RELIGIONS ET CROYANCES

Pourquoi Benoît XVI s'est-il rendu en visite en Turquie, et non pas en Russie? (Vedomosti)


Dans la même rubrique:
< >

Le succès de la visite effectuée la semaine dernière par le pape Benoît XVI en Turquie et sa rencontre avec le patriarche Bartholomée Ier ont rappelé une fois de plus les rapports entre le Vatican et Moscou. Pourquoi le pape rencontre-t-il le patriarche de Constantinople, dont les fidèles sont peu nombreux, et non pas le patriarche de Moscou et de toutes les Russies, prélat de l'église la plus influente parmi les églises orthodoxes?


Ria novosti
Mardi 5 Décembre 2006

Pourquoi Benoît XVI s'est-il rendu en visite en Turquie, et non pas en Russie? (Vedomosti)
la Visite du pape en Turquie est l'un des principaux sujets abordés par la presse mondiale. Une grande importance revient au fait qu'après l'Allemagne (patrie du pape) et la Pologne (celle de son prédécesseur), le pape se soit rendu en Turquie, où il s'est entretenu avec le chef d'une des églises orthodoxes les plus respectées. Cela témoigne de l'attention que le pape a l'intention d'accorder au dialogue avec l'orthodoxie en général.

Dans son discours de Ratisbonne mal interprété par un grand nombre de personnes, le pape voulait rappeler les racines religieuses de la culture occidentale et réconcilier ses porteurs croyants et athées. Mû par ces mêmes aspirations, il est allé à la rencontre du représentant d'une église de l'Est. Pourquoi pas chez nous?

Il convient de souligner que ce n'était pas la première rencontre entre le pape et le patriarche. Deux rencontres précédentes avaient eu lieu à une époque où le Vatican et l'église de Constantinople appartenaient au monde "capitaliste occidental" et l'église de Moscou, au monde soviétique.

Les conflits des années 1990 n'ont pas contribué à la compréhension: scission de l'église orthodoxe en Ukraine, occupation des églises orthodoxes par les uniates (qui reconnaissent l'union des églises catholique et orthodoxe sous l'autorité du pape)... Les hiérarques orthodoxes les ont accusés de prosélytisme sur le territoire de l'Eglise orthodoxe russe.

Un mois avant la visite du pape en Turquie, le patriarche de Moscou et de toutes les Russies Alexis II a déclaré dans une interview à Paris-Match que le renoncement au prosélytisme restait l'exigence principale avancée aux catholiques, que sa rencontre avec le pape "ne devait pas être qu'un événement inscrit dans le protocole", et qu'elle n'était possible qu'après une préparation minutieuse et dans le respect des ententes préalables.

Le dialogue se développe. Par exemple, une réunion de la Commission mixte pour le dialogue théologique entre les églises a eu lieu en septembre, pour la première fois depuis six ans. Au cours de cette rencontre, parmi d'autres, les hiérarques catholiques et orthodoxes ont déclaré unanimement que leurs églises devaient résister ensemble aux forces extrémistes et défendre les valeurs chrétiennes européennes.

Certains représentants de l'Eglise orthodoxe russe qui participent au dialogue affirment que beaucoup de choses dépendent de la personnalité du pape: des conflits ont eu lieu à l'époque du pape précédent et ils étaient rattachés à lui. Qu'en sera-t-il avec le nouveau pape? Quoi qu'il en soit, il y a déjà des signes de réchauffement des rapports de part et d'autre. Comme il ressort des sondages d'opinion, l'attitude des Russes envers l'autre branche du christianisme s'est améliorée. D'après les données de la Fondation d'étude de l'opinion publique (FOM), de 2000 à 2005, la part de ceux qui apprécient positivement l'église catholique est passée de 16 à 30%, alors que la proportion de ceux qui ont vis-à-vis d'elle une attitude négative a diminué, passant de 9 à 5%. Les conditions pour le dialogue sont favorables, de plus, grâce à ce dialogue, l'influence culturelle de l'orthodoxie se renforcera en Europe. Dans ces conditions, l'Eglise orthodoxe russe pourrait occuper une position plus active.



Mardi 5 Décembre 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires