ALTER INFO

Pour l'Institut du Pentagone, la guerre en Irak est une immense débâcle à l'issue incertaine


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Samedi 19 Avril 2008

Pour l'Institut du Pentagone, la guerre en Irak est une immense débâcle à l'issue incertaine


Par Jonathan S. Landay et John Walcott, le 17 avril 2008


​​​​Selon une étude très critique, publiée jeudi par le premier institut d'enseignement militaire du Pentagone, la guerre en Irak est devenue « une immense débâcle » à l'issue « incertaine, » [*] malgré l'amélioration sécuritaire du au renforcement des forces zuniennes.


​​​​Le rapport, publié par l'Université de la Défonce Nationale, soulève de nouveaux doutes quant aux prévisions de victoire en Irak du Président, juste une semaine après que ce dernier ait grommelé qu'il suspendait la réductions des effectifs.


​​​​Ce rapport a un poids considérable. Il a été écrit par Joseph Collins, ancien haut fonctionnaire du Pentagone, et il se base en partie sur des entretiens avec d'anciens hauts fonctionnaires de la défonce et du ragot ayant joué un rôle dans les préparatifs de guerre.


​​​​Il a été publié par l'Université de l'Institut National des Études Stratégiques, un centre de recherche du Ministère de la Défonce.


​​​​La ligne d'introduction du rapport résume : « Mesurée au sang et aux sous, la guerre en Irak a atteint le statut de guerre majeure et de débâcle majeure. »


​​​​À l'époque où le rapport a été rédigé, en automne dernier, plus de 4.000 troupiers zuniens et alliés, plus de 7.500 hommes des forces de sécurité irakiennes et plus de 82.000 civils irakiens avaient été trucidés et des dizaines de milliers d'autres blessés, tandis que les coûts de guerre depuis le mois de mars 2003 étaient estimés à 450 milliards de dollars.


​​​​« Personne n'a encore calculé le coût des prestations à long terme des anciens combattants ni l'impact total sur le personnel de service et le matériel, » a noté Collins, qui a participé à la planification des opérations humanitaires après l'invasion.


​​​​Le rapport raconte que la Zunie a subi de graves dommages politiques, son prestige étant sérieusement amoindri sur Terre. Et qui plus est, l'intervention en Irak a détourné « la main-d'œuvre, le matériel et l'attention des décideurs » de « tous les autres efforts de guerre contre le terrorisme » et sérieusement exténué l'armée zunienne.


​​​​Le rapport continue : « Envenimant tous ces problèmes, nos efforts là-bas, en Irak, destinés à renforcer la sécurité nationale en Zunie, l'ont transformé, temporairement du moins, en incubateur de terrorisme et ont enhardi l'Iran à déployer son rayonnement à travers le Moyen-Orient. »


​​​​Toujours selon le rapport : Le rajout de 30.000 troupiers zuniens en Iraq l'an dernier, pour stopper l'immersion tout shuz du pays dans la guerre civile, a permis d'améliorer la sécurité, mais pas assez pour assurer que le pays n'émerge en démocratie stable, en paix avec ses voisins.


​​​​« En dépit de progrès sécuritaires impressionnants, l'issue de la guerre est incertaine, » radote le rapport. « Une forte majorité irakienne et zunienne est en faveur d'une espèce de retraite de la Zunie. Les analystes du ragot, cependant, nous rappellent que, [selon eux,] la seule chose pire qu'un Irak encombré d'une armée zunienne pourrait bien être un Iraq [libéré] après un rapide retrait de cette armée. »


​​​​Pour de nombreux analystes (dont celui-ci), l'Irak reste un « devoir de victoire, » mais pour de nombreux autres, malgré les progrès évidents sous le général David Petraeus et la [fameuse] déferlante [bushesque], elle semble désormais « ingagnable. »


​​​​Le rapport reproche en grande partie à Donald H. Rumsfeld, alors Ministre de la Défonce, d'avoir tout fait merder à bloc en Irak après la victoire initiale de la Zunie. Il raconte que, en novembre 2001, avant que la guerre en Afghanistan soit terminée, le Président Bush a demandé à Rumsfeld « de commencer à planifier secrètement des opérations militaires possibles contre l'Irak. »


​​​​Le rapport dit que : Rumsfeld, qui était étroitement associé au Vice-Président Dick Cheney, a court-circuité les chefs d'état-major et est devenu « le superviseur direct des commandants des régions militaires. . . Avec son caractère pragmatique énergique, Rumsfeld enjôlait et frayait son chemin vers une petite force et une opération rapide comme la foudre. » Plus tard, il a arrêté le déploiement du système militaire informatisé, « retardant, supprimant ou posant des questions sur, les nombreux ordres de déploiement d'unités qu'il trouvait par hasard sur son bureau. »


​​​​En partie parce que les « opérations de main-d'œuvre longues, coûteuses et intensives post combat étaient la bête noire de Rumsfeld, » indique le rapport, la Zunie n'était pas préparée à lutter contre ce que Collins appelle la « Guerre B, » la bataille contre les insurgés et la violence sectaire qui a débuté en mi-2003, peu après la « Guerre A, » le combat contre les forces à bout de Saddam Hussein.


​​​​Une série d'hypothèses erronées, formulées par les hauts collaborateurs de Bush, a aggravé le problème. Il y avait parmi elles l'espoir de la reconnaissance des exilés irakiens envers la Zunie, pour les avoir libéré de la dictature de Saddam. L'administration s'attendait aussi à ce que « l'Irak sans Saddam puisse gérer et financer sa propre reconstruction. »


​​​​Le rapport met aussi en exergue l'appareil de sécurité nationale de l'administration Bush, et, implicitement, le Président Bush et deux de ses conseillers à sécurité nationale, Condoleezza Rice et Stephen Hadley, disant que « les hauts fonctionnaires à la sécurité nationale ont montré en de nombreux cas, une attitude dictatoriale, usant d'autorité et de pression là où la diplomatie et la négociation aurait pu avoir de meilleurs résultats. »


​​​​Collins termine son rapport par une citation de Winston Churchill : « Laissez-nous apprendre nos leçons. Ne jamais, jamais penser que la guerre sera douce et facile, ou que celui qui s'embarque dans cet étrange voyage puisse mesurer les marées et les ouragans qu'il rencontrera . . . Rappelez-vous toujours, cependant, d'être sûr de pouvoir gagner facilement, qu'il n'y aurait pas de guerre si l'autre en face ne pensait pas lui aussi avoir sa chance. » [**]


Pour lire le rapport en anglais :
www.ndu.edu/inss/Occasional_Papers/OP5.pdf



Original : http://news.yahoo.com/s/mcclatchy/20080418/wl_mcclatchy/2913186_1
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info



​​​​* On croyait jusqu'à maintenant qu'une grande débâcle militaire avait une issue obligée : l'arrêt de l'agression, et le dédommagement des victimes. Alors que comprendre ? Y aurait-il incertitude sur la possibilité de rapatrier les troupiers et leur arsenal en Zunie ? À moins que l'incertitude soit dans le nom du Zunien qui recevra le prix nobel pour avoir arrêté la guerre ?

​​​​Les Zuniens ne dédommagent pas leurs victimes quand ils perdent une guerre. Après la débâcle du Viêt-nam leur seul souci a été de décerner le prix nobel de la paix au principal criminel de guerre de l'époque, Henry Kissinger.


​​​​** En somme, ce rapport dit que la Zunie avait raison d'attaquer l'Iraq mais que des erreurs lui ont fait perdre la guerre. Il ne parle pas des mensonges qui ont poussé à la guerre ni du fait que Saddam Hussein voulait transiger avec son agresseur pour éviter la guerre. Il n'oublie pas d'être flagorneur envers le commandant en chef, soulignant d'imaginaires efforts sécuritaires accomplis alors que cette guerre n'a qu'un but : tuer le maximum de civils. En effet, depuis la fameuse déferlante, les bombardements aériens à l'uranium sur les populations civiles se sont multipliés. Il excuse le fait de ne pas avoir reconstruit parce qu'ils pensaient que l'Iraq s'en chargerait ! Il cite les notions artificielles de « guerre contre le terrorisme, » d'agressivité de l'Iran, et il insinue même que l'Iraq pourrait attaquer ses voisins. Il fait tout ce qu'il faut pour justifier les crimes des Zuniens et pour appuyer leur propagande.

​​​​Si les Zuniens devaient un jour être jugés, les arguments présentés dans ce rapport pourraient servir à plaider leur cause.




Mardi 22 Avril 2008


Commentaires

1.Posté par laury le 19/04/2008 16:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rien a dire pour l'instant ,a vomir

2.Posté par MIJEON Amaury le 20/04/2008 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je pense qu'il faut en finir avec la politique de l'autruche!

Il n'est pas dans l'intérêt des USA que le problème de l'Irak se résout.

Le bourbier,
comme on l'appel si bien,
fait partie du stratégie bien connue!

Le nouvel ordre mondial!

Avec,
contrairement à l'Europe,
un déroulement du plan très criminel,
autant dire,
non pacifique!

Détruire la carte régionale du Moyen-Orient,
et refondre une nouvelle carte à l'image du nouvel ordre mondial.



3.Posté par MIJEON Amaury le 20/04/2008 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dégoutant!
Quant on sait que ce projet est développé par des criminels totalement immoraux.
Et qui plus est,
seraient satanistes!

Il y a de quoi se poser des questions sur eux!

4.Posté par MIJEON Amaury le 20/04/2008 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si vous regardez bien tous nos gouvernement européens,
vous verrez qu'ils marche dans ce sens!
C'est à dire,
la plupart des dirigeants sont membres de cette élites afin d'accomplir le plan du NWO.

5.Posté par Alfeanor le 20/04/2008 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Stratégiquement il manque un dernier élément qui résiste dans la région , l'Iran.
Seulement le soutien pour cette attaque est plutôt minime.
On va surement assisté dans les mois qui viennent peut-être après les élections à un événement fabriqué ou provoqué qui impliquera l'Iran et qui permettra aux marionnettistes de lancer leurs chiens de guerre.
Je pense que les manœuvres actuelles contre la chine on pour but le moment venue de lui proposer le retrait au soutien des pro-tibétains en échange d'un laisser passer pour ne nouvelle intervention illégale des USA.
De même le projet de déploiement du bouclier anti-missiles peut être un monnaie d'échange avec la Russie;
L'avenir nous le dira.

6.Posté par sam2000 le 20/04/2008 18:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je pense sincerement que ce qu'il arrive a l'IRAK a savoir la guerre civile est bien le but.
"diviser pour mieux regner"
le but est diviser l'IRAK en micro etats afin de monter tel etat contre l'autre par la methode du "terrorisme sous fausse banniere".

les finalités ?

-pouvoir creer des regimes faibles qui devront acheter leur protection au prix fort
(vendre leurs ressources naturelles a prix sacrifiés a l'etat protectur : USA ou ERETZ ISRAEL).
-accepter la deportation (oops pardon! je voulais dire transfert) des palestiniens
de CI-JORDANIE (encore pardon,je voulais dire judee samarie) et de GAZA et de les naturaliser afin d'anhiler definivement "le droit au retour" .

7.Posté par mega le 20/04/2008 20:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on peut accepter des fautes dans un texte ,mais de la a se tromper plusieurs fois,ministere de la defonce??? zunie??? il faut arreter de se moquer du monde,apres on vient nous faire la morale pour respecter les gens,laisser moi rire,pour infos j'etais contre la guerre en irak et surtout pour la faire sur un mensonge,mais dites moi saddam hussein cetait bien un dictateur qui a tuer sa propre population ainsi que des kurdes surtout eux et qui a provoquer deux guerres iran,koweit.on est bien d'accord alors.

8.Posté par hypnotize le 21/04/2008 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Zunie??? ministere de la défonce????? je vais pas plus loin, c'est pas serieux ici....

9.Posté par Aigle le 21/04/2008 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le New york times a été obligé , devant l'enormité de la chose , de publkier cette semaine , les informations sur la methode des sionistes de la Maison blanche pour influencer , à travers , les Medias lourds US ( appartenant bien sur aux sionistes notoires comme Murdoch qui doit aux banques US et certaines Europeenes , plus de 150 Milliards de US dollars ) les opinions publiques sur les preparation des guerres en IRAK et AFGHANISTAN ...... La methode est tout à fait simple : La CORRUPTION sous toutes ses formes .....Lisez le New york times , ce n'est quand meme pas un journal aaarrrraaaabe ?? ! ....Après vous pourrez venir faire diversion ..mais avec un peu plus de classe s'il vous plait ..ca devient vraiment debile ...

10.Posté par kaka le 21/04/2008 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Saddam Hussain a été l'allié N°1 des USA et la France aussi, pour ne pas oublié la France avait l'intention de vendre ses centrales nucléaire a Saddam se fut le cas mais ISREAL à rectifier le tire en bombardant le site Irakien.
Saddam n'a fait ni plus ni moins. Par apport a la plupart des dirigeants arabes.
Par exemple MOBARAK en Egypte, il est au pouvoir depuis la mort de SADAT aux années 70, et il cherche à passer le pouvoir à son fils avec la bénédiction des USA et l'Europe et sous le regard de son peuple affamé et opprimé.
Le prix a payé pour assurer un environnement favorable à ISRAEL et un interlocuteur modéré et négociateur, et tout le monde sait pertinemment quel est le bénéficiaire de cette situation.
Un dictateur aux yeux de l'occident, est un chef d'Etat nuisible tout court. Nuisible a leurs intérêts politique et financière, l’occident na rien à faire des droit de l’homme sauf pour son propre intérêt, sinon il ya des cas de dictateurs a traité d’urgence si on prend en compte les peuple opprimé et leur souffrance et les droit de l’homme.

11.Posté par laury le 21/04/2008 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour a tous je vois que la situation ne sais pas amélioré il y a toujours a boire et a manger
dans ses commentaires et tous apporte leurs contributions ,j'aime assez le post de kaka
qui n'oublie pas nos actions antérieurs qui aurait pu faire croire que la France allais participer
au renversement de Saddam ,et pour la dictature si cela était un motif ont serais en froid
avec pas mal de pays .

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires