Propagande médiatique, politique, idéologique

Polonium-210: traces, risques, contamination, ce que les médias ne disent pas (experts)


La discussion engagée par les médias sur les propriétés du polonium-210 découvert dans le corps d'Alexandre Litvinenko, ex-agent du FSB russe, fait ressortir beaucoup d'imprécisions qui "compliquent la situation", a déclaré lundi à RIA Novosti un expert en physique nucléaire.


Ria novosti
Lundi 11 Décembre 2006



"S'agissant de problèmes aussi importants que le maniement de l'isotope radioactif et les conséquences d'une irradiation par le polonium-210, bien des gens se prennent pour experts et inventent des choses incroyables. Au début, les médias ont colporté l'hypothèse selon laquelle un homme contaminé au polonium-210 pouvait laisser des traces sur son passage. C'est faux. La transpiration ne porte pas le plutonium-210 à l'extérieur du corps", a déclaré le physicien.

Ce point de vue a été soutenu par le directeur de l'Institut de la stabilité stratégique de l'Agence russe de l'énergie atomique (Rosatom), Viktor Mikhaïlov. Un homme contaminé avec du polonium-210 ne peut pas laisser de traces de cet isotope après lui, a-t-il ajouté.

Cet isotope émet des rayons alpha et comme il se trouve à l'intérieur de l'organisme, il ne peut pas laisser de trace, a-t-il affirmé.

L'Agence britannique de la santé publique avait fait fin novembre une déclaration spéciale affirmant: "le risque d'une contamination avec cette matière (polonium-210) est minimum".

"Le risque d'un mal des rayons n'apparait qu'à condition que cette substance ait pénétré à l'intérieur de l'organisme: lorsqu'elle a été aspirée, avalée ou est entrée en contact avec une plaie. Elle ne présente aucune menace quand elle reste à l'extérieur. La plupart des traces peut être éliminée en se lavant les mains et en lavant les vêtements et la vaisselle, selon l'agence britannique.

De l'avis d'un expert en médecine des radiations, le mal des rayons se développe pratiquement inévitablement lorsque du polonium-210 a pénétré dans l'organisme humain. "Mais tout dépend de la dose d'isotope et des particularités de l'organisme de la victime. Si la dose n'est pas importante, la présence de polonium peut être constatée mais le risque pour la santé est minimum", a-t-il affirmé à RIA Novosti.

Un autre spécialiste, expert en physique nucléaire, a rappelé que l'élément 84 - polonium - était le premier élément inscrit au tableau périodique des éléments (tableau de Mendeleïev) après la découverte de la radioactivité. "Il est le premier dans l'ordre des numéros atomiques et le plus léger des éléments qui n'ont pas d'isotopes stables", a-t-il expliqué.

Découvert par Pierre et Marie Curie, le polonium a reçu sa dénomination le 13 juillet 1898 en l'honneur de la patrie historique de Marie, la Pologne. Il se rencontre dans la nature mais la teneur des minerais d'uranium en polonium est 100.000 milliards de fois plus faible que celle en uranium.


Lundi 11 Décembre 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires