Actualité nationale

Pour le député UDI Meyer Habib, Israël a «l'armée la plus morale au monde» (VIDEO)



rt.com
Jeudi 17 Mai 2018

Si les députés français sont rares à soutenir l'action d'Israël à Gaza, avec la mort de 59 Palestiniens, Meyer Habib fait publiquement partie des soutiens de la politique israélienne. Sur RT France, il a également loué le «courage» de Donald Trump.

Alors qu'une grande partie de la classe politique française a globalement condamné l'action d'Israël contre les manifestants palestiniens le 14 mai, entraînant la mort de 59 d'entre eux, le député UDI Meyer Habib est l'un des rares zélateurs de la politique israélienne. Interviewé par RT France le 16 mai, le parlementaire a livré un plaidoyer en faveur du gouvernement de l'Etat hébreu : «L'Etat d'Israël et Tsahal – et moi je ne suis pas le porte-parole des Israéliens – c'est l'armée la plus morale au monde. Vous imaginez quand il y a des dizaines de milliers de personnes qui veulent traverser une frontière, s'ils [les militaires israéliens] tiraient réellement à balles réelles, il y aurait des milliers de morts.»

En outre, Meyer Habib entend défendre la position d'un Etat qu'il juge «en légitime défense», affirmant «ne pas être d'accord avec le président de la République [Emmanuel Macron] lorsqu'il rend les Israéliens responsables de cette situation».

Lors d'un entretien le 15 mai avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le président Emmanuel Macron avait exprimé sa «très vive préoccupation» sur la situation à Gaza, «condamnant les violences et soulignant l’importance de la protection des populations civiles et du droit à manifester pacifiquement».

Le 16 mai, les collègues de Meyer Habib à l'Assemblée nationale ont également largement critiqué l'attitude israélienne en s'adressant au président de la Knesset, Youli Edelstein, de passage à Paris. Clémentine Autain, députée de La France insoumise (LFI), a souligné que «Donald Trump et Benjamin Netanyahou avaient du sang sur les mains alors que, selon l'ONU, les manifestants ne constituaient aucune menace imminente». Le député communiste Jean-Paul Lecoq a, quant à lui, accusé Israël de mener «une politique de terreur».

A droite, Marine Le Pen, présidente du Front national (FN) a affiché une position différente. «Si chacun peut évidemment déplorer le nombre important de morts palestiniens, on ne peut pas ne pas constater qu'il y a un message, là aussi, de la part d'Israël», avait-elle déclaré le 15 mai sur LCP. «Un message que certains trouveront inutilement excessif, peut-être inutilement brutal, mais qui est un message clair : ils ne transigeront pas sur la sécurité de leurs frontières», avait-elle ajouté.
Meyer Habib soutient Donald Trump

Par ailleurs, Meyer Habib a tenu à saluer «le président Donald Trump [qui] est un président courageux, vilipendé par la presse et qui a tout simplement appliqué une promesse de campagne», celle d'avoir déménagé l'ambassade des Etats-Unis en Israël à Jérusalem. L'élu a poursuivi : «Aucune paix ne peut être bâtie sur un mensonge historique. Jérusalem n'a jamais été la capitale d'aucun pays depuis 3 500 ans. Jérusalem est la capitale du peuple juif. Elle a été libérée en 1967 et ne sera jamais plus divisée, il faut enlever toutes les illusions, ça s'est fini.»

Gaza : «Il n'y a pas de souffrance», lance le président de la Knesset aux députés français

En visite en France, Youli Edelstein a été auditionné par les députés après les violences à Gaza et la mort de 59 Palestiniens tués par Tsahal. Vivement interpellé, il a recommandé aux parlementaires de ne pas tenter de comprendre les terroristes.

La visite en France du président de la Knesset, le Parlement israélien, le 16 mai, n'était pas de tout repos. Apostrophé sur la mort d'au moins 59 Palestiniens qui manifestaient le 14 mai à Gaza contre le transfert de l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, Youli Edelstein a été confronté à une audition des députés français, plutôt musclée. A l'origine, il avait été invité par la commission des Affaires étrangères dans le cadre d'une visite officielle en France à l'occasion du 70e anniversaire de la création de l'Etat d'Israël.




Les élus français ont commenté l'attitude de l'Etat hébreu, que la plupart ont qualifiée de disproportionnée ou d'illégitime, à l'exception du député des Français de l'étranger de cette région du monde, Meyer Habib (UDI). Plusieurs, comme le député La République en Marche (LREM) Jean François MBaye, ont demandé à Israël d'accepter des enquêtes indépendantes sur la mort de manifestants palestiniens. «Comment pouvez-vous comparer les terroristes de Daesh avec les Palestiniens qui se battent pour leurs droits ?», s'est interrogée la députée de La France insoumise (LFI) Clémentine Autain, dénonçant le «blocus [imposé par Israël] depuis plus de 10 ans» aux habitants de Gaza.




«Donald Trump et Benjamin Netanyahou ont du sang sur les mains alors que, selon l'ONU, les manifestants ne constituaient aucune menace imminente», a-t-elle souligné.
Un député communiste accuse Israël de mener une «politique de terreur»

Dénonçant un blocus illégal, le député communiste Jean-Paul Lecoq a accusé Israël de mener «une politique de terreur». «Vous êtes un Etat terroriste dans votre comportement», a-t-il ajouté, réclamant l'annulation de la «Saison France-Israël», une série d'échanges culturels et scientifiques entre Paris et Tel-Aviv, prévue de juin à septembre prochains.

Une idée rejetée par la présidente du groupe d'amitié France-Israël de l'Assemblée, Elise Fajgeles (LREM), qui a plaidé pour des relations parlementaires entre les deux pays empreintes de «gravité» et «d'honnêteté intellectuelle».

Dans son propos liminaire, la présidente de la commission des Affaires étrangères, Marielle de Sarnez (Modem), a rappelé l'inquiétude de la France depuis le choix du président Donald Trump, approuvé par Israël, de se retirer de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien.
«Je vous en supplie, ne tentez pas de comprendre des terroristes !»

Cette décision «nous apparaît lourde de menaces sur la stabilité de la région», a dit l'ancienne ministre, pour qui ce départ a «plus de chance de déboucher sur le renforcement de tensions difficilement contrôlables, dont nous voyons déjà les prémices, que sur un meilleur accord».

«Si les Européens veulent renégocier l'accord, comme ils disent vouloir le faire, il faut l'arranger ou l'annuler», a dit Youli Edelstein.

«Il faut comprendre que la situation à Gaza a très peu à voir avec le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem», a également justifié Youli Edelstein. «C'est une action très bien planifiée du Hamas qui utilise les populations y compris des femmes, des enfants, des adolescents, comme boucliers humains», a-t-il affirmé.

Critiquant les tentatives de certains de comprendre les revendications des Palestiniens, Youli Edelstein a lancé : «S'il vous plaît, une demande très personnelle. Je sais ce qu'est la souffrance. Je sais ce qu'est le manque de démocratie. S'il vous plaît, je vous en supplie ; Ne tentez pas de comprendre des terroristes. Non. Il n'y a pas de souffrance ! Rien au monde ne justifie de faire exploser des autobus ou de mener des attaques terroristes.»



Dans la journée Youli Edelstein assistera à la cérémonie de décoration posthume de «Justes parmi les Nations». Cette rencontre, prévue de longue date sera l'occasion de signer un accord interparlementaire pour des «échanges réguliers, avec les différentes sensibilités» de chaque Parlement, selon le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy.

Ambassadeur de Palestine en France : «L'origine de tous les problèmes, c'est l'occupation»

Deux jours après la mort de dizaines de Palestiniens tués par des soldats israéliens à Gaza, Salman El Herfi était l'invité de RT France. Selon lui, les Etats-Unis ont perdu toute crédibilité en tant que médiateur du conflit.

L'ambassadeur de Palestine en France, Salman El Herfi, a répondu aux questions de RT France ce 16 mai, alors que, selon un bilan provisoire, au moins 59 Palestiniens ont été tués le 14 mai à la frontière avec Israël et plus de 2 000 blessés par des tirs de soldats de Tsahal dans la bande de Gaza, dans l'épisode le plus meurtrier du conflit depuis l'été 2014.

Depuis le début de la semaine, des milliers de Palestiniens protestent contre le transfert de l'ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem. Salman El Herfi a estimé que cette décision controversée était «une violation du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU». L'ambassadeur a souligné que la communauté internationale avait «pris une position claire et nette» et que seule «une petite minorité de pays» avaient suivi Israël et les Etats-Unis.

Pour le chef de la diplomatie palestinienne en France, l'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU, Nikki Haley, qui a expliqué ce 15 mai qu'«aucun pays au monde ne réagirait avec autant de retenue qu’Israël», est plutôt «l'ambassadrice israélienne». Ainsi, selon Salman El Herfi , elle s'exprime «avec les mêmes mots qu'Israël», un pays qui vit «dans un esprit colonial».



Salman El Herfi a en outre regretté que les Gazaouis soient un «peuple assiégé depuis 11 ans», privé de toute ressource. «Cela fait 50 ans que le peuple palestinien négocie et, depuis toujours, Israël a refusé les propositions», a ajouté l'ambassadeur de Palestine, accusant Benjamin Netanyahou «et son gang de criminels de guerre» de refuser une solution à deux Etats pour privilégier un «nouveau régime d'apartheid».

Avec le transfert de leur ambassade, les Etats-Unis ont perdu toute crédibilité pour se poser en médiateur dans le conflit israélo-palestinien, juge en outre Salman El Herfi pour qui «l'origine de tous les problèmes, c'est l'occupation israélienne».





https://francais.rt.com/france/50756-meyer-habib-depute-udi-israel-a-l-armee-la-plus-morale-au-monde
https://francais.rt.com/international/50745-violences-a-gaza-le-president-de-la-knesset-pris-a-partie-par-les-deputes-francais
https://francais.rt.com/entretiens/50746-ambassadeur-palestine-france-origine-tous-problemes-israel


Jeudi 17 Mai 2018


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires