Politique Nationale/Internationale

Pour lutter contre la guerre, il faut briser avec le Parti démocrate


Des milliers de gens se rendront à Washington, D.C. ce samedi pour exprimé leur opposition à la guerre en Irak et leur outrage suite à la décision de l’administration Bush d’intensifier la guerre au mépris du mandat populaire des élections de novembre 2006 demandant le retrait des soldats américains.


Lundi 29 Janvier 2007

Par le comité éditorial



La question politique brûlante posée par la répudiation de la volonté du peuple sur une question aussi fondamentale est celle de la perspective politique nécessaire pour que réussisse la lutte pour mettre fin à cette guerre et pour prévenir d’autres interventions mêmes plus sanglantes — contre l’Iran, la Syrie et d’autres pays qui ne sont pas encore nommés — préparées par l’administration.

La réponse que les organisateurs de la manifestation du 27 janvier donnent à cette question est claire. Leur perspective est que la guerre en Irak peut être stoppée en faisant pression sur le Parti démocrate d’utiliser la majorité nouvellement acquise au Congrès pour ralentir le financement de la guerre et pour forcer l’administration à ramener les troupes américaines aux Etats-Unis.

Ce point de vue est clairement exprimé par la direction de la principale coalition organisant la manifestation, la coalition Unis pour la paix et la justice (UFPJ, United for Peace and Justice), qui a invité plusieurs membres démocrates du Congrès à donner des discours sur la plateforme et a pressé les manifestants de rester à Washington pour participer à des « visites de pression au Congrès ».

Dans son appel à la manifestation, l’UFPJ pressait les opposants à la guerre : « Demandez au nouveau Congrès : agissez MAINTENANT pour ramener les troupes au pays ! »

La déclaration continuait « Nous appelons les personnes de tous les districts du Congrès au pays à se réunir à Washington, D.C. pour exprimer leur appui aux membres du Congrès qui sont prêts à entreprendre des actions immédiates contre la guerre ; à faire pression sur ceux qui sont hésitants à passer à l’action ; et à s’opposer à ceux qui défendent encore une politique banqueroute… »

C’est un point de vue semblable qui a été exprimé dans la revue Nation, la publication amirale du milieu libéral de la protestation orienté vers le Parti démocrate. Dans son éditorial du 29 janvier intitulé « Non à l’intensification », Nation s’illusionne sur la possibilité des démocrates au Congrès à mener une lutte contre le déploiement par Bush de 21 500 soldats supplémentaires en Irak.

« Même si le Congrès est en fin de compte incapable d’empêcher le nombre des soldats d’augmenter, une série d’audiences, de votes et de résolutions peut confronter le président sur la stratégie qu’il a adopté et peut jeter la base pour une bataille plus large pour mettre fin à la guerre », déclare le Nation. L’éditorial demande la participation à la manifestation du 27 janvier sur la base que « l’augmentation de la pression sur le Congrès est une affaire urgente ».

Il y a maintenant près de quatre années depuis les manifestations de masse contre la guerre qui se préparait alors contre l’Irak ont regroupé des dizaines de millions de personnes dans les rues partout à travers le monde. Il est grand temps d’en tirer les leçons politiques, dures, mais essentielles.

Ces manifestations, malgré leurs ampleurs, ont échoué à arrêter la guerre d’agression des Etats-Unis contre l’Irak. Les nombreuses manifestations depuis ce temps n’ont pas réussi à tempérer le crime.

Au contraire, le bilan des morts a atteint un niveau effrayant alors qu’environ 650 000 Irakiens et plus de 3000 soldats américains ont perdu la vie, et le monde a été témoin d’atrocités comme Abou Ghraib, Fallujah et Haditha.

Seules, les manifestations ne changeront pas les politiques de ceux qui ont déclenché cette guerre. L’indifférence à l’opinion publique de ceux qui contrôlent la Maison-Blanche est maintenant indéniablement claire, Bush y allant d’une intensification de la guerre à la suite des élections législatives.

Le Parti démocrate s’est fait le complice de l’administration dans le déclenchement et la poursuite de cette guerre. En octobre 2002, le Sénat à majorité démocrate avait autorisé une résolution permettant l’usage de la force militaire, offrant ainsi à Bush un chèque en blanc pour mener une guerre non provoquée contre l’Irak. Cela n’était pas une erreur ou une aberration. C’était le point culminant d’une politique délibérée de la direction démocrate visant à ignorer les sentiments anti-guerre largement répandus parmi les électeurs démocrates et à garder la question de la politique guerrière de l’administration en dehors de la campagne électorale de 2002. Ainsi, les démocrates ont permis aux conspirateurs de guerre de l’administration Bush d’aller de l’avant.

Durant les primaires de 2004, l’énorme sentiment anti-guerre a été canalisé vers les candidats démocrates à l’investiture présidentielle, en particulier vers Howard Dean. La direction du parti a sabordé la candidature de Dean pour se ranger derrière le sénateur John Kerry, qui avait voté pour la guerre et s’était engagé à la poursuivre, critiquant Bush de ne pas avoir envoyé assez de soldats.

Depuis 2003, les démocrates ont voté presque à l’unanimité chaque année pour accorder à l’administration un énorme financement pour la guerre qui s’élève maintenant à près de 8,5 milliards $ par mois.

Et qu’en est-il de la toute nouvelle ferveur anti-guerre du Parti démocrate qui se reflèterait apparemment dans la résolution sénatoriale, qui ne l’engage en rien, s’opposant à l’intensification de la guerre ? Comme le démontre le contenu de cette résolution, la première préoccupation des démocrates au Sénat, ainsi que quelques alliés républicains, n’est pas de mettre un terme à la guerre, mais plutôt l’opposition de masse provoquée par la proposition de Bush, rendant plus difficile la répression de la résistance irakienne

Le tout premier passage de la résolution prévient que « La stratégie des États-Unis et leur présence en Irak ne peuvent être maintenues que grâce à l’appui du peuple américain et l’appui bipartisan du Congrès. »

Ceux qui appuient cette résolution expriment l’inquiétude que la stratégie de l’administration affaiblit la « guerre au terrorisme ». Ils s’inquiètent du trop peu de troupes américaines disponibles pour de nouvelles guerres — contre l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord ou le Venezuela. Ces mêmes démocrates sont les plus ardents défenseurs d’une expansion de l’armée et ils ont demandé que soient doublées les Forces spéciales, les tueurs d’élite de l’armée.

Les différends entre les congressistes démocrates et l’administration républicaine se situent au niveau de la tactique, pas des objectifs stratégiques. Lorsque le leadership démocrate appelle au « redéploiement » des troupes américaines en Irak, cela signifie laisser sur place, dans des bases hautement fortifiées, des dizaines de milliers de soldats et de marines et employer la puissance aérienne américaine pour réprimer la résistance irakienne.

Les démocrates ne sont pas opposés à la guerre d’agression ou l’occupation coloniale. Ils ont appuyé l’invasion de l’Irak parce qu’ils croyaient que cela permettrait aux États-unis de s’emparer des ressources pétrolières du pays et établir l’hégémonie américaine au Moyen-Orient. Ils sont critiques envers la politique de guerre de Bush non pas parce c’est une guerre impérialiste, parce qu’elle est illégale ou parce qu’elle a tué des centaines de milliers de personnes. Ils sont critiques parce que la guerre tourne mal.

Les démocrates, comme les républicains, sont contrôlés par une oligarchie financière qui est déterminée à utiliser la force militaire pour stopper le déclin de la puissance économique du capitalisme américain. Cette campagne d’agression militaire ne va pas se terminer avec l’Irak. Les préparatifs de guerre contre l’Iran sont déjà bien avancés et la montée des tensions globales fait apparaître le spectre de la perspective cauchemardesque d’un conflit global.

Une lutte victorieuse contre la guerre est impossible en dehors d’une confrontation contre le système qui en est à l’origine, un système qui est entièrement subordonné au profit et à l’accumulation de vastes fortunes personnelles pour une infime minorité. Ceux qui prétendent que c’est possible en faisant pression sur les démocrates et le Congrès sont soient dans l’erreur ou trompent délibérément les autres. Pour autant que les protestations de masses sont orientées vers cette perspective, elles ne serviront pas à transformer la société, et seront plutôt une valve de sûreté pour la frustration populaire.

La lutte contre la guerre requiert la mobilisation politique indépendante de la classe ouvrière — ceux qui paient le prix de la guerre — contre le système de profit.

Les manifestations, aussi bien que n’importe quelle autre forme d’activité politique, peut aider à atteindre cet objectif dans la mesure où elles visent à élever le niveau de conscience politique des masses. Elles doivent servirent à éduquer les travailleurs, les étudiants et les jeunes sur les sources du militarisme impérialiste au sein du système économique capitaliste, et sur le rôle du Parti démocrate et du système biparti en tant qu’instrument politique de l’élite financière dont les intérêts sont en opposition directe avec ceux des travailleurs aux États-Unis et partout à travers le monde.

Les demandes pour un retrait immédiat et inconditionnel de toutes les troupes américaines de l’Irak et la tenue de procès pour crime de guerre pour tous ceux qui sont responsables de cette guerre, doivent être combinées à un large programme visant à réorganiser la vie économique, à mettre fin à la pauvreté et l’inégalité sociale, à briser la domination des banques et des grandes sociétés en les transformant en service public.

Le développement et la lutte pour un tel programme peuvent être menée seulement par l’émergence d’un nouveau mouvement politique forgé dans une rupture irrévocable avec le Parti démocrate et dans lutte pour la mobilisation indépendante des travailleurs pour leurs propres intérêts politiques et sociaux.

Nous en appelons à tous ceux qui cherchent une véritable façon de stopper la boucherie en Irak et qui veulent la fin des inégalités sociales et de la réaction politique à lire et appuyer le World Socialist Web Site et à joindre le Parti de l’égalité socialiste et l’Internationale étudiante pour l’égalité sociale dans la lutte pour la construction d’un nouveau parti socialiste de masse.

(Article original paru le 27 janvier 2007) wsws.org



Lundi 29 Janvier 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires