinaï, un peu à la manière de Moïse et d'Elie. Mais si l'on se tient à la rhétorique développée dans Ga. 1, l'on voit que Paul veut mettre ce point en relief : son activité missionnaire a débuté immédiatement après sa conversion ; il n'a pas attendu de voir les apôtres pour commencer. Sa présence en Arabie peut s'expliquer donc par son désir d'évangélisation. Les peuplades de ces régions, en plus d'être des païens, parlaient un araméen très proche de la langue de Paul. Si par ailleurs Arétas a poursuivi Paul de sa haine, c'est parce que celui-ci a eu une activité missionnaire qui avait probablement déplu au roi. Mais pourquoi exactement l'Arabie ? On n'a pas de réponse !

Car grâce aux publications du Dr. A. Ezzat que j'ai réunies dans ce PDF, nous sommes donc tout à fait en mesure de donner la réponse à cette question.

▼▼


Car Ezzat cite des archéologues et des travaux d’égyptologues qui réfutent la thèse biblique. Question essentielle à laquelle nous ne pouvons pas répondre faute de connaissance des langues anciennes : Ezzat dit que la bible septante est une fraude de traduction. Il cite des passages dans l’hébreu ancien qui ont été (volontairement) mal traduit en grec par les 70 rabbins sous Ptolémée II au IIIème siècle AEC.

Y a-t-il une réfutation sans équivoque de ce qu’il avance ? Pas à notre connaissance.


Ezzat cite de nombreux archéologues et historiens israéliens qui s’accordent à dire que les recherches de terrain n’ont jamais prouvé la véracité historique du récit biblique. Ezzat, de plus, ne va jamais dans son livre jusqu’à dire que l’histoire de la bible est une invention, il ne fait que dire qu’il est maintenant prouvé que la location GÉOGRAPHIQUE de cette histoire n’est pas la bonne, qu’il ne faut pas chercher en Égypte ni en Palestine pour des traces de « l’exode » ou du « palais de Salomon », mais dans le sud de l’Arabie Saoudite et au Yémen.

Page 29 du PDF : L’endroit actuel d’à la fois le Mont du Temple et la totalité de l’état d’Israël est fondé sur une idéologie, foncièrement fausse et mensongère. Toute l’affaire de la soi-disant terre sainte est tellement fausse et impie que même la vision musulmane d’Al Aqsa et Qods/Qadas est également fondée sur des narratifs déformés et faux.

Qades, comme mentionné dans la bible hébraïque est une montagne yéménite située à 80km au sud de la ville moderne de Taa’iz et elle n’a rien à voir avec Jérusalem. D’après le Hadith musulman (tradition), la première direction pour la prière (Qibla) se trouvait vers Bayt al-Muqaddas (de manière supposée le temple de Salomon), seulement pour réaliser que cela fut construit dans le Nord-Yémen et non pas la Jérusalem de Palestine comme tout le monde le croit (plus de détails là-dessus dans le livre).

Au IIIème siècle AEC, la bible hébraïque fut traduite en grec à la bibliothèque légendaire d’Alexandrie. Soixante-dix scribes juifs furent assignés la tâche par le roi Ptolémée II (le monarque grec de l’Égypte à l’époque). Dans la traduction grecque, les scribes juifs changèrent de manière frauduleuse le théâtre des histoires bibliques du nord-Yémen et sud de l’Arabie en Égypte et en Palestine.



Autre question intéressante à la lumière de ce que dit Ezzat : La guerre actuelle au Yémen, guerre qui implique Israël aux côtés de l’Arabie Saoudite, est-elle une coïncidence ?…

Et à la lumière d'un nouveau jour, après lecture des publications du Dr. Ashraf Ezzat, nous sommes en mesure de répondre = Bien sûr que non !

JBL1960


Je vous recommande en lectures complémentaires et en version PDF ;

La Peste religieuses par Johann Most, 1892

L'ANTÉCHRIST - Essai d'une critique du christianisme par Friedrich Nietzsche


Jeudi 11 Octobre 2018


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires